26/12/2016

Des meubles Rouger à l'imprimerie Gabelle, rue Barbès

Nous allons vous montrer de quelle manière il est possible de retrouver après un siècle, l'emplacement d'un ancien commerce dans Carcassonne, avec juste pour indice une carte postale publicitaire. N'étant pas en ce moment sur place, j'ai fait appel à Jacques Blanco afin de tenter de reconnaître les lieux. Ainsi a t-il pu me confirmer avec exactitude ce que mon annuaire de 1904 indiquait à cent mètres de là... La numérotation des rues dans Carcassonne ayant changé depuis, seul l'oeil avisé du secrétaire des Amis de la ville et de la Cité était à même de spécifier l'endroit avec précision. Je me chargeais ensuite de remonter le temps grâce aux archives départementales consultables en ligne (registres d'Etat-civil, recensement civil et militaire) et à mes propres documents. Aujourd'hui, nous sommes en mesure de retracer l'aventure des meubles Rouger, qui précéda l'imprimerie Gabelle, au n°44 rue Barbès.

Capture d’écran 2016-12-26 à 10.22.27.png

Orens Rouger - tourneur, de son état - se marie le 19 octobre 1859 avec Charlotte Canis, sans profession. De cette union, naîtront : Jean Rouger le 3 novembre 1867, Charles Marius Rouger le 16 mai 1870 et Marius Rouger en 1886. Les frères Rouger exerceront tous le métier de tapissier d'ameublement.

Capture d’écran 2016-12-25 à 18.13.57.png

En 1901, la famille Rouger demeure au n°7 de la rue Barbès. Elle a perdu Orens, le patriarche décédé depuis. Ce sont donc les enfants qui ont la charge d'une affaire de fabrication et de vente de meubles. Elle s'appelle "Au grand chandelier" et occupe un vaste bâtiment à l'angle des rues Barbès et Pinel. Les frères Rouger seront dispensé de service pendant la Grande guerre ; l'aîné de la fratrie a la charge de l'entreprise. En 1927, une publicité dans le programme du carnaval de Carcassonne nous informe que la Maison Jean Rouger vend des Chambres à coucher, des salles à manger, des sommiers, des matelas ainsi qu'un grand assortiment de meubles de Provence.

Capture d’écran 2016-12-26 à 11.43.57.png

L'ancienne Maison de meubles Jean Rouger

André Gabelle, imprimeur né en 1844, tient son entreprise en 1904 au n° 64 de la rue de la gare. Avec sa famille, il loge au 8 rue Victor Hugo : Gabelle Elise (son épouse) née en 1858 à Burlatz, leurs deux filles Jeanne (1887) et Cécile (1890) et la domestique Salvaire Eugénie née en 1873 à Pezens. L'imprimerie Gabelle avait repris l'affaire de Pierre Polère. En 1897, elle partageait son activité au n° 50 rue de la mairie, avec Bonnafous et Thomas.

Reste à comprendre quand Rouger a vendu son magasin à Gabelle. Pour cela, nous avons plusieurs indices... La publicité du programme de 1927, nous informe encore de son existence. Il n'est pas présent dans l'annuaire de 1931 ; en revanche, l'imprimerie Gabelle se trouve mentionnée au n° 44 rue Barbès. C'est donc qu'entre 1927 et 1931, Gabelle a pris l'emplacement de Rouger. On peut également en déduire que la façade Art-déco avec l'enseigne "Les imprimeurs Gabelle" date de cette époque.

gabelle.jpg

© Jacques Blanco

L'imprimeur Gabelle s'est retiré de la rue Barbès en 2008, mais l'enseigne demeure. Actuellement, on refait la façade et espérons qu'elle sera conservée. Voilà comment avec presque rien comme informations, on arrive à retracer l'histoire de ce bâtiment.

_______________________________-

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

Commentaires

Je me souviens très bien des rotatives que je voyais fonctionner dans la rue Pinel, par la grande baie, tout à fait au fond de votre photo,dans l'angle; je m'arrêtais souvent pour les admirer. J'ai appris que ces anciennes machines fonctionnaient encore dans l'imprimerie Antoli de la zone industrielle où je les aient vu fonctionner il y a 6 ou 7 ans à peine, lors de l'impression de mon livre sur les 4 artistes peintres carcassonnais, "les Rives,peintres XIXe-XXesiècle"toujours en vente chez Breithaupt. Quand au magasin de la rue Barbès, c'était la papeterie de Mr Toulzet.

Écrit par : plessis marthe | 26/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire