06/03/2017

L'inauguration de la plaque en hommage à Pierre Sire dans la Cité

Dans la Cité de Carcassonne, ont peut apercevoir une plaque sur la façade d'une maison de la rue Porte d'Aude. Cette maison appartient à Madame Sylvie David, la fille de M.Henri Tort-Nouguès descendant des écrivains Pierre et Maria Sire. 

sire.jpg

Cette plaque a été apposée en 1978 afin de remplacer la précédente, qui ne mentionnait pas le nom de Maria Sire. Et pour cause... C'est le 24 octobre 1948 qu'un hommage est rendu à Pierre Sire († 1945) par ses amis, la famille et les Carcassonnais en présence de Jean Lebrau, René Nelli, Ferdinand Alquié, Henri Tort-Nouguès. Une première plaque est ainsi dévoilée.

plaque commémorative cité sire 22.jpg

Ce jour-là le poète Jean Lebrau (1891-1983) prononça un discours, que nous avons la chance de pouvoir vous communiquer. Quel trou culturel avons-nous creusé dans ce département depuis la morts de ces intellectuels audois, à tel point que l'on préfère désormais valoriser ceux qui nous sont étrangers.

Jean Lebreau.jpg

Jean Lebrau pendant son discours

J'apporte à la mémoire de Pierre Sire avec l'hommage très ému de mon amitié, celui de la Société des Gens de Lettres.

Et le vent aux cyprès des collines lointaines

Portait le noir secret des songes de la mer...

Lunettes noires Max Savy à verifier.jpg

Ces deux vers de Pierre Sire pourraient servir d'épigraphe à son oeuvre et à sa vie inséparable de son oeuvre, de l'oeuvre de Pierre et Maria Sire. Le vent, les cyprès, les collines, la mer, tout y est, mais aussi le noir secret qui était peut-être pressentiment d'une trop prompte destinée, ou, plus systématiquement encore, le secret auquel Joë Bousquet obéit lui aussi quand il parle du "Midi noir", noir à force de lumière, secret sous les paroles dont on peut bien lui faire renommée tapageuse sans forcer les retraites où des êtres comme Pierre Sire, ne cessent pas de faire oraison.

Public.jpg

Ses paroles notre ami ne les dispersait point au vent. Mais une telle réserve ne pouvait éloigner que les indignes et c'est bien ce qui tout d'abord attirait chez lui pour retenir sans retour. Elle est dans l'oeuvre comme elle était dans l'homme et il n'est pas surprenant qu'un îlot des étangs septimaniens ait inspiré à Pierre et Maria Sire, le très beau livre pour lequel des amis avaient souhaité et auraient obtenu le Grand Prix de prose que l'Académie des Jeux Floraux décerne rarement dans on intégralité, si une main d'ombre, un fiel anonyme n'avaient fait échouer ce juste projet. Basile hélas... a toujours raison même contre l'évidence. Cette ombre de l'envie ne pouvait atteindre Pierre Sire mais les amis qui voulaient pour le livre, le laurier toulousain n'ont pas perdu le goût de ce fiel. "Le Clamadou" n'en pas moins intégré au paysage littéraire français, si l'on peut dire, cette côte où le ciel, la terre, les eaux recomposent sans cesse un mirage qui n'est jamais le même un seul instant ; Moréas aimait ces étangs, et disait avec sa superbe coutumière : Je les ai chantés dans "les stances"...

Bien qu'ainsi tu te couronnes

D'une écume au goût amer,

Etang, qui, pâle, frissonnes,

Tu n'es pas encore à la mer.

 

Non, c'est la ligne menue

De ce sombre azur là-bas

Qui mon âme a seule émue,

Mes yeux ne la quittent pas

 

Ils dévorent la distance

Mes yeux, coureurs sans repos, 

 Mais mon amour les devance

Et se mêle avec les flots.

plaque commémorative cité sire 3.jpg

On ne peut désormais traverser cette étrange région, d'une miroitante mélancolie, sans penser au "Clamadou" et voilà pourquoi il n'eût pas été superflu d'attirer sur ce livre, au lent et sûr cheminement d'ailleurs, l'attention d'un plus large public par une distinction académique. 

A propos de Paul Lacombe, dont la musique est elle aussi inséparable de nos paysages, François-Paul Alibert écrivait un jour : Il n'y a pas plus de musiciens régionalistes que de peintres ou poètes régionalistes ; les artistes qui s'en réclament n'ont jamais rien compris à la réciproque inclusion du particulier et de l'universel. Où que ce soit, un buisson de roses, une treille en fleur, un ruisseau qui murmure, une nuit d'étoiles, un chant de rossignol ne sont point d'ici ou de là, mais de partout et de toujours, et suffisent, quelle que soit la langue où l'on s'exprime, de la plus simple à la plus savante, à vous faire découvrir les subtiles relations, les secrètes correspondances qui se nouent et se dénouent entre toutes les beautés de l'univers sensible et spirituel. 

plaque pierre sire1.jpg

Mais, une autre fois, parlant à Perpignan de Déodat de Séverac, que tant d'affinités rapprochent à Pierre Sire, disait : Cette expression, ce rythme qu'il puisait d'abord, semble t-il, au sein même des forces naturelles, Déodat de Séverac les devait avant tout à son génie et aussi à l'amour qu'il nourrissait pour le coin de terre où il était né.

Ainsi l'oeuvre qui se rattache au coin de la terre où elle est née atteindra t-elle tout naturellement à l'universel si elle a des ailes assez fortes, et nous ne dirons pas de l'hirondelle qu'elle est régionaliste parce que volant dans l'univers, d'un continent à l'autre, elle reste cependant fidèle et revient au nid grumeleux sous la tuile languedocienne.

Si pour beaucoup d'entre nous le petit village de Grèzes est désormais inséparable des poèmes d'Albert, parmi les plus chers, ou cette thébaïde sentant la résine et la rose sèche, entre Montlegun et Palaja, des plus sensibles pages de Joë Bousquet, il n'en résulte pas qu'Albert et Bousquet sont des écrivains régionalistes, pas plus que Pierre et Maria Sire.

Puisque le souvenir de Déodat de Séverac est venu se lier, comme ces bouquets de bleuets et d'épis qu'on met aux croix des rogations, à la mémoire de Pierre Sire, ne faut-il pas remarquer que ces deux artistes, ces deux inspirés du Languedoc avaient essentiellement demandé au sol, non seulement tous les secrets de cette inspiration, les aliments de leur feu, de leur génie, mais encore aux vents qui ne le laissent jamais en repos, le vent aux cyprès des collines lointaines. Tous ces airs d'autrefois dont il est le grand répertoire, pour les avoir écoutés aux portes des veillées, sur la glèbe ou sur l'onde, ou près des amoureux quand il les circonvient comme pour les obliger à se serrer davantage, l'inépuisable folklore de notre terre dont Pierre et Maria Sire furent et restent les patients, les scrupuleux, les initiés mainteneurs, les sourciers.

Des coteaux de Saint-Félix aux criques catalanes, aux virgulions bocages de Créer, Séverac accomplit sa destinée, tôt abrégée comme celle de Pierre Sire, attentif à la moindre des ces chansons populaires auxquelles musique et poésie doivent souvent leurs frémissements les plus profonds.

plaque pierre Sire19131.jpg

Des garrigues de Narbonne où le cyprès lui donna, lui montra la leçon de son intégrité et de sa flamme, aux coteaux de la Malepère si dépouillés eux-mêmes sous le brasillement des genêts, jusqu'à cette maison qui est devant nous comme un visage toujours vivant, Pierre Sire accomplit lui aussi son destin, fidèle à cet idéal de bonté, de justice, de ferveur dans l'accomplissement de sa tâche, de ses tâches, idéal qui n'est autre que l'idéal chrétien qu'on soit croyant ou non, sur lequel il paraissait se replier soudain comme pour en retrouver la force aux heures difficiles, dans le doute de l'oeuvre à laquelle on s'est donné, dans les graves conjonctures où il se trouvait mêlé, conjonctures militaires qui durent lui faire maintes fois serrer les dents, conjonctures civiques éprouvant de chères amitiés. L'après-midi dominicale où je le vis pour la dernière fois ici même il s'était préoccupé, un pli douloureux sur le front, que des erreurs qui se commettaient et de sa vaine impatience à les corriger, lui qui n'avait jamais fait durant les sombres jours que ce qu'il fallait faire, que ce que chacun de ses amis aurait fait s'ils avaient pu toujours regarder en lui.

Sa bonté se manifestait sous toutes les formes, à l'égard des bêtes - Sire était une âme franciscaine - comme à l'égard des gens, et qu'on me pardonne, serait-ce en souriant, de rappeler ici un trait qui me toucha tout particulièrement. Mêlé un jour à une partie de chasse, à son coeur défendant j'imagine. Pierre Sire prit son chien dans ses bras pour lui faire traverser un chaume. Le poète n'avait pas réfléchi un instant que son geste serait comique aux yeux de ses compagnons. Il n'avait pas vu que les entailles du chaume et pensé tout de suite que son chien pourrait se blesser. Il suffit d'un geste pareil pour en conjurer bien d'autres et il dut bien y avoir au bord du champ quelque fleur pour regarder Pierre Sire d'un oeil attendri.

Ce n'est qu'une image, pas une image d'Epinal nous montrant le soldat à la guerre ou l'instituteur à son pupitre, mais une image de légende. Pierre Sire devait les aimer comme il aimait les enfants, prédestiné à devenir pour eux le meilleur des maîtres quand il écrivait : "Ne peut devenir votre ami que celui qui est digne d'entrer au coeur de votre enfance." Il pensait aussi sans doute que pour pénétrer le coeur de l'enfant, il faut d'abord être son ami. Ce n'est pas donné à tout le monde et voilà pourquoi la profession d'instituteur qui fut la mienne, n'est pas un métier mais une vocation, une mission des plus difficiles, des plus délicates.

pierre002121.jpg

Pierre Sire

Une image... mais oui. Pourquoi plutôt que de la revoir exténué, brisé, à bout de vie sur un lit de souffrance, ne songeant d'ailleurs qu'à nous laisser par ses derniers mots, bonté suprême, comme un viatique dont chacun pourrait se souvenir pour bien aborder à son tour le ténébreux passage, ne pas l'imaginer, le voir encore s'en allant à travers le chaume, son chien dans les bras, et puis disparaissant dans cette lumière de nos étés où tout s'abolit ?... Pour moi, cela m'est doux comme son poème tout plein de silence, "à l'heure où le village est vide"...

Pierre Sire, vous écriviez :

Les seuils

Ne gardent pas l'empreinte

De ceux qui partirent.

Mes pas derrière moi

Ne laisseront que le silence...

03 Maison Henrie et Régine Tort Nougues.jpg

La maison de Pierre et Maria Sire à la Cité

Nous n'avons pas voulu qu'il en fût ainsi, du moins aux yeux des passants car en chacun de nous, vos amis, c'est souvent que vous tenez votre promesse :

Un matin, 

A l'heure des maisons abandonnées

Je reviendrai

                                                                                         JEAN LEBRAU, 24 octobre 1948

 

Merci à Mme Sylvie David pour son aide

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Merci pour cet article. J'apprécie particulièrement que vous ayez cité le discours de Jean Lebreau dans son intégralité. Petit détail à corriger : rue Porte D'Aude et non rue Viollet le duc.

Écrit par : Sylvie David | 06/03/2017

Répondre à ce commentaire

Cher Martial, bonjour
J'ai reussi a me procurer la notice du maitron concernant Philippine Crouzat. La voici


Claude Pennetier, directeur du Maitron, chercheur CNRS



Maitron


http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article21149

CROUZAT Philippine [née BATAILLÉ, Philomène, Catherine, dite]

Robert Debant, Gilles Morin

Née le 14 novembre 1886 à Carcassonne (Aude), morte le 16 août 1974 à Carcassonne ; institutrice ; militante syndicaliste et socialiste de l’Aude.

Fille d’un vannier, Philippine Bataillé se maria à Brézilhac (Aude) en août 1908 ; son mari fut tué au cours de la guerre 1914-1918. Institutrice à Villegly puis directrice à Carcassonne (Cité), elle appartint au conseil syndical du SNI de l’Aude en 1924, en devint trésorière adjointe en 1926-1929, secrétaire adjointe en 1930, secrétaire générale par intérim en 1940. En 1926, elle avait été élue conseillère départementale par 509 voix sur 530 votants. Elle demeurait conseillère départementale lorsqu’elle fut élue en 1932 secrétaire adjointe de la section audoise du Syndicat national. Le 5 avril 1938, elle fut réélue conseillère départementale par 576 voix sur 766 inscrits.
Philippine Crouzat joua un rôle particulièrement important dans la Résistance locale, comme assistante sociale clandestine, sous le pseudonyme de « Rose » et appartint au Comité départemental de Libération (CDL), au titre du MLN. Elle fut décorée de la médaille de la Résistance en octobre 1945.
Elle devint à la Libération présidente du COSOR.
Philippine Crouzat, la première femme audoise qui eût sollicité un mandat parlementaire, figura sur la liste du Parti socialiste lors des élections législatives de 1945 et de juin et novembre 1946 (dernière de la liste SFIO). Secrétaire générale de la Fédération des femmes socialistes en 1946, elle fut élue conseillère municipale de Carcassonne le 19 octobre 1947. Elle exerça les fonctions de troisième adjointe à partir du 19 mai 1950, de deuxième adjointe à partir du 11 mai 1953. Réélue conseillère municipale le 8 mars 1959, elle ne se représenta pas en 1965. Elle était membre de la commission féminine nationale du Parti SFIO en 1957.
Amities Regis

Écrit par : CHAYNES Regis | 06/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire