30/06/2016

Carcassonnais, vous n'avez pas honte ?

C'est un choc, un véritable sentiment d'horreur ! Le poids des mots, le choc des photos ; pour reprendre le slogan du plus connu des magazines de reportages. Comment a t-on pu laisser faire cela dans une ville comme Carcassonne dont le nom historique résonne de l'orient à l'occident ? On vous aura parlé sans doute de ces prédateurs immobiliers étrangers sans foi, ni loi, connus pour avoir pillés nos châteaux.

Vous a t-on expliqué que dans notre ville, on a laissé faire les mêmes pratiques ? Là, à deux pas de la place Carnot et du centre historique que l'on appelle La bastide Saint-Louis... Oui, nous sommes coupables de ne pas nous y être intéressés, comme tous ceux ayant eu en charge cette ville qui, à des degrés divers, auront fermé les yeux sur ce saccage. Mais bon sang, à qui profite le crime ? Car, on n'en est pas ici à un coup d'essai; on pourrait d'ailleurs dresser la liste exhaustive des bâtiments historiques laissés à l'état de ruine par le fait d'une escroquerie ou d'un je m'en foutisme général. Oh ! bien sûr, on ne sait que trop qu'il ne faut pas gêner les personnes au sein de relations politiques. Ah ! C'est lui le propriétaire ? On ne va pas l'emmerder, toute sa famille vote pour nous. Voilà, comment pendant des décennies le patrimoine de Carcassonne s'est retrouvé ruiné et aux mains de marchands de sommeil bourgeois qui vont à la messe le dimanche et logent la semaine, de pauvres hères dans des conditions indignes de salubrité. La C.A.F leur règle l'addition, mais eux ne manquent jamais de pester en public contre toutes ces aides sociales que l'on distribue aux assistés et aux immigrés. Pourtant, on trouve des roumains dans leurs bobinards désaffectés qui, pris de saturnisme remplissent la salle d'attente de leurs cabinets.

Capture d’écran 2016-06-30 à 10.08.28.png

Au n°77 de la rue de Verdun, caché par des moellons du plus bel effet, se trouve un hôtel particulier du XVIIIe siècle construit par Guillaume Castanier, propriétaire de la manufacture royale de la Trivalle.

160130670.jpg

Guillaume Castanier

Si ce bâtiment est actuellement fermé de la sorte, c'est qu'il a été squatté à la suite d'un projet immobilier qui a mal tourné - un de plus à Carcassonne. En fait, il s'agirait même d'une escroquerie d'après les journaux locaux.

Les faits remontent à 2000.
La société montpelliéraine CTMO (groupe Quarate) est spécialisée dans la réhabilitation d'’immeubles situés dans des centres-villes sauvegardés, à des fins de défiscalisation. Vingt-sept personnes, disséminées dans la France entière, ont ainsi été démarchées pour un investissement de type “loi Malraux” concernant l’'hôtel particulier Castanier-Laporterie, au 77 de la rue de Verdun.

"On nous proposait des affaires clefs en mains avec toute l’apparence de la légalité", explique Jean-Pierre Ghilini, qui aurait perdu 170 000 euros dans l’opération. Problème, les travaux n'’ont jamais commencé malgré le déblocage des sommes. Pire, la société a été mise en liquidation judiciaire en 2007.
Face à l’ampleur de l’affaire (Ndlr : 18 chantiers du groupe Quarante seraient concernés), le dossier a finalement été confié à la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille en 2006. Depuis, l’'affaire est toujours en cours. "Plusieurs juges d’instruction se sont succédés et il a été extrêmement difficile de rassembler tous les papiers", raconte Me Renucci-Pepratx.

(Le Midi-libre)

Ainsi, pendant des années l'immeuble est resté ouvert aux courants d'airs. Qui s'en souciait ? Fort heureusement, la Bastide étant en secteur préservé, l'hôtel particulier ne pouvait être rasé. Vous savez qu'à Carcassonne, nous avons des experts ; ils laissent pourrir un bâtiment jusqu'à ce qu'il soit ruiné.  C'est à ce moment-là qu'intervient un bailleur social pour raser et édifier quatre étages de béton avec le concours d'architectes, spécialisés dans la construction de cages à poules. Au mois d'octobre dernier, il a pu être visité par des particuliers dans le cadre d'une future vente aux enchères publiques. C'est grâce à la contribution de l'un d'entre eux que nous diffusons ces photographies, non pas pour dénoncer mais pour alerter sur l'état de péril imminent de l'Hôtel Castanier-Laporterie.

hotel-castanier.jpg

Dans les années 1990...

2638152093.jpg

Au même endroit en 2016

Suivez le guide, attention à vous...

A entrée cour d'accès pavée photo MHM.jpg

L'entrée par la rue de Verdun

A entrée cour intérieure accès aux étages murée Photo MHM.jpg

Cour intérieure, accès aux étages

AB Cour interieure deuxième batiment fenetres carreaux cassés Photo MHM.jpg

Façade donnant sur la cour

B cour interieure vue du premier etage Photo MHM.jpg

Vue sur la cour depuis le 1er étage

B terrasse du premier etage Photo MHM.jpg

Le balcon du 1er étage

C cage escalier donnant acces au premier et deuxieme batiment Photo MHM.jpg

Escalier d'accès avec ses tomettes d'origine

C Cage escalier plafons eventrés du deuxieme etage Photo MHM.jpg

Une partie du plancher écroulée

C cage escalier premier etage porte donnant sur terrasse Photo MHM.jpg

C'est pour un très gros chat, sûrement

C poutres et gravas tombent de la charpente à travers le deuxieme etage sur le premier etage Photo MHM.jpg

Les infiltrations d'eau font des ravages

C poutres et gravas venus du toit sur le premier etage Photo MHM.jpg

Accès aux salons XVIIIe

D a grand salon direction terrasse Photo MHM.jpg

Une très belle pièce ajourée

D a grand salon cheminee Photo MHM.jpg

Ici, on a emporté la cheminée

D a petit salon ornements stuc Photo MHM.jpg

Là, les ornements en plâtre...

D tuyauteries arrachées Photo MHM.jpg

Même la tuyauterie en cuivre...

D petit salon ornements en st Photo MHM.jpg

Les stucs n'ont pas été épargnés

arrière du bâtiment.jpg

L'arrière du bâtiment donne dans la rue Aimé Ramond. C'est par là que rentrait le carrosse tiré par des chevaux, remisé ensuite dans les écuries.

Venez avec moi à Albi...

Un autre patrimoine mondial de l'UNESCO met en valeur ses hôtels particuliers et les propose à la visite dans le cadre de l'Office du tourisme.

hôtel castelnau.jpg

Hôtel de Castelnau

Hôtel de Gorsse.jpg

Hôtel de Gorsse

Hôtel de Reynes.jpg

Hôtel de Reynes

Hôtel de saunal.jpg

Hôtel de Saunal

Hôtel Decazes.jpg

Hôtel Decazes

 

Albi, chef-lieu du Tarn (49 342 habitants) - Patrimoine UNESCO

Carcassonne, chef-lieu de l'Aude (46 724 habitants ) - Patrimoine UNESCO

20 ans de retard ! au moins...

Crédit photos pour Albi

La dépêche

 _____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

Quelle honte!
Mais on a la ville qu'on mérite avec les édiles que nous avons élus!

Écrit par : micheleb | 30/06/2016

Répondre à ce commentaire

Quelle tristesse ! Ca fait mal au coeur de voir ça...

Écrit par : lobabel | 30/06/2016

Répondre à ce commentaire

20 ans de retard au moins.
Et quand les finances de la ville seront rétablies, il sera bien trop
tard pour procéder à une restauration du bâtiment. Encore une fois les experts auront gagné !
Quant à une future vente aux enchères publiques, elles n'atteindront pas des sommets...

Écrit par : Christian Viguié | 30/06/2016

Répondre à ce commentaire

Mais que font les batiments de France service Etat, et que fait Me Barthes Annie chargee de l'urbanisme, je crois ?

A PLEURER, pour une Carcassonnaise,

Il faudrait malheureusement un anglais pour acheter cela, peut etre que cela redeviendrait habitable, mais comme ils sont sortis de l'Euro, il ne faut pas se leurrer, quelle honte, quelle decadence.....
Carcassonne .......

Écrit par : Ourliac | 30/06/2016

Répondre à ce commentaire

Vite un Cros-Mayrevieille au secours de la Bastide! Un tel patrimoine qui part en ruine, c'est insoutenable. Albi que vous avez choisi est un très bel exemple de réhabilitation.
Vous pouvez mentionner Martial que les photos sont de moi. Ce que j'ai vu là il y a quelques mois m'a stupéfaite, horrifiée, tandis que j'ai connu l'endroit qui se tenait admirablement debout il y a tout juste quelques années. Dans la foulée, un signalement a été fait auprès des services de l'urbanisme, une mise hors d'eau a été programmée, mais je n'en sais pas plus. Peut-être faudrait-il plus qu'une mise hors d'eau!
Le problème de ces bâtiments est qu'ils ont été vendus à la découpe, alors qu'ils forment un tout, notamment au premier étage, il y a trois ou quatre propriétaires différents, une hérésie. Je crois que les services de l'ABF ne tolèrent maintenant plus ces découpages.
Merci pour l'article, chacun pourra juger de ce que signifie un patrimoine qui prend l'eau. Il est trop tard pour réagir?

Écrit par : marieh melendez | 30/06/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour cet excellent reportage, bien triste bien que le mot soit faible.... quel gâchis c'est une honte de +

Écrit par : Riviere Blanchrd | 30/06/2016

Répondre à ce commentaire

Une fois de plus, merci de mettre le doigt là où cela fait mal ! C'est un véritable coups au cœur de voir un tel patrimoine disparaître ainsi dans l'indifférence des responsables de Carcassonne et ce, quel que soit leur appartenance politique car ces problèmes ne datent pas d'hier ! Aurons nous un jour à la tête de la ville une équipe réellement engagée pour elle ?? En attendant, continuez de nous informer, de pousser vos coups de gueules et qui sait .... cela risque de porter ses fruits.

Écrit par : Noé Armelle | 01/07/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai vécu à cette adresse dans les années 80 . Le bel appartement 18ème donnant sur la Rue de Verdun était occupé par un médecin à la retraite .
Une baraque insalubre occupait la moitié de la cour.
La partie donnant sur la Rue Aimé Ramond était dans un état d'abandon naissant malgré de beaux appartements "haussmanniens" sur tout le premier étage . Les portails du rez-de chaussée était ouverts jour et nuit et les gens avaient pris l'habitude de traverser la propriété comme s'il s'était agi d'une voie publique . Dès le soir , une faune étrange squattait les lieux .
L'arrivée de nouveaux locataires avait incité le propriétaire d'alors à effectuer certains travaux d'amélioration , dont la fermeture du portail du fond empêchant toute circulation inopportune, la démolition de la baraque de la cour et la rénovation de certains appartements .
Tout était encore "sauvable" avant la vente de l'immeuble et la suite malheureuse que l'on connaît.
Ces grandes bâtisses édifiées au temps des immenses fortunes des marchands drapiers ne peuvent plus être entretenues par une seule famille et donc se dégradent inexorablement ou doivent se transformer en lieux publics ou officiels .Les mairies ont-elles pour vocation de racheter l'ensemble du patrimoine urbain inadapté à la nouvelle sociologie du centre-ville ? Vaste question.En tout cas ,l'adresse que vous présentez était un bel endroit.

Écrit par : Pol | 02/07/2016

Répondre à ce commentaire

quelle horreur comment peut on se désintéresser d'un bien si riche en histoire.....et qui doit l'entretenir? QUEL DOMMAGE ....la bastide regorge de beautés anciennes qui ne sont plus entretenues.....

Écrit par : constance Pressoirs | 02/07/2016

Répondre à ce commentaire

comme j'aimerais visiter ces hôtels particuliers depuis mon arrivée à Carcassonne il y a 51 ans c'était mon rêve, mais il vient de s'écrouler en voyant ces photos de ce joyau laissé en ruines
SVP si quelqu'un peut faire quelque chose pour sauver les hôtels particuliers de notre ville, qu'il se fasse connaître et vite, les élus de notre ville ne peuvent pas tout faire il faut des mécènes pour apporter l'argent pour restaurer. Mais où son les mécènes à notre époque ????

Écrit par : grenet jacqueline | 02/07/2016

Répondre à ce commentaire

il y en a un autre de chef d'œuvre qui part en décrépitude qui appartient à la ville qui part en décrépitude et qui est classé: La maison du Marquis à côté du Black Botton

Écrit par : baroni | 03/07/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai vu que le cabinet "Altinum" étudiait la reprise du projet précédent et entendait refaire la toiture de 1500 m2 ainsi que la façade . Ce cabinet a déjà rénové avec bonheur trois autres bâtisses classées dans le centre .Tout n'est pas perdu.

Écrit par : Arnaud | 03/07/2016

Répondre à ce commentaire

Affligeant! mais la Mairie ne peut pas tout racheter et rénover.... Le mécénat ayant le vent en poupe, paut-être conviendrait-il de lancer un appel aux dons sur une plateforme collaborative?

Écrit par : Chloys | 09/08/2016

Répondre à ce commentaire

Et à propos de 50 rue Aime Ramond? Pas si vieux, mais un exemple superbe du style Art Nouveau, avec ses sculptes extravagants et ses fenêtres et balcons dans le plus grand style. Chaque fois que je le passe, il me fait triste pour voir que c'est la beauté qui s'effondre par la négligence.

Écrit par : Jan Riordan | 28/07/2017

Répondre à ce commentaire

Cette maison du N°50, rue Ramond, est en vente. Elle appartient à la famille du Dr Oustric dont la femme était Tantine, supportrice de l'ASC XIII.

Écrit par : Martial Andrieu | 28/07/2017

Répondre à ce commentaire

C'est vrai qu'elle était superbe, cette maison!

Écrit par : Chloys | 28/07/2017

Répondre à ce commentaire

ça me donne envie de pleurer, vraiment ! à Montauban aussi ils ont tout rénové comme à Albi

Écrit par : Riviere Blanchard | 28/07/2017

Répondre à ce commentaire

ça me donne envie de pleurer, vraiment ! à Montauban aussi ils ont tout rénové comme à Albi

Écrit par : Riviere Blanchard | 28/07/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour , moi aussi je suis victime de l ' entetement des responsables de l 'Habitat , nous avons rehabilité un immeuble avec des amis , sans demander d'aide financiere , cet immeuble etait en partie squatté , et frequenté par des individus peu recommandables . petit a petit nous avons restauré chaque logement a nos frais , depuis nous louons a de jeuens etudiants et a des retraitees sans voiture . Dans cette rue plus de 100 fenetres en PVC , , nous avons donc pensé possible faire pareil , et non ...!Nous sommes tenus de deposer ces fenetres pour les remplacer par du bois . Un responsable m 'a dit qu 'il allait faire changer toutes ces fenetres PVC (une centaine sur deux facades des deux grands hotels de la ville et meme faire demolir un local commercial erigé en 1978 car situé dans le perimetre de le Bastide . J'ai acheté un local mansardé qui a ete toujours habité sans compteur c electrique car relié a un autre logement . Impossible d'obtenir un 2eme compteur, mon logement est d'apres un respônsable "impropre à l 'habitation" et "hauteur de plafond basse" (normal pour un logement mansardé) et encore "surface en flute " donc trapezoidale alors que c 'est un parfait rectangle .Deux courriers pour obtenir la definition de "flute" restes sans reponse .D 'apres l 'etude il faudrait raser ces logements ( 2) ou surelever la toiture avec un brisis en ardoise (80 m2 = 200000 euros) Qui va payer ??? Le logement voisin aussi sans compteur a pu etre equipé d'un nouveau compteur :: moi NON ..!! On a affaire a des fonctionnaires qui se sentent investis d'une mission dont ils ne mesurent pas la portée ..!! Voila recompensees des personnes qui ont rehabilité sans subventions des logements insalubres et qui sont de plus menaces de "poursuites " . Un des ces fonctionnaires ameme affirmé a un ami que seul le president de la republique pouvait infirmer leurs decisions ..!! Pourrez vous m 'apporter des oranges , avenue Gal Leclerc le moment venu ??

Écrit par : loupia | 28/07/2017

Répondre à ce commentaire

Et oui ! , quel dommage . Carcassonne, la ville ou l'on ne voit pas la M... devant chez soi.
Mieux vaut regarder à une certaine hauteur....Sud-est.

Écrit par : grange | 28/07/2017

Répondre à ce commentaire

Carcassonne n'est pas classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Seuls la Cité et le canal du Midi le sont. La Bastide St Louis est en secteur sauvegardé et c'est normal, mais c'est peut-être de là que viennent les problèmes. Les bâtiments du centre ville appartiennent à des privés à qui l'on a souvent empêché de faire des travaux parce que les Bâtiments de France y mettaient leur nez et avaient des exigences exorbitantes. Les propriétaires du centre ville ont besoin d'aide et ils en obtiennent en ce moment quand leurs dossiers sont bien montés. Ce ne fut pas le cas pendant de nombreuses années. D'autres villes ont pu se développer parce qu'elles ne connaissaient pas la complexité des problèmes de Carcassonne.

Écrit par : BERNARD M. Ch. | 29/07/2017

Répondre à ce commentaire

Cette indifférence est inadmissible. Il est plus facile de faire les logements sociaux que préserver une belle bâtisse. Tout est un problème d'argent. J'espère qu'une solution permettra de remettre en état cet hôtel particulier. Merci de nous informer.

Écrit par : SINTES | 29/07/2017

Répondre à ce commentaire

Je compatis, vraiment il y a tellement de chose à faire dans cette ville , mais je pense que tout le monde s'en fou , en premier les politiques, plutôt que de construire des logements sociaux,on devrait rénover la bastide et La faire vivre , car je ne sais pas si vous le voyez, elle se meure petit à petit , tous ceux qui vivent là veulent partir pour diverses raisons, pourquoi?
Bienvenue à Carcassonne, ville qui a 20 ans ?de retard....... , non je crois plus .....pourtant d'autres villes y arrivent.........

Écrit par : Christophe Joye | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire