25/09/2016

Le passage du Comte de Floridablanca, secrétaire d'Etat du roi Charles III d'Espagne

Une lettre autographe du 7 janvier 1777 signée de la main de Gabriel Marie de Tallleyran-Périgord, commandant en chef du Languedoc, à l'attention de Monsieur de Pelletier - Major de Carcassonne - annonce le passage du Comte de Floridablanca. Voilà un évènement historique non sans importance, puisqu'il marque l'arrêt à Carcassonne de l'Ambassadeur d'Espagne à Rome, sur le chemin de Madrid où il sera nommé Secrétaire d'Etat (Premier ministre) par Charles III.

floridablanca_maxi.png

Joe Moñino y Redondo de Floridablanca

peint par F. Goya en 1780

Capture d’écran 2016-02-18 à 18.06.02.png

© le-prince-de-talleyran.fr

Montpelier, le 7 janvier 1777

Je vous préviens, Monsieur, qu’il se pourra que M. Le comte de Florida-Blanca, cy devant Ambassadeur du Roi d’Espagne à Rome, et que Sa Majesté Catholique vient de nommer secrétaire d’état au département des Affaires étrangères passe à Carcassonne à son retour de Rome pour se rendre en Espagne, que l’intention de Sa Majesté est qu’il lui soit rendu les honneurs attribués aux maréchaux de France par l’ordonnance du 1er mars 1768.

Sa Majesté veut aussi que sans user d’aucune réserve avec ce ministre étranger, on lui fasse voir dans le plus grand détail les fortifications de cette place et des environs s’il parait le désirer.

Vous voudrez bien en conséquence vous conformer à ces ordres, et m’informer de ce qui se sera passé à cette occasion.

J’ai l’honneur d’être, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Comte de Périgord.

Capture d’écran 2016-02-18 à 18.06.12.png

Le Comte de Floridablanca appartenait à la Franc-maçonnerie. Il mena une politique d'ouverture conforme à l'esprit des lumières selon les principes de despotisme éclairé. La Révolution française changera le cours de sa politique ; craignant la contagion à l'Espagne, il durcit son action au sein du gouvernement. Disgracié par Charles IV, il est remplacé par le comte d'Aranda puis par Godoy.

 

"Dépossédé de ses titres et de ses honneurs, Floridablanca est enfermé à la citadelle de Pampelune jusqu'à ce que lui soit accordé en 1796 la « paix de Basile » et qu'il soit réhabilité par Ferdinand VII. Il retourne alors à Murcie, sa ville natale, au couvent franciscain. En 1808, après l'élimination de Godoy et la déposition des Bourbons, on le nomme à la présidence de la Junte centrale, qui tente de rassembler les Espagnols en guerre contre l'occupant français. les Français. Obligé de se replier avec la Junte à Séville, c'est là qu'il meurt le 30 décembre 1808. Ayant rang d'Infant d'Espagne, il est inhumé dans la chapelle royale de Séville." (Robin Dufaye)

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

10:39 Publié dans Politique | Tags : floridablanca | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

très intéressant alors en ce temps là les Français étaient en guerre contre les Espagnols...ce comte de Floridablanca était un homme important mais son appartenance a la franc maçonnerie l'a perdu

Écrit par : constance Pressoirs | 25/09/2016

Les commentaires sont fermés.