08/09/2016

Quand la ville rasa les vestiges de l'église des Augustins en 1991

Dans les années 1980, le centre-ville de Carcassonne appelé de nos jours "Bastide Saint-Louis" n'est que grisaille et vieilles bâtisses non réhabilitées. Le maire Raymond Chésa entreprend alors un vaste chantier de rénovation urbaine avec le concours du Groupe Marcou afin de transformer une partie de cet habitat en déclin, par des H.L.M. Ainsi, de nombreux immeubles seront détruits et reconstruits afin d'offrir aux nouveaux locataires, hygiène et modernité. Ce centre-ville - pas encore classé en périmètre protégé - voit fleurir un habitat moderne avec fenêtres en PVC et façades colorées. Si l'action municipale qui coïncide avec la création de l'OPAH (Opération Programmée d'Amélioration de l'Habitat) s'inscrit dans une démarche d'amélioration du cadre urbain, elle ne s'est pas accompagnée d'une valorisation du patrimoine historique. Comme chacun peut l'imaginer, chaque coup de pioche mit au jour un site archéologique, à la grande satisfaction des chercheurs et scientifiques locaux. Le problème survint lorsque la ville ne voulut pas prendre à sa charge les frais inhérents à la recherche archéologique. Le plus souvent - comme lors du creusement du parking des Jacobins - les archéologues n'ont même pas été avisés. Tant et si bien que ce n'est qu'à la dernière minute qu'ils purent intervenir, une fois que la pelleteuse avait pratiquement terminée son oeuvre. A cet endroit, par exemple, la ville basse de Carcassonne s'étendait au Moyen-âge au-delà du périmètre actuel fondé par St-Louis. Nous étions donc sur l'emprise des maisons qui furent incendiées par le Prince noir de passage à Carcassonne en 1355. Rien ne put être étudié ou si peu, que c'est tout un pan de notre histoire qui ne sera jamais élucidé. Dans cette triste liste, nous ajouterons le parking de l'hôtel des trois couronnes en 1992 et plus récemment, la destruction des vestiges du couvent des cordeliers sous le square Gambetta en 2007.

L'église des Augustins

Capture d’écran 2016-09-08 à 09.03.09.png

Dans la rue des Etudes, ce bâtiment de couleur saumon du plus bel effet architectural, a écrasé l'abside de l'église des Augustins fondée au XIIIe siècle. Suite à la mise au jour de ces vestiges lors de la destruction d''immeubles au numéros 43 et 45 de la rue des Etudes, Marie-Elise Gardel et Marie-Chantal Ferriol alertent immédiatement M. Pellissier - Architecte des Bâtiments de France - et M. Massy - directeur des Antiquités. Les travaux de démolition avaient déjà endommagé une partie de l'abside. C'est donc en urgence que les scientifiques sont intervenus ; on peut les remercier.

augustins

© Patrick Mangin

Ce que l'on a détruit sans autre forme de procès

Des structures visibles après les premiers travaux, il restait : 

- Le mur sud de l'abside conservé sur une élévation de 6,50 m comprenant une niche ogivale en parfait état.

- Le contrefort sud-est, conservé sur la même hauteur

- Le mur nord-est de la nef

- un reste de mur nord de l'abside

augustins

© Patrick Mangin

img185.jpg

Les sépultures

Dans cette partie du choeur, une douzaine d'individus ont été prélevés. Cela représente une petite partie de l'ensemble des inhumations car seulement 50 % du choeur a pu être fouillé. Il semble qu'il y ait eu des ossements dans la partie superficielle déjà décaissée par la pelleteuse avant l'intervention des archéologues. La plupart des sépultures avaient été ensevelies dans des cercueils et les squelettes portaient au doigt des bagues en métal précieux. Ces objets ont peut-être été entreposés dans un dépôt du service de l'archéologie à Carcassonne. Il est bien dommage pour les Carcassonnais que notre ville soit incapable d'envisager la construction d'un musée archéologique, dans lequel figureraient tous ces objets de fouilles. On prêche dans le désert, sûrement... L'abside a été rasée après les fouilles malgré la demande des chercheurs ; on aurait pu simplement la préserver sous une dalle vitrée.

augustins

Les restes de l'abside

Une statue polychrome

Un fragment de statue polychrome a été versé au Musée des Beaux-arts. Qu'est-il advenu de lui ? Se trouve t-il dans une vitrine parmi les collections permanentes ou en réserve ? 

img186.jpg

Plan de 1729

Ce qu'il reste de visible

Le couvent des Augustins s'étendait tout le long de la rue de Verdun. On peut encore en voir des vestiges dans les différents immeubles. Sur cette photo aérienne de 1954, nous avons dessiné grossièrement l'emprise de l'église des Augustins. Il faudrait ajouter le cloître et les bâtiments conventuels et nous aurions la dimension de ce site.

Capture d’écran 2016-09-08 à 11.24.33.png

Dans l'un d'entre eux, une partie de l'ancienne nef fut transformée en jardin (point rouge). Dans la boucherie Safon : un bénitier,  un morceau de rosace et d'une porte en ogive sur l'ancien mur ouest de l'église.

Capture d’écran 2016-09-08 à 11.47.11.png

© Le 104

Le restaurant bio "Le 104", rue de Verdun, est installé dans la nef de l'église des Augustins

bio 2.jpg

© Jacques Blanco

Dans le magasin Bio-Vivre - 104, rue de Verdun - les vieilles pierres de la nef de l'église des Augustins (XIIIe siècle) témoignent encore de ce riche passé religieux.

C'est là que le roi Louis XIV en 1660 s'arrêta  pour assister à la messe avant d'épouser l'Infante d'Espagne. Cette église abrita également la relique du Saint-Suaire sensée avoir recouvert le corps du Christ. Elle se trouve actuellement conservée à l'abri des regards dans la cathédrale Saint-Michel.

Deux de nos articles à lire

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive...

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive...

_______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

que de richesses ignorées volontairement Carcassonne a un passé si riche tous les jours vous nous le faites découvrir merci Martial ..votre blog est est super intéressant ....

Écrit par : constance Pressoirs | 08/09/2016

Merci pour toutes ces infos Incroyable histoire ET UN GACHIS DE +

Écrit par : Riviere Blanchard | 08/09/2016

c'est à pleurer !!!

Écrit par : rives | 08/09/2016

Effectivement , que de richesse ont disparu dans notre ville souvent par manque d'argent , souvent aussi par la non volonté des Elus .
En effet , je tenais à apporter un éclairage rectificatif sur les fouilles lors de la réalisation du parking souterrain des trois Couronnes ,la Société propriétaire de l'Hôtel dont j'étais le gérant a lorsque nous avons constaté les premières traces de vestiges pris l'initiative d'alerter la Direction régionale de la recherche archéologique , pris l'initiative d'arrêter le chantier pendant trois mois , pris en charge financièrement le coût des fouilles (300000€ soit 30millions de centimes en 1992)
j'ai proposé à Mr Chésa Maire de Carcassonne suite à ces découvertes de réserver cet emplacement ( propriété de la Commune pour réaliser en complément du parking un musée regroupant les vestiges archéologiques de Carcassonne et l'évocation historique de la création de la Ville Basse.
Cette proposition n'a pas été retenue , les archéologues ont récupéré des vestiges , réalisés des photos des fouilles et ont libéré le chantier .
a leur demande et à nos frais , nous avons réservé et aménagé dans le parking un secteur où ont été conservé une partie des anciens quais avec un four et les traces de l'incendie de la Ville par le Prince noir .
Voila encore une réalisation manquée qui aurait pu apporter un plus considérable à la découverte de la Bastide au pied de la Cité Médiévale .

Écrit par : GERARD BERLAN | 08/09/2016

c'est là où habitait Lilou en fait! tatie

Écrit par : riviere | 09/09/2016

Il y avait aussi à fouiller et étudier le plus grand cimetière urbain médiéval de France.

Écrit par : Cecile | 10/09/2016

Oups, le plus grand cimetière urbain était contigu à la chapelle N.-D. de la Santé.
Au couvent des Augustins, il y avait un cimetière. Nombres de sépultures ont été trouvée lorsque il y a eu un fort décaissement pour réaliser le parking Littré, rue Littré.

Écrit par : Cecile | 10/09/2016

La peinture, visible dans la niche avec le litre funéraire est un des rares témoignages de l'ancienne église, vu par Louis XIV lorsqu'il s'est arrêté à Carcassonne et s'est recueilli devant la relique du saint Suaire possédée par les moines Augustins de Carcassonne. Dans la chapelle se trouvait la sépulture du sieur Gontier, surintendant des Mines du Languedoc qui habitait le magnifique château de La Caunette (Lastours).

Écrit par : Marie | 24/03/2017

La peinture, visible dans la niche avec le litre funéraire est un des rares témoignages de l'ancienne église, vu par Louis XIV lorsqu'il s'est arrêté à Carcassonne et s'est recueilli devant la relique du saint Suaire possédée par les moines Augustins de Carcassonne. Dans la chapelle se trouvait la sépulture du sieur Gontier, surintendant des Mines du Languedoc qui habitait le magnifique château de La Caunette (Lastours).

Écrit par : Marie | 24/03/2017

Les commentaires sont fermés.