04/11/2016

En 1946, le Midi-Libre avait prédit la métamorphose de l'aérodrome Salvaza

Le nom de Salvaza a complètement disparu dans la nouvelle appellation de l'actuel aéroport. Aujourd'hui, c'est plus chic sans doute, ; il faut dire "Aéroport Sud de France". Dernièrement, le mot "Pays Cathare" a été évincé du titre. N'oublions pas que l'aérodrome prit le nom de la métairie Salvaza - aujourd'hui, disparue - sur les terres de laquelle il fut construit. On a donc supprimé toute référence à l'histoire de Carcassonne, une fois encore... C'est quand même bizarre cette propension qu'ont nos édiles locaux à se laisser déposséder ainsi de notre identité. Ne nous plaignons pas, on a échappé à "Aéroport Véolia" ou "Qatar Airways". Cela s'appelle paraît-il dans le jargon des gens qui se foutent de l'histoire de notre pays en le vendant par petits bouts au plus offrant : le NAMING. Là encore, un bel anglicisme qui ne veut rien dire dans la langue de Dickens.

3b55460f1c46fda09b1de7b5301f9ee63348aaf8.jpg

Bref, c'est un autre sujet. Attardons-nous simplement sur l'article du journal "Le Midi-Libre" du jeudi 27 juin 1946 et à sa prédiction quant au devenir de l'aérodrome de Salvaza.

A quand Salvaza gare aérienne ?

C'est plus qu'un plaisir que de jouer aux jeux de l'anticipation . N'est-ce pas, plus d'une fois, romancer sans trop de déraison l'avenir ? Pourquoi pas, quelque jour, Salvaza gare aérienne ? Certes, pas aujourd'hui, ni en 1947, mais quelque jour peut-être, et nul ne s'en fâcherait.

Je vous demande un peu qu'auraient dit mes arrières-grands-parents si un journaliste leur avait décrit un futur cerf volant lancé par un plus lourd que l'air et de looping en looping, tournoyant à volonté dans le ciel carcassonnais ? Voilà pourtant la vision délicieuse qui nous est donnée, certains soirs par nos as, à l'heure où les travailleurs pédalent sur le chemin de la soupe, tandis que là-haut, l'aviateur ou l'aviatrice se passe un divin apéritif de vent pur, de frais nuage.

Sans remonter trop loin dans le passé, qui avait pensé, en plaine Expo parisienne de 1937, qu'il suffirait de prendre un ticket à la gare aérienne pour s'envoler quelques instants plus tard, comme 700 autres voyageurs, dans la même heure ? La gare aérienne de Paris fonctionne à merveille. Plus près de nous, il y a quelques jours était inauguré à l'aérodrome perpignannais de la Llabanère, un curieux trafic aérien : après avoir débarqué deux tonnes de langoustes océaniques, un Junker commercial prenait dans ses flancs deux mille kilos de fruits des Pyrénées-Orientales, cueillis le matin même.

Salvaza n'a pas dit son premier mot, pardon, je voulais dit son dernier mot. Et qui vivra, assistera sans doute à quelque étonnante liaison air-route-rail dans notre Midi pour toutes les directions. Que de possibilités inouïes ne seraient-elles pas ainsi réalisées ? Quia connu Marignanne en 39 et le Bourget ne sourira pas de nos anticipations carcassonnaises, y applaudira au contraire. Magnifiquement placé entre Bordeaux, Toulouse d'une part ; les lignes africaines, espagnoles, de Port-Vendres, Perpignan, Montpellier, Salvaza bénéficie à l'instar de Lézignan d'une situation de choix.

Rêvons un peu : dans une aire quadruple avec de belles pistes, nous arrivons après avoir pris notre billet pour Bordeaux, Londres, Bruxelles, Ajaccio, Alger... Le temps d'une vérification et, sous l'oeil encourageant d'une gracieuse hôtesse de l'air, nous nous calons dans notre fauteuil. Un virage et nous tournons au-dessus de la Cité, puis à pleins moteurs, nous volons vers le lointain, rendu si proche !

Que de grisantes croisières, de vertigineux week-ends, d'indicibles rendez-vous avant cela impossibles...

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

10:14 Publié dans Carton rouge | Tags : salvaza | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

oui tout perd son nom et c'est bien regrettable bof il faut s'y faire après tout qu'y pouvons nous, rien tant pis si tout va de travers dans Carcassonne ....

Écrit par : constance Pressoirs | 04/11/2016

En attendant, on a récemment appris que les 2 "Trackers" habituellement stationnés à Salvaza seraient la saison prochaine relocalisés à Nimes : Une activité de moins pour notre aérodrome...
Avec, de plus, la décision de Ryanair de développer son activité sur Toulouse, espérons que ce ne sera pas trop fatal à celle de notre Aéroport.
Quant à moi, natif du pays, je parlerai toujours de Salvaza ! NA !!!
Quelle sale manie de toujours vouloir redonner une nouvelle dénomination à tout, (avec en plus un terme britannique (qui pour ceux qui pratiquent cette fichue langue), dit bien ce qu'il veut dire :
A croire que le citoyen français est dégoûté de sa propre langue !
Tout fout le camp, je sais bien ! Mais j'ai par moments envie de rebaptiser Carcassonne en Crazonne...

Écrit par : Christian Viguié | 04/11/2016

Pour l'OACI (Organisation Internationale de l'Aviation Civile) et l'IATA (l'Association Internationale du Transport Aérien) l'aéroport de Carcassonne se nomme toujours "Carcassonne-Salvaza" (LFMK en code OACI, CCF en code IATA). Il est dénommé ainsi sur toutes les cartes d'approche (à vue ou aux instrument) utilisées par tous les pilotes tant dans les éditions françaises du SIA (Service de l'Information Aéronautique) que dans les éditions américaines de Jeppesen à l'usage des pilotes du monde entier y compris des pilotes français notamment pour les approches aux instruments. Du point de vue aéronautique un changement d'appellation ne semble pas être d'actualité... du moins pour le moment... Quelques exemples chez nos voisins ont prouvé récemment le contraire : "Montpellier-Fréjorgues" est devenu dans la documentation aéronautique "Montpellier-Méditerranée", "Marseille-Marignane" s'est changé en "Marseille-Provence" ... à suivre...

Écrit par : Jean-Louis Bergnes | 04/11/2016

Je viens d'apprendre ce changement de dénomination de Salvaza par votre article. Quand on lit vos articles objectifs et plein de bon sens, on s'aperçoit que la connerie à Carcassonne est un mal qui se propage telle une épidémie. Ceux qui ont décidé une telle débaptisation soit ne sont pas nés à Carcassonne, soit ont eu un intérêt inconnu à mettre en valeur leur connerie. Un politique n'agit jamais de façon désintéressée ou si vous préférez sans un intérêt quelconque. Il y a bien anguille sous roche derrière une telle décision.

Écrit par : JOSEPH | 04/11/2016

Idem pour la disparition du magnifique Languedoc-Roussillon , chargé de sens, de poésie et d'histoire ,au profit du très politicard Occitanie .

Écrit par : Arnaud | 05/11/2016

La Cavayère elle est toujours là .
Même si ce fut.
- Une métairie ( Toujours existante )
- Un dépôt d'ordures .
- Des maisons résidentielles
- Un ensemble de loisirs , promenades , baignades .

Écrit par : jacques blanco | 05/11/2016

Bonjour chers amis,
Carcassonnais né en 01/1944, ancien aiguilleur du ciel & P.P, suis à la recherche d'un accident aérien mortel lors d'un meeting aérien dans les années 1950-1955 et que j'ai vécu jeune garçon à Salvaza... Le pilote était un certain Honorer Kreutzer qui n'avait pu redresser un début de vrille acrobatique... Il avait été enterré au cimetière de la Cité de Carcassonne.
Merci bcp d'un éventuel témoignage
FAUP Ivan ifaup@aol.com tél: 0678721807

Écrit par : FAUP | 22/11/2016

Les commentaires sont fermés.