13/08/2016

"Les feux de Carcassonne" d'Henri Pringuet (1876-1946)

On ne sait pratiquement rien du peintre Carcassonnais

Henri Pringuet

(1876-1946)

sinon qu'il fut professeur de dessin au lycée de la ville et qu'il a décoré en partie de ses toiles l'hôtel de la Cité en 1927. C'est d'ailleurs assez regrettable d'avoir si peu d'éléments biographiques sur cet artiste. Au gré de nos recherches sur de vieux journaux du XIXe siècle, nous avons pu relever certains aspects de son parcours. Le patronyme Pringuet est originaire du nord de la France ; on le trouve uniquement à son époque dans l'Oise, la Somme et le Nord. On peut donc supposer que l'artiste a découvert notre ville au moment où il fut nommé comme professeur de dessin au lycée de Carcassonne, en remplacement de M. Pagnoux. Nous sommes au mois de mai 1894 ; il n'a alors que 18 ans. Peu à peu, le jeune homme prendra ses marques dans la salle autrefois occupée par l'illustre Jacques Gamelin. 

Capture d’écran 2016-08-13 à 10.02.30.png

Les feux de Carcassonne / H. Pringuet

Le tableau ci-dessus a été peint cinq ans plus tard en 1899, depuis les bords de l'Aude. Il s'agit sûrement du premier embrasement de la Cité tiré en 1898 lors du passage des Cadets de Gascogne - troupe itinérante d'intellectuels et d'artistes - à Carcassonne. Le courrier de l'Aude du 20 juin 1899 nous apprend son exposition dans la vitrine de Caseli, rue Courtejaire. Il devait s'agir d'un galériste local. Aujourd'hui, cette huile sur toile de 32,5 x 46 cm est en vente à la galerie Drylewicz à Paris. Si le musée des Beaux-arts de Carcassonne détient 5000 euros, il pourrait la rapatrier à la maison. On connaît déjà la chanson... on va nous dire que c'est un peintre mineur.

Capture d’écran 2016-08-13 à 10.02.41.png

© Drylewicz

En 1918, Henri Pringuet réalise pour le compte de la ville de Carcassonne le portrait de Léon-Auguste Sicard, qui a son décès avait légué 40 000 francs aux hospices. Ce tableau sera mis dans la salle des séances de la mairie avec l'ensemble des autres portraits des bienfaiteurs de la ville. Léon Sicard était rentier de son état et habitait 18, rue Victor Hugo. Cette information relayée par le Courrier de l'Aude du 26 février 1918 est d'importance, car en consultant le catalogue de l'exposition de portraits détenus par le musée des Beaux-arts, nous nous sommes aperçus que ce dernier détient au moins quatre toiles de bienfaiteurs des hospices de la ville. Elles sont toutes d'Henri Pringuet ; ceci peut laisser supposer que le professeur de dessin était le portraitiste officiel de la municipalité. La salle des séances dont il est question n'existe plus ; elle a été rasée au moment de la destruction de l'hôtel de ville dans les années 1930.

Femme au chapeau..png

La femme au chapeau / H. Pringuet

Cette huile sur toile a été vendue 2274 € en juin 2013 (Artnet)

Papagay.jpg

© Patrice Cartier

En 1927, Henri Pringuet réalisera une série de tableaux pour la décoration de l'Hôtel de la Cité. Ci-dessus, les exercices du Papegay (jeu local du XVe siècle). Ces oeuvres sont toujours bien visibles des clients de cet hôtel de prestige, mais le nom d'Henri Pringuet ne leur évoquera rien. Pas plus d'ailleurs qu'à certains décideurs locaux, si prompts d'ordinaire à enfoncer culturellement des portes ouvertes pour que la curiosité intellectuelle ne les étouffe pas. Pour la petite histoire, Henri Pringuet fut le professeur d'Yvonne Gisclard-Cau, dont le nom résonnera à l'oreille de nos édiles.

Généalogie

Henri Pringuet se marie en 1902 à Jeanne-Marie Cyprienne Escande, née à Escales (11).

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

Y a t'il au moins une rue à son nom dans notre ville ? Merci de bien vouloir me fixer à ce sujet.

Écrit par : Christian Viguié | 13/08/2016

Répondre à ce commentaire

déja qu'il fut le professeur d'Yvonne Gisclard Cau que j'ai très bien connue me le rend plus précieux merci Martial pour ces bonnes sources que vous nous dévoilez et pourquoi Carcassonne laisse -t-il passer de si bonnes occasions d'enrichir son patrimoine?????

Écrit par : constance Pressoirs | 14/08/2016

Répondre à ce commentaire

que de découvertes grace à vous ! j'aime bien aussi vos petits coups de griffes--- mérités !

Écrit par : arino marcelle | 14/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire