16/05/2016

Le foyer du soldat Carcassonnais au temps de la coloniale

La création du

Foyer du soldat Carcassonnais

coïncide avec l'arrivée le 4 mai 1928 de deux bataillons constituant le 51e Régiment de Tirailleurs Indochinois à Carcassonne. Il s'agit des bataillons de Montélimar et de Compiègne qui défileront autour des boulevards devant une foule enthousiaste. Le colonel Berthomé, commandant le régiment, prendra l"initiative de solliciter auprès de Mgr de Beauséjour - évêque de Carcassonne - la désignation d'un prêtre pour les militaires. Ce fut l'abbé Gabriel Sarraute. L'évêque donna un local de fortune dans un ancien patronage, situé 2 rue neuve du mail (actuelle rue Marceau Perrutel) dans le quartier des Capucins. Il fut agrandi en ajoutant à une grande salle, des pièces d'une maison voisine puis à tout le bâtiment. Ainsi s'organisa un ensemble familial et colonial sous la responsabilité de Paul Guilly et de l'adjudant Paul Vu-Ngoc-Truong.

foyer.jpg

Le foyer du soldat

La façade ressemblait à un fortin et à un bateau avec un hublot à la porte, la bouée portant le nom du navire et le drapeau qui flottait le dimanche et les jours fériés. Au fond maison on trouvait un petit jardin avec sa treille. À l'intérieur, une salle au rez-de-chaussée avec une cuisine campagnarde et un bar. Au premier étage, on trouvait le salon meublé par le colonel Mignot, la bibliothèque avec sa Soupe Chinoise, le journal du foyer, le bureau de l'aumônier, la chambres des plantons.

P1050797.jpg

La salle du trône pour le roi élu par la fève du 6 janvier. Celui-ci nommait des ministres chargés des diverses services du foyer. Selon Gabriel Sarraute, il y avait même une pagode à l'intérieur de la caserne Laperrine avec des dessins annamites sur les murs. Il l'indique dans son ouvrage "la contrition de Joë Bousquet".

P1050798.jpg

Écoutons le récit du chanoine Sarraute :

"Nos soldats Indochinois avaient l'agrément de journaux en leur langue, envoyés par les missionnaires d'Hanoï. Il eurent aussi le bienfait de retraites et de prédications assurés par les pères des Missions étrangères. Aucun apartheid... Et le dimanche, la chapelle réunissait "Européens' et "Annamites". Nous avions commencé notre oeuvre en la réservant aux catholiques. Nous l'ouvrîmes bientôt à tous. Affiliés à la Fédérations des Foyers du soldat et du Marin, constituées en association déclarée en 1934, nous fûmes grâce au colonel Masse et au légendaire colonel Lelong, agrées par le Ministère de la guerre."

L'association intitulée "Foyer du soldat Carcassonnais" est déclarée le 24 avril 1934. Elle a pour objet de "s'intéresser au bien-être matériel et moral des soldats de la garnison de Carcassonne, de leur fournir un ou plusieurs locaux de réunion dans lesquels ils puissent trouver des avantages, des délassements et des distractions honnêtes, compatibles avec leurs obligations militaires." Son administration est confiée à MM. Alphonse Durand-Roger (Industriel), Jules Jourdanne (NDLR : il sera maire nommé par Vichy de 1941 à 1944), Gabriel Sarraute (Curé), Emile Aybram (Industriel), Jacques Palau (Négociant), Marcel Auzias (sous-officier de réserve), Marceau Dedieu (Négociant), Alphonse de la Soujeole (Propriétaire) et Auguste Lalanne (Président du Souvenir Français).

P1050809 copie.jpg

"Il y avait depuis peu à la caserne Laperrine, un Foyer de la Croix rouge dont les directrices, et en particulier Mlle Faure étaient en contact permanent avec l'aumônier. Il y avait donc deux Foyers, l'un pour ceux qui ne voulaient pas s'habiller pour sortir le soir, l'autre pour ceux qui voulaient aller en ville."

À partir de 1935, M. Durand-Roger céda la présidence du Foyer au général de division Jean Guizard, ancien sous-chef d'état-major de l'armée. Ce dernier venait de prendre sa retraite près de Carcassonne et demeura au sein de l'association jusqu'en 1965 - année de sa mort. Durant l'Occupation, ce général sera en charge du Secours National.

"Il y aurait des pages à écrire pour expliquer comment, grâce à un caporal-chef qui mourut sous-lieutenant, Henri Le Curieux-Belfond, né au Morne-vert (Guadeloupe), nous avons pris l'esprit colonial authentique. Grâce à lui et à Georges Quiclet, premier président de la J.O.C (NDLR : Jeunesses Ouvrières Chrétiennes) en France, nous avons fondé un journal - l'Ancre Colonial - ouvert à tous, avec une feuille pour les catholiques, puis une pour les légionnaires qui nous demandèrent de les adopter. Il parut mensuellement à partir de mars 1937 et quand fut imprimé son dernier numéro, en août 1939, il était lu dans les cinq parties du monde."

Capture d’écran 2016-05-16 à 11.50.52.png

Le Foyer du soldat

Au début de la Seconde guerre mondiale, l'aumônier fut chargé de la Ve division d'infanterie coloniale. Après l'armistice de juin 1940, le 2e RI.C de Brest se partagea la caserne Laperrine avec le 15e Régiment d'artillerie de Douai. Des Carcassonnais accueillirent chez eux ces soldats dont les familles étaient en zone occupée. Quand les Allemands occupèrent Carcassonne à partir du 11 novembre 1942, la caserne fut cernée par le tanks et le Foyer occupé par des SS l'espace d'une nuit. Jusqu'à la Libération - d'après Gabriel Sarraute - il devint le refuge des juifs pourchassés et des Alsaciens-Lorrains. 

2200003921.jpg

Ceci expliquerait qu'une plaque ait été posée le 9 mai 1945 par ces Alsaciens-Lorrains au pied de la statue de Jeanne l'Arc qui se trouvait dans un enfeu du Foyer du soldat, donnant sur le boulevard Barbès. La statue et la plaque sont désormais dans le jardin attenant à la cathédrale Saint-Michel.

Capture d’écran 2016-05-16 à 12.02.46.png

Pendant l'Occupation, le Soldatenheim (Foyer du soldat Allemand) se trouvait sur la place Joseph Poux, à l'ancien patronage Jeanne d'Arc appartenant à l'évêché. C'est aujourd'hui, l'école privée Saint-Michel. Nous savons cela grâce à ma tante qui - comme beaucoup de Carcassonnais affamés - se sont rendus dans cet endroit à la Libération pour prendre des boîtes du singe (boeuf en gelée) laissées par les troupes nazies. C'est à cet endroit que s'installera plus tard - nous le verrons - le Foyer du soldat Carcassonnais.

"Lorsque Carcassonne fut libérée, le Foyer était dans un piteux état. Il fut restauré par les soins de notre évêque Mgr Pays. Après avoir reçu des soldats du 173e R.I, commandés par un marsouin, le colonel Bousquet. Aaprès une période trouble où les Indochinois influencés par le futur Viet-Minh massacrèrent certains de leurs camarades fidèles à la France, nous eûmes le 24e R.T.S qui partit en Indochine avec son chef, le colonel Runner. Le 24e R.I.C lui succéda avec le colonel, depuis général Waymel. Période de grande activité sous ce chef et ses successeurs, les futurs généraux Daboval, Jaumes, Rives, le colonel Rouanet : l'organisation de l'aumônerie nous faisait avoir une paroisse militaire. Des excursions, à l'aide des camions de la caserne permettaient aux marsouins de mieux connaître notre région. Un groupe de sous-officiers de carrière animait nos réunions."

Selon Jeannot Lapasset, la présence des soldats Indochinois au café des Américains (Bd Barbès) se terminait toujours par une belle série châtaignes. Parfois, c'était au café des colonies (Bd Jean Jaurès). L'usage un peu trop poussé de la boisson les rendait colériques...

3075073274.jpg

La guerre d'Algérie prendra la plupart des soldats du 24e RI ; l'aumônier Gabriel Sarraute qui officiait depuis 1928 décida de passer la main à Bruno de Monts de Savasse, petit neveu de Laperrine. En 1962, l'évêque de Carcassonne Mgr Pierre-Marie Puech, souhaite agrandir l'actuel lycée Saint-François mitoyen du Foyer du soldat. En échange, il offrit un local au 8 de la rue Joseph Poux. C'est ainsi que le premier Foyer du soldat fut rasé avec ses souvenirs.

Le nouvel aumônier n'eut pas le temps d'installer le nouveau foyer qu'un incendie le ravagea le 15 juillet 1962 faisant 500 000 francs de dégâts. Bruno du Monts de Savasse fut remplacé par MM. Perrin, Rambeaud, Martinez et enfin, Petiot qui aménagea une chapelle au rez-de-chaussée de la caserne, à côté des transmissions. Elle sera inaugurée par l'aumônier Trublet à qui succèdera les pères Lallemand et Gonin.

Le déclin

Quatre années après, un luxueux Foyer était installé à la caserne Laperrine. Les temps changeaient avec les habitudes des soldats qui pour la plupart rentraient chez eux en fin de journée. L'aumônier ne pouvait plus les suivre les manoeuvres du 3e RPIMA ; cependant, une salle du 2 rue Joseph Poux restait disponible pour ceux qui souhaitaient rencontrer l'aumônier. 

P1050807.jpg

Le commandant Adroit et Gabriel Sarraute

En 1984, le Foyer du soldat est administré par le colonel Robert Depardon, Jean Auzias et Pierre Sarraute. Deux ans plus tard, l'abbé Mazières au nom de "La famille diocésaine audoise" met à disposition gratuitement à disposition l'immeuble 2, rue J. Poux à disposition du Foyer du soldat Carcassonnais.

P1050808.jpg

Le 2 novembre 1987, l'association "Foyer du soldat Carcassonnais" devient "Anciens du Foyer du soldat Carcassonnais" avec dont l'objet est désormais de "maintenir les liens d'amitié entre les personnes ayant fréquenté dans le passé le Foyer du soldat Carcassonnais ainsi que les sympathisants". Cette association est définitivement dissoute le 20 novembre 1991 après 57 ans d'existence.

P1050806.jpg

L'abbé Gabriel Sarraute (1893-1991) à qui nous devons d'avoir laissé ces mémoires avait été aumônier militaire de la 45e division d'infanterie coloniale. Grand érudit et photographe amateur, le chanoine a été le confesseur du poète Joë Bousquet qui, bien que s'étant éloigné de la religion, avait toujours gardé le souvenir du capitaine Houdard, aumônier de son régiment durant la Grande guerre - tué sous ses yeux. Nous remercions également Pierre Sarraute pour ses souvenirs...

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

Commentaires

il y avait a Carcassonne des familles indochinoises que j'ai très bien connues ....il y a fort longtemps dans mon enfance ...ce lieu donc était chargé d'histoire puisque des juifs y ont été cachés ...encore une belle histoire ....merci Martial ....

Écrit par : constance Pressoirs | 16/05/2016

encore merci pour tous ces souvenirs tombés dans l'oubli pour la plupart, car l'agitation quotidienne ne nous laisse plus le temps de repenser à notre histoire locale-

Écrit par : marcelle | 16/05/2016

Merci de mettre en lumière cet épisode si importatnt pour le régiment et la ville de Carcassonne.
Le chanoine Sarraute a eu aussi et surtout un rôle majeur pour le développement et la conservation du patrimoine religieux dans tout le département de l'Aude. Un fin connaisseur et historien qui a travaillé avec les plus grands historiens de l'art.Un homme discret mais quel travail accompli!

Écrit par : Marie | 17/05/2016

Les commentaires sont fermés.