31/01/2017

Ces célébrités sont passées par le lycée de Carcassonne

1530717926.jpg

Gustave Téry (1870-1928) est né à Lamballe (Cotes d'Armor). Après des études à l'Ecole Normale Supérieure avec une agrégation de philosophie, il enseigne pendant sept ans. C'est durant ces années qu'il est professeur de 6e au Lycée de Carcassonne pour 300 francs mensuels. Il fait entre autre la connaissance de Paul Lacombe pour lequel il écrira le texte de plusieurs de ses mélodies. En 1904, Téry fonde L'Oeuvre, un journal pamphlétaire dénonçant le favoritisme, l'arrivisme et les scandales. Téry est l'auteur de Aristide le cynique (Aristide Briand). En 1915, il imprime à son journal une tendance pacifiste et milite pour la Société des Nations. En 1924, il soutient le Cartel des Gauches et meurt quatre ans plus tard.

345062651.jpg

Henri Bergson (1859-1941), philosophe célèbre. Il a été nommé le 21 septembre 1883 comme professeur au Lycée de Carcassonne, mais refusa ce poste. Il préféra celui de Clermont-Ferrand.

2149043003.png

Alfred Dodds (1842-1922), Général français, commandant les troupes françaises au Sénégal à partir de 1890. Il mène la conquête du Dahomey de 1892 à 1894. Il fait ses études au Lycée de Carcassonne puis entre à Saint-Cyr, le 10 novembre 1862.

60401907.jpg

Pierre François Charles Foncin (1841-1916), Géographe Français né à Limoges. Agrégé d'histoire, il enseigne au Lycée de Carcassonne en 1863. Il est l'auteur de Guide à la cité de Carcassonne (Imprimerie Pomiès / 1866)

255885516.jpg

Alfred Jules Emile Fouillée (1838-1912), philosophe français. Après son agrégation, il enseigne notamment au Lycée de Carcassonne en 1864. Maître de conférence à l'Ecole Normale Supérieure en 1872, il est ensuite Docteur en philosophie. Parmi ses écrits: La liberté et le déterminisme ou encore La démocratie politique et sociale en France.

725077593.jpg

Noël Auguste Delpech (1846-1935), professeur puis Sénateur de L'Ariège. Il enseigne au Lycée de Carcassonne vers 1878. Il est élu sous l'étiquette du Parti Républicain-Radical. Anticlérical et profondément républicain. Il est Co-fondateur de la Ligue des droits de l'homme et Président du Conseil de l'ordre du Grand-Orient de France. Noël Delpech, né le 22 décembre 1846 à Bonnac (Ariège),
décédé à Toulouse le lundi 11 mars 1935 à Toulouse, également vice-président du Conseil Général de l'Ariège, Conseiller Général du Canton de Quérigut.Président National du Parti Républicain Parti Radical et Radical Socialiste. Egalement Ecrivain et Journaliste à La Dépêche de Toulouse sous le pseudonyme de Nivodo. Ses deux fils sont Morts pour la France pendant la guerre 14-18. Il est inhumé à Foix.

2093513740.jpg

Eugène Terraillon, philosophe né en 1873. Il fut professeur de philosophie au lycée de Carcassonne. Parmi ses ouvrages: L'honneur, sentiment et principe moral; La morale de Geulincx dans ses rapports avec la philosophie de Descartes (1912).

3168326366.jpg

Raymond Gourg, Dr ès-lettres et professeur au Lycée de Carcassonne.

1095071909_3.jpg

Seules des recherches parallèles m'ont permis de vous présenter cet article.

En 1887, le petit et grand Lycée de Carcassonne comptait 757 élèves

79 pour l'enseignement classique primaire

494 pour l'enseignement classique

184 pour l'enseignement classique spécial

Parmi les autres enseignants moins célèbres, ma recherche m'a indiqué :

M. Filippi, en 1888

Campagnac Joseph, en 1881-1883 (1, rue Bellevue à Carcassonne)

Lebègues Jacques (51, Bd Barbès)

Duvafi Placide, Inspecteur d'Académie en 1883-1885

Peytraud Lucien, licencié ès-lettres et agrégé d'histoire en 1887

Henri Girard, en 1903

M. Robert, Abbé et Aumonier du Lycée en 1870

Sources:

G. Roustan, Les parlementaires français 1900-1914, 1914

Gustave Téry, Cahiers de la quinzaine, Sorbonne, 1902

Henri Bergson, Exposition du centenaire, 1959

F. Desplantes, le Général Dodds, Rouen, Mégard, 1894

G. Vapereau, Dictionnaire des contemporains, 1893

La grande encyclopédie, inventaire raisonné, Lamirault, 4e tome, 1887

____________________________________

© Tous droits réservés /Musique et patrimoine / 2017

27/01/2017

La chapelle de Sainte-Croix, à jamais disparue

 Hélas, trois fois hélas, il ne reste rien de la Chapelle de Sainte-Croix car selon des témoins, son état de délabrement menaçait la sécurité des visiteurs et on entreprit de la détruire en 1966. C'était une époque où l'on ne se préoccupait pas de la restauration du patrimoine ; il faut reconnaître avec justesse que sur ce point les temps des choses ont évolué. En compensation, dans les années 60-70 quelques hommes avec peu de moyens ont mené un travail formidable d'inventaire pour tenter de sauver ce qui pouvait l'être. Ce fut le cas d'Antoine Labarre (1910-1995), artisan de la sauvegarde du petit patrimoine carcassonnais, dont on ne parle plus maintenant mais à qui nous devons beaucoup. Parmi ses sauvetages, il faut compter la pose de la statue "La France blessée" dans le cimetière St-Michel après 40 années d'oubli dans un entrepôt municipal.

img251.jpg

Sur cette photographie prise d'avion en 1928 (collection Martial Andrieu), j'ai réussi à retrouver la chapelle de Sainte-Croix au bout du chemin du même nom. Bâtie vers le XIVe-XVe siècle, l'édifice se trouvait selon l'abbé Sabarthès (Dictionnaire topographique de l'Aude/ pp.376) sur l'ancienne route de Carcassonne à Lagrasse et à l'intersection de deux chemins, l'un allant à Palajanel, l'autre à Cazaban.

img249.jpg

A l'aide d'un puissant scanner j'ai agrandi cette partie de la photo, bien plus petite qu'un timbre poste. On obtient une image, certes de médiocre qualité, mais qui prouve qu'en 1928 la chapelle était encore debout.

patrimoine

© SESA

Plan en coupe de la chapelle Sainte-Croix détruite en 1966

patrimoine

Aquarelle de Mme P. Andrieu peinte en 1925

patrimoine

La chapelle en 1966

patrimoine

Le chevet

P1040148.JPG

 Antoine Labarre et Albert Blanc décidèrent avec l'aide de la municipalité en 1972, de matérialiser l'emplacement de l'ancien édifice religieux par une croix.

P1040149.JPG

La croix est ainsi scellée sur une ancienne borne d'octroi qui matérialisait l'entrée de Carcassonne. Elle se trouvait près de l'actuel stade Mazet, sur la route de Limoux.

P1040150.JPG

Une plaque en marbre blanc rappelle l'emplacement de la chapelle. Sur l'ancienne borne d'octroi, on été gravés les initiales d'Antoine Labarre et d'Albert Blanc avec la date de 1972.

Si vous souhaitez vous rendre sur place, longez le mur du cimetière de la Cité à partir de la porte Narbonnaise. Prenez ensuite le première chemin à gauche, il se nomme Sainte-Croix. Un kilomètre après, vous arriverez à l'ancienne chapelle de Sainte-Croix.

Documentation

Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude

Mise à jour Janvier 2017

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2017

26/01/2017

Coco Alvarado : l'argentin de Carcassonne qui a du soleil au bout des doigts.

Quand on possède le talent et la grâce artistique, on se dit parfois qu'il vaut mieux aller se perdre dans la pampa plutôt que de rester à Carcassonne. Au moins là-bas, les rancheros dansent le tango et chantent Carlos Gardel. Ici, ils préfèrent plutôt faire tourner les serviettes en s'égosillant sur la chanson des sardines.

Qu'est donc venu faire l'homme aux doigts de soleil dans notre ville ? Montrer qu'ailleurs la musique populaire est un art de vivre que l'on pratique avec distinction.

16105998_10210845158595748_4134312478866631913_n.jpg

© Christophe Barreau

Hector Alvarado voit le jour à Buenos Aires en 1949. A neuf ans, sa grand-mère l'envoie chez un professeur de piano où il restera sept années à faire ses gammes. Il conjugue alors sa passion pour la musique avec celle pour le football en supportant le club de Boca junior.

Capture d’écran 2017-01-26 à 09.25.57.png

"Le King" à Buenos Aires. Rodriguez Pena 1062

En somme, comme tout argentin qui se respecte il a pour idoles Gardel, Fangio, Maradona et le tango. Lorsqu'il s'affranchit enfin de la technique du piano, il rejoint la formation "Los Martinicos" comme contrebassiste. Il joue au King ; un club aux 70 hôtesses située dans la capitale argentine.

los-martinicos-tropicalisimo-cumbia-vinilo-lp-D_NQ_NP_451701-MLA20375042633_082015-F.jpg

 A 23 ans, Coco - surnom donné par sa mère - s'envole pour le Japon. Avec la formation orchestrale "The latinos stones", il fera le tour du monde : Hong Kong, Macao, Séoul, l'Europe... En 1978, il débarque à Carcassonne avec "Los chicos" et presque comme toujours, il y restera pour l'amour d'une femme : Babeth.

benson.jpg

Avec le guitariste et chanteur américain Georges Benson

Pendant plusieurs années, Coco Alvarado jouera de toute sa classe partout où il y a un piano dans Carcassonne. Il enseignera et prodiguera des conseils à de jeunes pianistes, toujours avec cette amabilité et cette simplicité naturelle. A l'époque où Jean-Michel Signoles et M. Hamburger étaient les directeurs, il fut engagé comme pianiste dans l'hôtel de la Cité ; un établissement prestigieux qui travaillait comme un palace. La nouvelle direction s'est séparée de son pianiste il y a deux ans. Pour avoir entendu el Maestro Alvarado jouer, je peux vous dire que cet homme a bien du soleil dans les doigts.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

25/01/2017

L'arrivée du cinématographe à Carcassonne.

Le cinématographe inventé par les frères Lumières en 1895 arrive dans notre ville au début du XXe siècle. Les cafetiers carcassonnais organisent des projections sur leurs terrasses en tendant un drap blanc entre deux arbres ou piliers. Ils se procurent appareils, films et opérateurs bénévoles. Tout ceci ne se réalise pas sans un certain intérêt; celui, bien entendu, d'attirer la clientèle dans leurs établissements. Les consommations sont obligatoires et les orgeats-menthe ou le Mazas tournent à plein régime. Les moins fortunés ou les malins ont trouvé une astuce pour ne pas s'acquitter du moindre centime. Ils portent leurs chaises et se placent derrière l'écran; munis d'un miroir, ils lisent les sous-titres qu'ils reçoivent à l'envers! Plusieurs cafés font ainsi des projections: Le Terminus, le café du musée (trésorie générale), le Grand café Not (place Carnot), le café Maymou (café de la terrasse), le café Canis (l'Aiglon), le Helder (café des platanes) et le Grand café glacier (maison de retraite Montmorency).

img478.jpg

Sur cette carte postale, nous voyons à droite les deux piliers avec le drap enroulé servant d'écran de projection.

img476.jpg

La toute première salle de cinéma apparue à Carcassonne, fut semble t-il le "Cinéma Variétés et des familles" vers 1914. A l'intérieur, des fauteuils à claquette ont remplacé les bancs, un bar à limonade et à bières, un orchestre pour accompagner les différentes scènes du muet. Les instrumentistes improvisateurs étaient membres de sociétés musicales de la ville: Mandoul, Reverdy, Taillefer, Soubrières... Les jets de tartes à la crèmes lors de films comiques, étaient matérialisés par un coup de symbales donné par Roucairos. Cette salle se trouvait sur l'actuel emplacement de l'ancienne clinique Saint-Vincent (boulevard Jean Jaurès). Le terrain avait été acheté à la famille Ouliac en 1884. Émile Duffaut, pionnier du cinéma dans notre ville, était le propriétaire de ce Cinéma des familles. Jean Ouliac nous parle de cet établissement:

"Au début le confort était plutôt précaire. Je me souviens qu'un jour, il y eut une interruption de la projection, au cours de laquelle un membre du personnel monta sur un banc pour proclamer: "Voilà le caillou qu'on vient de lancer sur la tête d'une demoiselle. Le premier qui lancera quelque chose trouvera un pain de bouffes, le pied dans le cul et à la porte. (textuel)" Le principal film à épisodes fut "Les mystères de New-York" qui fit la renommée de l'actrice Pearl White. Je l'ai suivi entièrement. Il y eut 23 épisodes, c'est à dire qu'il fallait aller au cinéma chaque semaine, pendant 23 semaines consécutives. En dehors de cela, M. Duffaut donnait des soirées avec des fantaisistes ou des chanteurs. C'est ainsi que j'ai pu entendre Dalbret, Dranem qui trouvait encore le moyen de chanter. Je connaissais bien l'opérateur. C'était Angel Longan. Il s'exprimait en bon français avec un fort accent espagnol. C'est à lui que je dois de savoir comment fonctionnaient les appareils de projection de l'époque. Ils étaient mus à la main à l'aide d'une manivelle et un obturateur tournant, escamotait les changements d'images successifs. On pouvait ainsi, faire varier la vitesse de déroulement des films. Il arrivait, alors, qu'une course d'automobiles, ressemble à un cortège funèbre ou que le Président de la République ait l'air de disputer un marathon. M. Duffaut disparut un jour et avec lui, le "Cinéma des familles".

eden.jpg

M. Duffaut prit également la direction de l'Eden qu'il transforma en cinéma-théâtre. Ce fut une salle de "Mouisic-all" comme le disait les carcassonnais, dans laquelle se produisirent Maillol, Damia, Mistinguet, Josephine Baker, Maurice Chevalier, Tony Poncet... Écoutons le récit que nous en donne Jean Ouliac:

" Il est évident  que je n'ai pas fréquenté L'Eden-théâtre dans mes années d'enfance, mais il m'a été donné d'assister à de nombreuses représentations entre 1921 et 1924. Le directeur était alors M. Arnaurec. La troupe de Music-Hall était sédentaire et je me souviens du comique Juguler, spécialiste de l'arrivée des retardataires, dont mes parents se sont souvenus toute leur vie; parce qu'un soir, il leur avait souhaité la bienvenue à sa façon. Il y avait aussi une fantaisiste, Paulette Pastor, et un certain Ruquet qui apportait à son nom la qualité de chnateur à voix, ce qui exaspérait un professeur de chant de l'époque. Mlle Jeanne Bonnet disait: "Mais, il n'y a pas de chanteurs sans voix". L'activité du music-hall ne dura pas longtemps après 1924. Le nouveau directeur, M. Chatenet, me disait: "Un mauvais comique me prend à peu près, la moitié de la recette. Dans ces conditions, ce n'est plus possible. Effectivement, M. Chatenet transforma son affaire en cinéma qui restera le dernier à projeter du muet à Carcassonne."

bolero.jpg

Vers 1912, un cinéma ambulant Bonnet s'installa sur la place d'armes, face à la caserne. Écoutons, là encore M. Ouliac:

"J'ai assisté à quelques unes de ses séances. Il essaya, à sa façon, de réaliser le cinéma parlant, ou plus exactement, le cinéma chantant. Le dispositif n'est pas compliqué: on faisait tourner un disque sur un phonographe. Il n'y avait donc pas d'amplification pendant la projection du film muet. Vous pouvez comprendre ce que cela donnait comme qualité de son et, surtout, comme synchronisation."

Bonnet s'installa définitivement à Carcassonne. Ce fut le "Cinéma Bonnet" devenu vite le "Modern cinéma", puis le Vox et enfin, le Boléro (voir photo ci-dessus) à côté du garage Métropole. M. Duffaut racheta le "Modern cinéma" et il y eut comme directeurs M. Salès puis Gaston Deumié.

The_Jazz_Singer.gif

Après l'expulsion des religieux du Couvent des Carmes en 1880, un pensionnat s'installa dans l'actuel Évêché. L'incendie survenu dans la première décennie du XXe siècle à cet endroit fut d'une voilence inouie. Les flammes pénétrèrent dans l'église des Carmes par la porte de la sacristie. Le bâtiment du pensionnat revint à la paroisse St-Vincent. Il abrita une société de gymnastique, le catéchisme mais surtout une vesta salle de concert. C'est là qu'on entendit les oeuvres jouées par la Société des concerts symphoniques dirigée par Michel Mir. Ensuite, le cinéma muet remplaça le cinématographe; la salle servit au cinéma catholique jusqu'au mois d'août 1914. Pendant la guerre, on y entreposa des sacs de grains. En 1918, une association d'éducation populaire fit modifier la salle; le cinéma catholique devint L'idéal cinéma. La composition de l'orchestre pour accompagner les films fut confiée à Jean Ouliac. Parmi les musiciens, on notait la présence de Georges Anisset, Charles Adroit, Joseph Rieupoulh. L'idéal cinéma dura le temps du muet, mais avec l'arrivée du parlant, il devint alors Le Rex. Le directeur était M. Esquirol, habitant Castelnaudary.  

colisée.jpg

Le Colisée fut construit en même temps que le Grand Hôtel Terminus, c'est à dire en 1914. L'intention de l'architecte était que les clients puissent se rendre au café ou au cinéma, sans quitter l'hôtel. François Fargues, professeur de musique et compositeur carcassonnais, occupa la fonction de directeur. L'orchestre du Colisée se constitua en Consortium des musiciens, avec MM. Mir, Coyot, Sabatier, Jordy, Pouzols, Taillefer, Guiraud...

colisée.jpg

La grande salle du Colisée, de style Art-Nouveau

En 1927, Gaston Deumier ouvrit un nouveau cinéma dans la rue Antoine Marty: L'Odéum. La façade est de style Art-Déco et mériterait un classement, comme c'est le cas pour d'autres architectures de cette époque comme l'ancienne mairie ou le théâtre municipal. Le parlant arriva à Carcassonne et deux grandes firmes se partagèrent le gâteau: La Western Electric et La Gaumont. L'Odéum opta pour la première et le Rex, pour la Tobis. Les premiers films parlant à Carcassonne furent La chanson de Paris, Le collier de la reine et Le chanteur de jazz avec Al Johnson (voir affiche).

odéum.jpg

L'Odéum quand il était encore un cinéma...

Sources 

Marcel-Yves Toulzet/ Midi-Libre/ 26 août 1984

Souvenirs posthumes de Jean Ouliac

Cet article a nécessité trois heures de travail

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2017

24/01/2017

Les funérailles de Jean Bringer - chef FFI - le 31 août 1944

3361475101.jpg

Jean Bringer

(1916-1944)

Chef départemental FFI, il est exécuté par les nazis sur le dépôt de munitions de Baudrigues (à Roullens) le 19 août 1944 avec plusieurs de ses camarades de combat.

2779386924.jpg

A travers des photographies totalement inédites, nous allons tenter le retracer le parcours de cette triste journée du 31 août 1944 pendant laquelle les Carcassonnais, rendirent un dernier hommage à ce héros de la résistance audoise. Nous avons matérialisé en rouge le cheminement du cortège à travers le centre-ville.

3018513428.jpg

Le cercueil contenant les restes de Jean Bringer (il ne sera identifié par sa veuve que grâce à son chevalière) est exposé dans une chapelle ardente sur la place Carnot. Elle est veillée par ses frères d'armes.

2391471524.jpg

Les différentes troupes résistantes (Corps franc de Montagne noire, FFI, FTP, Maquis de Picaussel...) défilent et rendent les honneurs à la dépouille de Jean Bringer sur la place Carnot. La levée du corps est faite par l'évêque de l'Aude, Mgr Jean-Joseph Pays.

30015492.jpg

Le cortège funèbre au départ de la place Carnot devant le café "Chez Félix". Tenant les cordons du poêle, on reconnaît à droite Charles Fourès. Résistant aux côtés de Jean Bringer, il a fait sa carrière de journaliste au Midi-Libre. Sa veuve, madame Cécile Farges, vit encore à près de 95 ans ; elle a été faite dernièrement Chevalier de la légion d'honneur pour ses actes de résistance à côté de son époux.

1181383380.jpg

A l'arrière du corbillard se tient dignement madame Bringer dans un crêpe noir, qui devra désormais élever seule, son unique enfant Jean-Marie âgé seulement d'un an. A sa droite, on reconnaît Gilbert de Chambrun (1909-2009), chef des FFI pour le Languedoc-Roussillon et Commandant du 81e régiment d'infanterie de l'armée du général de Lattre de Tassigny. Il sera député de la Lozère jusqu'en 1956. Juste derrière lui, Georges Morguleff qui fera partie de l'état-major du 81e RI. A la gauche de madame Bringer, se tient Lucien Roubaud, délégué à l'Assemblée Consultative provisoire siégeant à Paris entre novembre 1944 et août 1945. A côté lui, le préfet Augé. Juste derrière ce dernier, on aperçoit Louis Amiel (1897-1971) nommé au Comité départemental de libération et maire provisoire de Carcassonne d'août à septembre 1944 (lire Carcassonne, d'hier à aujourd'hui/ Bonnet/ pp.390). A sa gauche, Francis Vals (1910-1974) est le président du Comité départemental de libération de l'Aude. Maire socialiste de Narbonne en 1959, il sera battu par Hubert Mouly en 1971. Il restera député jusqu'à sa mort et est inhumé à Leucate. Derrière lui se trouve Guy David, adjoint de Bringer; à côté avec le béret, c'est André Coumes dit "Capitaine Cabot".

img170.jpg

Ce jour-là dans le cortège, il y avait le Dr Marcel Cannac (au second plan) dont le cabinet se trouvait sur le boulevard Marcou. Ce médecin est mort dans d'étranges circonstances dans la clinique Delteil...

1017784756.jpg

Pour l'occasion, une foule immense suit le cortège ou prend place en bordure de celui-ci. Toutes les administrations et commerces resteront fermés toute la journée.

2064274276.jpg

Les anciens combattants de la Grande guerre

4183475381.jpg

Les enfants de choeur précèdent la Société musicale Sainte-Cécile qui, tout au long du parcours, joue la Marche Funèbre de Frédéric Chopin. Ici, le cortège passe à l'angle des rues de la préfecture et Barbès devant le Bar de la poste. Le magasin de vêtements à l'extrème droite, est aujourd'hui la boucherie Péténuzzo.

3292196101.jpg

Le corbillard emprunte le boulevard Camille Pelletan devant l'ancien Café du musée (aujourd'hui, la Trésorerie générale) et la maison du compositeur Paul Lacombe.

1119687616.jpg

Après un passage par la rue Voltaire rythmé par le bourdon de la cathédrale Saint-Michel, le cercueil est déposé à l'intérieur du lieu saint. L'homélie de Mgr Pays fut des plus poignantes suivie de l'absoute. Monsieur Tournier, titulaire du grand orgue, malgré sa cécité versait des larmes qui paraissaient inconsolables. De mémoire de Carcassonnais, on n'avait jamais vu pareille foule aussi émue. Une fois la cérémonie terminée, le cortège funèbre se mit en marche en direction du cimetière Saint-Michel.

2145204848.jpg

Devant le cercueil disposé à l'entrée du cimetière, les combattants de l'ombre entonnent La Marseillaise. On reconnaît à premier plan à droite, Lucien Maury alias Franck, chef du maquis de Picaussel.

947732640.jpg

Le cercueil est porté en sa dernière demeure par Louis Raynaud, Louis Bahi et Lucien Maury.

85813520.jpg

Mgr l'évêque de l'Aude et les frères du couvent des Capucins bénissent une dernière fois la dépouille de Jean Bringer avant la mise au tombeau.

3074274560.jpg

Le cercueil est placé provisoirement dans le caveau familial de Louis Amiel, résistant et maire provisoire de Carcassonne. Six mois plus tard, les restes de Jean Bringer seront transférés au cimetière de Pierrelatte dans la Drôme.

Remerciements:

A J. Blanco, sans lequel je n'aurais pas obtenu ses photographies uniques et inédites

A ma tante, Isabelle Alay, pour ses souvenirs

Sources:

La résistance audoise/ Lucien Maury/ Tome 2/ 1980

Carcassonne d'hier à aujourd'hui/ JL Bonnet

La seconde guerre mondiale dans l'Aude/ Julien Allaux

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

23/01/2017

Le régime de la Terreur à Carcassonne pendant la Révolution française

De nouvelles mesures, plus sévères que toutes celles qui avaient été prises jusqu'à ce jour, allaient être votées, le 20 avril 1793, par le conseil du département en séance permanente, dans deux réunions à laquelle assistèrent, avec les administrateurs, le conseil municipal ; les commissaires des guerres, tous les agents militaires et le représentant du peuple Mailhe, en mission dans le département.

conventionnel.jpg

© alex-bernardini.fr

Portrait d'un conventionnel

Dans la séance du matin on commença par nommer six commissaires, un pour chaque district, avec mission de requérir, dans les limites de leur arrondissement, "l'exécution des précédents arrêtés et de faire arrêter, en conséquence, touts les prêtres, frères laïcs et convers qui "n'avaient pas prêté le serment de l'égalité avant l'époque du 19 mars, ainsi que les personnes suspectes, et de faire mettre les scellés sur leurs papiers."

Le procureur général syndic ayant alors proposé "d'enfermer les fanatiques dans une maison nationale pour y rester jusqu'à ce que la tranquillité publique fût rétablie et même pour être livrés aux tribunaux s'il était prouvé qu'ils fussent coupables", le représentant du peuple et les administrateurs approuvèrent cette mesure, et, à l'instant, on décida que les portes de la salle des séances seraient fermées, " pour qu'aucun des citoyens ne pût sortir et aller prévenir les personnes suspectes et que des officiers municipaux" se retiraient " à l'instant dans la maison commune pour s'occuper de cette opération".

Capture d’écran 2017-01-23 à 10.45.00.png

J-B Mailhe (1750-1834), procureur syndic et député de la Haute-Garonne.

Dans la séance du soir, le procureur général syndic, ayant pris de nouveau la parole, observa "que la ville de Montréal, plus que tout autre du département était un véritable foyer d'aristocratie ; "qu'elle était le repaire des prêtres insermentés ; que le peuple égaré y manifestait les opinions les plus contre-révolutionnaires ; que la municipalité et la moyenne partie des citoyens les partageaient ; qu'il était indispensable que les mêmes mesures qui avaient été prises, le matin pour la ville de Carcassonne fussent adoptées à l'instant, pour cette ville ; qu'elles étaient l'unique moyen pour faire revenir le peuple de ses erreurs et lui inoculer cet esprit qu'il ne connaissait pas encore".

Le représentant du peuple et les autres membres de l'assemblée applaudirent à la proposition du procureur syndic. Mailhe s'offrit lui-même pour aller à Montréal ; il fut "arrêté à l'instant que le procureur général syndic ferait réquisition à trente dragons du 15e et à la municipalité de Carcassonne, pour qu'elle eût à faire trouver à 11 heures du soir, soixante gardes nationaux armés et équipés sur la place d'armes, pour accompagner le représentant à Montréal".

PLACE-G_DE_GAULLE_DSC1462_1500_1.jpg

L'ancienne place d'armes à Carcassonne

Le chiffre des personnes arrêtées à Carcassonne, comme suspectes, ce jour-là et le lendemain, fut de quatre-vingt-huit dont cinquante-quatre hommes et trente-quatre femmes. 

Paul-Joseph Daspect (Ingénieur) natif de Varilhes, Pierre Cesses (cordonnier), Raymond Bourlat, Bertrand Bourlat, Lazare Boyer, Vergnes (Marchand droguiste), Dominique Lozun (Commis), Jean Antoine Sacreste, Joseph Crocy, Gabriel Bourgues (tailleur), Jean Gout (Marchand chapelier), Joseph Belaussa, Jean-Antoine Lanes (Muletier), Pierre Azaïs (Tailleur), Mathieu Artigues (Charron), Stanislas Victor Granjean, Jean Peille (Pareur), Jean Chapert (Serrurier), François Antoine Fondi-Niort, Antoine Viguier, Pierre Dougados, Jacques Alric (Laboureur), Bernard Bajol (Boulanger), Joseph Desaifres Champredon (lieutenant de gendarmerie), Martial Doumes (Huissier), Pierre Lalleman (Maréchal), Marc Moulis (Métayer à Rousilhes), Jacques Durand (Plâtrier), Antoine Paquier (Boulanger à Alet), Joseph Barthélémy Lassalle (Maître de pension), Pierre Garrigues (St-Polycarpe, résidant à Carcassonne), Germain Cambon (Domestique), Jean-Baptiste Bardou (Brassier), Gabriel Pradier (Batteur de laine), Pierre Brezet (Pâtissier), Guillaume Cavaillé (Cordier), François Mondol (résidant à la métairie de la Criminelle), Pierre Ourliac (Marchand tailleur), Paul Cuin (Marchand de fer), Jean-Pierre Lacombe (Doreur), Louis Brail (Négociant), Jean-Baptiste Brail (Fabriquant), Jean-François Poncet, Jean-Baptiste Poncet, Pierre Paul Gaillard (Chirurgien), Jean-Pierre Sourbieu, Jean-Baptiste Sicard, Jean-François Ricardou, Jean David (Homme de loi), Jean Cavaillé (Négociant), Jean Portal, Stanislas Digeon (Homme de loi d'Alet), Théodore Marragon, Pierre Blanc (Tourneur).

Marguerite Albert veuve Cambon, Anne Amigues (habitant la Cité), Jeanne Sabatier épouse de François Samary (vitrier), Catherine et Rose Samary (ses filles), Philippe Calvet veuve de Jean Blanc, Marie Sabatier, Marie et Madeleine Blanc (soeurs), Veuve Dutard, Marie Dutard, Françoise Dutard épouse de Marson (Habitant à Azilhe), Geneviève Vié (Régente), Marguerite Gamelin veuve Courtejaire, Marguerite Escudié (Servante chez François Pinel), Julie Saunier, Claire Ilhe, Marthe Rieudemont, Cécile Roucairos, Madeleine Salvetat, Anne Albarel épouse Sarrand, Marie Roussel, Marie Viguier (Habitant Castres), Lasaignes veuve Castanier, Marie Aribaud veuve Lanes, Veuve Antoine Gamel, Anne Darzens, Marie Mialhe veuve Grilhet, Claire Portes, Marguerite Marre, Jeanne Marre, Marianne Brunel, Elisabeth Brunel, Claire Gélis épouse Durand.

A Maquens :

Jean Lalleman (Brassier), Pierre Cabanier (Brassier), Joseph Cabanier (Brassier), Jean Galinier (Brassier), Jean Tournier (Brassier), Marianne Fox, Marie Falgous épouse Fox, Elisabeth Cazes, Catherine Garrigues, Elisabeth Caraguel, Françoise Belmas, Toinette Reverdy épouse Belloc.

A Grèzes :

François Ricard, Pierre Rabicou, Paul Fages (Brassier), Jean Fages (Bossu, boiteux et contrefait), Pierre Clergues, Antoine Clergues, Jean Fabre (Maréchal), Paul Gautier, Jérôme Roques, Guillaume Gaillard (Brassier), Jeanne Rabicou, Jeanne Gaillard, Marie Roques.

A Villalbe :

Jean Roques

A Lavalette :

Rose Falgous, Anne Ormières, Jeanne Fraisse, Marguerite Fraisse, Anne Falandry, Anne Vidal

A Montirat :

Jeanne Puel épouse Gentet

A Montréal :

Elisabeth Rancoule, Elisabeth Calmel et Guilhemette Filhol.

Capture d’écran 2017-01-23 à 11.34.44.png

Ancien couvent des Ursulines, actuel Lycée St-Stanislas dans la rue A. Ramond

Toutes ces personnes furent incarcérées au couvent des Ursulines, d'où les religieuses et ursulines avaient été expulsées, par arrêté du directoire du district du 22 juin 1792, et qui, depuis, avait servi au logement d'un bataillon de volontaires nantais. Le 22 avril, le conseil général de la commune, dans une délibération provoquée par le conventionnel Mailhe et prise en sa présence, chargea le Comité de sûreté générale, "de vérifier la cause et les motifs d'arrestation de chacun des détenus pour en faire le rapport aux administrations réunies du département, du district et de la municipalité qui décideraient "qui sont les détenus qui doivent mis en liberté et ceux qui doivent continuer d'être détenus, et ceux qui sont dans le cas d'être dénoncés aux tribunaux".

Ce Comité institué en vertu d'un arrêté de l'administration du département, en séance permanente du 17 avril 1793, se composait de huit membres : Courtiel et Fauroux (conseil du département), Morin et Tailhades (Conseil du district), Heirisson et Alary (Conseil de la commune), Louis Polère et François Noël Gout (Société républicaine). Il est dit dans le rapport présenté par le Comité aux administrations réunies que la plupart des détenus ne croyaient avoir été arrêtés que pour leurs opinions religieuses, les uns parce qu'ils n'assistaient pas à la messe des curés conventionnels, d'autres parce qu'ils n'avaient pas point contracté mariage devant eux ; plusieurs femmes de Lavalette et de Montréal -, parce qu'elles se rassemblaient chez des particuliers pour y chanter les Vêpres.

Sources

Chanoine J-P Andrieu / 1914

___________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017