22/03/2017

La destruction de l'Hôtel Dieu (XVIIIe siècle) et de sa chapelle en 1977

La municipalité Antoine Gayraud qui avait inauguré le nouvel hôpital général en bordure de la route de Saint-Hilaire, se demandait ce qu'elle pourrait faire du vieil Hôtel Dieu. Le bâtiment construit au XVIIIe siècle sur le boulevard Camille Pelletan avait fini par devenir insalubre et la chapelle attenante n'accueillait plus guère de fidèles.

Copie .jpg

© Droits réservés

Sans aucune consultation des associations du patrimoine, la ville décida que tout serait rasé et que l'espace ainsi dégagé servirait de parking. Il fut un temps envisagé d'y édifier un nouvel hôtel de ville, mais le conseil municipal fit l'acquisition de l'Hôtel de Rolland dans la rue Aimé Ramond. On enterra le projet et pendant deux ou trois ans, l'espace vacant fut transformé en parking anarchique. Qu'allait-il advenir de cet endroit ? C'est à cette époque que la ville sortit du chapeau la construction d'une salle polyvalente qui prit le nom de "Salle du Dôme".

Copie 2.jpg

© Droits réservés

L'entrée de l'Hôtel Dieu

Il ne reste plus aujourd'hui que la porte monumentale dans la rue Georges Brassens. Les armes sur le fronton avaient été burinée pendant la Révolution Française.

Copie 4.jpg

© Droits réservés

Les travaux de démolition conduit par l'entreprise Depaule débutèrent à Pâques 1977. Dans un premier temps, seul l'Hôtel Dieu fut rasé. 

"Le vieil hôpital n'est plus. Il s'est éteint sous les coups d'une pelle mécanique, après de longues années d'activités. Mais personne ne regrettera ces vieux bâtiments qui ne pouvaient plus remplir les services qu'on était en droit d'exiger d'eux. Peu à peu les murs s'abattent, des milliers de tonnes de matériaux sont évacués et table rase est faite. (...) Mais les démolisseurs ont encore du pain sur la planche. Un mois sera nécessaire pour venir à bout des vieux murs dont l'épaisseur est de quatre-vingt centimètres. Des rampes d'accès sont aménagées pour permettre à la pelle mécanique de les atteindre dans une débauche de bruit et de poussière.(...) Bientôt, à cet emplacement, un parking agrémenté d'espaces verts, fera oublier aux riverains qui bénéficieront d'une vue agréable, les autres murs gris qui bouchaient l'horizon." (L'indépendant)

Copie 3 .jpg

© Droits réservés

L'abbé Jean Cazaux intervint afin de tenter de sauver de la destruction du Dôme de l'Hôtel Dieu. In-extremis, il parvint à ses fins. Aujourd'hui, personne ne conteste la conservation de ce vestige qui sans son action aurait été détruit. Des balustres en marbre de Caunes-Minervois provenant du Dôme ont été sauvés ; ils se trouvent dans le choeur de la cathédrale Saint-Michel.

"Seul demeurera de cet ensemble le magnifique dôme qui, rappelons-le, est un monument classé. Sa conservation rend d'ailleurs le travail des démolisseurs tout autour très délicat. De nombreuses précautions sont nécessaires pour faire disparaître les murs qui l'entourent et laissant apparaître les voûtes qui le soutiennent. Des contre-forts en forme d'escalier renforceront ces voûtes."

Copie 5.jpg

© Droits réservés

Ce ne sont pas les incantations de l'Indépendant qui purent sauver la chapelle. La mairie décida quelque temps après, de l'abattre sans autre forme de procès. Sur la photo ci-dessus, on aperçoit à l'extrême gauche les anciens bâtiments de la "Carcassonnaise gymnastique". Il ont été rasés à la fin des années 80 ; c'est aujourd'hui un immeuble d'habitations qui accueille au rez-de-chaussée les activités du Club de l'âge d'or du Dôme.

"Avouons qu'il serait dommage que ce bâtiment disparaisse alors qu'il pourrait devenir une belle salle de spectacle. Gageons que l'ajournement de cette décision est de bon augure."

hôtel dieu

© Droits réservés

Vue côté rue Georges Brassens

"C'est avec plaisir que les riverains du "feu" hôpital, dont il ne reste maintenant que les cendres, ont revu ces jours-ci la pelle mécanique. En effet, depuis quelques mois, ils se demandaient si les travaux d'aménagement du parking n'étaient pas enfouis sous les décombres. En fait, ces travaux avaient pris du retard du fait de problèmes dans la consolidation du dôme aujourd'hui en mesure d'être terminée.

Espérons que l'aménagement des terrassements du parking vont maintenant reprendre de plus belle, avec, parallèlement, la création d'espaces verts. Les automobilistes s'impatientent d'autant que la crise du stationnement à Carcassonne s'accentue de jour en jour. Il n'est même plus facile de trouver une place sur les boulevards les jours d'affluence." (La dépêche du midi)

hôtel dieu

© Google maps

L'Hôtel Dieu du XVIIIe siècle et la chapelle attenante ont été rasés pour rien. Il ne reste aujourd'hui qu'un misérable parking. Quant à la salle du dôme édifiée en 1983, elle n'a jamais répondu aux exigences de son temps : expositions, gymnase, salle de spectacle...

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Et un gâchis de plus : à Carcassonne on les accumule !

Écrit par : NOE Armelle | 22/03/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas aussi pessimiste même si l'historien que je suis ne peux que regretter la destruction de la quasi totalité de l'ensemble. Le parking est loin d'être inutile, les arbres font de l'ombre, le dôme restant fait écho au passé même si une restauration serait bien venue. La Salle du dôme a sans doute ses défauts mais des expositions, il y en a eu, des spectacles aussi. Il serait souhaitable qu'elle serve davantage en s'accordant de ses avantages et défauts. Où sont les salons d'antiquaires ? Les expositions de voitures anciennes ? Les salons d'armes anciennes ? Les salons du cadeau ? Etc.. Narbonne, Rieux-Minervois, Caunes-Minervois, Capendu, Bram... ont leurs salles de manifestations. Chacunes leurs avantages et défauts qui semblent convenir à tous ceux qui y déballent...

Écrit par : J. Ourliac | 23/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire