12/05/2016

L'étrange connivence de l'évêché de l'Aude avec le Maréchal Pétain pendant l'occupation

L'article qui suit ne dressera pas un constat objectif de l'attitude de l'ensemble de la curée Carcassonnaise pendant la seconde guerre mondiale - il n'en a pas les moyens. Si certains prêtres comme les abbés Gau ou Courtesole se sont rangés derrière la Résistance en lui prêtant main forte contre la politique de Vichy, il semble que l'évêché de Carcassonne ait été clairement maréchaliste. Ceci nous est révélé par un certain nombre de faits mettant en avant l'action de Mgr Pays auprès des autorités de Vichy. À commencer par sa présence à la soirée inaugurale de la milice en 1943 au théâtre municipal.

Pays.jpg

Mgr Pays

Si certains évêques français ont adopté une attitude de neutralité ou tenté de manifester leur désapprobation vis à vis de la politique raciale de Vichy, nous pouvons penser que Mgr Pays s'est rangé du côté du maréchal Pétain. L'évêque de Carcassonne avait la fibre royaliste et anti-républicaine, si l'on en croit le récit diffusé sur le site de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, retranscrit ci-dessous :

 En 1942, sous l'impulsion de M. l'abbé Paul Merme, directeur de l'oeuvre de Jésus Ouvrier à Carcassonne, une souscription est ouverte pour offrir un fanion du Sacré-Coeur au Maréchal Pétain.

Le dimanche 10 janvier 1943, le fanion, d'une grande réalisation chrétienne et artistique, symbolisant la royauté du Christ et la vocation de la France, est porté à la cathédrale, exposé devant l'autel pendant la Grand'Messe solennelle et béni par Mgr Pays, évêque de Carcassonne. M. l'abbé Merme prononce une vibrante et prenante allocution.

Le 28 janvier 1943, une délégation de catholiques audois, conduite par l'abbé Merme, est reçue en audience publique par le Maréchal Pétain. Dans une émouvante adresse, l'abbé Merme présente le drapeau au Chef de l'Etat, qui en saisit aussitôt la haute signification:

Monsieur l'abbé, dit le Maréchal, je suis très heureux et vraiment touché de votre démarche. J'ai toujours admis ces forces spirituelles dont vous me parlez et je tiens à ce qu'on y ait recours sous mon gouvernement ». Prenant le fanion dans ses mains et le serrant sur sa poitrine, le Maréchal ajouta: « Monsieur l'abbé, j'accepte avec bonheur ce fanion que vous m'offrez. Il sera mon drapeau ». Ce fut son drapeau, dont il ne se sépara pas... 

Cinq mois après ce grand événement suscitant la confiance et l'espoir, le 29 juin 1943, en la fête des apôtres Pierre et paul, M. l'abbé Merme écrivait une lettre au maréchal Pétain, lui rappelant la journée historique du 28 janvier, et, devant le fracas redoublé des batailles et l'aggravation des sacrifices, sollicitait de lui la réalisation de la troisième demande du Sacré-Coeur: la consécration officielle de la France, en s'appuyant sur cette parole de vérité:

 La France ne peut revivre qu'en retournant aux forces spirituelles dont elle issue.

Le Maréchal convoqua aussitôt les membres de l'Episcopat français en vue de ce grand acte officiel qui devait être accompli avec foi publiquement et solennellement le 2 juillet 1943, fête du Sacré-Coeur, ou à une date aussi rapprochée que possible. Malheureusement, le Maréchal ne put réaliser son désir, partagé par celui de millions de Français....

Le 12 juillet 1943, le secrétaire particulier du Maréchal faisait parvenir la lettre suivante à l'abbé Merme :

Monsieur l'Abbé,

Monsieur le Maréchal a reçu le lettre du 29 juin par laquelle vous lui demandez, de façon pressante, de vouloir bien, au cours d'une cérémonie officielle, consacrer la France au Sacré-Coeur. Le Maréchal a été sensible aux sentiments d'affectueux attachements que vous lui avez exprimés à cette occasion et il vous en remercie.

Votre projet est très louable et le Maréchal s'en est entretenu avec plusieurs hautes personnalités de l'épiscopat français. Si sa réalisation ne semble actuellement pas opportune, cela ne veut pas dire qu'elle soit écartée.

Je vous prie d'agréer, monsieur l'Abbé, l'expression de mes sentiments déférents et dévoués .

Autrement dit, sous un beau langage, c'était un enterrement de première classe. Peu après, le 15 octobre 1943, à Alger, au nom du Gouvernement Provisoire de la République Française, le Général De Gaulle, ce « grand catholique », ce « saint » de la Patrie, rétablissait le Franc-Maçonnerie, comme s'en réjouissait dans ses mémoires son fils Philippe (page 347, tome II)...

Ce n'est pas moi qui l'écrit mais la Fraternité Saint-Pie X sur son site internet ; elle a rompu toute relation avec l'actuel Saint-siège de Rome en raison de divergence, notamment sur le Concile Vatican II. La Fraternité Saint-Pie X qui possède une église et une communauté à Montréal d'Aude est considérée comme intégriste. 

Capture d’écran 2016-05-12 à 11.36.10.png

Nous avons retrouvé le fanion offert par le père Merme et les catholiques de Carcassonne au Maréchal Pétain en 1943.

480_002.jpg

Qui était le père Merme ?

merme.jpg

Dans son ouvrage "Carcassonne, quartiers et faubourgs au fil du temps", Henri Alaux indique que le curé était un homme de bien. Selon lui, Paul Joseph Merme "marqué ce quartier (NDLR Grazaille) par son action sociale, en particulier envers les jeunes de condition modeste, parfois en difficulté. Fondateur de l'oeuvre de Jésus ouvrier, le père Merme créa dans sa maison de la rue Buffon, dans les années 1930, un centre d'apprentissage ; chaque année, 20 à 30 jeunes gens y apprirent le métier de menuisier ou d'imprimeur, logés et nourris par l'oeuvre du père Merme, ils devinrent de bons ouvriers."

L'oeuvre du Jésus ouvrier

Merme 2.jpg

Le père Paul Merme fit imprimer pendant l'occupation le journal l'Enclume, organe officiel du Jésus ouvrier. Sûrement grâce aux apprentis imprimeurs dont il avait la charge. Dans ce trimestriel, tout était à la gloire du maréchal Pétain et de sa grandeur.

123J109_FONDS_VALS06.JPG

"Que le Sacré coeur de Jésus garde à la France son adorable chef, qu'il le soutienne et qu'il l'inspire."

A l'arrière du maréchal, on aperçoit le fanion offert par les Carcassonnais.

123J109_FONDS_VALS07.JPG

On fête le bicentenaire de l'insurrection des vendéens contre les armées de la République.

merme 3.jpg

Un extrait de l'Enclume

Dans une note d'octobre 1944 - après la Libération de Carcassonne - on s'insurge que le père Merme ait pu obtenir tous les mois pendant 3 ans pour son oeuvre du Jésus ouvrier, 1,200 kg de matières grasses et 4 kg de viande avec la complice du ravitaillement général et hors de tout contrôle (ADA 11). Ceci pendant que la majorité des Carcassonnais crevait de faim. En effet, la ration mensuelle de viande en 1943 par individu n'était que de 480 grammes - quand il y en avait...

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

Commentaires

On ne peut pas dire que "la Fraternité Saint-Pie X a rompu toute relation avec l'actuel Saint-siège de Rome en raison de divergence, notamment sur le Concile Vatican II "puisque le supérieur de la Fraternité a toujours rencontré les papes Jean-Paul II, Benoît XVI et tout récemment le pape François qui a souhaité que la communion pleine et entière soit à nouveau rétablie, Les excommunications ont été levées par le pape Benoit XVI et le pape François a déclaré que les fidèles qui se confesseraient chez les prêtres de la fraternité bénéficieraient des mêmes avantages que les autres catholiques pendant l'année de la miséricorde. Quant à l'expression " intégriste" il faudrait savoir ce que cela veut dire?

Écrit par : Authier | 12/05/2016

On est bien loin de la lettre "pastorale" de l’archevêque de Toulouse, Monseigneur Saliège, qui dénonce les déportations qui ont eu lieu dans son diocèse au cours de l’été 1942.
Ci-joint le texte initial de cette proclamation, (les autorités ont obtenu qu'il remplace certains termes de la lettre initiale, clandestine, notamment ceux qui mentionnent les « scènes d’épouvante » et les « horreurs » qui ont été respectivement remplacés plus tard par « scènes émouvantes » et par « erreurs ».
Si à Toulouse, les autorités ecclésiastiques se sont élevées contre ces rafles, celles qui se sont déroulées dans le département de l'Aude, (avec rassemblement et départ de la Gare de Bram, via Rivesaltes puis Drancy...)n'ont pas mobilisé les troupes...

Lettre de S.E Monseigneur Saliège Archevêque de Toulouse sur la personne humaine »
Mes très chers frères,
Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnait des droits. Ces devoirs et ces droits, tiennent à la nature de l’homme. Ils viennent de Dieu. On ne peut les violer. Il n’est au pouvoir d’aucun mortel de les supprimer.
Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d’une même famille soient séparés les uns des autres et embarqués pour une destination inconnue, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle. Pourquoi le droit d’asile dans nos églises n’existe-t-il plus ? Pourquoi sommes nous des vaincus ? Seigneur ayez pitié de nous. Notre Dame priez pour la France.
Dans notre diocèse, des scènes d’épouvante ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou. Les juifs sont des hommes, les juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain. Ils sont nos Frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier.
France, patrie bien aimée, France qui porte dans la conscience de tous tes enfants la tradition du respect de la personne humaine. France chevaleresque et généreuse, je ne doute pas que tu n’es pas responsable de ces horreurs.

Jules-Géraud Saliège
Archevêque de Toulouse
23 aout 1942

Écrit par : marieh melendez | 14/05/2016

Les commentaires sont fermés.