22/04/2016

On a retrouvé le kiosque à journaux du square Gambetta !

Depuis cet été 1944 durant lequel les Allemands avaient décidé de faire raser le

square Gambetta,

on croyait que tout avait été cassé, fondu et mis à la ferraille. Petit à petit à force de recherches et d'enquêtes, on se rend compte que des vestiges de ce merveilleux jardin ont été conservés par des particuliers. Un exemple récent : la statue de Mercure qui avait été remisée aux serres municipales a été placée en 2013 dans la cour du musée des Beaux-arts. On croit savoir que des balustres en pierre qui entouraient autrefois le square, se trouverait actuellement dans le jardin d'un Carcassonnais du côté du Païchérou... Rien d'étonnant puisque ce sont les habitants réquisitionnés par l'occupant, qui ont été obligés de détruire leur square. Ce n'est donc pas un hasard si nous avons retrouvé l'un des kiosques à journaux qui se trouvaient au coin de cette aire de verdure à 70 km de là...

012_001.jpg

Le kiosque du square Gambetta

Selon Alfred Raucoules, ces kiosques de style mauresque furent construits en 1931 par l'entreprise Mazières. Leur aspect avait subi l'influence de l'Exposition coloniale qui se tint la même année dans la capitale ; des façades carrées avec des ouvertures bordées de briques bleues et un toit en forme de dôme. Les marchands avaient passé un contrat de cession avec la ville ; ils vendaient des bonbons et des journaux. Celui de Madame Vidal près du Pont-vieux ne resta pas longtemps ouvert car son emplacement  la défavorisait. En revanche, ce lui de M. Andrieu faisait la joie des enfants de l'école Jean Jaurès... Les Carcassonnais avaient affublé le marchand du sobriquet de "Tchounine". 

P1050819.JPG

Il se trouvait à l'identique, un autre kiosque à l'angle du boulevard Marcou et de la place Davilla appartenant à M. Cros. Exactement en face de l'ancien Couvent de la croix. L'agrandissement d'un cliché de 1944 nous permet de mieux le visualiser.

12.jpg

L'ancien kiosque a subi quelques modifications depuis 72 ans, à commencer par son toit. Toutefois, il conserve son aspect mauresque et typiquement colonial. Nous pouvons, je pense, remercier son propriétaire de l'avoir ainsi sauvé de la casse. Si d'aventure d'autres personnes ayant conservées chez elles des vestiges de ce square veulent se signaler, elles seront assurées de notre entière discrétion. Nous souhaitons juste en conserver la mémoire visuelle.

______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

11:05 Publié dans Patrimoine disparu | Tags : kiosque | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Quel dommage qu'ils aient disparus et en suite modifier leur architecture CELA FAIT PARTI DE NOTRE PATRIMOINE il faudrait les remettre où ils étaient...

Écrit par : Riviere Blanchard | 22/04/2016

Pourquoi, la mairie de Carcassonne ne demande pas aux particuliers la restitution de ces kiosques ?
Bien sur en ayant obligation de les maintenir en etat.

Écrit par : Ourliac | 25/04/2016

Je ne comprends pas bien, pourquoi des particuliers ont ces kiosques, c'est tout de même notre patrimoine, je veux bien celui ci-dessus pour mon jardin, trêve de plaisanterie, je voudrais les revoir à leur place.

Écrit par : lilou | 25/04/2016

Les commentaires sont fermés.