13/05/2016

Il n'y a plus aucun chat dans Carcassonne entre 1942 et 1945...

Les historiens locaux ont-ils un jour traduit l'extrême misère dans laquelle s'est retrouvée la majorité des Carcassonnais au cours de l'occupation Allemande ? En consultant les quelques livres de référence nous n'avons pas trouvé de chapitre dédié à l'histoire tragique de ces corps amaigris, de ces enfants dont la croissance a été stoppée par les carences alimentaires, etc... Nous nous sommes alors mis en quête de témoignages sur ce triste épisode de la guerre qui fut le quotidien de milliers de Carcassonnais et d'Audois.

pain.jpg

Conséquence directe de l'armistice de 1940, les denrées alimentaires sont d'abord détournées pour nourrir l'armée du Reich. À partir de 1941, la pénurie se fait cruellement sentir en France ; les échanges commerciaux vers les colonies et d'autres pays comme l'Angleterre ou les États-Unis sont irrémédiablement freinés par le blocus maritime. L'acheminement de nourriture en métropole entre les régions est rendu extrêmement difficile à cause de la ligne de démarcation qui sépare le pays en deux zones : occupée et libre. Le gouvernement de Vichy met en place des tickets de rationnement échangeables chez les commerçants - quand il y a un approvisionnement. Ceci donne très souvent lieu à des files d'attente interminables au bout desquelles, les gens reviennent parfois bredouille.

20151007_113425-1 copie.jpg

© Paola Bourrel

Tickets d'alimentation d'une famille Carcassonnaise

Si l'on prend en compte que le nombre de calories nécessaires pour un adulte sont comprises entre 2000 et 2500 par jour, les rations alimentaires ne dépassaient pas les 1300 calories en France en 1943. En Allemagne, on mangeait à son aise à la même époque - jusqu'à 3295 calories / jour.

007.jpg

©Paola Bourrel

Un petit Carcassonnais pendant la guerre

L'État Français répartit la pénurie en divisant la population en huit catégories selon son âge et son statut : E (enfants de moins de 3 ans), à V (personnes de plus de 70 ans), J1 (jeunes de 3 à 6 ans), J2 (6 à 13 ans), J3 (13 à 21 ans) et A (adultes de 21 à 70 ans). Les travailleurs de force et le femmes enceintes ou qui allaitent ont droit à des rations supplémentaires. En 1938, un adulte consomme en moyenne 3,4 kg de bœuf par mois ; en mai 1941, un adulte A n’a le droit qu’à 350g par mois et en 1943, à 260g par mois). Les quantités prévues, déjà faibles au départ, diminuent au cour des années ; en Avril 1943, la ration de viande est de 120g par semaine. En 1944, elle n'est plus que de 60g.

viande.jpg

© Musée de la Résistance de Limoges

À gauche, la ration mensuelle de viande d'un J2 et T en 1941 (1kg).

À droite, la ration mensuelle d'un J2 et T en 1943 (480g)

Dans ces conditions de sous-alimentation, la première des préoccupations fut la recherche de nourriture. Ceux qui vivaient à la campagne n'eurent pas trop à souffrir des restrictions, contrairement à ceux de la ville qui crevaient de faim. Nous allons voir ci-dessous à travers des témoignages que nous avons recueillis, comment ils réussirent à lutter contre la famine.

13220911_10208981673086715_2917121999452412475_n.jpg

© Musée de la Résistance de Limoges

Plus aucun chat dans Carcassonne...

Si les animaux de compagnie aux pattes de velours avaient déjà disparu du paysage Carcassonnais - pour les raisons que vous comprenez -, les pigeons leur emboitèrent le pas. Les derniers survivants de cette espèce nichaient sur les hauteurs de l'église Saint-Vincent. Lorsqu'on réussit à mettre au point quelques frondes pour les atteindre, leur sort fut scellé. Les Carcassonnais se mirent ensuite à élever des lapins dans leurs caves. Pour les nourrir, les gens ramassaient les maigres fanes au pied des platanes de la place Carnot laissés après le marché, où déjà il n’y avait pas grand chose à emporter.

13151721_10208981673246719_306198315666691289_n.jpg

© Musée de la Résistance de Limoges

On récupérait la peau des lapins pour confectionner des cols de vêtements, des pantoufles avec semelles en carton.

Pinard contre fayots

Le département de l'Aude - grand producteur de vin - avait du pinard en grande quantité malgré le racket des troupes allemandes qui l'envoyaient outre-Rhin. Le ravitaillement général distribuait une infâme piquette à raison d'un litre et demi par quinzaine et par individu, alors les habitants allaient chercher clandestinement dans le Minervois, la Malepère ou les Corbières, un breuvage de bien meilleure qualité. Ce vin constituait une bonne monnaie d'échange pour les Audois débrouillards.

pillage.jpg

Les Allemands dans une cave audoise

Le Haut-Limousin récoltait des haricots en abondance, ainsi que d'autres légumes secs ; mais il manquait de vin. Après avoir planqué la majeure partie de leur récolte à cause de la réquisition allemande, les Limousins voyaient arriver les Audois par le train chargés de bonbonnes. Ainsi le Minervois était-il accueilli à bras ouvert du côté de Limoges, malgré les risques d'un contrôle. La gare de Limoges et de La Souterraine n'attendaient que les braves paysans locaux viennent chercher "les pèlerins de la faim". Une fois arrivés à la ferme et fort bien reçus par ces rudes Limousins, le pinard était vidé et rempli de bons haricots. Ils serviraient a être cuisinés en ragoûts accompagnés d'une couenne et d'un os de jambon pour y donner du goût. Oh ! certes, un goût de rance, mais en période de guerre on ne fait pas la fine bouche.

Comment les Audois connaissaient-ils les fermiers du Limousin ? Les adresses se passaient oralement avec la prudence d'un secret d'état. Le vin arrivait un peu "tréboul" par le voyage, mais les Limousins en faisait le une spécialité locale : le mijo. Il s'agit de pain trempé dans du vin avec du sucre. C'est paraît-il désaltérant. Là-bas, les Audois faisaient un véritable festin avec le ragoût de mouton, les châtaignes, le fromage maison ou le civet de lapin pris au collet. Le lendemain les voyageurs reprenaient les chemins boueux du retour vers la gare en direction de Carcassonne. Le miracle de Canna avait transformé cette fois, le vin en haricots !

La queue devant les magasins

denree1.jpg

Les ménagères avaient été informées la veille dans la presse locale de la distribution de denrées alimentaires. À partir d'une heure du matin, déjà les premières clientes attendaient l'ouverture du magasin prévue aux alentours de 8 heures. Certaines fois, il a été observé des files d'attente depuis 20 heures du soir ; soit douze heures avant l'ouverture ! En été, comme en hiver... Ces courageuses mères de familles patientaient sous la pluie et le froid pour espérer 50 grammes de viande par personne, quelques patates, un quart d'huile ou 25 grammes de graisse de cheval.

Entre amies, elles se gardaient la place et devisaient sur ce qui pourraient être acheminé prochainement.  La rumeur prétend que demain, il y a aura des châtaignes mais seulement pour le ticket des J3. Le plus embêtant était le manque de pain - pourtant aliment de base. Quand il y en avait, il était coupé avec du son, de la fécule de pommes de terre ou de fèves. Bref, une espèce de repasse distribuée à raison de 60 grammes par jour. Chez ma grand-mère qui avait cinq enfants, on coupait le pain si fin chaque jour que l'on pouvait y voir la Cité au travers : "On léchait ses doigts pour ramasser les miettes sur la table, tellement on avait faim." Je n'ai jamais vu mes tantes - même après la guerre - jeter du pain. Quant à mes oncles, ils ont conservé l'esprit de récupération et de transformation.

Le marché, place Carnot

Les autorités municipales avaient mis en place une procédure de sécurité les jours de marché. Personne ne devait accéder sur la place avant le coup de sifflet donné par le policier Mallabiau. Il paraît qu'il ne plaisantait guère avec la discipline. Tout cela pour quelques fanes de carottes... Au coup de sifflet donc, une nuée de femmes se précipitait sur la marché en jouant des coudes - on rapporte qu'un femme enceinte fut même piétinée. Enfin d'éviter les accidents, il fut décidé de séparer les femmes en trois groupes : cartes rouges, vertes et bleues. Tantôt les rouges pouvaient entrer les premières, tantôt les autres. Autant dire qu'une fois les premières passées, les autres devaient se contenter des épluchures... Les plus "privilégiées" restaient les femmes enceintes bénéficiant de cartes spéciales ; ceci, non sans créer des jalousies au sein des autres groupes.

Le système D

Avec un peu de farine de maïs récupérée à la campagne, on faisait du millas. Ma grand-mère avait essayé de faire bouillir les cosses des petits-pois, sans grand succès gustatif. Quelques topinambours, du rutabaga... Sur les berges de l'Aude, les nèfles faisaient un peu passer la faim. À la belle saison, la nature offre des mûres, du raisin et des figues.

13240500_10208981673606728_1074840516439043731_n.jpg

© Musée de la Résistance de Limoges

 Pour faire un bon usage des pommes de terre, on garde les épluchures et un petit morceau de chaque pomme de terre utilisée pour le repas (si possible avec un œil), pour le replanter aussitôt et assurer à bon compte les prochaines récoltes. Quant au café, celui que l’on peut se procurer est imbuvable : il sent la merde. On confectionne un appareil pour torréfier de l’orge...  

Le Marché noir

description_12.jpg

Il ne faut pas hésiter à dénoncer hélas, les commerçants (bouchers, boulangers ou épiciers) Carcassonnais qui se sont enrichis sur le dos de la famine en faisant du marché noir. Comment ? En détournant une partie des produits de la répartition arrivés par wagons, qu'ils revendaient sans tickets à des prix faramineux. Après la guerre, l'indignité nationale et la confiscation d'une partie de leurs biens ne les a pas ruinés, puisque beaucoup d'entre eux ont été amnistiés au début des années 1950. Quant à certains autres subitement fortunés, l'argent leur est tombé du ciel en parachute dans des caissons destinés aux maquis. Pour faire fortune pendant la guerre, il n'y avait pas trente-six mille solutions : la collaboration ou le marché noir. Parfois les deux...

Nous attendons vos témoignages pour enrichir cet article

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

Dans la haute vallée de l'Aude ce sont les chèvres (entre autres) qui étaient "transformées" en boites de conserves et vendues. On tendait discrètement des lignes en travers de l'Aude pour au matin aller les relever et compléter un ordinaire trop maigre. Route de Toulouse, entre le chemin de fer et le rond point de la boulangerie de tradition des jardins ouvriers temporaires avaient été constitués...

Les établissements Durand (confiserie) faisaient du raisiné (jus de raisin concentré en sirop) pour pallier au manque de sucre et assurer la survie de l'usine et... celle de ses employés. Cela ne valait pas grand chose parait-il mais il n'y avait que ça.

Ces petits morceaux d'histoire ont été recueillis au cours de mes longues discussions avec des personnes aujourd'hui décédées.

Écrit par : J. Ourliac | 14/05/2016

Répondre à ce commentaire

Bravo et merci Martial pour ce beau travail de collecte et d'informations sur cette période tragique, que vous nous faites encore partager aujourd’hui (et quel boulot!).
Les Quakers américains sont intervenus dans les écoles des communes audoises, avec leur "goutte de lait" (Mary Elmes, une irlandaise basée à Perpignan est l'une des plus actives quakers qui apporte de l'aide alimentaire aux enfants audois, elle a été élevée au rang de "Juste" en 2014). L'intervention des Quakers est motivée par des courbes de poids des écoliers audois catastrophique. Et oui, le département de l'Aude est un département de monoculture-la vigne-, et tout comme pour l'Hérault, cela n'a pas aidé sa population à survivre à la disette. Je suis bien sûr intéressée si certains ont des souvenirs de la "goutte de lait" alors distribuée dans les écoles.

Écrit par : marieh melendez | 14/05/2016

Répondre à ce commentaire

Certains doivent se souvenir de la distribution d'un bol de lait chaud dont nous étions bénéficiaires l'après midi à l'école (heure de la récréation)- ensuite il y a eu la distribution de pastilles vitaminées tous les jours....souvenirs...souvenirs...

Pierre-Baptiste

Écrit par : Pierre-Baptiste | 14/05/2016

Répondre à ce commentaire

C'est rue Jules Sauzède, à côté de l'école primaire du même nom ,aujourd'hui disparue (un immeuble a été construit à sa place) que les soeurs de St Vincent de Paul distribuaient les rations de lait pour les nourrissons .
A midi ,à la sortie de l'école, la rue était animée par les jeux des enfants et les allées et venues des mamans qui se rendaient à "La goutte de lait". Le lait était conditionné dans des petites bouteilles de verre ,fermées par une capsule munie d'une plaque émaillée portant un chiffre, les bouteilles ,peut être au nombre de 6 , prenaient place dans un panier métallique compartimenté

Écrit par : Puman | 24/05/2016

Répondre à ce commentaire

suite
Au cliquetis des bouteilles s'ajoutait une joyeuse agitation. Dans la rue ,les enfants heureux de l'interruption de la classe s'interpelaient ,les ménagères se pressaient pour préparer le repas et il était fréquent de voir, sur le seuil de la porte de "la goutte de lait" ,une sœur à cornette blanche, saluer d'un sourire ,tous les passants .

Écrit par : PUMAN | 26/05/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire