01/06/2016

Le tourisme germanique en pays Cathare entre 1942 et 1944

Il sont arrivés le 11 novembre 1942 à Carcassonne et ont de suite réquisitionné les casernes, les hôtels, les belles demeures et les administrations afin de loger l'ensemble de leurs troupes. Au moment de leur départ forcé et non amical - grâce aux valeureux soldats F.F.I considérés comme terroristes - ces touristes germaniques n'ont pas laissé de bons souvenirs à la population locale. Certes, parmi elle, certains Carcassonnais accompagnèrent leurs chers "amis" jusqu'au bunker d'Hitler au moment de la retraite ; ils le défendirent avec hardiesse au sein de la division de Waffen SS "Charlemagne". Le bureau de recrutement de la rue Chartran enrôla parmi la "Franc-garde" - organe militaire de la Milice - quelques hommes, futurs héritiers des châteaux pinardiers entourant Carcassonne. Ce vin que l'on boit aujourd'hui et devant lequel nos élus font maintes courbettes et salamalecs, a le goût du sang versé par les patriotes.

Alors même si l'on passa par les armes, les lampistes de la Milice pour faire croire à la population avide de vengeance que justice avait été rendue, les gros bonnets en fuite - condamnés par contumace - rentrèrent après la loi d'amnistie de 1953. D'autres depuis la Cité, s'exilèrent dans la pampa du régime péroniste. Mais oui, bien sûr, Müller et Dupont sont argentins !

Soldats allemands. Hôtel de la cité.jpg

Pour ceux qui revinrent, On les retrouva au moment de la vendange - fiers comme artaban - le portefeuille bien garni, expliquant n'avoir jamais torturé que des lapins dans la garrigue soviétique. Le sot piqué à vif mange depuis à la gamelle des chasseurs ; moultes réceptions en l'usage accoutumé suffisent à endormir l'ancien gibier sur le solde du passé. Souvenons-nous que dans l'Aude, le vin n'a jamais manqué même quand il était rationné...

Nos amis d'aujourd'hui, hier, nous ont fait trois guerres. Le moins que l'on puisse admettre c'est qu'ils ne furent pas très chevaleresques, même s'il est encore un breton cachochyme pour soutenir le contraire. "Les détails de l'histoire" se perdent en conjecture quand il ne reste que les anciens de l'autre camp pour les renier ; ils se concentrent en haut des miradors d'une opinion manipulable sur l'autel sécuritaire. Ces gardiens vont lâcher les chiens et un jour, cela fera mal. On vous aura prévenu.

Pont vieux.jpg

C'est pour cela que retranscrivons ci-dessous un liste de Germains qui - vous le verrez - n'avaient absolument rien à se reprocher durant l'Occupation à Carcassonne - ils faisaient simplement du tourisme. "Nous n'avons fait fait qu'obéir aux ordres", disaient-ils. Aujourd'hui, Dieu sait où ils sont... Cela n'a plus guère d'importance, mais afficher le nom de ces voyageurs, c'est leur faire rendre gorge. Que leurs petits enfants sachent qui ils étaient, que les nôtres mettent un nom sur les tortionnaires de leurs parents.

Carcassonne 06-09-40 (9) copie.jpg

© Coll. Sylvain le Noach

 

La liste ci-dessous a été établie en 1945. Les services secrets avaient leurs noms et adresses et n'ont rien fait. Certains d'entre-eux auront fini leur vie paisiblement en touchant une pension d'anciens combattants.

Colonel Bodo-Gieche
Le colonel Bodo-Gieche, commandant du Flughafenbereich I/VII à Carcassonne est le principal responsable des opérations entreprises contre le maquis de la Montagne-noire, et plus particulièrement des opérations du 20 juillet 1944.
Il avait pour maîtresse la nommée Ginette Payre, demeurant à Carcassonne.
Le colonel Bodo était un ami personnel du Maréchal Goering. Auparavant, il habitait Berlin ; son adresse en 1945 : Prien Am Chimsee Hans Deffrer – Oberbayern 

Commandant (Major) Fritz Hoefer

Nationalsozialistscher Führunge Officier au Kdo Flughafenbereich I/VII à Carcassonne, s’occupait du contre-espionnage ; il est décoré de la médaille des insignes de la N.S.D.A.P.
C’est un des principaux coupables des entreprises contre les patriotes français. C’est aussi un grand responsable des crimes de guerre.
Adresse : Karlsruhe. Hochenzollernstrasse 10.

Colonel Dischler

Feld kommandant. Hôtel Terminus.jpg

Le colonel Dischler, commandant de la place de Carcassonne de la Feldkommandantur 734, de la Feldgendarmerie et du SD de la Gestapo.
Il est le principal responsable de toutes les actions et les arrestations des membres de la Résistance française du département de l’Aude. Il demeurait à Wiesbaden, mais il aurait changé d’adresse à cause des bombardements aériens.

Capitaine Georg Reinhard

Le capitaine Georg Reinhard Führungoffizier à la Feldkommandantur 734, s’occupait d’espionnage et de contre-espionnage et travaillait en collaboration intime avec le chef de la Gestapo de Carcassonne.
Il est responsable de toutes les actions entreprises contre les patriotes français. Impitoyable pour les exécutions, il est le principal responsable des atrocités de Baudrigue (Roullens)
Il aurait eu pour domicile : Hannfurt (Main). Hitiestrasse 65 et Salzbrug.

Capitaine Nordstern

Le capitaine Nordstern était chef de la 5e compagnie du 2e bataillon Landesachützenregiment der Luftwaffe Lisieux. Officier très actif dans les opérations entreprises contre les maquis (Opérations Limoux et Couiza) de Saint-Hilaire et de Chalabre. Travaillait en collaboration avec le chef de la Gestapo.

adrienlebienfaiteur23.jpg

© Coll. Serge Fourié

Ce qu'il reste d'Auguste Cathala (19 ans) affreusement mutilé par les touristes germaniques avec la complicité de cinq cicérones français de Chalabre, à la ferme du Roudier (Chalabre).

Capitaine Herm

Chef de la 9e compagnie, au régiment, sous les ordres du colonel Maier à la caserne Laperrine à Carcassonne. A pris part aux opérations dirigées contre les patriotes et le maquis de Villebazy (maison forestière à Rabassier). A incendié avec ses hommes le bois de Crausse.
Adresse : Wrunzburg

Officier. Pont vieux copie.jpg

Colonel Maier

Commandeur du 7e régiment d’infanterie de l’air à la caserne Laperrine à Carcassonne. Travaillait en étroite collaboration avec la Gestapo. Avait sous ses ordres les prisons à la caserne Laperrine où étaient les détenus politiques. Très connu pour avoir maltraité les détenus politiques, les prisonniers du maquis, brutalisé le Lieutenant Cave et ses camarades arrêtés en même temps que lui. Le lieutenant Cave a été ligoté et ainsi maintenu jour et nuit dans la cellule. A frappé lui-même les femmes à coups de cravache et donné l’ordre d’incendier le bois de Crausse.

Lieutenant Müller

Officier du Ministère de l’aviation à Berlin. Chef de compagnie L.N. Compagnie (Mot) 8 à Villemoutaussou. Haut fonctionnaire du NSDAP. A pris part avec l’assistance du Lieutenant Paquet à toutes les opérations dirigées contre le maquis. Responsable de beaucoup d’arrestations.
Adresse : Hannovre

Lieutenant Frank Raith

Officier Z.B.V bei Kodo. Fl. H. Ber I/VII (était officier à l’Etat-Major de l’air à Carcassonne).
Très dangereux !
Avait comme maîtresse Marthe Daguenau, originaire du Mans (Sarthe). Appelée par les allemands Martha Daguemann. Cette femme a eu son de 100.000 francs, bloqué au comptoir National d’Escompte à Carcassonne. Elle avait un appartement privé, rue du 4 septembre n°27 à Carcassonne. 
Frank Raith et sa maîtresse étaient en contact direct avec Lamand « Le parisien ». Ce dernier leur faisait parvenir de grosses sommes d’argent. Le lieutenant Frank par le très bien le français, il sortait toujours en civil et était en relation avec la haute bourgeoisie de Carcassonne. Cet officier est sorti de l’Ecole supérieure de National Socialisme, sur le Ordensburg, officier de mission dans toute la France occupée avec la Werhmacht, Gestapo, SD, NSDAP et les administrations françaises.
Vivait avec sa maîtresse 27 rue du 4 septembre à Carcassonne.
Adresse : Regenalrug. Donau – Bayern.

 

Obertfeldwebel (Adjudant chef) Paul Dibrichen

Paul Dibrichen, adjudant chef à l’Etat_Major de l’aviation à Carcassonne, chef de la S.A. A commandé le camp de concentration de Leipzig – W – 19 Sachsen.
Spécialiste dans le travail des affaires secrètes dans le Kommando de la Lufwaffe – Hôtel Terminus à Carcassonne.

Adresse : Plegau (Sachsen). Krensgasse.

Chef artificier, Franz Diebkes

Spécialiste artificier au Kdo Fl. H. Ber. I/VII (Z.B.V. à Carcassonne)
S’est signalé odieusement au cours des opérations du 17 août 1944 à Limoux, Alet et Couiza.
D’après certaines personnes, il aurait abattu un capitaine américain et amené comme otages, le maire, le curé et le secrétaire de mairie d’Alet. Il aurait miné le château de Baudrigue (Roullens) ; assiste et aide très probablement à l’exécution des Français arrêtés par la Gestapo.
Grand ennemi des F.F.I, membre actif de la NSDAP et chef d’une formation S.A
Il avait pour maîtresse Elisabeth Sinitzine, demeurant rue de Verdun à Carcassonne qui est partie avec les allemands en abandonnant son enfant chez Mme Page à l’écluse St-Jean, au Pont Rouge.

Adresse : Bocheim – Laugendreer Westfalen. Monsfelderstrasse 12.

Château de Baudrigues. Août 44.jpg

Baudrigue où périrent une vingtaine de patriotes

Feldwebel (adjudant) Schwandner

Schwandner était pilote du colonel Bodo-Gieche, commandant du Flughafenbereich.
A fait tous les vols de reconnaissance pour les opérations dirigées contre le maquis.
Adresse : Eger (Sudetengan)

Feldwebel (adjudant) Heinz Schröder

A photographié à bord de l’avion de reconnaissance du colonel Gieche, les cantonnements du maquis en vue des opérations qui ont été entreprises contre eux. Membre du NSDAP
Par suite de ses tournées cinématographiques dans tout le sud de la France, il donnait à la Gestapo tous les renseignements qu’il obtenait par ses relations en qualité de chef de Marché noir. Etait au service du Kodo Fl.H.Ber. I/VII
Adresse : Hombrug (Saar). Palastheater – Kino

Major Vein Stabe (Commandant adjoint Ludwig Schmidt)

A aidé l’organisation des opérations contre le maquis. Est aussi responsable des arrestations par suite de la collaboration intime avec la Gestapo.
Industriel à Nürmberg – Fütherstrasse.

Oberstleutenant (lieutenant colonel) KOEHLER

Officier nazi 100%. Membre de la NSDAP. Officier chef de renseignement. Principal responsable des opérations contre les maquis.
Adresse : Upyever (Prusse)

Oberbaurat (Commandant du génie) Wilhelm Eifert ou Rifert

Chef du Luftwaffen Feldbauem 13 à l’Hôtel Bristol à Carcassonne. Ami intime du colonel Gieche, du Kdo Fl.H.Ber I/VII
A aidé à la mise en action des opérations entreprises contre les maquis
Avait sa maison de week-end à Saint-Ferréol (Tarn)
Adresse : Mannheim am Rhein

Technischer Pherinspektor (Inspecteur principal) Hans Kohl

Limogeait tout officier ou soldat qui était contre le régime national socialiste. Pendant son séjour à Carcassonne, il était surtout spécialisé dans le marché noir en gros pour la Werhmacht.
Adresse : Rudolstadt. Kraftfahrtechnishes Schule

 

Stabsahlmeister (Employé militaire avec rang de capitaine), Assenmacher

Ennemi fanatique de la France.
Adresse : Breitengueschach (Franken)

Major (Commandant) Karl Liebermann

Fonctionnaire et représentant fanatique de la NSDAP. Est aussi un des peincipaux coupables des opérations entreprises contre le maquis et des arrestations (Limoux – Couiza –St-Hilaire…)
Travaillait en collaboration avec le colonel Dischler de la Feldkommandantur 734 et le capitaine Reinhard, le colonel Gieche et le commandant Hoefer de la Gestapo. Agitateur contre la population française.
Adresse : Sonneberg – Thühingen

5  Voiture avec Impacts de balles André Riffaud.jpg

La voiture d'André Riffaud

Inspecteur Technicien pour les renseignements Karl Moser

Travaillait intimement avec le Z.B.V. officier Raith, dans tous les renseignements contre la Résistance française de l’intérieur. Avait des relations parmi les bourgeois. Il sortait toujours en civil. Membre de la NSDAP et indicateur de la SS.
Adresse : Goswig – bei. Dresden Sachsen. Genossenschaftstrasse 13

Inspecteur technique du parc-autos Julius Adams

S’occupait peincipalement des achats de pneus d’autos et de pièces de rechange au marché noir.
Il avait une maîtresse à Carcassonne. Des recherches sont nécessaires pour des renseignements plus détaillés. Affameur et grand chef du marché noir. Avait des relations dans toute la France, parmi la bourgeoisie française.
Parle très bien le français et l’anglais. Toujours en civil. Avant la guerre, il a été pendant plusieurs années aux usines Citroën à Paris.
Adresse : Hormef am Rhein

Meyer

Bereichsohnenn (Haut fonctionnaire et représentant de la NSDAP et D.A.F au sud de la France) 

Haut fonctionnaire du corps diplomatique du NSDAP en mission spéciale pour la propagande du National Socialisme en France. Travaillait en étroite collaboration avec la Gestapo et le bureau de placement allemand dans toute la région sud de la France.
Adresse : Vendehein bei Strasbourg

 

Oberleutenant (lieutenant) Major Vein Stabe

Adjudant du colonel commandant le Kdo.Fl.H.Ber I/VII à Carcassonne. Avocat, membre important à la S.A et haut fonctionnaire dans les tribunaux nazi de la NSDAP. Membre actif du SD. Officier de justice dans l’armée. Sujet fanatique. Impitoyable envers les patriotes français.
Adresse : Schwaudorf – Niederbayern

Oberfeldwebel (adjudant chef) Hans Batliner

Né le 26 juin 1916 à Munich. Sujet très dangereux. Nazi convaincu. Ami intime du lieutenant Dr Alois Ruhland du Kdo. Fl.H.Ber I/VII. Dernièrement à Perpignan
Adresse : München. Nymphenburgerstrasse. 187/111

Oberfeldwebel (adjudant chef) Ernest Batliner

Né le 7 juillet 1920 à Munich, frère de Hans Batliner, chef dans une formation de S.A. Nazi dangereux. Ami intime du lieutenant Dr Alois Ruhland.
Adresse : München. Nymphenburgerstrasse. 187/111

Leutnant Wilhelm Reif

Nazi
Adresse : Greffen Krei Buhl – Baden

Feldwebel (adjudant) Konrad Forster

Né le 15 août 1898. Nazi convaincu
Adresse : Saallfeld – Bayern

Oberfeldwebel (adjudant chef) Walter Hïntze

Grand ennemi des organisations de la Résistance de l’intérieur. Très souvent en mission spéciale pour information dans la Montagne noire.
Adresse : Oberlahnstein – zu Rhein

Unteroffizier (Sous-officier) Adam Bohn

Fonctionnaire de la NSDAP. Militant de la formation SD. Grand ennemi des traditions françaises.
Adresse : Klotten au der Vussel bei Trier

 

Unteroffizier Hans Herold

Fonctionnaire de la NSDAP. Sujet radical et impitoyable dans toutes les questions contre les patriotes français.
Adresse : Kulmach

Felswebel (adjudant) Kruener

Informateur et homme de liaison – Toulouse Carcassonne – Par suite des ses affaires de marché noir pour la Werhmacht et le contact qu’il a pu avoir avec la population française, il a donné beaucoup de renseignements sur la résistance française. Nazi 100% et dénonciateur des éléments antinazis et antimilitaristes.
Adresse : Münster – Westfalen

Oberfeldwebel (adjudant chef) Wilhelm Preuss

Adjudant de compagnie de Kdo.Fl.H.Ber I/VII à Carcassonne. Chef dans une formation SA. Membre de la NSDAP. Sujet haineux à l’égard des Français.
Adresse : Guetersloh – Westfalen

Oberfeldwebel (adjudant chef) Alfried Soth

Ressortissant lorrain expulsé en 1918 appartenant à une formation SA. Membre fanatique de la NSDAP. Grand ennemi de la France. Parle très bien le Français. Etait employé comme indicateur contre la Résistance française.
Adresse : Darmstadt – Soderstrasse 34

Soldat Friedrich Coeppert

Service ingénieur Hôtel Terminus à Carcassonne. Surveillait les sabotages.
Adresse : Boebligen bein Stuttgart

Unteroffizier (Sous-officier) Jupp Ropertz

Membre fanatique de la NSDAP. S’occupait des renseignemnts sur le personnel de l’Etat-Major
Adresse : München – Gladbach – Rheinland

Feldwebel (adjudant) Edouard Lang

Chef armurier
Adresse : Anch – Sudchugen

Major (commandant) Klingelhveffer

Officier du Kdo. Fl.H.Ber. I/VII à Carcassonne par la suite à Montpellier. S’occupait beaucoup de la Résistance française de l’Intérieur dont il était un grand ennemi.
Adresse : Endorf am Chiemale. Oberbayern

Major Muehlbauer

Ancien chef au Kommando Flughafenbereich I/VII à Carcassonne au service des renseignements
Adresse : Endorf am Chiemale. Oberbayern

Oberstabserat (Médecin Major) Dr Mucha

S’est surtout occupé au départ de l’armée allemande et de la Milice de mettre les miliciens blessés en sécurité dans les hôpitaux. Grand ennemi des soldats Tchécoslovaques, Autrichiens et Polonais. Mobilisé dans l’armée allemande.
Adresse : Trossingen – Württenberg

Onno Hollrichs

Reichengestellter (employé civil dans l’armée allemande)

Fonctionnaire du parti NSDAP et chef de la formation SA. A dénoncé les employés Autrichiens (Antihitlériens et antimilitaristes)

Adresse : Scebad – Nordernerf. Rosenstrasse 1

Fahnenjuker Otto Hierich

Oberfeldwebel (adjudant chef)

Régiment 71. Caserne Laperrine à Carcassonne. 10e compagnie.
A brutalisé les jeunes alsaciens recrutés de force dans l’armée allemande. Chef dans une formation de SA.
Adresse : St-Georgen. Kreis Vöeklulruch (Autriche)

Paul Reinhard

Feldwebel (adjudant) 

Né le 29 janvier 1910. Sujet dangereux. Avait beaucoup de relations parmi la population française et a fait beaucoup de dénonciations à la Gestapo.
Adresse : Frankfurt am Main. Arndstrasse 3

Dr Kurt Schmidt

Oberleutnant (lieutenant) 

Commandant de la Feldgendarmerie à Carcassonne. Travaillait en collaboration étroite avec la Gestapo à toutes les opérations contre la Résistance et le maquis. Responsable de beaucoup d’arrestations et surtout des tortures infligées aux victimes. Type brutal de l’officier prussien. Représentant fanatique du régime hitlérien et grand agitateur contre les juifs.
Adresse : Wüersburg am Main

Lorenzen

Oberstalserat (Médecin Major) 

Haut fonctionnaire de la NSDAP et de la SA. Ami intime du SS Obersturmführer, Colonel Otto Vahle. Collaborait avec ce dernier pour les mesures et opérations à entreprendre contre les maquis dans le département de l’Aude.
Parlait français et avait des agents de renseignements parmi la haute bourgeoisie française. A fait arrêter beaucoup de français qui ont été déportés par la suite. Selon ses propres paroles, les Allemands n’étaient pas assez durs et beaucoup trop humains envers la population française.
Adresse : Simmern – Hunnück

Hesbert Pobok

Feldwebel (adjudant) 

Feldkommandantur 734 à Carcassonne. Membre de la NSDAP et de la SA. Nazi très dangereux.
Adresse : Berlin – Treptow Rega

Werschke

Hautfeldwebel (adjudant de compagnie) 

Nazi très dangereux. Chef de la formation SA

Josef Hofmann

Unteroffizier (Sous-officier) 

Nazi très dangereux, menaçait toujours les Français à la caserne Laperrine. Contrôlait ces derniers à la sortie pour qu’ils n’emportent pas des provisions. Menaçait toujours l’aide cuisinier de la « Cuisine Roger Petasse » ainsi que les détenus à la prison, caserne Laperrine.
Chef dans la SA, responsable de beaucoup de dénonciations et condamnations des personnes antinazies.
Adresse : Employé de quincaillerie à Nürnberg

Inspecteur Matthes.

Un des principaux responsables du marché noir en gros. A fait beaucoup d’affaires avec l’escroc Lamant à Paris. Etait en traitement à Bordeaux pour une maladie grave. Très dangereux.
Adresse : Cassel – Hessen

Berend Goos

Feldwebel (adjudant) 

S’est principalement occupé pour les réquisitions des voitures françaises. Impitoyable envers la population française. Représentant fanatique du militarisme hithérien. Chef d’une formation SA

Alfred Flemning

Unteroffizier (Sous-officier) 

Haut fonctionnaire de la NSDAP. Volontaire de guerre. Freicharledensle corps nationaliste des états baltes contre le bolchévisme.
Adresse : Leipsig

Colonel Otto Vahle

Officier supérieur de SS. Chef du Kdo.Fl.H.Ber I/VII à Chartres, à Carcassonne. Travaillait en collaboration amicale avec la Gestapo. Avec le lieutenant Schneider à Lézignan.
Le colonel Otto Vahle est aussi un des principaux responsables des opérations organisées contre le maquis et de nombreuses arrestations de français.
Adresse : München

Otto Mauske

Feldwebel (adjudant) 

Sujet très dangereux. Chef d’une formation de SA. Avait comme maîtresse ; la nommée Cozak Jeannine, à la Bauleitung de Lézignan.

Fritz Beyer

Feldwebel (adjudant) 

Fonctionnaire nazi ; gradé dans une formation de SA. Grand agitateur contre le maquis. Dénonciateur des patriotes français qui ont été arrêtés par la Gestapo.
L’espagnol Amantegui, à Albi, rue de l’hôpital a été dénoncé par Beyer et arrêté par Bach
Adresse : Oschsenfurt. Badgasse 126

Heinarch Scruch

Oberfeldwebel (adjudant chef) 

Fonctionnaire de la NSDAP. Sujet répugnant et espion. Interrogeait les Français sur la Résistance ; menaçait souvent de son révolver les détenus politiques à la caserne Laperrine. Nazi très dangereux.
Adresse : Wien XII. Laängenfeldeplatz 16 IV/18

Karl Bauger

Oberfeldwebel 

Adjudant chef du groupe de garde à Baudrigue. Aurait exécuté avec son groupe les ordres de destruction de Baudrigue donnés par les officiers de la Gestapo.
Adresse : Frankfurt am Mein. Grüneburgweg 162

Albert Honsberg

Feldwebel (Officier aspirant)

Chef de la colonne transport stationnée au château de Tisseron, près de Carcassonne. Nazi fanatique, grand ennemi des libertés françaises. Donnait des renseignements à la Gestapo sur les maquis.
Adresse : Kollin am Rhein

Richard Wellinger

Feldwebel 

Travaillait en collaboration intime avec les officiers Mueller et Paquet responsables des crimes de guerre et des opérations contre les maquis
Adresse : Garmisch Partenkirchen. Griengartenstrasse 13/1

Vinzene Paquet

Lieutenant 

Luftnacheichten – Compagnie (Mot) 8 à Villemoutaussou. Poste secteur L. 45836 – Lgps – Paris.
A pendant les réquisitions à Villemoutaussou insulté et menacé la population de la faire emprisonner. S’est vanté de la façon dont il traitait les prisonniers du maquis. Officier de l’école supérieure du NSDAP
Adresse : Nalbach. Adolf Hilerstrasse 57

Henn

Hauptmann (Capitaine) 

Chef de la 10e compagnie et adjudant au 71e régiment de l’infanterie de l’air à la caserne Laperrine à Carcassonne. Participait avec sa compagnie aux opérations contre le maquis.

Bonnet

Hauptmann

Chef de la 9e compagnie du 71e régiment d’infanterie de l’air à la caserne Laperrine à Carcassonne.
Participait avec sa compagnie aux opérations contre le maquis (St-Hilaire, forêt de Crausse, Loubet…)
Adresse : Berlin

Fritz Jahrmarkt

Feldwebel 

Né le 21 novembre 1911 à Grubnitz. A été fait prisonnier par le maquis de Saissac en juillet 1944. A été libéré avec huit autres allemands prisonniers par un arabe traitre du maquis. Cet arabe qui est inconnu, a été incorporé dans l’armée allemande par la Gestapo, par mesure de sécurité à son égard.

Auguste Grollscheifes

Brigadier chef 

Né le 20 septembre 1918 à Nürnberg, a été arrêté par le maquis de Saissac en juillet 1944. Libéré avec Jahrmarkt
Adresse : Nürnberg

Muchleisen

Hauptmann 

Commandant le camp d’aviation de Perpignan. Fonctionnaire de la NSDAP. Grand agitateur des opérations contre le maquis des P.O
Adresse : Bamberg

Bodo Krüger

Obergfreiter (Brigadier chef) 

Fait prisonnier par le maquis de Saissac en juillet 1944. Libéré le 20 juillet 1944 dans les mêmes conditions que Jahrmarkt
Adresse : erfurt – Marbach

Fritz Schneider

Feldwebel 

Officier de la SA. Metteur au point des documents secrets du Kdo. Fl.H.Ber I/VII à Carcassonne Hôtel Terminus. Très dangereux.
Adresse : Frankfurt am Mein

Maierhofer

Oberwachtmeister aux fortifications 

Officier dans la SA. Ennemi dangereux de la France. Informateur de la Gestapo et du SD.
Adresse : St-Wendel Saar

Armuri Thomas

Né le 19 décembre 1889. Employé au bureau de placement allemand. Nazi très dangereux
Adresse : Heilbronn – Necker. Freidborpstrasse 26

Georg Reimers

Sonder Führer 

Né le 11 avril 1911. Chef du bureau de placement allemand à Carcassonne. Délégué spécial
Adresse : Tornesch – Holstein. Ueterenerstrasse 51

Ernest Schurtz

Employé au bureau de placement allemand. Nazi très dangereux
Adresse : Danibruck Keis Siegen. Sonneinferterstrasse 11

Dr Robert Ornetz

Lieutenant 

Haute personnalité étant en contact direct avec la Gauleiter à Graz. Chef dans la formation SS. Membre très actif agressif de la NSDAP et grand dénonciateur
Adresse : Graz Helberstrasse. Styrie

Joseph Eck

Unteroffizier 

Lieutenant fanatique NSDAP et du militarisme hitlérien. Il disait toujours que les opérations entreprises et le régime d’occupation n’étaient pas suffisants pour torturer les français et que les allemands étaient beaucoup trop humains.
Adresse : München

Fritz Ballannger

Chef artificier au grade d’adjudant chef 

Nazi redoutable – travaillait en collaboration intime aux préparatifs de Baudrigue avec Oberfenweker Franz Dierkes du Kdo Flughafenbereich I/VII, était précédemment à Chartres. Etait souvent en état d’ivresse. Torturait les Français.
Adresse : Gresner


Oberleutnant Georges

Prédécesseur du colonel Dischler. Ancien commandant de la place de Carcassonne. Commandant de la Feldkommandantur 734. Commandant de la Feldgendarmerie, du SD et de la Gestapo.
Principal responsable des opérations contre le maquis

Willi Stein

Oberfeldwebel et pilote du commandant 

Membre de la NSDAP. Après sa mutation de Carcassonne dans une ville des Balkans, s’est vanté dans une lettre de quelle façon barbare l’armée allemande traitait les populations balkaniques. Chef dans une formation de SA
Adresse : Eckerstrausen – Kreis Holznuden An Kreur – 2

Alois Bickel

Oberfeldwebel und Schinsneiter 

Né le 21 juin 1914 à Bentlage. Sujet très dangereux par suite de ses opinions nazies. Décoré des insignes en or de la jeunesse hitlérienne.
Adresse : Rheine Westfalen. Bentlage 7

Rudolphe Schildein

Employé en qualité de chef du bureau de placement allemand

Principal responsable de la « chasse à l’homme » pour envoyer les travailleurs en Allemagne. Impitoyable envers les ouvriers français. Travaillait en étroite collaboration avec le SD et la Gestapo. Ami intime du Oberleutenant Frank Rath. Haut fonctionnaire de la SS. Grand ami du chef de la Gestapo de Carcassonne Eckfellner et de l’interprète Bach. 
Adresse : Zorgen – Schlesien

Bach René

607048608.jpg

interprète de la Gestapo. Tortionnaire criminel de guerre.

Né le 11 juillet 1921 à Voellerdingen (Bas-Rhin), marié depuis 6 mois environ, interprète à la Gestapo, soi-disant titulaire du brevet supérieur, ayant demeuré 1 rue Barbès à Carcassonne, était un agent redoutable au service des allemands.
Bach a accompli 4 ans de service militaire comme engagé volontaire dans les équipages de la flotte à Toulon. Libéré comme quartier maître, il était en congé d’armistice à la solde de 1500 francs par mois au moment de l’occupation de la zone sud par les troupes allemandes.
Détenu à la maison d’arrêt de Carcassonne à la disposition de la police politique. A semé la terreur à Carcassonne pendant l’occupation. Fusillé après son procès en avril 1945.

Josef Plendl

 Oberfeldwebel 

Nazi dangereux
Adresse : Rothenberg Ob. Der Tauber

Friedrich Schmidt

Feldwebel 

Nazi fanatique
Adresse : Pforshein – Baden

Wilhelm Jockel

Feldwebel

Impitoyable
Adresse : Frankfurt am Mein

Auguste Selzer

Brigadier chef 

Fonctionnaire de la SA. Armurier. Très dangereux
Adresse : Sachsen

Paul Wadewitz

Oberfeldwebel 

Nazi de premier ordre
Adresse : Machrisch – Ostrau. Mahren

Le commandeur de la Sipo et du SD à Montpellier – Ausrendienstelle –

Carcassonne 67 route de Toulouse – Feldpost 13035.

Eckfellner

Commandant des services de la Gestapo de la région de Carcassonne SS Sturmsharführer. Ami intime de Rudolphe Schildein et de Thomas de l’Office du bureau de placement allemand à Carcassonne.

Adresse : München

Oskar Schiffner

schiffner.jpg

Sous-chef de la Gestapo à Carcassonne : SS Scharführer  

Responsable de beaucoup de crime de guerre.
Adresse : Hof. An Dieshale

Arrêté et condamné à Bordeaux le 18 mars 1953

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive/2013/09/18/maison-de-la-gestapo-le-proces-d-oskar-schiffner-178181.html

Franz Schienberk

SS Unterscharführer (chauffeur de la Gestapo) : 
Adresse : Issum Rheinland. Geldernastre strasse 70

KarlWenzel

SS Unerscharführer

Responsable de beaucoup d’arrestations
Adresse : Lauscha Taüragen

A. Hoffmann

SS Unerscharführer 

Très dangereux et responsable de beaucoup d’arrestations. 
Hoffman était à Zurich (Suisse) en 1939

Sources

Nous ne les donnerons pas pour des raisons évidentes. Il y a actuellement un pilleur Carcassonnais d'informations et de photographies volées sur ce blog qui rédige un livre pour son propre compte. Il s'abstient bien sûr de citer d'où lui viennent ces clichés. Vous comprenez le temps et l'argent que nous passons à vous offrir ce type de renseignements. Nous savons - bien entendu - son nom. Qu'il sache que nous n'hésiterons pas une seule seconde à lui faire un procès si d'aventure, cette liste et des photos de notre collection se retrouvaient ultérieurement dans son ouvrage sans nous citer.

Pour les reste, l'histoire doit avancer et l'on ne doit pas priver la communauté honnête dans son ensemble, de ce que nous diffusons.

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

bonjour
pas de haro sur martial andrieu quand il y a eu délectation au procés de papon 50 ans après disant "il vaut mieux tard que jamais" à celui de bousquet pignon sur wilson.. nous savons qu'à chaque nom cité correspond sa danseuse...ne pas oublier est un devoir de non recommencement mais aux descendants morale faire mentir raço raçego (?)
l'impunité n'est pas un héritage md

Écrit par : md | 01/06/2016

Merci pour le travail que vous faites.
Je sais que mon grand père et un oncle était dans la résistance carcassonnaise mais je ne sais pas comment orienter mes recherches pour retrouver leurs traces.
Auriez vous des pistes à me conseiller ?

Écrit par : Laurent | 01/06/2016

a ne jamais oublier c'est notre histoire que nos héros morts pour la France trouvent le repos qu'ils méritent et que les assassins soient punis ...merci Martial pour toutes vos recherches....j'y suis sensible car moi j'étais née pendant la guerre même si j'étais trop jeune pour m'en souvenir......

Écrit par : constance Pressoirs | 01/06/2016

bonjour, je suis très impressionnée par vos recherches et par cette liste. Je relève plusieurs fois les mots "maquis de Saint-Hilaire" et je suis particulièrement intéressée par de plus amples détails sur cette formation de la Résistance française. Je sais quelques noms, mais ce qui s'est passé exactement dans ce village de 1940 à 1945 reste pour moi un grand inconnu.

Je ne suis pas étonnée d'apprendre qu'un certain lecteur pille vos écrits : ceci est inadmissible, et doit être signalé à qui de droit. Je suis moi meme écrivain (vaine ? ) et passionnée d'histoire. Je peux vous dire une chose : celui ou celle qui pille vos mots n'en fera pas bon usage, car s'il ou elle voulait un jour s'en servir à des fins coupables, il/elle serait immédiatement démasqué.

Mes sincères remerciements pour la générosité de votre partage, pour la minutie de vos recherches et pour tout le temps que vous passez à nous donner de si riches informations.

Écrit par : l'americainé | 01/06/2016

Ne pas oublier et perpétuer la mémoire, tel est notre leitmotiv

Écrit par : SLN11220 | 01/06/2016

LES GRANDS PARENTS MATERNELS DE MON MARI AVAIENT UNE CAMPAGNE à VILLEBAZY placée sur le chemin du maquis........Villebazy a été sauvé grâce au gardien de la sous préfecture de LIMOUX,originaire de VILLEBAZY, il a tél. au maire pour l'avertir de l'arrivée des allemands ainsi fut évité un massacre, les habitants ont pu quitter leur maison et se cacher. LE grand père de mon mari LEON FARGES, est monté à RABASSIE,avec un copain, pour aller chercher les barriques de vin données aux maquisards, et sur lesquelles il y avait les initiales LF ;Il a eu juste le temps d'arriver à la campagne.Lors de l'attaque de RABASSIE un maquisard d'origine africaine a été tué et repose au cimetière de VILLEBAZY;on ignore son nom ,ainsi VILLEBAZY a aussi son SOLDAT INCONNU;On regrette beaucoup de n'avoir pas tout retenu, car le grand père et son cousin POUDOU en parlaient assez facilement ainsi que leur copain dit "LAPIQUE" de VILLEBAZY;PAR ces quelques lignes je leur rend hommage.

Écrit par : VACQUIER NICOLE | 01/06/2016

Vous me bluffez..Merci, c'est un plaisir de vous lire....

Écrit par : CHATELARD-TOINET | 01/06/2016

Merci pour votre témoignage, Nicole, mes grand-parents maternels et paternels etaient de St Hilaire, et la famille de mon grd père maternel était originaire de Belcastel et Buc, donc ce que vous avez écrit là me touche beaucoup. Encore merci.

Et je connaissais des Farges, de St Hilaire, avec qui, je crois, nous étions lointainement parents .. :) )

Écrit par : l'americaine | 01/06/2016

Je relève : Oskar Schiffner, sous-chef de la gestapo de Carcassonne " Arrêté et condamné à Bordeaux le 18 mars 1953 "

Mais qu'est-ce qu'il faisait donc encore en France en 1953 ? !! Ou alors, il a été arrêté en 1945 et on l'a gardé pendant HUIT ANS en prison à Bordeaux ?
Ou bien il aimait tellement la France qu'il y est resté apres la debacle allemande ? Ou bien il espérait le retour de l'homme à la petite moustache ? ou quoi ? J'en suis ebahie

Écrit par : l'americaine | 01/06/2016

Très bon article je voulais le mettre sur FB je ne sais comment faire ?

Écrit par : Riviere Blanchard | 01/06/2016

j'ai pu rencontrer ces noms aux A.D.A.
Difficile de faire un organigramme précis, car ils sont issus de témoignages de résistants (observations, espionnages des courriers ..etc)avec parfois des erreurs d'unité ou d'emploi.
je vais comparer votre liste avec ce que j'ai sous la main.

pour compléter modestement :
Hermann Eckfelner est mort à l'hôpital de Bordeaux en 1951.
Oskar Schiffner a été condamné aux travaux forcés à perpétuité le 23 mars 1953.
René Bach a été arrêté à Avignon en août 1944.

Écrit par : jpp | 03/06/2016

j'ai oublié !

concernant la 2e photo en partant du haut, je l'ai déjà rencontré sur le net, sans pouvoir trouver la source.
Savez vous de votre côté, si elle en possède une ? svp.

Écrit par : JPP | 03/06/2016

En fait les deux premières photos sont de collections personnelles de l'auteur, la troisième étant de la miennne

Écrit par : SLN11220 | 03/06/2016

merci SLN !

la votre est (très intéressante).
s'agit elle de la commission d'armistice en visite avant le 11 novembre 1942 ?

Écrit par : JPP | 03/06/2016

bonjour,je suis a la recherche d un officier parachutiste de la luttwaffe qui aurai resider a brousses dans l aude fin juillet et debut aout 1944 ,je n ai malheureusement pas d autres infos
d avance merci ce que vous faites est tres bien

Écrit par : debez stephane | 16/10/2016

Les commentaires sont fermés.