31/12/2016

Pierre Germain (1817-1891), un grand compositeur Carcassonnais oublié

Pierre Germain est un compositeur de musique né à Castelnaudary le 24 décembre 1817 et décédé à Carcassonne, le 3 janvier 1891.

plaque.jpg

Dès son plus jeune âge, Pierre Germain quitte la région chaurienne pour s'installer à Carcassonne. Il présente de sérieuses dispositions pour la musique et son père, violoncelliste, l'inscrit au conservatoire de musique de Paris. Il est alors admis en 1833 dans la classe prépartoire de M. Guérin puis le 9 décembre 1835 dans la classe de violon de M. Habeneck jusqu'en novembre 1839. Il étudia également le piano et l'harmonie avec M. Barbereau auquel il présentera des Fantaisies (Piano et violon), un trio (piano, violon et violoncelle), un quatuor et un quintette pour cordes. Un grand destin s'ouvrait à lui à Paris. Cependant, son père très fatigué et ne pouvant plus exercer son métier de professeur, fit appel à lui pour subvenir aux besoins d'une très grande famille (onze enfants). Pierre Germain vint au secours de son père, devint professeur au lycée et finalement demeura à Carcassonne où il épousa la fille du peintre Honoré Prache.

En 1841, il est nommé organiste de l'église St-Vincent et compose plusieurs messes, quatre ouvertures pour orchestre symphonique et une cantate sur la prise de Sébastopol. Au mois de mars 1859, Pierre Germain fait la connaissance de Louis Metge - né à Pezens en 1829 - qui va écrire pour lui le livret de son futur opéra "Simon de Montfort". Le compositeur tire le sujet des "Annales de Carcassonne", ville pour laquelle il destinait son oeuvre. Après quelques semaines Metge lui propose un livret en 4 actes et les premières scènes de son drame; il accepte sans réserves le travail de son ami. Germain va consacrer tous ses moments de libre à la composition de son opéra et pour s'en faire une idée, invite quelques chanteurs pour l'essayer. L'ouvrage est achevé au printemps 1860 et toutes les parties (orchestre, choeur et solistes) sont copiées par lui-même. L'orchestre de la Société philharmonique de Carcassonne et l'Union vocale, dirigées par Charles Scheurer vont apprendre l'ensemble de l'opéra. Restait à distribuer les rôles de solistes... Une subvention de mille francs est votée par le conseil municipal destinée "à faciliter les moyens de faire représenter cette oeuvre sur le théâtre de la ville".

Monsieur Roques-Salvaza, maire et député, écrit de Paris une lettre en date du 20 mai 1860 à Pierre Germain: "Soyez certain que nul plus que moi n'est sympathique à vos efforts. Je m'associerai toujours et de tout coeur à ceux qui seront tentés par des hommes tels que vous, dont l'élan généreux, soutenu par une organisation supérieure et d'une application persévérante, poursuit avec énergie l'amélioration d'une position personnelle en faisant rayonner sur notre ville l'éclat du talent et l'honorabilité du caractère..."

Pierre Germain engagea alors les solistes, recruta pour les choeurs tout le personnel des cafés concerts, loua les costumes de la troupe, fit dresser les décors par son beau-père le peintre, Honoré Prache. Les répétitions commencèrent et la première représentation fut fixée au 12 septembre 1860. La veille de la répétition générale, quelques solistes manquaient à l'appel. Ils étaient allés faire leurs débuts à Béziers et Germain et Metge durent aller les récupérer manu-militari avec le commissaire de police et une lettre du procureur impérial. Le retour de "Roger Trencavel" et de "Simon de Montfort" se fit par train et sous les huées des carcassonnais. La répétition fut faite sur le champ et la représentation eut lieu le soir même.

plaque2.jpg

Ce jour là, le théâtre était comble ! C'est le compositeur qui dirigea l'orchestre et le librettiste qui se mit dans la cage du souffleur pour redresser les artistes qui s'égarèrent. Plusieurs rédactions avaient envoyées leurs journalistes sur place. "L'aiglon" de Toulouse rendit un vibrant hommage au compositeur. La ville de Carcassonne alloua même une bourse d'externant à ses deux fils, en remerciement de son investissement. La nouvelle du succès parvint jusqu'à Paris, si bien que le Ministère de la maison de l'Empereur et le Ministère d'état versèrent respectivement la somme de 1000 et 500 francs pour faire graver la partition. A Toulouse, le théâtre du Capitole dirigé par M. Lafeuillade programma l'ouvrage pour le 12 février 1862. A cette occasion, les auteurs y ajoutèrent un acte et un ballet. Le journal de Toulouse écrivit: "La partition de M. Germain est une oeuvre sérieuse, qui mérite à juste titre l'ovation qu'on lui a faite (...) Constatons aujourd'hui que jamais le théâtre du Capitole n'avait enregistré au succès aussi grand, obtenu par une oeuvre d'un compositeur de province.

Le compositeur et son librettiste partirent à Paris afin de proposer l'ouvrage à l'Opéra. Le directeur Alphonse Boyer leur promis de faire examiner la partition par une commission. Entre temps, Germain avait malgré les demandes, suspendu toute représentation afin de donner toutes ses chances à Simon de Montfort d'être représenté dans la capitale. Germain et Metge se mirent à créer un nouvel opéra: Jeanne d'Arc. Finalement, Alphonse Boyer en disgrâce fut remplacé par Emile Perrin qui mit définitivement l'oeuvre de Germain au placard. Jeanne d'arc fut achevée en un an au mois de juin 1863. L'opéra trouva un protecteur en la personne du Comte Bacciochi, mais il se heurta à nouveau au refus d'Emile Perrin prétextant qu'une scène d'amour "Amour chaste et pudique" serait mal vue au théâtre.

plaque 3.gif

 Jeanne d'arc tenta une nouvelle fois sa chance grâce à Bacciochi devant le directeur, cette fois du Théâtre lyrique: M. Carvalho. Ce dernier le refusa car un pareil sujet avait été traîté par Duprez. Louis Metge proposa alors Simon de Montfort, mais Carvalho refusa à nouveau un ouvrage qui avait été "défloré" en province. Afin de ne pas vexer Bacciochi, le directeur proposa à Metge d'écrire un livret et il s'engaerait à lui trouver un compositeur parisien. Metge dit qu'il était hors de question de sacrifier son ami Pierre Germain. L'entrevue se termina ainsi. Ce que Metge ne put obtenir des influences officielles, il allait l'obtenir des influences financières. En effet, M. Numa Guillou, ancien négociant à Carcassonne et banquier à Paris vint en aide à Jeanne d'arc. Ainsi, la lecture de celle de Duprez fut remplacée par celle de Germain. Ce résultat avait été obtenu par l'intermédiaire de M. Edouard Alexandre, facteur d'orgues, ami personnel de M. Carvalho et principal actionnaire de son théâtre. Le compositeur put s'assurer les services de Charles Bataille, de Mlle Rignault, de Victor Capoul et de M. Bonnetrée de l'Opéra. L'auditoire composé le 10 avril 1864 de représentants de la presse, de chefs d'orchestre et de directeurs fut convaincu de la grande qualité de l'oeuvre. Malgré cela, Carvalho prétexta que le risque financier était trop important de faire jouer en cinq actes un opéra d'auteurs inconnus à Paris. Il leur proposa de composer un ouvrage moins dispendieux et s'engagea par lettre à le faire représenter dans son théâtre.

Un an après, Pierre Germain mit sur le bureau de Carvalho sa nouvelle partition en trois actes, quatre personnages et sans aucun luxe de décors. Il s'agit du "Batard de Cerdagne" selon la légende du même nom. Carvalho fit d'abord mine d'avoir oublié les bonnes impressions qu'avaient produites à la lecture, Jeanne d'Arc ; Germain repartit avec la promesse d'une représentation pour janvier 1866. Il tenait vraiment à ce qu'un de ses opéras fusse exécuté à Paris. Metge échaudé par les pratiques du directeur du Théâtre lyrique, obtint par traîté que celui-ci s'engageât à faire jouer "Le bâtard de Cerdagne" dans un délai de quinze mois. Passé ce délai, le directeur ne tint pas son engagement et les auteurs intentèrent un procés le 30 novembre 1867, rendu en leur faveur le 20 janvier 1868. Il contraint le fautif à payer 750 francs à chaque auteur et de représenter l'ouvrage d'ici à deux mois. Le 14 mai 1868, Carvalho se retrouva en faillite et ne put honnorer ni ses créances, ni ses engagements. Germain et Metge ne reçurent que 295, 50 francs. La partition demeura au sein du théâtre qui fut détruit par un incendie déclenché par les communards en mai 1871. Elle partit en cendre... Pierre Germain resconstitua alors toutes les parties d'orchestre, les rôles et les choeurs grâce à la partition piano qu'il avait gardée. L'ouvrage fut représenté sur la scène du théâtre de Brest avec le concours de madame Geraizer (soprano), le 23 novembre 1880. L'Europe artiste écrivit: "Ce drame est émouvant. C'est une belle légende racontée avec art. On y rencontre des vers délicieusement tournés et l'ensemble est d'une élégance digne d'éloges (...) Chacun a tenu à prendre soin d'une partition d'un grand avenir". Malheureusement, Pierre Germain n'avait pas de chance. L'opéra fut arrêté à la troisième représentation à Brest car un des solistes se retira après la perte de son épouse. A Montpellier, où il devait être donné, le théâtre brûla. Le bâtard de Cerdagne vint alors sur la scène de Carcassonne en 1885; le succès fut analogue à celui de Simon de Montfort.

Pierre Germain fut un grand compositeur acharné au travail. Il composa 13 actes d'opéras, copia les paries d'orchestre et la réduction pour piano (deux fois pour le Batard de Cerdagne), deux messes, deux cantates d'orchestre, un volume de cantiques... Un de ses cantaques a été jouée pour l'inauguration de la statue d'Armand Barbès à Carcassonne. Son unique récompense fut d'être nommé Officier d'Académie en 1890. Il est mort sans fortune le 3 janvier 1891. A la demande de la Société des arts et sciences de la ville, ses partitions ont été conservées à la Bibliothèque municipale de Carcassonne.

Le bâtard de Cerdagne

Opéra en 2 actes (Livret de Louis Metge)

Laplace Sanchez et Cie éditeurs/ 1877

Louis Metge né à Pezens en 1829 - juge de paix du canton d'Alzonne - était auteur dramatique et poète. Il fut également maire de la ville de Pezens de 1858 à 1860. On lui doit : Le batard de Cerdagne (Opéra en 2 actes de 1873), Jeanne d'Arc (Opéra en 5 actes de 1874), Histoire de la la reine Galeswinthe (1876), Les cauchemars contemporains (1878), Simon de Montfort devant Carcassonne ( Opéra en 5 actes de 1862), Le messie de la France (1876), etc... Louis Metge meurt à l'âge de 69 ans au mois de septembre 1898. Il n'y a aucune rue portant ce nom à Pezens. 

Cet article est le fruit de recherches personnelles inédites 

______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

30/12/2016

Les cars Bourdier, excursions et transports scolaires

Malgré le peu d'informations historiques que je possède sur cette entreprise, il m'a paru indispensable d'en évoquer le souvenir. La plus ancienne trace des cars Jean Bourdier, nous la trouvons dans un annuaire de 1950 au n°22 de la rue Pierre Sémard. C'est d'ailleurs à cet endroit que se trouvait le dépôt des autobus effectuant les excursions et les transports scolaires vers les différents villages autour de Carcassonne.

Bourdier.jpg

Le dépôt des cars Bourdier dans les années 70

Capture d’écran 2016-12-30 à 10.32.50.png

Au même endroit en 2016

L'entreprise possédait au moins de deux agences dans Carcassonne pour ce qui concerne les excursions :  voyages à Lourdes, en Andorre ou à travers l'Europe grâce à l'agence de voyage FRAM dont elle était le correspondant.

Capture d’écran 2016-12-30 à 10.24.53.png

En 1976, l'agence Bourdier se trouvait sur l'emplacement de l'ancien garage Daydé à l'hôtel Terminus, 1 avenue Joffre. 

Piétonnisation (5).jpg

Si l'on remonte le temps, l'agence Bourdier était dans la rue de la gare. La boutique resta longtemps fermée tout en conservant son aspect d'origine. C'est aujourd'hui la bijouterie Secrets d'or.

Capture d’écran 2016-12-30 à 09.15.52.png

Prenez votre ticket ! 

bourdier bus copie.jpg

Un autobus Berliet de l'entreprise Bourdier

Les transports scolaires partaient de l'autogare ; d'abord située sur le boulevard Omer Sarraut, puis boulevard de Varsovie en face de la passerelle du Canal du midi. Les courriers du Roussillon et du Languedoc effectuaient également ce type de transports. Leur dépôt se trouvait boulevard Paul Sabatier.

Capture d’écran 2016-12-30 à 09.16.24.png

Les cars Bourdier ont été repris par l'entreprise Teissier en 2004. Désolé d'avoir rédigé cet article avec si peu d'informations, mais j'invite toute personne ayant des renseignements permettant de l'enrichir à se mettre en rapport avec ce blog.

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

29/12/2016

René Cadrès : une icône des bals populaires Carcassonnais

Cet enfant de la balle qui deviendra plus tard celui de la balloche naît en 1928 dans le quartier de l'artichaud à Carcassonne. Qu'es aco, l'artichaud ? Ainsi, appelait-on autrefois les maisons comprises dans un périmètre allant de l'église Saint-Vincent au bastion Saint-Martial. C'est d'ailleurs dans un autre bastion bien connu des mioches de cette Carqueyrolles si chère au poète Joë Bousquet, que René Cadrès va faire ses études secondaires. L'autorité des hussards de la République ne se discutait pas comme de nos jours ; MM. Nicolau, Germa ou Dellac veillaient à tenir le respect et la droiture dans leurs classes.

cadres 1.jpg

Avec un père déjà dans l'embouchure, puisque ce dernier jouait du clairon au Réveil Carcassonnais, le jeune René se retrouvait avec un coup de piston à prendre des cours avec Michel Mir. Pas n'importe qui ce musicien, ancien violon solo des concerts Lamoureux et ami personnel de Paul Lacombe. Tout comme les cours de solfèges distillés par MM. Rancoule ou Guiraud (viloncelliste au Capitole). Quand viendra le choix de l'instrument, c'est vers le Carcassonnais Gustave Bocquet (1er prix de trompette de Toulouse) qu'il se tournera. En quelque sorte son maître, qu'il remplacera plus tard à la direction de l'harmonie municipale. Afin de pousser son art vers l'excellence, René Cadrès entre au Conservatoire de musique de Toulouse et en sort en 1949, avec un 1er prix de trompette.

cadrès 2.jpg

Le Maurice André de Carcassonne devait-il garnir les rangs cuivrés d'un orchestre symphonique ? Disons qu'il choisira de ne point suivre le parcours tracé des lauréats du conservatoire. Déjà en 1945, après les années noires de l'occupation durant laquelle Vichy avait interdit les bals populaires pour soi-disant ne pas manifester de joies par solidarité envers les prisonniers de la débacle de 1940, Réné avait fondé un orchestre de bals avec ses copains André Joulia (saxophone), Jean Saury (batterie) et Jacques Sabathé.

cadrès 3.jpg

Du premier bal des conscrits aux meetings politiques, la formation ne manquait pas de travail. Bientôt, les fêtes de quartier allaient reprendre force et vigueur avec cette fois, une ardeur inégalée. Les fêtes de Saint-Gimer avec son tour de table interminable, du Pont d'Artigues, de la Trivalle, des Capucins employaient les cadors du bal à papa : René Cadrès, Jeannoely, José Marson, Teddy Rambaud, Pierre Alay... Route de Narbonne on arrêtait les véhicules qui ne repartaient qu'après avoir reçus une bonne poignée de confettis. Le moment très attendu des organisateurs était quand l'orchestre annonçait la danse des sucettes. À ce moment, les musiciens faisaient durer une série de slows pour permettre au comité des fêtes de vendre des sucettes, ressources indispensables pour la recette. Dommage, en revanche, pour celui ou celle qui avait choisi un mauvais cavalier... Alors, quand José Marson, se mettait à envoyer: "Oh, Cathy, Cathy" de Marc Aryan...

Pour les nostalgiques, la chanson ci-dessous:

http://www.wat.tv/audio/marc-aryan-oh-kathy-kathy-1h3mb_2...

cadrès 4.jpg

Puis... la télévision avec La piste aux étoiles de Roger Lanzac et les émissions de Guy Lux, vinrent ternir la fête. Confortablement assis sur leurs canapés, les valseurs restèrent un peu chez eux. Dans les années 1950, l'orchestre de René Cadrès était constitué par Antoine et André Baillaugues, André Touya, Angel Marson et Jean Noely.

cadrès 5.jpg

René Cadrès prit alors la direction de l'harmonie municipale peu avant le décès de Gustave Bocquet dans les années 1970, puis celle de l'école municipale de musique. On entendait sous le kiosque du boulevard Roumens, juste en face de l'ancien théâtre l'Eden les grands airs du répertoire classique: La fille du régiment (Donizetti), Les saltimbanques (Ganne) ou encore l'Aubade printanière (Paul Lacombe). Les anciens tenaient encore la route ; ils se nommaient Anicet, Gorry, Lécina, Journet, Rajol...

cadrès 6.jpg

Ensuite René dut s'éclipser pour laisser la place à Jacques Miquel à la tête des deux institutions. Il se retira dans son ermitage de Bouilhonnac au milieu du Minervois. Jamais il ne délaissa son instrument ! Il y a encore quelques années, il animait les bals de l'âge d'or du club du Dôme.

René Cadrès qui vivait retiré à Port-la-Nouvelle est décédé au mois de mars 2015.

Mise à jour 29 décembre 2016

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

28/12/2016

Gustave Bocquet, chef d'orchestre et musicien Carcassonnais oublié

Gustave Bocquet était né en 1884 à Castelreng dans l'Aude. Après des études de musique, il sortait avec un premier prix de trompette du conservatoire de Toulouse. Par la suite, il entrait dans l'orchestre du théâtre municipal de Carcassonne qui accompagnait tous les chanteurs de passage, les opéras, les opérettes et les revues. Cet ensemble orchestral était dirigé par Michel Mir.

musique

© Mme Aniort

L'orchestre des fêtes du bimillénaire de la Cité en 1928

Assis au 1er rang : Michel Mir père (à droite), Mme Combes (professeur de piano rue A. Tomey)

Assis au 2e rang : M. Rancoule (Trombone)

Debout au dernier rang : Gustave Bocquet (à droite avec la trompette)

musique

© Mme Aniort

Gustave Bocquet et Michel Mir à l'extrême droite en 1950

Gustave Bocquet comme c'était l'usage à cette époque, en contrepartie de sa participation à l'orchestre se vit proposer une place d'employé à la mairie où il finit sa carrière comme chef du personnel. A la mort de Michel Mir en 1958, c'est lui qui prit la charge de lui succéder à la tête de l'harmonie municipale. Sa manière de diriger était précise, ses observations lui permettaient d'obtenir de ses musiciens d'excellents résultats. En 1968, soit dix années plus tard, Gustave Bocquet était dirigé vers la sortie - malgré ses états de service - en raison de son âge. C'est son élève René Cadrès qui le remplaça. Il finit sa vie à l'hôpital de Limoux d'où il décéda le 16 mars 1973. Le manque de musique et l'ingratitude de ses anciens collègues l'avaient sans doute tué...

2029199337.JPG

Gustave Bocquet dirigea l'harmonie municipale de 1958 à 1968

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

27/12/2016

Georges Cotte, peintre et compositeur Carcassonnais oublié

Georges Cotte, outre ses activités de professeur de mathématiques au lycée St-Stanislas dans lequel il avait été nommé à l'âge de 18 ans, était un musicien et un peintre carcassonnais. Excellent violoniste, il avait pris après le décès de Michel Mir, la direction de la Société des concerts symphoniques.

Cotte.jpg

Il dirigeait également les choeurs de la cathédrale St-Michel dont il était à l'origine. Sur cette photo en 1944, on reconnaîtra: Georges Cotte (pupitre), M. Tournié (orgue) puis MM. Jean Amiel, Laffargue, Chabert, Colombiès et Mesdames Ollier, Malacan, Maillard, Bel, Bonnafous, Perremarti, etc...

Cotte 2.jpg

Répétition à la cathédrale Saint-Michel

cotte.jpg

© Collection Jacques Miquel

Georges Cotte était aussi compositeur. On lui doit plusieurs oeuvres dont certaines furent diffusées par Radio-Toulouse. Au premier rang desquelles, un "Notre père", des mélodies et surtout une messe de Requiem pour choeurs, solistes et orgue. Elle sera jouée et chantée à Carcassonne par G. Roquefort (Basse) et G. Colomiès (Ténor) accompagnés à l'orgue par M. Tournié qui était aveugle. Elle reçut un très bel accueil et il serait justice que l'on veuille bien dans cette ville où pas plus qu'ailleurs on est prophète en son pays, jouer à nouveau cette oeuvre. Encore un voeu pieu, sans doute... Georges Cotte présida en 1976 la Société des Arts et des Sciences de Carcassonne. Il est quand même étrange que même dans cette illustre institution, l'on ait oublié la mémoire de cet homme.

80589645.jpg

Un pastel de Georges Cotte.

L'artiste peintre, quant à lui, signait ses toiles sous le pseudonyme de G. Leka. Elle furent maintes fois primées au salon des artistes français. Georges Cotte s'est éteint voilà une vingtaine d'années et il est bon de ne pas oublier cet artiste de grand talent qui donna tant à sa ville.Georges Cotte. Musicien.jpg

© Dominique Brunon

Georges Cotte (premier plan) et ses amis chanteurs carcassonnais.

cotte 3.JPG

La maison natale de Georges Cotte dont les parents étaient bandagistes, rue de Verdun

Mise à jour de l'article du 6 janvier 2014

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

26/12/2016

Des meubles Rouger à l'imprimerie Gabelle, rue Barbès

Nous allons vous montrer de quelle manière il est possible de retrouver après un siècle, l'emplacement d'un ancien commerce dans Carcassonne, avec juste pour indice une carte postale publicitaire. N'étant pas en ce moment sur place, j'ai fait appel à Jacques Blanco afin de tenter de reconnaître les lieux. Ainsi a t-il pu me confirmer avec exactitude ce que mon annuaire de 1904 indiquait à cent mètres de là... La numérotation des rues dans Carcassonne ayant changé depuis, seul l'oeil avisé du secrétaire des Amis de la ville et de la Cité était à même de spécifier l'endroit avec précision. Je me chargeais ensuite de remonter le temps grâce aux archives départementales consultables en ligne (registres d'Etat-civil, recensement civil et militaire) et à mes propres documents. Aujourd'hui, nous sommes en mesure de retracer l'aventure des meubles Rouger, qui précéda l'imprimerie Gabelle, au n°44 rue Barbès.

Capture d’écran 2016-12-26 à 10.22.27.png

Orens Rouger - tourneur, de son état - se marie le 19 octobre 1859 avec Charlotte Canis, sans profession. De cette union, naîtront : Jean Rouger le 3 novembre 1867, Charles Marius Rouger le 16 mai 1870 et Marius Rouger en 1886. Les frères Rouger exerceront tous le métier de tapissier d'ameublement.

Capture d’écran 2016-12-25 à 18.13.57.png

En 1901, la famille Rouger demeure au n°7 de la rue Barbès. Elle a perdu Orens, le patriarche décédé depuis. Ce sont donc les enfants qui ont la charge d'une affaire de fabrication et de vente de meubles. Elle s'appelle "Au grand chandelier" et occupe un vaste bâtiment à l'angle des rues Barbès et Pinel. Les frères Rouger seront dispensé de service pendant la Grande guerre ; l'aîné de la fratrie a la charge de l'entreprise. En 1927, une publicité dans le programme du carnaval de Carcassonne nous informe que la Maison Jean Rouger vend des Chambres à coucher, des salles à manger, des sommiers, des matelas ainsi qu'un grand assortiment de meubles de Provence.

Capture d’écran 2016-12-26 à 11.43.57.png

L'ancienne Maison de meubles Jean Rouger

André Gabelle, imprimeur né en 1844, tient son entreprise en 1904 au n° 64 de la rue de la gare. Avec sa famille, il loge au 8 rue Victor Hugo : Gabelle Elise (son épouse) née en 1858 à Burlatz, leurs deux filles Jeanne (1887) et Cécile (1890) et la domestique Salvaire Eugénie née en 1873 à Pezens. L'imprimerie Gabelle avait repris l'affaire de Pierre Polère. En 1897, elle partageait son activité au n° 50 rue de la mairie, avec Bonnafous et Thomas.

Reste à comprendre quand Rouger a vendu son magasin à Gabelle. Pour cela, nous avons plusieurs indices... La publicité du programme de 1927, nous informe encore de son existence. Il n'est pas présent dans l'annuaire de 1931 ; en revanche, l'imprimerie Gabelle se trouve mentionnée au n° 44 rue Barbès. C'est donc qu'entre 1927 et 1931, Gabelle a pris l'emplacement de Rouger. On peut également en déduire que la façade Art-déco avec l'enseigne "Les imprimeurs Gabelle" date de cette époque.

gabelle.jpg

© Jacques Blanco

L'imprimeur Gabelle s'est retiré de la rue Barbès en 2008, mais l'enseigne demeure. Actuellement, on refait la façade et espérons qu'elle sera conservée. Voilà comment avec presque rien comme informations, on arrive à retracer l'histoire de ce bâtiment.

_______________________________-

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016