06/12/2016

Petites chroniques de la Seconde guerre mondiale dans l'Aude (2)

Second épisode de nos petites chroniques suite au succès rencontré par celles publiées hier. Entre 1940 et 1942, le pouvoir politique répressif du gouvernement de Vichy et la collaboration de celui-ci avec l'Allemagne hitlérienne se met peu à peu en place. La ville de Carcassonne est le théâtre de nombreux attentats ; les partisans du maréchal Pétain se heurtent à leurs opposants. Des deux côtés, on n'hésite pas à briser des vitres, maculer les murs d'inscriptions, repérer les républicains contre la Révolution nationale... Partout dans le département se constitue le Service d'Ordre Légionnaire afin de faire réprimer les opposants. Il est l'avant-garde de ce que sera la Milice à partir de février 1943 et s'inspire des SS de Hitler. Là, ne nous sommes qu'en janvier 1942, lorsque dans l'Aude le SOL s'organise avec les partisans de Pétain. Il n'est toutefois pas encore reconnu par le préfet mais ne prend aucun ordre de la police. C'est une organisation para-militaire indépendante, soutenue par le régime. Le 14 juillet 1942, alors qu'est organisée malgré les interdictions de Vichy une manifestation en faveur de la République, Carcassonne va vivre un début de guerre civile. Le SOL après avoir cherché à en découdre avec héritiers politiques de 1789, va générer une véritable bagarre près de la statue de Barbès.

Quelques temps après, le SOL qui avait repéré les personnes présentes à ce défilé, les fera arrêter. Pour le moment on se querelle entre français en zone libre, mais à partir de novembre 1943, l'arrivée des Allemands dans l'Aude va changer radicalement la partition de musique. Deux camps vont s'affronter... D'un côté l'extrême droite luttant contre le bolchévisme et les juifs, rejetant l'héritage de 1789 ; de l'autre, les Républicains organisés en réseaux de Résistants dont les objectifs politiques divergent. On y trouve des communistes, des gaullistes, des socialistes, quelques monarchistes... Les Pétainistes se disent patriotes et considèrent leurs opposants comme des anti-nationaux, collabos avec l'étranger - les Anglais. Ils sont favorables à une nouvelle Europe - celle d'Hitler, de Mussolini et de Franco. Au centre de ce combat, se trouve la population audoise ; certains seront neutres, d'autres collaboreront par idéal politique ou le plus souvent pour s'enrichir et en tirer profit.

Tout ceci créé un climat délétère dans lequel les audois s'épient, se dénoncent mais aussi s'entraident ou refusent dans le secret le destin de leur pays. La société a évolué en 75 ans, mais l'homme restera toujours jaloux, lâche, indifférent, vaniteux, vénal ou droit, altruiste, généreux, impliqué. Ce qui déplace le curseur ce sont les situations politiques auxquelles il est confronté. En période de crise politique et économique et à fortiori en guerre civile, ces phénomènes forment des métastases hideuses.

Carcassonne

lvf1.jpg

19 avril 1942

La Légion des Volontaires Française contre le Bolchévisme fait distribuer des tracts expliquant ce qu’est la LVF et comment son action aidera la Révolution Nationale.

Carcassonne

24 juin 1942

7, rue Georges Clémenceau : les glaces de la devanture du magasin de maroquinerie Salze sont brisées par jets de pierre. Les auteurs de cet acte étaient des membres de l’U.P.J.F, disciples de Jacques Doriot fondateur du PPF (ancien communiste devenu favorable à Hitler). Identifiés par la police, ils furent condamnés à des amendes de 600 et 1200 francs par le tribunal.

Carcassonne

23 mars 1943 à 21 h

rex.jpg

L'ancien cinéma Le Rex

La Légion Française des Volontaires Français contre le Bochévisme a tenu une réunion  dans la salle du cinéma Rex , rue de la liberté. Elle a été présidée par le préfet. Orateur : capitaine de Messine. Il y avait 500 personnes.

Limoux

Nuit du 7 au 8 juillet 1942

Des inconnus jettent de l’encre sur la façade du bureau de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme.

Cépie

29 janvier 1943

Capture d’écran 2016-12-06 à 10.03.44.png

Arrestation de Péchou François, de sa femme née Ségal et de Jean Tisseyre pour complicité de désertion d'un soldat allemand. Condamnés le 19 mars 1943 à des peines privatives de libertés, ces personnes furent par la suite déportées. Les deux hommes moururent en déportation.

Narbonne

25 mars 1943

General_Giraud.jpg

Le général Giraud

Arrestation par les Allemands de Hérail Simone. On suppose qu'elle aurait aidé le général Giraud à s'enfuir en Afrique du Nord en l'hébergeant chez elle.

Villemoustaussou

1er avril 1943

Capture d’écran 2016-12-06 à 10.06.06.png

Une compagnie radio de la Wehrmacht s'installe dans la localité. Elle partira le 18 juillet 1943.

Carcassonne

Nuit du 18 au 19 juillet 1943

Capture d’écran 2016-12-06 à 10.07.11.png

Le siège de la Milice, place Carnot

18, place Carnot au siège de la Milice, le milicien qui est de garde reçoit un coup de téléphone lui annonçant que le siège sauterait vers 5 heures du matin et un moment après, un coup de téléphone lui annonçait que l'affaire était reportée à plus tard.

Berriac

12 août 1943 à 6h55

Tentative de sabotage par explosif à la sortie du tunnel. Il n'y a pas eu de dégâts et la circulation des trains n'a pas été interrompue.

Arzens

1er novembre 1943

Capture d’écran 2016-12-06 à 10.11.04.png

Au domaine des Allanges. La Gestapo accompagnée de six voitures remplies de soldats est venu chercher un jeune homme qui apprenait depuis trois jours à tailler les arbres fruitiers. Dans sa chambre, les Allemands ont trouvé un poste radio de marque américaine et 200 billets de mille francs.

Carcassonne

Nuit du 9 au 10 décembre 1943

2607237887.jpg

L'ancien café Continental, boulevard O. Sarraut

Une bombe explose au Café Continental, siège du Parti Radical Socialiste. Le tambour a volé en éclats. On suppose que les auteurs sont des membres du Parti Populaire Français.

Villardonnel

9 juin 1944

Capture d’écran 2016-12-06 à 10.12.42.png

Route de Carcassonne à Mazamet, au cours d'une embuscade attaque d'un détachement allemand. Bilan : trois tués et six blessés côté allemand. C'est un seul véhicule. Une camionnette qui est tombée dans l'embuscade. On le retrouve 2 km plus loin, criblé des balles avec six allemands tués à bord. Un paysan qui l'a vu s'écraser dans le fossé, a aperçu un allemand parte en courant. Il ne sera pas retrouvé.

Blomac

23 août 1944 à 18h30

Les allemands tirent sur une voiture automobile occupée par des civils : M et Mme Colomb de Carcassonne qui venaient de rendre visite à des parents à Blomac et qui avaient à leur bord M. Castans. Les deux hommes sont tués, la femme sérieusement blessée.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

Commentaires

que de drames qui se sont joués en ce temps là....merci Martial ...heureusement que vous êtes là pour nous en parler ...

Écrit par : constance pressoirs | 06/12/2016

Les commentaires sont fermés.