27/11/2016

Voyage au centre du snobisme musical et intellectuel du Carcassonnais.

C'est dans une assemblée surchauffée d'une dizaine de personnes que la Fabrique des Arts invita ce vendredi la musicologue italienne Giuzy Caruso dans l'auditorium du conservatoire de Carcassonne, nommé Fabrique des Arts. La chercheuse présenta son travail analytique sur les Etudes Karnatiques pour piano de Jacques Charpentier - jeune compositeur Carcassonnais de près de 90 ans à qui l'on promit en 2013 de jouer son unique opéra en occitan au Festival : Béatrice de Planisolas - livret de René Nelli. Les promesses rendant les enfants joyeux, cela fit rajeunir M. Charpentier de quelques mois.

Capture d’écran 2016-11-27 à 09.26.08.png

Les Etudes Karnatiques, qu'es aco ? Afin de vulgariser le propos, disons qu'il s'agit d'une écriture musicale qui se nourrit des influences harmoniques de l'Inde du sud. Cette partition avait été déjà entendue il y a trois ans à l'auditorium de la Chapelle des Jésuites à Carcassonne. Elle fut encore exécutée hier soir dans celui de la Fabrique des Arts. Lors de la première écoute, les plus francs et sans doute mélomanes, ont avoué poliment à voix basse que leur oreille n'avait rien compris ; les plus snobs et sans doute les moins éduqués musicalement, eux, ont loué l'excellence d'un morceau qui les a fait vibrer. Il est vrai qu'après quelques bulles de champagne et des petits-fours, il n'y a que le franc (au sens de libre) pour se trouver au centre d'une discussion dans laquelle il préfère garder son avis pour lui. Il ne s'agit pas ici de subir une pensée unique, mais de fuir une pensée dirigée. Nuances...

Ce n'est pas à moi - pauvre artiste lyrique et conférencier de seconde zone - à dire que Jacques Charpentier est un grand compositeur - être un de ses confidents me suffit. Le monde musical national n'a pas attendu Carcassonne pour mette en avant les grades qualités de cet homme que notre ville garde dans du formol depuis trente ans. Bien avant que la cité audoise et ses penseurs culturels ne se réveillent, du Japon au Etats-Unis on jouait déjà les Etudes karnatiques, avec pour récompense Diapason d'or sur papier glacé. Quant à son héritage sur la politique culturelle, son passage auprès d'André Malraux au Ministère des Affaires culturelles plaide largement en sa faveur. On est en train purement et simplement de le détruire cet héritage, à force de restrictions budgétaires. Plus d'argent pour les conservatoires, les centres culturels qui ne seront ouverts qu'aux riches familles. Les autres se contenteront de "The voice" sur TF1.

Ce qui me chagrine voyez-vous c'est que l'on programme dans le temple de la musique de Carcassonne - là où nos enfants apprennent les fondamentaux - une conférence que ne renierait pas la fac de musicologie de la Sorbonne, mais que l'on se refuse d'en faire de même avec la musique de Paul Lacombe. Il est vrai qu'il faut avoir entendu certains de nos édiles prétendre que ce membre de l'Institut de France, n'était qu'un compositeur mineur pour saisir de suite la stupidité des ignorants. Dans les années 70, un maire de Carcassonne - dont je tairai le nom - n'hésita pas à parler du gros violon lors d'un concert au festival, pour désigner la contrebasse. Ça ose tout, c'est même à cela qu'on les reconnaît - disait un tonton flingueur.

Hélas, dirai-je, ce sont eux qui sont en charge de la culture. Laquelle ? Celle qui se fait mousser comme M. Jourdain dans le Bourgeois gentilhomme, là où le ridicule ne tue plus puisqu'érigé en doctrine de la pensée politique ? A force de casser les codes, ils ont réussi à briser la tradition et les héritages. Ce que nous sommes et surtout d'où nous venons. Pas étonnant, si nos enfants ne savent plus où aller...

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive...

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

Commentaires

Le snobisme musical et intellectuel du Carcassonnais ? Ah bon ? Je préfère me taire, Martial !

Écrit par : Christian Viguié | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

Quant à Jacques Charpentier, s'il eut une carrière qui l'amena à de hautes responsabilités, son oeuvre, d'approche plutôt difficile, reste inconnu de la plupart des mélomanes. Voir en particulier le site très bien renseigné :
http://www.cdmc.asso.fr/fr/ressources/compositeurs/biographies/charpentier-jacques-1933
J'avoue humblement n'en rien connaître, mais ne pas être tenté par ce genre de musique intellectuelle.

Écrit par : Christian Viguié | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

plaidoyer et plaidoirie ...merci martial nous parler musique vous en avez tous les droits

Écrit par : md | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

Moi je me souviens avoir donné cet opéra Béatrice de Planissolas, à la Halle aux grains de Toulouse sous la direction de m. Bleuse dans le cadre de nos études au conservatoire... mais c'était à Toulouse...

Écrit par : JN Cabrol | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

Bravo Martial!

Je jubile en vous lisant.

Écrit par : Flo | 27/11/2016

Répondre à ce commentaire

Je me garderai bien de faire un commentaire sur la musique mais votre article est excellentissime! Bravo!

Écrit par : Authier | 28/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire