21/10/2016

La mercerie Bénédetti, souvenirs d'un commerce familial

Marguerite Bénédetti ouvrit une mercerie dans les années 1930 au 22 rue Courtejaire, juste en face des Nouvelles Galeries (Monoprix). Ce commerce occupé autrefois par l'armurier Belloc ferma ses portes en 1996. C'est aujourd'hui, un marchand de sandwichs à emporter.

169.JPG

Marguerite Bénédetti

Au 41 de la rue Clémenceau - à 100 mètres de là - M. Bénédetti tenait le magasin Tricoton dans lequel on se fournissait en laines à tricoter. Avant la Seconde guerre mondiale, la boutique se nommait "Au chic féminin".

171.JPG

Le magasin Tricoton dans les années 1950

172.JPG

L'intérieur de la boutique

166.JPG

Monsieur Bénédetti et sa fille

170.JPG

Dans les années 1960, les publicitaires rivalisaient d'imagination pour faire connaître les produits. Quoi de plus simple que de faire atterrir un hélicoptère au portail des Jacobins pour impressionner le chaland ?

164.JPG

L'ancien Tricoton s'agrandit et se rénova ; il prit le nom des laines Pinguoin. 

Capture d’écran 2016-10-21 à 08.45.28.png

On savait fabriquer en France...

165.JPG

Les clients faisaient la queue dès l'ouverture 

Capture d’écran 2016-10-21 à 08.48.44.png

En 2008, l'ancienne mercerie Bénédetti a été vendue à une enseigne nationale de prêt-à-porter masculin. On rénova la façade, ce qui permit de mettre au jour des arcades et des fenêtres à meneaux. La mercerie venait de tirer un trait sur plus d'un demi-siècle d'existence.

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

il me semble que monoprix est rue clemenceau et non courtegaire

Écrit par : roussel | 21/10/2016

J'adore ce genre d'article !

Écrit par : Belcikowski | 22/10/2016

Bonjour
J'ai quelques blogs de retard.
Mon commentaire concerne le quartier des Capucins: En juin 1967 lorsque mon grand père ,Norbert,est décédé,dans la nuit,les pains étaient quasiment tous façonnés ,et prêts à cuire .Un des deux ouvriers,étant malade, mon père était descendu au fournil pour travailler.L'autre ouvrier,Félix Gayraud,ancien apprenti de mon grand père,qu'il appelait toujours "patron",après un quart d'heure de prières au pied du lit,a tenu à finir le travail seul.Le "Patron" lui avait appris à finir le travail.Haltérophile et lutteur de Gréco-Romaine,dans ce cas ,il n'était pas à contrarier .Le lendemain matin les deux autres boulangers de la rue, François Timoreau et Louis Castel,sont venus avec leurs camionnettes prendre tous les pains pour les vendre dans leurs boutiques,et permettre à la famille de fermer le magasin .

Écrit par : Jean Bonnafil | 18/12/2016

Les commentaires sont fermés.