30/06/2016

Carcassonnais, vous n'avez pas honte ?

C'est un choc, un véritable sentiment d'horreur ! Le poids des mots, le choc des photos ; pour reprendre le slogan du plus connu des magazines de reportages. Comment a t-on pu laisser faire cela dans une ville comme Carcassonne dont le nom historique résonne de l'orient à l'occident ? On vous aura parlé sans doute de ces prédateurs immobiliers étrangers sans foi, ni loi, connus pour avoir pillés nos châteaux.

Vous a t-on expliqué que dans notre ville, on a laissé faire les mêmes pratiques ? Là, à deux pas de la place Carnot et du centre historique que l'on appelle La bastide Saint-Louis... Oui, nous sommes coupables de ne pas nous y être intéressés, comme tous ceux ayant eu en charge cette ville qui, à des degrés divers, auront fermé les yeux sur ce saccage. Mais bon sang, à qui profite le crime ? Car, on n'en est pas ici à un coup d'essai; on pourrait d'ailleurs dresser la liste exhaustive des bâtiments historiques laissés à l'état de ruine par le fait d'une escroquerie ou d'un je m'en foutisme général. Oh ! bien sûr, on ne sait que trop qu'il ne faut pas gêner les personnes au sein de relations politiques. Ah ! C'est lui le propriétaire ? On ne va pas l'emmerder, toute sa famille vote pour nous. Voilà, comment pendant des décennies le patrimoine de Carcassonne s'est retrouvé ruiné et aux mains de marchands de sommeil bourgeois qui vont à la messe le dimanche et logent la semaine, de pauvres hères dans des conditions indignes de salubrité. La C.A.F leur règle l'addition, mais eux ne manquent jamais de pester en public contre toutes ces aides sociales que l'on distribue aux assistés et aux immigrés. Pourtant, on trouve des roumains dans leurs bobinards désaffectés qui, pris de saturnisme remplissent la salle d'attente de leurs cabinets.

Capture d’écran 2016-06-30 à 10.08.28.png

Au n°77 de la rue de Verdun, caché par des moellons du plus bel effet, se trouve un hôtel particulier du XVIIIe siècle construit par Guillaume Castanier, propriétaire de la manufacture royale de la Trivalle.

160130670.jpg

Guillaume Castanier

Si ce bâtiment est actuellement fermé de la sorte, c'est qu'il a été squatté à la suite d'un projet immobilier qui a mal tourné - un de plus à Carcassonne. En fait, il s'agirait même d'une escroquerie d'après les journaux locaux.

Les faits remontent à 2000.
La société montpelliéraine CTMO (groupe Quarate) est spécialisée dans la réhabilitation d'’immeubles situés dans des centres-villes sauvegardés, à des fins de défiscalisation. Vingt-sept personnes, disséminées dans la France entière, ont ainsi été démarchées pour un investissement de type “loi Malraux” concernant l’'hôtel particulier Castanier-Laporterie, au 77 de la rue de Verdun.

"On nous proposait des affaires clefs en mains avec toute l’apparence de la légalité", explique Jean-Pierre Ghilini, qui aurait perdu 170 000 euros dans l’opération. Problème, les travaux n'’ont jamais commencé malgré le déblocage des sommes. Pire, la société a été mise en liquidation judiciaire en 2007.
Face à l’ampleur de l’affaire (Ndlr : 18 chantiers du groupe Quarante seraient concernés), le dossier a finalement été confié à la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille en 2006. Depuis, l’'affaire est toujours en cours. "Plusieurs juges d’instruction se sont succédés et il a été extrêmement difficile de rassembler tous les papiers", raconte Me Renucci-Pepratx.

(Le Midi-libre)

Ainsi, pendant des années l'immeuble est resté ouvert aux courants d'airs. Qui s'en souciait ? Fort heureusement, la Bastide étant en secteur préservé, l'hôtel particulier ne pouvait être rasé. Vous savez qu'à Carcassonne, nous avons des experts ; ils laissent pourrir un bâtiment jusqu'à ce qu'il soit ruiné.  C'est à ce moment-là qu'intervient un bailleur social pour raser et édifier quatre étages de béton avec le concours d'architectes, spécialisés dans la construction de cages à poules. Au mois d'octobre dernier, il a pu être visité par des particuliers dans le cadre d'une future vente aux enchères publiques. C'est grâce à la contribution de l'un d'entre eux que nous diffusons ces photographies, non pas pour dénoncer mais pour alerter sur l'état de péril imminent de l'Hôtel Castanier-Laporterie.

hotel-castanier.jpg

Dans les années 1990...

2638152093.jpg

Au même endroit en 2016

Suivez le guide, attention à vous...

A entrée cour d'accès pavée photo MHM.jpg

L'entrée par la rue de Verdun

A entrée cour intérieure accès aux étages murée Photo MHM.jpg

Cour intérieure, accès aux étages

AB Cour interieure deuxième batiment fenetres carreaux cassés Photo MHM.jpg

Façade donnant sur la cour

B cour interieure vue du premier etage Photo MHM.jpg

Vue sur la cour depuis le 1er étage

B terrasse du premier etage Photo MHM.jpg

Le balcon du 1er étage

C cage escalier donnant acces au premier et deuxieme batiment Photo MHM.jpg

Escalier d'accès avec ses tomettes d'origine

C Cage escalier plafons eventrés du deuxieme etage Photo MHM.jpg

Une partie du plancher écroulée

C cage escalier premier etage porte donnant sur terrasse Photo MHM.jpg

C'est pour un très gros chat, sûrement

C poutres et gravas tombent de la charpente à travers le deuxieme etage sur le premier etage Photo MHM.jpg

Les infiltrations d'eau font des ravages

C poutres et gravas venus du toit sur le premier etage Photo MHM.jpg

Accès aux salons XVIIIe

D a grand salon direction terrasse Photo MHM.jpg

Une très belle pièce ajourée

D a grand salon cheminee Photo MHM.jpg

Ici, on a emporté la cheminée

D a petit salon ornements stuc Photo MHM.jpg

Là, les ornements en plâtre...

D tuyauteries arrachées Photo MHM.jpg

Même la tuyauterie en cuivre...

D petit salon ornements en st Photo MHM.jpg

Les stucs n'ont pas été épargnés

arrière du bâtiment.jpg

L'arrière du bâtiment donne dans la rue Aimé Ramond. C'est par là que rentrait le carrosse tiré par des chevaux, remisé ensuite dans les écuries.

Venez avec moi à Albi...

Un autre patrimoine mondial de l'UNESCO met en valeur ses hôtels particuliers et les propose à la visite dans le cadre de l'Office du tourisme.

hôtel castelnau.jpg

Hôtel de Castelnau

Hôtel de Gorsse.jpg

Hôtel de Gorsse

Hôtel de Reynes.jpg

Hôtel de Reynes

Hôtel de saunal.jpg

Hôtel de Saunal

Hôtel Decazes.jpg

Hôtel Decazes

 

Albi, chef-lieu du Tarn (49 342 habitants) - Patrimoine UNESCO

Carcassonne, chef-lieu de l'Aude (46 724 habitants ) - Patrimoine UNESCO

20 ans de retard ! au moins...

Crédit photos pour Albi

La dépêche

 _____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

29/06/2016

L'histoire des Hôtels de ville de Carcassonne

L'une des particularité de Carcassonne, c'est d'être peut-être la seule ville de cette importance a posséder deux mairies distantes d'une centaine de mètres seulement. Nous allons essayer de comprendre comment notre commune en est arrivée là, à travers le travail documenté de Claude Marquié et quelques recherches personnelles. En appui du texte, nous avons choisi de vous présenter des photographies issues des Archives départementales et des cartes postales inédites de ma collection personnelle.

3149798402.jpg

© Chroniques de Carcassonne

Le tout premier Hôtel de ville de Carcassonne se trouvait au XIIIe siècle sur l'emplacement de l'actuelle chapelle Saint-François-Xavier, située dans la rue Barbès. Ravagé par un incendie le 2 septembre 1434, il fut reconstruit à l'angle des rues Courtejaire et Aimé Ramond. 

Entrée de la mairie.jpg

L'entrée de la maison consulaire présentait aux visiteurs une porte monumentale encadrée par deux colonnes en marbre de Caunes-Minervois. Sur le fronton, au-dessus de la porte, avaient été burinée la devise de la République : Liberté, Égalité, Fraternité. Dans une niche, on aperçoit le buste de Marianne. 

Cour de la mairie (2).jpg

La cour de l'hôtel de ville avec à droite un corps de bâtiment avec arcades donnant sur les bureaux et la salle du conseil municipal ; à gauche, un escalier à double révolution orné de balustres donnant sur la salle des fêtes. Un délibération du 8 mars 1661 décida de la construction d'un petit clocher près de la salle des archives afin de servir d'alarme incendie. 

Capture d’écran 2016-06-29 à 09.22.54.png

Dans une alcôve sous l'escalier, se trouvait "La jeune captive" réalisée par Pierre Hébert en 1859. Ce fut l'une des rares pièces qui furent conservées au moment de la destruction de cet hôtel de ville en 1934. En 1877, Casimir Courtejaire fait don à la commune d'une maison située dans l'ancienne rue des Orfèvres (actuelle rue Courtejaire). Ceci permettra à la ville de raser l'ensemble des bâtiments compris entre la rue Aimé Ramond et le portail des Jacobins, afin d'y réaliser un théâtre municipal et un hôtel de ville flambant neuf. Ce sont ceux que nous connaissons actuellement.

2013478738.jpg

La porte d'entrée de 1683 sculptée par Jean-Jacques Mélair a été conservée. Elle se trouve actuellement dans le musée des beaux-arts, côté péristyle.

Capture d’écran 2016-06-29 à 11.00.12.png

© Google maps

Ainsi fut construit en 1935 par Jean Blanchard - ingénieur de la ville - le nouvel Hôtel de ville, communément appelé par les Carcassonnais depuis 1977 : l'ancienne mairie. Ce bâtiment Art-déco a été récemment classé à l'inventaire des monuments historiques. En entrant à droite, la salle Joë Bousquet était occupée par les services de l'État-civil et du Secrétaire général de mairie ; à gauche, la loge du gardien avec un l'escalier d'honneur permet d'accéder à la salle Gaston Bonheur où l'on célèbre les mariages et à la salle René Nelli, lieu des délibérations du Conseil municipal.

200806131902.jpg

© La dépêche

Après la destruction de l'ancien hôpital général et de la chapelle de l'Hôtel Dieu en 1977, le maire Antoine Gayraud envisagea la construction d'une nouvelle mairie sur l'actuel parking du Dôme. Ce projet sera abandonné ; la ville de Carcassonne fera finalement en 1978 l'acquisition de l'Hôtel de Rolland appartenant au Crédit agricole depuis 1924. C'est aujourd'hui, la nouvelle mairie de Carcassonne.

Capture d’écran 2016-06-29 à 09.21.01.png

Jean-François Cavailhès (1720-1784) est le riche héritier d'un marchand-fabriquant de drap lorsqu'il achète quatre maisons et trois écuries qu'il fait abattre, afin d'édifier en lieu et place un superbe hôtel particulier. Ce bâtiment dont le montant avoisine les 120 000 livres ne sera livré que quinze ans plus tard  ; il occupe les artisans locaux les plus renommés tels sculpteurs italiens Barata, auxquels on doit la fontaine de la place Carnot. En 1815, l'hôtel est racheté par la famille Rolland du Roquan dont on conserve encore le nom pour désigner la mairie.

Capture d’écran 2016-06-29 à 09.21.22.png

"Ce bâtiment diffère des réalisations contemporaines dans notre ville et s'inscrit dans la création architecturale de l'époque de Louis XV. Sa façade monumentale au décor sculpté présente une première originalité, les autres hôtels préférant plus de discrétion. Ici la grande porte cochère dans l'axe de l'ensemble qui compte neuf travées séparées en trois groupes alternent cartouches chantournées et mascarons à la clef. Les grandes ouvertures du premier étage, sont garnies de garde-corps de fer forgé alors que le troisième niveau, beaucoup plus bas, aux ouvertures carrées, était certainement réservé aux domestiques."

13510900_10209358047455839_4497881014898395877_n.jpg

"Deux grands escaliers placés dans chacune des ailes donnent accès aux étages. Celui situé à l'ouest, le moins noble, monte au troisième niveau tandis que son vis à vis (photo ci-dessus), aboutit à la galerie du premier et par celle-ci aux grandes pièces de cet étage. Sa rampe richement forgée est due à Bertrand comme le grand balcon de la cour et les ferronneries de la façade."

Au milieu de la rampe, on peut voir les armes de Joseph-Antoine de Rolland du Roquan (1776-1855).

910163418.jpg

© Chroniques de Carcassonne

"D'azur au chevron d'or surmonté de trois étoiles du mesme rangées en chef et accompagné en pointe d'une levrette courante d'or colletée d'argent bouclée de gueule."

Capture d’écran 2016-06-29 à 09.20.41.png

"Le premier niveau possédait les grands salons de réception, avec leurs hauts plafonds aux beaux moulages de plâtre, les cheminées dues aux Barata, à Parant et à Nelli ; le doreur Lacombe a également contribué à la décoration de ces pièces."

Il y a fort à parier que tout ce mobilier ait été revendu par des antiquaires à partir de 1924. Ici, une fois par semaine les amis musiciens du propriétaire donnaient des concerts dans le salon de musique, notamment le compositeur Paul Lacombe.

Capture d’écran 2016-06-29 à 09.20.51.png

Il se pourrait bien qu'il s'agisse désormais ci-dessus de la salle Fabre d'églantine, utilisée pour des réunions des services municipaux.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

28/06/2016

Quoi de neuf du côté du patrimoine de Carcassonne ?

IMG_0355.jpg

Un internaute nous a transmis cette photographie ; il s'interroge sur la présence de plaques photovoltaïques sur les toits du Musée des beaux-arts de Carcassonne. Si c'est le cas, voilà une petite cachoterie municipale qui ne cadrerait pas avec les préconisations de l'ABF pour ce qui concerne le secteur sauvegardé de la Bastide.

_____________________

13419264_10209254212340026_5511871693667888339_n.jpg

Après 30 années de rouille, le calvaire du hameau de Villalbe vient d'être repeint grâce à l'action de M. Jean Ormières auprès des services municipaux. La dernière restauration avait été réalisée à la demande de l'abbé Maurice Vidal, auprès de mon père alors Conseiller municipal en charge du hameau. Soulignons le soin tout particulier qui a été apporté à cette résurrection patrimoniale.

____________________

13351252_1106450359416891_1421767496_o.jpg

Les travaux de destruction de la chapelle Saint-Martin dans le quartier Pasteur font leur oeuvre. A Carcassonne, on a la particularité de détruire les édifices religieux. Quand en plus c'est à mettre au crédit des catholiques eux-mêmes, pas étonnant que les ouailles fuient les offices. Fort heureusement, il n'auront bientôt pas à raser l'église des Carmes, elle va tomber toute seule...

_________________________

conseil-municipal-au-fil-des-dossiers_415406_800x600.jpg

Etant ce jour-là à Carcassonne, j'ai assisté à la dernière séance du conseil municipal. Le maire Gérard Larrat a annoncé la reprise en main de la Bastide et la fin des immeubles délabrés avec ses marchands de sommeil. Voilà qui va dans le bon sens ; j'ai moi-même pu constater la rénovation d'un certain nombre de façades dans le centre-ville. Là, où je suis plus réservé c'est lorsque j'ai cru entendre que l'on allait amender le secteur sauvegardé pour transformer d'anciens commerces fermés, en garages. Les immeubles seraient acquis pour une bouchée de pain à des bailleurs sociaux chargés de rénover, ce qui permettrait de repeupler la Bastide. Toute personne ayant du bon sens, ne pourrait que saluer cette initiative. Sauf, que...

N'y a t-il pas un peu d'impuissance ou de facilité à transformer des commerces en garages ? Au début du mandat de M. Larrat, je me souviens de l'excellente idée de Madame Maurette (adjointe au commerce) et de Monsieur Pignon (Manager du centre-ville) d'engager la mutation commerciale de la Bastide en boutiques artisanales. Partant de l'évidence qu'aujourd'hui les commerces franchisés se fixent dans les zones pour étendre leur surface de vente - ce constat se fait aisément partout en France - il faudrait que la Bastide se distingue par une nouvelle offre. Les commerces fermés pourraient être loués moyennant une aide de la CCI et de la ville à de l'artisanat. La Bastide profitant de son attrait touristique, pourrait accueillir les travailleurs du cuir ou du tissu qui sont en lien direct avec l'histoire de notre ville - Carcassonne ayant été une place drapière importante au XVIIIe siècle. On pourrait commencer le test avec une artère comme la rue Tomey, par exemple. 

________________________

1594950770.jpg

La saison théâtrale 2016-2017 a été dévoilée. J'ai moi-même pu apprécier un programme très varié (théâtre, opéra, opérette, musique classique, jazz) qui va dans le sens de la tradition de cette maison, autrefois tenue par André Valette, Jean Alary et Jacques Miquel. Georges Bacou se pose indiscutablement en héritier et ceci, malgré les difficultés budgétaires d'aujourd'hui. Cette programmation est équilibrée et conviendra à la majorité des habitués ; pour les concerts de variétés, le Dôme devrait profiter bientôt d'une transformation pour mieux les accueillir.

Cependant, deux bémols :

Le premier, concerne le prix des places. On ne peut se satisfaire au théâtre de Carcassonne à moins de 40 euros, pour des places au parterre et au premier balcon. Qu'il me soit permis de trouver cela excessif et hors de portée de certaines bourses, même si des efforts sont faits en direction de la jeunesse. N'oublions pas que notre ville est l'une des plus pauvres de France.

Le second, concerne une indiscrétion sur l'attribution prochaine à un privé d'un lieu de restauration dans le foyer du théâtre. Loin d'être contre cette idée, a t-on pensé qu'il y a en face le café de la Comédie ? Celui-ci survit grâce aux soirées théâtrales avant lesquelles, le spectateur vient dîner ou boire un verre. Certes, il pourra prendre part à l'appel d'offre qui sera lancé, mais serait-on passé à côté de la concertation ? On aurait pu imaginer que le théâtre et ce café puissent travailler sur une idée de partenariat, comme cela se fait entre les cinémas et les restaurants : une place à tarif réduit pour un repas, surtout pour les soirs de faible affluence. Chacun y aurait trouvé son compte...

________________________

douves.jpg

Les douves de la Cité médiévale retrouvent leur virginité. Les véhicules garés très souvent de façon anarchique et les passe-droits de certains pour aller au Festival de la Cité, c'est fini ! Il ne reste plus maintenant qu'à labourer le bitume et cimenter les vignes (je plaisante). Un seul mot : Félicitations.

201505211669-full.jpg

En revanche, je regrette la construction d'un parking pour les camping-cars sur l'île, dans le quartier de la Barbacane. Cet endroit qui était une aire de fraîcheur a été remplacé par du goudron et des odeurs de diésel. C'est ce qu'on appelle en physique, les vases communicants comme sûrement en matière de règlementation du stationnement.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

27/06/2016

Souvenirs de la fête de Saint-Nazaire à la Cité

Aujourd'hui disparue, la fête de Saint-Nazaire - patron de la Cité - tombe le 28 juillet mais on tâchait de la faire coïncider avec le dernier dimanche du mois. Cet évènement réunissait uniquement tous les jeunes originaires de la Cité, à l'exclusion de tout autre groupe constitué. Quand certains d'entre-eux durent partir habiter des villages environnants, ils purent retrouver naturellement leur place au sein de la famille citadine lors de la préparation des fêtes de Saint-Nazaire. 

Capture d’écran 2016-06-27 à 09.29.06.png

Dans les années 60, les jeunes de la Cité se retrouvaient au café Blanc, dans la rue Cros-Mayrevieille, autour d'une partie de cartes ou de dés, en train d'échanger leurs convictions politiques, professionnelles ou sentimentales. La vieille forteresse avec ses huit cents habitants vivait avec l'esprit d'un village très fier de son identité, contrairement à la Ville-basse. Le café Blanc était devenu le quartier général de la jeunesse où se décidaient le samedi soir le programme du week-end. On y trouvait de fervents défenseurs du rugby à XIII, mais aussi à XV sans que cette rivalité sportive ne nuise à l'ambiance de camaraderie. C'est surtout à cet endroit que se préparaient - trois semaines avant - les festivités de la Cité.

Les préparatifs 

L'argent étant le nerf de la guerre, la petite subvention municipale ne suffisait pas à organiser correctement les réjouissances. Alors, après avoir choisi un orchestre, un Tour de table se mettait en route dix jours avant le début des fêtes dans le but de récolter des fonds. Pour ceux qui ignorent ce qu'est un Tour de table, il s'agit de passer dans toutes des maisons au moment du repas afin de proposer un morceau de musique. Le propriétaire est libre de demander ce qu'il veut aux musiciens, qui très souvent jouent d'oreille la partition souhaitée. Il est arrivé à cette époque que l'on entende La Marseillaise ou l'Internationale. 

Capture d’écran 2016-06-27 à 09.50.45.png

Les réunions se tenaient au Pré-haut, situé à la Porte Narbonnaise devant le pont levis. C'est là que se faisaient les préparatifs concernant la décoration, le déguisement et la sortie de l'âne. De Ladern-sur-Lauquet, on ramenait des rameaux de buis pour orner le podium de l'orchestre éclairé grâce aux soins des services municipaux. L'âne servait au "Tour de l'âne" sur lequel prendrait place le dernier marié de l'année, auquel on ferait faire le tour de la Cité selon un rituel bien défini. 

Les repas familiaux

Comme pour toute fête de village, on recevait de la famille. Les femmes préparaient alors des plats traditionnels à cette fête : Pour midi, des escargots ; pour le soir, un cassoulet de haricots roux accompagnés d'un canard. 

"Dès le matin, les maîtresses de maison lavaient les escargots ramassés un ou deux mois avant et qui avaient jeûné depuis ; on leur donnait de temps en temps un peu de farine et du thym pour les parfumer. Le travail de lavage, assez long, consiste à malaxer à grandes poignées les escargots dans les marmites remplies d'eau et de vinaigre pour nettoyer les coquilles et faire baver les animaux. Cette opération avait lieu dans la rue pour faciliter les nombreux rinçages. Ces préliminaires culinaires réunissant les familles bavardes sur les pas de portes, constituaient déjà une partie de la fête. On préparait ensuite une sauce au safran qui devait imprégner toutes les coquilles, on entendait dire : "Cado cagarol deus beure un cop" (chaque escargot doit boire un coup), chacun devait emporter une quantité de sauce, mais par extension on pouvait comprendre qu'il fallait boire un coup après chaque escargot. Il est vrai, le vin et la nourriture tiennent une place importante dans la fête et pour caractériser l'aspect physique coloré des gros buveurs, on disait : "Las restas son rojas" (Les crêtes sont rouges).

(Jacques Khoudir / Travail de maîtrise)

Le début de la fête

Au milieu de l'après-midi, on voit arriver autour de l'âne et au centre des badauds, les visages grimés à l'aide d'un bouchon noirci à la flamme des festejaïres (fêtards). "Soun pla poulits" (Ils sont bien beaux), avec leurs chemises blanches dépareillées - les hommes en femme et les femmes en homme - avec un bonnet sur la tête. Il n'est pas rare d'en voir un avec une culotte de grand-mère. Les meneurs guident la danse et impulsent le rythme. En 1974, l'affaire suspecte de la mort du cardinal Daniélou chez une prostituée donne des idées à l'un d'entre-eux :

" Pour parodier l'affaire, il en prit les apparences et fut escorté par un groupe de jeunes habillés en moines, distribuant aux badauds des rondelles de tomates, en forme d'osties et fortement poivrées, bénissant le public en l'aspergeant à grands coups de goupillon trempé dans un seau hygiénique. Le simulacre de communion et de cérémonie religieuse avait un caractère sexuel marqué d'abord avec les aliments épicés pour solliciter le désir et puis par le besoin de salir au moyen d'aspersions d'immondices symboliquement représentées par le seau hygiénique ; cette cérémonie, répétée tout au long du parcours, interprétait d'une façon satirique et subversive l'actualité."

Le centre de ce groupe déguisé est animé par un âne, sur lequel a pris place le dernier marié de l'année. Affublé d'un costume de cérémonie avec un chapeau haut de forme, il tient une perche au bout de laquelle est fixée une paire de cornes d'où pendent des fruits et légumes : un paire de citrons, des oignons et une aubergine. Cette dernière est appelée dans l'Occitan populaire "Viet d'ase" (Vit d'âne). La virilité se rappelle qu'elle n'est pas à l'abri des épreuves maritales représentées par les cornes du cocu. Il se peut que la femme monte sur l'âne, mais elle sera positionnée tournant le dos au mari en regardant la queue de l'animal. 

tour de l ane 001.jpg

© Paola Bourrel

Tour de l'âne à la Barbacane

"Autrefois, avant la mise en route de ce défilé, les hommes mariés exécutaient une danse particulière, dite des "gabels" (des sarments). Ils avaient confectionné des petits fagots et poussaient l'âne vers la piste de danse du pré-haut. Les enfants qui les précédaient criaient alors : "Aïci los gabels ! Aïci los gabels !" (voici les sarments). C'était un avertissement aux danseurs. Les hommes mariés poursuivaient les jeunes gens et les frappaient de leurs sarments, la place nette, la musique prenait un air à l'usage exclusif des mariés. Les jeunes essayaient de s'introduire clandestinement, mais certains, qui ne dansaient pas faisaient bonne garde, chassant impitoyablement les intrus, on appelait cela la "scena dels labels" (la scène des sarments). Après quoi on formait le cortège.

Le cortège

L'itinéraire allait dans le sens inverse des aiguilles d'une montre : Pré-haut, rue Cros-Mayrevieille, Grand puits, Basilique Saint-Nazaire, rue du plô, école, petit puits, place Marcou, Château comtal, place Marcou. Sur le parcours,  dans le public les touristes sont les victimes... Dans la langue occitane, on les interpelle tout en les arrosant d'eau avec un atomiseur agricole. 

"Une fois un jeune avait fait pourrir un camembert et en offrait à des Américains, qui, devant ce geste généreux et fraternel, se croyaient obligés de paraître enchantés."

A la basilique St-Nazaire, des jeunes montèrent sur le toit et déversèrent de l'eau dans les gargouilles pour surprendre les touristes. A l'école, on faisait une pause pour se rafraîchir alors que place Marcou, une farandole s'organisait. Toute les trois mesures, on s'accroupissait en remontant verticalement plusieurs fois en chantant :

Jules est Hercule

Sébastien musicien

Papa somnambule 

Maman ne fait rien...

Une fois le Tour de l'âne terminé, le bal débutait au pré-haut et se terminait par un Buffoli.

Nous avons rédigé cet article grâce à un travail de maîtrise de 1975 réalisé par Jacques Khoudir sur le carnaval de Carcassonne. Il important de lire sa conclusion ci-dessous...

"On peut se demander si cette fête, qui a conservé fidèlement la tradition, a de l'avenir. Son élément moteur est la jeunesse, or actuellement la population de la Cité diminue et vieillit. On compte huit cents habitants et une moyenne d'âge de cinquante ans. Bien des citadins reviennent animer la fête, mais lorsqu'il n'y aura plus leur famille ni le moyen de copains qui vivent dans la Cité, ce sera fini. D'autre part, il existe un mouvement, amorcé depuis peu, de changement de population : des étrangers à la ville achètent de plus en plus de maisons à l'intérieur de la Cité, ils ne l'habitent que très peu de temps dans l'année et menacent la mentalité citadine de plus en plus minoritaire. Ce phénomène d'immixtion d'étrangers dans le Languedoc, que l'on rencontre dans les Corbières où s'ouvrent énormément de résidences secondaires pendant deux mois d'été, accélère la récession de l'originalité ethnique de notre communauté tout en étant le signe d'alarme de la mort d'une région.

La relève à long terme pour la fête de la Cité apparaît comme mal assurée, déjà certaines activités festives isolées et permanentes s'estompent. Les "tustets" deviennent rares ou très mal acceptés par les victimes qui ne jouent plus leur rôle, seuls les jeunes de huit à douze ans pratiquent ces farces de temps en temps., mais seront-ils encore dans la Cité lorsqu'ils devront organiser la fête ? Verrons-nous peut-être alors une animation mercantile organisée par les commerçants et la municipalité recomposant le folklore pour touristes ? Cela est fort possible, mais pour le moment la fête de la Cité vit."

Le Tour de l'âne est mort

Jacques Khoudir avait vu juste en 1975. En 2012, l'association "Los ciutadins" par la voix d'Antoine Espanol annonce la fin du Tour de l'âne :

"Le 6 septembre 2011, Serge Doumerg est mort subitement. Nous étions sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Traumatisé par cette disparition, on n'a pas fait le tour de l'âne l'an dernier. C'était le début de la fin. Nous sommes une association vieillissante et la Cité n'a plus rien à voir avec le village d'autrefois. Il est de plus en plus difficile de faire quelque chose à la Cité sans gêner les terrasses. Il y avait sans doute autre chose à en faire qu'un centre commercial mais on ne refait pas l'histoire…"

Capture d’écran 2016-06-27 à 11.19.52.png

© La dépêche

Antoine Espanol poursuit la mémoire de cette fête si particulière à travers son blog, riche en anecdotes et en photographies. Je vous conseille d'y jeter un oeil

http://losciutadins.blogspot.fr

Source

Le carnaval de Carcassonne / J. Khoudir / 1975

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

25/06/2016

L'arbre de la liberté au hameau de Villalbe

Il est toujours là depuis 27 ans, mais qui s'en souviens et surtout qui le sait ? Cet arbre de la liberté, planté comme des milliers d'autres à travers la France afin de commémorer le bicentenaire de la Révolution française. Nous avons retrouvé ce tilleul dans le jardin d'enfants situé derrière l'église de Villalbe. Hélas, aucun cartel à son pied n'indique l'origine de son existence à cet endroit. C'est devenu un arbre comme les autres qui pourrait un jour être abattu dans l'anonymat.

Arbre 2.jpg

Voici un texte que nous proposons

Cet arbre de la liberté a été planté par les élèves de la l'école de primaire de Villalbe en 1989 afin de commémorer le bicentenaire de la Révolution française, en présence de Raymond Chésa, maire de Carcassonne.

Arbre 1.jpg

Cet arbre a été inauguré en même temps que la cantine de l'école, qui comptait alors 40 élèves.

13502121_10209325511922471_7785734921904491785_n.jpg

Le beau tilleul de la liberté au milieu des pins, derrière l'église de Villalbe. Au moment où la République vacille sur ses fondements, il est temps de rappeler à nos enfants que la liberté peut s'arrêter du jour au lendemain. Que c'est une valeur à entretenir chaque jour ; si l'on ne prend soin de bien l'arroser, elle se fane et finit par périr.

On peut reprocher certaines choses à Raymond Chésa, mais pas celles de n'avoir pas cherché à transmettre l'héritage fondamental du symbole républicain. Au moment où nous avons le plus besoin de nous réconcilier et de nous fédérer, les responsables politiques actuels portent une lourde responsabilité dans la banalisation des valeurs et de leur transmission. Il ne suffit pas de parler, il faut agir en Républicain et s'élever en exemple au-dessus de la mêlée. Reprendre à leur compte des idées des ennemis de la liberté à des fins purement électorales, ce n'est pas servir l'idéal de l'époque des lumières. C'est tout simplement donner raison à ceux qui préfèrent l'obscurité.

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

24/06/2016

Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville, pour une autre politique culturelle chez nous.

  • Trop peu d'Audois connaissent la brillante et savoureuse musique de

Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville,

né à Narbonne le 25 décembre 1711. Son père est musicien à la cathédrale Saint-Just et prodigue à son fils les premiers enseignements, avant que ce dernier ne s'installe à Paris en 1738.

Capture d’écran 2016-06-24 à 10.58.09.png

Violoniste virtuose et compositeur, Jean-Joseph entre au Concert spirituel et est promu l'année suivante, musicien du roi. En 1744, il occupe les fonctions de sous-maître de la Chapelle royale. Son oeuvre compte de nombreux motets, ballets, opéras et oratorios. Mondonville s'éteint à Belleville, le 8 octobre 1772.

Jean-Joseph_Cassanéa_de_Mondonville_(original_replica)_by_Maurice_Quentin_de_La_Tour.jpg

Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville 

(Maurice Quentin de la Tour / 1749)

Il existe de nombreux enregistrements des ces oeuvres réalisés par William Christies et les Arts florissants, Choeur du collège d'Oxford, Centre musique baroque de Versailles.

Capture d’écran 2016-06-24 à 11.02.45.png

Dans son numéro de juin, Opéra magazine nous apprend la sortie pour 2017 de l'enregistrement sur Cd de l'un de ses opéras. Isbé, d'après un livret d'Henri François de la Rivière, fut créé en 1742 à l'Académie Royale de Musique. Cet ouvrage a déjà été donné le 6 mars dernier au Palais des arts de Budapest en version concert. C'est dire si la musique de Mondonville qui trouve sans doute son inspiration dans la lumière de notre Languedoc, s'exporte à travers l'Europe.

"Même en version de concert (mais au juste, qu’aurait apporté de plus – à part la restitution visuelle des ballets et des divertissements, une production scénique?), l’ouvrage de Mondonville captive de bout en bout. Isbé créé en 1742 est contemporaine de la reprise d’Hippolyte et Aricie de Rameau (créé en 1733), avec la restitution du fameux Trio des Parques aux impossibles vertiges harmoniques. Mondonville curieux et scrupuleux de ce que faisaient ses contemporains, met en scène lui aussi un trio de voix masculines. Inévitablement comparé à Rameau, Mondonville se distingue pourtant sans difficultés : son écriture apporte un autre type d’éclat, un autre point d’accomplissement d’une exceptionnelle cohérence. C’est cette unité de la vision globale qui fusionne mieux qu’ailleurs (Ballets, divertissements, intermèdes…) la continuité du drame, qui surprend et convainc totalement. En cela, Mondonville annonce Gluck, par son souci du drame, avant l’essor des tableaux pris séparément."

(Classiquenews.com)

vashegy-gyorgy-budapest-baroque-francais-582-390.jpg

Classiquenews.com

Il est dommage que notre département et notre ville ne sachent pas profiter de cette richesse musicale. Ouvrir des horizons et signer des partenariats avec un moteur tel que, par exemple, le Centre baroque de Versailles permettrait d'impulser une véritable politique culturelle dans nos festivals et de gagner en visibilité. Posons-nous les vraies questions ! Que faire d'un festival de Carcassonne qui n'est plus qu'un assemblage hétéroclite d'artistes "vus à la Tv" comme autant de barils de lessive dans un supermarché ; ceci sans aucune cohérence, ni identité culturelle ? Il est temps de rêver à des jours où l'on élèverait un temps soit peu, le niveau. L'ouvrier a aussi le droit d'aller goûter à l'opéra à des prix abordables - avec moins de places gratuites distribuées à des fonctionnaires du Conseil général et de la mairie, on y arriverait ; cela n'est pas l'affaire d'une catégorie aisée ou bien pensante qui pour le maintenir dans son milieu, ne lui proposerait que Patrick Sébastien ou la féria. Bien sûr, je caricature à dessein mais tout le monde aura compris, qu'il y a une autre voie. Encore faut-il en avoir le courage politique et les idées pour la mettre en oeuvre.


___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016