20/06/2016

Le passage de Notre-Dame du Grand retour à Carcassonne en mai 1944

Selon une légende, une statue de la vierge Marie sur une barque poussée par des anges aurait accosté en 636 à Boulogne-sur-mer. Depuis le Moyen-âge, un pèlerinage à Notre-Dame de Boulogne maintient ainsi la ferveur et la dévotion dans le coeur des catholiques.

image.jpg

© pelerinagedefrance.fr

À partir du 28 mars 1943, un pèlerinage de Notre-Dame de Boulogne - appelée également Notre-Dame du Grand retour - fut organisé à travers le pays par l'épiscopat français. La motivation de l'église catholique était de ramener les brebis égarée sur la voie du communisme, en lançant des intentions de prières pour le retour des prisonniers et la fin de la guerre. Quatre statues en plâtre effectuèrent près de 100 000 km en s'arrêtant à chaque fois dans de nombreuses paroisses. Le point de départ du périple de Notre-Dame du Grand retour fut Lourdes et se termina à Boulogne-sur-mer. Il est difficile de suivre les parcours des statues ; à la mi-avril elle arriva à Toulouse, mais une seconde copie partit d'Albi le 28 mai 1943.

Numéro 4.jpg

© Claude Gironis

À côté de la statue les gens marchaient pieds nus, jetaient des billets dans la barque et traversaient des arcs de triomphe sous les acclamations de la foule. Il fallait quatre personnes pour la transporter. Après avoir quitté Dijon, une copie relia Perpignan et atteignit Carcassonne en mai 1944. Elle passa également par le village de Conques-sur-Orbiel (voir photos).

Numéro 8.jpg

À Conques-sur-Orbiel en mai 1944

© Claude Gironis

Lors de son passage à Carcassonne, nous avons recueilli le témoignage d'une réfugiée Lorraine qui s'est souvenue dans les détails de cet évènement.

"Quand elle est venue à Carcassonne on n’était pas loin de la libération, l’atmosphère était extrêmement tendue. Les allemands n’ont pas pu interdire la procession, mais les gens en ont fait une sorte de manifestation patriotique; on avait l’impression que toute la ville était dans la rue. Je portais ma croix de Lorraine avec l’hirondelle (un peu dissimulée sous son gilet tout de même) et les expulsés devaient tous certainement être présents ! La barque qui recueillait les dons était pleine de billets ! ( qui sont allés où et à qui ?) Il y avait un monde fou et on sentait les gens très tendus et prêts à une sorte de révolte. 
Les allemands étaient présents en masse et prenaient énormément de photos mais s’ils étaient intervenus de quelque façon que ce soit ça se serait certainement mal passé - j'ai reconnu dans la foule des gens du maquis."

Numéro 5.jpg

Source

Le grand retour de ND de Boulogne à travers la France / Louis Péronas

Merci à Bernadette Klein et à Claude Gironis

_____________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Les commentaires sont fermés.