15/02/2017

Quand l'évêque de Carcassonne fut expulsé de l'évêché par l'armée

Il est des épisodes historiques totalement ignorés ou plus exactement rarement relatés dans les livres de notre département. Aussi, lorsque nous avons la chance de tomber sur un témoignage dactylographié et inédit, émanant d'une personnalité comme celle de la soeur de Joë Bousquet, il ne faut surtout pas passer à côté. Henriette Bousquet épouse Patau, relate avec un vrai talent littéraire l'expulsion de Mgr de Beauséjour, évêque de l'Aude. Il s'agit là d'un évènement dont elle fut l'un des témoins oculaires.

2250309256.jpg

Mgr de Beauséjour

Au début de ce siècle (1906, NDLR), de profonds remous politiques aigrissaient les rapports entre l'église et l'état. Après bien des tentatives infructueuses, le concordat fut dénoncé ; les écoles religieuses, les communautés de soeurs, obligées de subvenir à leurs besoins, fermèrent leurs portes ou furent chassées de leurs couvents. Certaines trouvèrent un asile en Espagne. Il y eut une grande émotion dans le public. Des scènes douloureuses éclatèrent dans la rue, et les catholiques pratiquants aidèrent le clergé spolié à résister. Ils s'enfermèrent dans l'enceinte de la maison qu'on leur enlevait (l'évêché, NDLR) et résistèrent à toutes les sommations. La troupe fut mobilisée et on décida d'employer la force. Le premier représentant du clergé expulsé fut l'évêque Monseigneur de Beauséjour.

1087961154.jpg

© AAVC

Hôtel Murat (CCI de l'Aude), ancien évêché de 1826 à 1906

Une foule immense, prévenue du drame qui se préparait se massait sur l'avenue qui desservait l'évêché. Au milieu d'un silence de mort, un juge frappa trois fois à la porte avec des menaces. Le portail s'ouvrit tout grand et Monseigneur parut, applaudi par les fidèles, qui criaient "Vive Monseigneur". Très droit, regardant avec une immense dignité le magistrat gêné qui lui faisait face, grandi, vraiment en cette minute, consacré "prince de l'église", il sortit, suivi de ses prêtres et la foule l'accompagna en chantant sans regarder l'armée : de jeunes soldats pleuraient. Je pleurais, moi aussi ; j'étais petite, mais tante Lucie avait voulu me prendre. Elle me donnait la main, son autre bras brandissait belliqueusement  un grand parapluie qui aurait pu faire une arme redoutable (elle ne s'en servit pas).

Monseigneur avait loué un grand appartement près de la cathédrale, au 67 rue Voltaire. Un jardin séparait le nouvel évêché de la partie de l'immeuble occupée par des membres de notre famille.

Capture d’écran 2017-02-15 à 16.58.19.png

D'après l'abbé Cazaux - ancien curé de St-Vincent - que j'ai contacté, sa cousine Henriette s'est trompée de rue. Mgr de Beauséjour habita chez les Bousquet, au 67 rue Aimé Ramond. C'était l'ancien Hôtel de Saix de Polignan (à gauche sur la photo ci-dessus). Il devint l'évêché de Carcassonne pour un temps. Mgr de Beauséjour a ensuite acquis une maison dans la rue Jean-Jacques Rousseau, où il habita et fit ses bureaux.

Une grande intimité s'établit très vite entre les arrivants et la famille Cazaux. Monseigneur venait les voir souvent. D'une vive intelligence, d'une admirable dignité il se plaça moralement au-dessus des spoliateurs et commença à réorganiser son diocèse. Bientôt la maison fut appelée "Le petit évêché" à la grande fierté de notre tante qui passait une grande partie de sa vie à surcharger d'ornements et de cierges, la chapelle St-Roch, confiée à se soins.

Puis, les communautés furent chassées de chez elle. Les religieuses, qui n'avaient pu partir en Espagne, revinrent dans leurs familles. Le couvent des Capucins fut fermé le dernier après un siège de trois jours ; ils sortirent de chez eux, avec leurs amis de la ville, en voitures découvertes pour gagner la gare d'où ils partirent en exil. La ville entière était dehors. Son passage était salué de vivats, un cantique, avec un bruit de tonnerre déferlait à mesure au passage des capucins qui nous bénissaient.

Capture d’écran 2017-02-15 à 17.49.14.png

St-Joseph de Cluny (aujourd'hui, collège André Chénier)

La préfecture et la mairie étaient fermées ; on ne rencontra pas d'hommes politiques... Le tribunal était au passage, vide de juges, qui avaient dû obéir aux ordres, ou renoncer à leurs places. A ce moment, le couvent de Cluny fut fermé également ; mon frère (Joë Bousquet, NDLR) dut rentrer au Petit lycée et j'eus une institutrice Mlle Evelyne, qui me fit travailler, en attendant pour mon entrée dans une institution religieuse.

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017 

Commentaires

C'est triste à pleurer, plusieurs siècles d'histoire commune balayés par des politiques, un glissement progressif vers l'immoralité qui a conduit notre peuple où nous en sommes maintenant, coupé de nos racines judéo-chrétiennes. C'était un retour aux dogmes de la Révolution, qui a fini par ériger l'Homme comme Etre supérieur, avec les conséquences que l'on connaît : détruisons la nature, les humains, Dieu n'est plus là pour nous raisonner.
Et aujourd'hui on installe une autre religion sans racines chez nous, mais c'est une autre histoire.

Écrit par : Solvet | 16/02/2017

Répondre à ce commentaire

Une histoire similaire avait été savoureusement racontée par écrit par Louis Cros, ancien archiviste de l'évêché qui expliquait que préfet et évêque avaient vécu ensemble dans le même bâtiment l'actuel de la préfecture. ( sans doute après la Restauration?)Un ordre d'expulsion avait été donné à l'évêque de quitter les lieux dans un délais de trois jour, ce qui fut fait. Comme quoi à l'époque des diligences et des chariots à bras on savait être rapide et efficace. Ce texte que j'ai lu mais ne possède pas doit se trouver à l'évêché, il mérite d'être connu.

Écrit par : Authier | 16/02/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire