04/07/2016

L'auberge du Pont levis de Henri Pautard à Franck Putelat

Nous avons appris la semaine l'acquisition de l'ancienne Auberge du Pont-levis - située à 100 mètres de la Porte Narbonnaise - par le chef étoilé Franck Putelat. Ce dernier investit à Carcassonne avec bientôt trois établissements : Le Parc, La brasserie des Jacobins et tout dernièrement, l'Auberge du Pont-levis. Voilà une bonne nouvelle pour l'image de notre ville et la vitalité de son offre hôtelière.

Henri Pautard. Auberge du pont levis.jpg

Le chef Henri Pautard dans son établissement

Arrivé à l'âge de 18 ans à Carcassonne, Henri Pautard a gagné ses galons de cuisinier sur les champs de bataille de la gastronomie locale. Après avoir longtemps travaillé dans le très sélect l'Hôtel Terminus, il achète le Château vert - domaine du XVIIIe siècle au pied de la forteresse - au laitier Henri Combes.

3927192648.jpg

Le château vert en bas à droite vers 1910

En 1971, après avoir transformé cette vieille bâtisse en restaurant gastronomique, il ouvre à cet endroit l'auberge du Pont-Levis. Pendant 25 ans, la réputation de cet établissement dépassera les frontières du département, mais en 1996 Henri Pautard se décide à raccrocher les casseroles. L'Auberge du Pont-levis devient un musée de maquettes sur le thème du Moyen-âge.

les-heritiers-d-henri-pautard-realisent-un-reve-cher-a-leur_252416_516x343.jpg

© L'Indépendant

Après la mort d'Henri Pautard le 14 juin 2011 à l'âge 81 ans, ses enfants décidèrent de transformer le restaurant en hôtellerie de standing, constitué de 12 chambres dont une suite de 30 M2. Les modifications architecturales sont l'oeuvre de Jean-Loup Deldebat, sur les préconisations de l'Architecte des Bâtiments de France.

Capture d’écran 2016-07-04 à 10.05.44.png

© Tripadvisor

L'Hôtel du Pont-levis bénéficie d'une situation exceptionnelle avec vue imprenable sur la Porte Narbonnaise. Gageons qu'il attirera une nouvelle clientèle dont la réputation et les moyens feront résonner notre ville aux quatre coins de la planète.

_______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

Je me souviens d'une table gourmande, d'une terrasse ouverte en soirée, d'un chariot de desserts impressionnant avec des sorbets "maison", d'une petite souris curieuse par un soir d'août, d'excellents feuilletés de ris de veau, d'un chef de rang attentionné...une adresse de cuisine bourgeoise où nous avons même fait notre repas de mariage. Et quelquefois la "couleur" un peu loupée de Madame Pautard qui tournait à l'orange Pinder...

Écrit par : nicolas gouzy | 04/07/2016

Moi j'aurai bien vu là un office de tourisme digne de ce nom qui soit un phare pour la ville.

Encore une fois on est passé à côté et loin de me féliciter, je me désole pour l'avenir.

Écrit par : Tragediante | 04/07/2016

Je n'ai rien à dire sur cet article. J'aimerais un article sur le pont de l'Avenir où sévissait Titine avant qu'il ne soit construit. D'ailleurs eu égard à sa mémoire il eut été judicieux de l'appeler le pont de Titine. Tant de gens ont traversé l'Aude sur sa barque pour aller aux matchs de rugby à la pépinière. Réhabilitons Titine!

Écrit par : JOSEPH Alain | 04/07/2016

Les commentaires sont fermés.