28/06/2016

Quoi de neuf du côté du patrimoine de Carcassonne ?

IMG_0355.jpg

Un internaute nous a transmis cette photographie ; il s'interroge sur la présence de plaques photovoltaïques sur les toits du Musée des beaux-arts de Carcassonne. Si c'est le cas, voilà une petite cachoterie municipale qui ne cadrerait pas avec les préconisations de l'ABF pour ce qui concerne le secteur sauvegardé de la Bastide.

_____________________

13419264_10209254212340026_5511871693667888339_n.jpg

Après 30 années de rouille, le calvaire du hameau de Villalbe vient d'être repeint grâce à l'action de M. Jean Ormières auprès des services municipaux. La dernière restauration avait été réalisée à la demande de l'abbé Maurice Vidal, auprès de mon père alors Conseiller municipal en charge du hameau. Soulignons le soin tout particulier qui a été apporté à cette résurrection patrimoniale.

____________________

13351252_1106450359416891_1421767496_o.jpg

Les travaux de destruction de la chapelle Saint-Martin dans le quartier Pasteur font leur oeuvre. A Carcassonne, on a la particularité de détruire les édifices religieux. Quand en plus c'est à mettre au crédit des catholiques eux-mêmes, pas étonnant que les ouailles fuient les offices. Fort heureusement, il n'auront bientôt pas à raser l'église des Carmes, elle va tomber toute seule...

_________________________

conseil-municipal-au-fil-des-dossiers_415406_800x600.jpg

Etant ce jour-là à Carcassonne, j'ai assisté à la dernière séance du conseil municipal. Le maire Gérard Larrat a annoncé la reprise en main de la Bastide et la fin des immeubles délabrés avec ses marchands de sommeil. Voilà qui va dans le bon sens ; j'ai moi-même pu constater la rénovation d'un certain nombre de façades dans le centre-ville. Là, où je suis plus réservé c'est lorsque j'ai cru entendre que l'on allait amender le secteur sauvegardé pour transformer d'anciens commerces fermés, en garages. Les immeubles seraient acquis pour une bouchée de pain à des bailleurs sociaux chargés de rénover, ce qui permettrait de repeupler la Bastide. Toute personne ayant du bon sens, ne pourrait que saluer cette initiative. Sauf, que...

N'y a t-il pas un peu d'impuissance ou de facilité à transformer des commerces en garages ? Au début du mandat de M. Larrat, je me souviens de l'excellente idée de Madame Maurette (adjointe au commerce) et de Monsieur Pignon (Manager du centre-ville) d'engager la mutation commerciale de la Bastide en boutiques artisanales. Partant de l'évidence qu'aujourd'hui les commerces franchisés se fixent dans les zones pour étendre leur surface de vente - ce constat se fait aisément partout en France - il faudrait que la Bastide se distingue par une nouvelle offre. Les commerces fermés pourraient être loués moyennant une aide de la CCI et de la ville à de l'artisanat. La Bastide profitant de son attrait touristique, pourrait accueillir les travailleurs du cuir ou du tissu qui sont en lien direct avec l'histoire de notre ville - Carcassonne ayant été une place drapière importante au XVIIIe siècle. On pourrait commencer le test avec une artère comme la rue Tomey, par exemple. 

________________________

1594950770.jpg

La saison théâtrale 2016-2017 a été dévoilée. J'ai moi-même pu apprécier un programme très varié (théâtre, opéra, opérette, musique classique, jazz) qui va dans le sens de la tradition de cette maison, autrefois tenue par André Valette, Jean Alary et Jacques Miquel. Georges Bacou se pose indiscutablement en héritier et ceci, malgré les difficultés budgétaires d'aujourd'hui. Cette programmation est équilibrée et conviendra à la majorité des habitués ; pour les concerts de variétés, le Dôme devrait profiter bientôt d'une transformation pour mieux les accueillir.

Cependant, deux bémols :

Le premier, concerne le prix des places. On ne peut se satisfaire au théâtre de Carcassonne à moins de 40 euros, pour des places au parterre et au premier balcon. Qu'il me soit permis de trouver cela excessif et hors de portée de certaines bourses, même si des efforts sont faits en direction de la jeunesse. N'oublions pas que notre ville est l'une des plus pauvres de France.

Le second, concerne une indiscrétion sur l'attribution prochaine à un privé d'un lieu de restauration dans le foyer du théâtre. Loin d'être contre cette idée, a t-on pensé qu'il y a en face le café de la Comédie ? Celui-ci survit grâce aux soirées théâtrales avant lesquelles, le spectateur vient dîner ou boire un verre. Certes, il pourra prendre part à l'appel d'offre qui sera lancé, mais serait-on passé à côté de la concertation ? On aurait pu imaginer que le théâtre et ce café puissent travailler sur une idée de partenariat, comme cela se fait entre les cinémas et les restaurants : une place à tarif réduit pour un repas, surtout pour les soirs de faible affluence. Chacun y aurait trouvé son compte...

________________________

douves.jpg

Les douves de la Cité médiévale retrouvent leur virginité. Les véhicules garés très souvent de façon anarchique et les passe-droits de certains pour aller au Festival de la Cité, c'est fini ! Il ne reste plus maintenant qu'à labourer le bitume et cimenter les vignes (je plaisante). Un seul mot : Félicitations.

201505211669-full.jpg

En revanche, je regrette la construction d'un parking pour les camping-cars sur l'île, dans le quartier de la Barbacane. Cet endroit qui était une aire de fraîcheur a été remplacé par du goudron et des odeurs de diésel. C'est ce qu'on appelle en physique, les vases communicants comme sûrement en matière de règlementation du stationnement.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

et après, on vient ennuyer les propriétaires pour des travaux dans les cours intérieures, qui ne se voient pas sous prétexte que d'avion, on peut le voir!!!

Écrit par : plessis marthe | 28/06/2016

Au sujet des commerces abandonnés qui vont devenir des garages quoi de plus normal ce n'est qu'un retour des choses en arrière.En effet beaucoup de commerces étaient avant des garages mais l'appât du gain des propriétaires ont fait que ces emplacements sont devenus des garages car il vaut mieux louer un pas de porte avec bail commercial que de prêter gratuitement,ou louer un emplacement à un locataire.Quand c'est pas un garage qui est devenu une pièce supplémentaire du logement.Ce phénomène n'est pas spécial à Carcassonne,dans toutes les communes du Département petites ou grandes c'est la même histoire et c'est même une rareté les anciens commerces qui deviennent un garage,c'est un appartement systématiquement.Mais pour en revenir à notre sujet,si l'on veut maintenir une population dans la Bastide il est exact que les habitants puissent garer leur véhicule dans la bastide et pourquoi pas dans leur Immeuble,ce système peut fonctionner si le garage reste attaché à appartement ou l'immeuble avec interdiction de découpe à vie.Et surtout interdire la réhabilitation d'immeuble sans obligation de places de Parking car les promoteurs préfèrent payer une grosse taxe à la mairie plutôt que de créer des places de parking.Mais l'histoire se répète peut-être assisterons nous au phénomène inverse garages devenant commerces,mais je n'y croit pas trop ,je pense plutôt que tous les commerces sont appelés à s'expatrier en périphérie de la Bastide et si les contraintes environnementales s'allègent on peut revoir une population revenir s'installer dans le Centre Ville à la condition qu'il reste encore des administrations en ce lieu.

Écrit par : Louis | 28/06/2016

Et en ce mois de juin 2016 la Cité redevint une Citadelle militaire.
Mille fois bravo d'avoir enlevé les voitures des douves.
Se garer dans les douves était bien pratique mais redonner à la Cité son sens était nécessaire et urgent.
Quand on voit le monde qu'il y a à la Cité, c'est assez incroyable. Il faudrait les faire descendre dans la ville basse où ils pourrait s'adonner dans les boutiques dont il faudrait repenser la spécialisation à leur sport favori: acheter.Les multiples groupes de japonnais qui étaient hier à la Cité se faisaient photographier devant les magasins.Tout cela est à repenser.

Écrit par : Marie | 30/06/2016

En ce qui concerne la programmation du Théâtre Municipal, il est certain qu'elle peut satisfaire le plus grand nombre de Carcassonnais.
Pour ce qui est du suivi de la tradition (de cette maison...) le Théâtre....des anciens directeurs André VALETTE et Jean ALARY, il faut tout de même se souvenir que pour maintenir une programmation
satisfaisant de nombreux Carcassonnais, ces deux Directeurs avaient des responsabilités financières personnelles, car ils géraient cet établissement en "concessionnaires" par un contrat de "trois ans" renouvelable. Avec les responsabilités financières personnelles, que cela comporte.... atténuées par une "maigre" subvention.
Alors que Directeurs (employés municipaux) qui ont succédés à Jean ALARY, sont en Régie Municipale tout simplement.
La différence est très importante (même s'il doivent respecter le cadre d'un budget)
Pour un lieu des restauration dans le Théâtre, Jean ALARY en avait eu l'idée dans les années 1958/1960 avant que les propriétaires actuels du Café de la Comédie soient dans les lieux, (il avait créé au premier étage du Théâtre, un bar ouvert seulement en entracte, mais l'a supprimé par la suite pour ne pas faire de concurrence "au voisin"...
Est-ce que l'installation d'un lieu de restauration dans le Théâtre
peut-il être envisagé ? je ne sais si l'espace voulu existe ?
ET comme vous le soulignez si bien Martial, un café-brasserie est en face...
Pierre-Baptiste

Écrit par : Pierre-Baptiste | 30/06/2016

Les commentaires sont fermés.