17/02/2017

Le carnaval de Carcassonne de 1979 à 1983

La Dépêche du midi interrogeait en 1978 les élus au sujet du retour du carnaval à Carcassonne, après plus d'une dizaine d'années d'absence.

Carnaval Geynes années 70.jpg

Le carnaval de Carcassonne sur les boulevards

Le 28 février, le maire adjoint Fernand Ancely répondait aux journalistes en ses termes :

"Refaire carnaval est souhaitable. Cette année pas question. Le temps est passé et puis, il faut du temps pour le préparer. Il y a des jeunes en ville qui s'y intéressent. Ils ont saisi le secrétariat du maire qui a donné un accord de principe. Nous sommes favorables à cette relance. Le groupe socialiste doit d'ailleurs entendre ces jeunes dans quelques jours. Il reste avant tout à faire une étude financière du projet. A l'époque, Carnaval coûtait environ 15 millions à la ville. Il y avait une quarantaine de chars, une douzaine de musiques, des majorettes. Il faut étudier la dépense."

 

1979

carnaval 1.jpg

Aidé dans sa tâche par le Conseil Communal de la Culture réuni le 26 janvier 1979, le Carnaval d'une nouvelle ère était lancé à Carcassonne. Le 10 février 1979, sa majesté Carcassus faisait son apparition à la gare SNCF ; accompagné par la foule en délire, on lui fit faire le tour de ville. Pendant la durée des festivités, il y eut la création d'une radio-carnaval qui anima les rues du centre-ville avec la bandas Thibault de Limoux. Le 28 février, on jugea et on brûla sa majesté Carcassus sur la place du pilori (place Eggenfelden). Tout se finit ensuite par une grande "mongetada" sous les halles.

carnaval

Parallèlement à ces festivités, on entendit une conférence le 23 février sur le "carnaval de Romans" par Leroy Ladurie. Avec la projection d'un film sur les "Mascarades du nouvel an en Moldavie". Un concours photo avec expositions des plus belles à la mairie. Toute une série d'expositions en lien avec le carnaval.

Capture d’écran 2017-02-17 à 18.24.29.png

© Patrice Cartier

 

1980

carnaval.jpg

Carcassus, roi des eaux

"Le Carcassus 79, candidat malheureux au Parlement européen, avait sombré dans les eaux troubles de la haute politique ! De braves Carcassonnais s'étaient justement émus de la tournure des choses et, cette année, le Comité leur donne raison. Nous renouons avec les Rois du jazz, de la photo et du scooter, cette année Carcassus sera notre Neptune, notre roi des eaux à nous ! Vive Carcassus !

carnaval

Bien sûr, les bacilles de la polémique s'insinuent partout, qui sait si demain quelque sans-gêne ne va pas nous chercher la petite bête ? Mais non, nous tenons bien la barre, ni p'eau l'épique, ni pot-litique, Carcassus roi des eaux sera un principe débonnaire et rigolard qui chatouillera la tripe. 

Ouvrez les vannes, buvez du vin, du lait, de l'eau, jusqu'à ce que le ventre vous tire ! Carcassus s'avance sans masque, mais il fallait bien mettre les points sur les O !"

Carnaval de Carcassonne.jpg

Le samedi 2 février 1980, sa majesté Carcassus, Roi des eaux fit son arrivée au Dôme à 17h. Le cortège passa ensuite rue de l'hospice (G. Brassens), boulevards Camille Pelletan, Jean Jaurès et Omer Sarrault ; rue du marché, rue Victor Hugo et place Carnot. Les festivités durèrent jusqu'au 1er mars avec "monjetada" et jugement de Carcassus. 

1981 

16797738_10211524188608014_1311400327082849017_o.jpg

Carcassus, roi du chômage

"Au cours de ces quatre dernières années, le comité de Carnaval a montré sa vitalité et ses capacités d'organisation. ce ne sont pourtant pas les critiques qui lui ont manqué. La première de ces critiques - la plus grave à mes yeux car la plus fausse - fut une critique de type culturel : "Le Carnaval, ce n'est pas de la culture". Cet alibi de la culture classique, ce besoin d'une façade culturelle, cette hostilité de quelques uns, prouveraient s'il en était besoin, que le carnaval gène, heureusement, un certain nombre de personnes. Il en est toujours ainsi quand on affirme sa volonté de court-circuiter les canaux habituels de la consommation culturelle.

Cette critique de type culturel en sous entend une autre : "Si le Carnaval n'est pas de la culture, pourquoi financer une activité de cette nature ? " D'où une subvention tronquée, trop réduite aux yeux des animateurs du comité, qui prive effectivement le Carnaval d'un à-côté culturel classique plus important : expositions en plus grand nombre, théâtre, conférences. En fait, les réactions passionnées et contrastées suscitées par le Carnaval de Carcassonne font régulièrement leur apparition dans notre cité et ne concernent pas que le seul Carnaval. (Simon Peyras / adjoint à la culture)

Carnaval sur le boulevard de Varsovie.jpg

En février 1981 - à seulement trois mois de l'élection présidentielle - le thème choisi par le Comité du Carnaval fit grincer des dents. Le chômage constituait un angle d'attaque contre le président Valéry Giscard d'Estaing et politisait le Carnaval aux yeux des électeurs de droite.

Reconnaissons que l'utilisation de la dérision comme moyen d'expression culturel n'est pas du goût de tout le monde (Simon Peyras / adjoint à la culture).

 

1982

1982.jpg

Dessin de Denis Bonnes

Carcasse, reine de la consommation, fut certainement dans l'histoire du Carnaval de Carcassonne l'unique représentante féminine. "Femme d'idées et d'entreprise, consciente du manque de grandes surfaces dans notre ville, elle crée un super Diplodocus générateur d'emplois, détonateur de la relance économique."

440_001.jpg

Du 23 janvier au 13 février 1982, le Carnaval fut animé par plusieurs fanfares : Clin d'oeil, la Bobota, les Thibaults et l'harmonie de Villepinte. Outre la traditionnelle monjetada, le jugement et la crémation, il y eut au programme un concert de carillon à l'église St-Vincent, un buffoli à minuit et la sortie des fécos à la Rotonde, café des familles et au Bristol. Sans oublier, bien sûr, les films du Ciné-club au théâtre municipal.

Diplo.jpg

On se moque du nouveau supermarché Mammouth implanté en 1981 à Carcassonne. 

"Mammouth écrase les prix"

 

1983

1983.jpg

Affiche du Carnaval 1983

Carcassus, roi des sportifs, fut à la fête du samedi 5 février au samedi 26 février 1983. 

1983 bis.jpg

Les fécos sur la place Carnot

Capture d’écran 2017-02-17 à 18.25.19.png

A un mois de l'élection municipale de mars 1983, le candidat Raymond Chésa tracte aux côtés des carnavaliers. Preuve que l'on peut faire de la politique tout en ne se prenant pas au sérieux. C'est là, la morale de cette histoire, sans doute. Dommage que cette vision ne soit partagée par tous...

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Il ne reste plus qu'à espérer que le carnaval revienne à Carcassonne !

Écrit par : NOE Armelle | 17/02/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Martial pour réouvrir cette page bien sympathique de notre histoire locale.
Je n'ai pas souvenir d'avoir vu les rues de la ville envahies par une telle foule en liesse, comme ce fut le cas dans cette période, surtout en 1979 il me semble, il fallait alors jouer des coudes, le soir venu, pour se frayer un passage dans la rue Courtejaire..
L'année suivante,(ou alors en 1981, il me faudrait vérifier), j'avais eu pour mission d'aller chercher à l'aéroport Salvaza des journalistes de la presse nationale venus en reportage sur ce sacré évènement. Et voilà donc ma 2CV à la nuit tombée, véhiculant 4 à 5 journalistes,leur bardat, appareils photos..fraichement débarqués de Paris. Le trajet depuis le Tarmac de notre aéroport jusqu’en ville, reste mémorable. Il doit y avoir eu dans la presse quotidienne ou hebdomadaire nationale des articles sur le carnaval carcassonnais, il me faudrait les rechercher.
Pour la dernière photo que vous présentez, il me semble qu'elle signe la fin des festivités, car après cette date, rien n'a plus été comme auparavant, et une grande tristesse s'est alors abattue sur la ville...Cherchez l'erreur.

Écrit par : marieh melendez | 01/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire