02/10/2016

Témoignage inédit des combats de Trassanel à Rieux-Minervois durant l'été 1944

Au fond d'un tiroir, nous avons trouvé un document dactylographié de 130 pages datant de 1974. Il était là, oublié dans un coin du Centre de la Mémoire Combattante de Carcassonne. Avec l'autorisation de David Scagliola, j'ai pu numériser l'ensemble des pages. Ce texte qui n'a jamais été édité raconte jours après jours, l'épopée du bataillon du Minervois. "Avec ceux du Minervois, trente ans après" rédigé par le Capitaine René Piquemal, donne d'importantes précisions sur les combats qui firent rage durant l'été 1944. Il évoque le courage de ces hommes du maquis qui allèrent poursuivre la lutte contre les nazis jusqu'en Allemagne.

Piquemal.jpg

© Blog sur l'histoire de Rustiques

Le capitaine Piquemal et ses troupes défilent sur le boulevard de Varsovie à Carcassonne

L'heure de passer à l'action approchait. Nos maquis étaient bien ravitaillés, et nous étions satisfaits de tous. J'avais à Citou, pour assurer certains transports, un camion (gazobois évidemment) que nous avions baptisé "l'Ouragan" malgré ses pannes fréquentes, une voiture et une moto qui servait à ces déplacements d'isolés et ces missions de liaison. Nous étions alors au milieu de juillet 1944. Renseignés sans doute, les Allemands font de nombreuses patrouilles dans notre secteur. Un détachement de la Feld-Kommandantur" vient même à Citou et me surprend à la mairie. Je m'attendais au pire, mais ce n'est qu'une fausse alerte ; l'officier me demande des renseignements sur les personnes étrangères traversant la commune :

- Quelqu'un les héberge t-il ?

- N'a t-on pas ce maquis signalé dans la région ?

Evidemment, je le rassure et, ayant obtenu son numéro de téléphone, je lui promets de le prévenir immédiatement à la moindre nouvelle. Mon camarade Gerbaud, d'Olonzac, n'a pas la même chance. Il est arrêté le 17 juillet, incarcéré à la prison de Bouttes Gach (Caserne de la Milice, NDLR) à Carcassonne, et n'en sortira qu'à la Libération.

Trassanel

Le 22 juillet, un fort détachement cerne le village de Fournes, dans le Cabardès, principal ravitailleur du maquis de Trassanel. Le même jour notre camarade Agnel, de plus de soixante ans, est arrêté à Trassanel et interrogé sur le maquis, que l'Allemand sait tout proche, ce qui prouve qu'un traitre a donné certaines précisions. Agnel résiste aux coups et se tait. On l'amène à Sériès, petit hameau de Fournès, où on le confronte avec d'autres camarades : rien ne sort de cette épreuve. On l'oblige alors en le frappant sauvagement devant les yeux horrifiés de sa mère. Un habitant du hameau, Théophile Rieussec, est contraint d'attacher une corde à la branche maîtresse et un gros noeud coulant autour du cou de Agnel que l'on fait monter sur une caisse. La caisse est renversée, mais le poids du corps fait rompre la corde... Je ne suis pas mort !

Une rafale de mitraillette fermera ces lèvres qui n'ont pas parlé, et extraira ce nombre coeur héroïque. Par son sacrifice digne des héros de légende, Agnel s'est élevé au niveau des martyrs les plus purs. Théophile Rieussec, le visage ensanglanté, est amené par ses bourreaux. Envoyé en déportation, il reviendra libéré par les alliés.

Grotte_du_Maquis.jpg

La grotte du maquis de Trassanel

Le 8 août alors que je me trouve avec mon groupe à Citou dans le maquis (j'ai échappé deux fois miraculeusement à l'arrestation des miliciens), des rafales lointaines, des explosions sourdes se font entendre... J'essaie de m'informer, ce n'est que très tard que j'apprends que le maquis de Trassanel, cerné par un fort contingent de troupes allemandes, a été totalement anéanti. Quelques très rares rescapés qui rejoignent le lendemain le maquis de Citou, me fournissent certains détails. La trahison du maquis est flagrante. La grotte où les maquisards avaient aménagé leur cantonnement a été cernée en un clin d'oeil, et nos volontaires abattus au moment même où ils tentaient une sortie désespérée. Quelques autres qui se trouvaient en dehors de la grotte, ont été capturés et conduits avec brutalité sur la petite route qui descend de Trassanel à Villeneuve et fusillés à l'endroit même où s'élève aujourd'hui, le monument érigé en leur mémoire.

fev-2013-Trassanel---5.jpg

Cependant un miracle s'est produit... Deux fusillés, Bouissou et Tahon ont échappé à la mort. Le Roubaisien Tahon, atteint par une rafale à la cuisse à tenter de ses relever. Le Feldwebel commandant le peloton s'est alors approché de lui et lui a donné le coup de grâce en pleine tête. La nuit arrive, la fraîcheur ranime le blessé. Fuyant le lieu de son supplice, il se traine sans but, perdant son sang en abondance, mais luttant farouchement contre la mort qu'il sent si proche.

Au petit jour, les habitants de Trassanel, venant relever les fusillés, s'aperçoivent de l'absence du corps de Tahon. Mais suivant ses traces de sang, ils arrivent ainsi aux premières maisons de Villeneuve où ils apprennent que Tahon, à bout de force, a été découvert par deux jeunes filles du village. Transporté dans une maison amie, il y reçoit les premiers soins du docteur Jourtau du maquis de Citou... et il échappe à la mort. J'aurai d'ailleurs l'occasion de parler de lui car orphelin et sans aucune attache familiale (ses parents avaient été tués lors du bombardement de Roubaix), il fut adopté par le "Minervois".

Azille et La Redorte

Le 12 août, un train de ravitaillement est attaqué à Azille ; nous récupérons une importante quantité de chaussures dont nous avons grand besoin, et de boites de conserves qui sont aussi les bienvenues. Cependant, peu après, des colonnes allemandes sont signalées comme devant traverser notre secteur. De tous les points, ce fut la ruée.

Le 19 août à La Redorte, 63 volontaires attaquent une colonne allemande, font 8 prisonniers et récupèrent le matériel. A Peyriac-Minervois, presque au même moment, 35 hommes attaquent une autre colonne et font 6 tués.

Bataillon.jpg

© Blog sur l'histoire de Rustique

Rieux-Minervois

Toujours le 19 août, les Allemands ont cerné et attaqué la localité. Les nôtres étaient 48... Après un combat de rues des plus acharnés, 21 de nos camarades tombent en combattant, 3 sont blessés... L'ennemi a des pertes qu'on ne peut dénombrer mais abandonne sur place du matériel et de l'armement. Le maquis de Citou et les volontaires locaux venant à la rescousse, ils sont arrêtés à Caunes-Minervois où notre ami Louis Combes, chef du groupe local, trouve la mort. Son frère Fernand est grièvement blessé. Un motocycliste arrive ; à Rieux tout est terminé, mais la colonne allemande se dirige sur notre côté. Immédiatement je prends les dispositions nécessaires ; deux bouchons armés de fusils mitrailleurs et de mitrailleuses Hotchkiss se placent à des endroits favorables. A la sortie de Caunes sur la route de Saint-Pons, bien encaissés dans la vallée de l'Argent-Double. Hélas, notre attente est vaine ; la colonne ennemie s'est détournée vers Olonzac.

Le 20 août, un train de ravitaillement attaqué à Puichéric nous permet de récupérer un stop de boites alimentaires qui sont distribuées à la population des villages environnants.

Citou

Le 21 août, à Citou, on devait procéder à la sépulture de notre ami Louis Combes. Nous étions alors nous-mêmes à Villeneuve. Rentrant le soir à Citou, j'apprends qu'une demi-heure avant l'enterrement, une colonne allemande a traversé le village, pillant tout ce qui peut être profitable : bicyclettes, chariots, bijoux, alcool, etc... Les obsèques peuvent cependant se dérouler mais après la cérémonie, une arrière-garde ennemie ouvre le feu sur un groupe d'hommes et de femmes qui, par un chemin de traverse rejoignent le hameau de Rieussec... Par miracle, personne n'est atteint !

Villeneuve-Minervois

Le 22 août à Villeneuve, en fin de journée, nous apprenons qu'une colonne de camions lourdement chargés de soldats, a quitté Carcassonne, se dirigeant vers Caunes (La même colonne qui fait le massacre du Quai Riquet, le 20 août 1944 ? NDLR). Mais ce jour-là, nous sommes 227 rassemblés à Rieux-Minervois avec le commandant Bousquet. Pendant que le gros de nos forces va assurer la défense rapprochée du village en cas d'attaque, deux petits contingents vont surveiller deux carrefours, de part et d'autre de Villeneuve, sur la route nationale Carcassonne-St-Pons, qui passe à environ 2,5 km du village.

Le commandant Bousquet a donné des consignes, nous sommes prêts et notre chef m'a confié le soin de donner le signal de l'attaque. Je me trouve, avec une poignée de volontaires, sur un petit mamelon boisé, à 150 mètres environ au nord du carrefour dit "Tuilerie de Justi"... A ma droite, tout près de moi, un sous officier, Vaucher, est en position de tir avec son fusil-mitrailleur... Nous entendons très distinctement le sourd grondement des moteurs de la colonne qui avance... L'heure H est proche... La tête de la colonne doit maintenant avoir dépassé le premier carrefour. Mais nos camarades de là-bas n'ont pas réagi ; ils attendent mon signal pour prendre l'ennemi à revers. Enfin, les voilà !... Une voiture grise débouche au carrefour ; d'une pression de main, je calme Vaucher, prêt à tirer. Et voilà le premier camion, des hommes en armes sur les ailes, sur la cabine... "FEU !" La première rafale éclate, suivie de nombreux coups de fusil. Vaucher a tiré en plein dans le mille : le camion, atteint au moteur, stoppe et immobilise la caravane, ce que j'avais prévu... La fusillade à l'autre carrefour est maintenant intense : les Fridolins courent de toutes parts, dans le plus grand désarroi, et Vaucher, en pleine action, les poursuit dans leur fuite désordonnée. Les traces de rafales se voient encore à hauteur d'homme sur la façade de la tuilerie.

Mais la nuit arrive , des ordres gutturaux se croisent sur la route et je devine déjà, à certaines ombres, que la panique à pris fin et que nous sommes menacés d'encerclement. A la faveur de la nuit, nous nous replions à travers les vignes... Des balles tranchantes sifflent maintenant à nos oreilles : trop tard ! La nuit est venue et le regroupement opéré : pas de manquant ! Je confie notre groupe à Vaucher qui va rejoindre Villeneuve. Pour moi, je voudrais bien rendre compte au commandant Bousquet des résultats obtenus.

Je reviens vers la route, non pas en direction du carrefour où l'engagement a eu lieu, mais à 200 mètres environ en direction de Caunes, vers où se dirige la colonne ennemie... Un tas de gravier est là au bord du fossé ; je réussis à l'atteindre à plat ventre ; j'attends... Le brouhaha a repris chez l'ennemi, qui s'affaire autour des camions. J'entends des cris, des ordres, des heurts de métal... Les heurts passent bien lentement, et ma  couche n'est pas des plus moelleuses. A trois heures du matin seulement les moteurs tournent, la colonne se remet en route et je peux voir défiler à quelques mètres du sol, tous phares éteints : en tête, un camion remorque celui que nous avons endommagé. Dans les deux qui suivent, j'entends des cris, des plaintes... les victimes sont nombreuses. Enfin, la colonne passe ; j'ai pu compter avec précision 38 camions, tous chargés de troupes : le morceau était bien gros, en effet, pour la cinquantaine de volontaires qui ont pris part à l'embuscade entre les deux carrefours.

Au petit jour, transi mais heureux, je rentre à Villeneuve, où l'on commençait à s'inquiéter de mon absence prolongée. Une tasse de café brûlant avalée à la popote, et avec le commandant Bousquet nous revenons sur les lieux de l'engagement. Quel gâchis ! Des casques, des casquettes, des capotes, des fusils même jonchent le sol et au carrefour, Vaucher me prouve l'efficacité de son tir en me montrant en plusieurs endroits, des traces de sang. Mais toutes les victimes ont été emportées... Nous rentrons à Villeneuve.

La Redorte et Rieux

Le 23 août, un fort détachement ennemi est attaqué à La Redorte par 72 résistants. Outre la capture de 26 prisonniers, 16 civils que les Allemands amenaient comme otages peuvent être libérés. Vous devriez leur joie.Le 24 août à Rieux, une nouvelle attaque permet de récupérer du matériel mais il y a 2 tués et un blessé de notre côté.

Quatre habitants sont tués : M. Labatut, Amalric, Malrieu et Louis Cros

(Source : La Résistance audoise / L. Maury / 1980)

Citou

Le même jour notre groupe se reforme à Rieussec, hameau de Citou. Fonvalle alerte dans l'après-midi qu'une petite colonne allemande (une compagnie environ) a traversé Citou en direction de Saint-Pons. Sur la cabine de l'Ouragan, deux mitrailleuses sont mises en batterie et confiées à deux Russes incorporés de force dans l'armée allemande et que nous avons récupérés à La Redorte. Je prends les devants sur la route pour aller au renseignement...

A Lespinassière, on nous signale que la colonne est passée depuis plus d'une heure. Je continue vers le sol, à la limite du Tarn. Là, ma moto devient rétive ; un fermier me renseigne : ceux que nous poursuivons sont à quelques centaines de mètres à peine. Nos voitures arrivent. Je fais rapprocher les véhicules, et en avant ! A un virage, nous tombons sur les Allemands, arrêtés à notre vue, ils ouvrent le feu sur nous ; mais nos Russes, sur l'Ouragan, sont aussi rapides qu'eux... Les ennemis, en tiraillant, cherchent à gagner le couvert. Mes deux Russes sautent du camion et, mitrailleuses sous le bras, se lancent à leur poursuite. Ne pouvant me faire comprendre, je leur fais signe de me suivre : je connais bien le terrain et, en quelques minutes, nous atteignons un petit mamelon d'où nous apercevons les fuyards, cherchant à gagner un hameau tout proche. La fusillade reprend mais dure peu : 17 soldats ennemis, les bras en l'air, nous supplient de les épargner ; trois d'entre eux sont blessés et six cadavres restent sur le terrain. On a tant raconté d'histoires sur les "terroristes" que nos prisonniers croient que nous allons les mettre à mort... Ils ne se tiennent plus de joie quand mon interprète Gogel, un Alsacien, les détrompe. Cependant, je comprends à leur mine que Gogel leur en dit de toutes les couleurs... Nous rejoignons la route où nous ramassons notre butin ; sacoches, pistolets, fusils, grenades, etc... Mais hélas, sur un brancard improvisé, nous avons la douleur de retrouver près du camion notre camarade Vignon, chef du maquis de Citou, tué au cours du combat qui fut pour nous le dernier de la clandestinité... Partout, l'ennemi avait été attaqué par des forces toujours dérisoires, mais que galvanisait la soif de la liberté et de toute vengeance.

Piquemal.jpg

© Musée de Rustiques

L'affaire Henri Tahon

C'est au cours de notre rassemblement de 1963 à Mailhac, que certains de nos camarades me mettent au courant de la situation matérielle de notre ami Henri Tahon, rescapé de la fusillade de Trassanel : il est marié à Fournes-Cabardès et père de quatre enfants. Sa maison d'habitation est en très mauvais état, à tel point que Mme Tahon vient récemment de passer au travers d'un vieux plancher à l'étage, et s'est fracturé une jambe dans sa chute... Nous décidons de l'aider : une collecte va être ouverte, les travailleurs bénévoles se feront connaître, et des réparations seront faites à la maison de notre ami. 

Le lendemain même de notre rassemblement, je rédige un appel à tous nos camarades, appel que Pagé se charge de diffuser... En même temps, j'écris aux responsables départementaux de nos deux associations : C.V.R et Rhin et Danube... Le responsable de Rhin et Danube n'a pas seulement daigné me répondre, malgré une deuxième lettre datée du 18 juin 1964 insistant sur la nécessité d'un tel geste... Quant au responsable des C.V.R, je reconnais qu'il m'a répondu : il a bien voulu m'adresser quelques conseils et des imprimés de demande prime à l'amélioration de l'habitat rural... Bravo pour ce geste !

Mais par contre, le Corps Franc de la Montagne Noire, que je n'avais pas contacté, m'adresse un chèque de 20 000 anciens francs... En même temps, dès janvier 1964, je reçois les dons de beaucoup de camarades du Minervois. Je ne citerai pas de noms pour ne pas froisser certains négligents. Au final, c'est un totale de 120 000 anciens francs que j'ai obtenu. Justement, Tahon a fait entreprendre certaines petites réparations à sa maison... Je m'entends avec le maire de Fournes (mon beau-frère) : il verra lui-même le maçon. Nous avons je crois, suivant mes moyens, accompli notre geste de solidarité.

Mais je n'accepte pas cependant l'attitude des responsables de Rhin et Danube et des C.V.R. Je décide donc, à titre personnel, de me retirer de ces deux associations.

Source

Avec ceux du Minervois / Capitaine René Piquemal

_______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

Bonjour,

Comme toujours, article très intéressant..
A Rieux Minervois, on peut retrouver le parcours de cette colonne allemande car les rues portent le nom des hommes qui y sont tombés : Francois Ferrié, Camille Amalric, Louis Cros et Marcel Labatut, en plus de l'Avenue du 24 Août 1944.

Écrit par : Frédéric MALET | 02/10/2016

Martial,

Tu produis toujours et aussi régulièrement, des articles documentés, de si bonne qualité,sur tous ces sujets aussi divers.
Je suis toujours absolument impressionnée, admirative et reconnaissante au nom de la mémoire de tous.

Tu as un secret ? 4 mains ? 8 mains ? Au piano, je ne sais pas si ça marche.

Merci beaucoup. Amicalement. Hélène

Écrit par : hélène jarlier | 03/10/2016

Merci, Martial pour cette page d'histoire que je transmet.
Regis Chaynes,ex:Villalbe

Écrit par : CHAYNES Regis | 03/10/2016

Bonsoir,
Très heureux de voir que ce document, peu connu apparemment, et dont je possède un exemplaire dédicacé par le Lt-colonel Piquemal à René Bigou, un Mérinvillois récemment décédé, frère du sergent Georges Bigou, a trouvé une seconde vie grâce à internet.
Je pense aussi qu'il serait bien de préciser que ce sont des extraits d'un document de 137 pages.

Écrit par : Lalloué | 08/03/2017

Les commentaires sont fermés.