25/06/2016

L'arbre de la liberté au hameau de Villalbe

Il est toujours là depuis 27 ans, mais qui s'en souviens et surtout qui le sait ? Cet arbre de la liberté, planté comme des milliers d'autres à travers la France afin de commémorer le bicentenaire de la Révolution française. Nous avons retrouvé ce tilleul dans le jardin d'enfants situé derrière l'église de Villalbe. Hélas, aucun cartel à son pied n'indique l'origine de son existence à cet endroit. C'est devenu un arbre comme les autres qui pourrait un jour être abattu dans l'anonymat.

Arbre 2.jpg

Voici un texte que nous proposons

Cet arbre de la liberté a été planté par les élèves de la l'école de primaire de Villalbe en 1989 afin de commémorer le bicentenaire de la Révolution française, en présence de Raymond Chésa, maire de Carcassonne.

Arbre 1.jpg

Cet arbre a été inauguré en même temps que la cantine de l'école, qui comptait alors 40 élèves.

13502121_10209325511922471_7785734921904491785_n.jpg

Le beau tilleul de la liberté au milieu des pins, derrière l'église de Villalbe. Au moment où la République vacille sur ses fondements, il est temps de rappeler à nos enfants que la liberté peut s'arrêter du jour au lendemain. Que c'est une valeur à entretenir chaque jour ; si l'on ne prend soin de bien l'arroser, elle se fane et finit par périr.

On peut reprocher certaines choses à Raymond Chésa, mais pas celles de n'avoir pas cherché à transmettre l'héritage fondamental du symbole républicain. Au moment où nous avons le plus besoin de nous réconcilier et de nous fédérer, les responsables politiques actuels portent une lourde responsabilité dans la banalisation des valeurs et de leur transmission. Il ne suffit pas de parler, il faut agir en Républicain et s'élever en exemple au-dessus de la mêlée. Reprendre à leur compte des idées des ennemis de la liberté à des fins purement électorales, ce n'est pas servir l'idéal de l'époque des lumières. C'est tout simplement donner raison à ceux qui préfèrent l'obscurité.

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

L'instit s'appelait Jean Denat, on l'aperçoit d'ailleurs sur la 1e photo.
Jean Denat et son épouse Andrée ont enseigné dans cette école pendant de nombreuses années.

Écrit par : fontecave | 25/06/2016

Bien dit. Je souscris complètement à ce texte : il est grand temps que de tels propos s'élèvent. Mais ils sont d'une telle rareté, Bravo !

Écrit par : Christian Viguié | 25/06/2016

Quelle évolution. Que cette célébration est lointaine.
Maintenant nous sommes l'Occitanie, frontière nord de la Catalogne qui va annexer les catalans français.Les grandes manoeuvres ont commencé.

Écrit par : Marie | 26/06/2016

Les commentaires sont fermés.