26/03/2017

"Jeanne d'Arc au bûcher" au Festival de la Cité de Carcassonne

Cette oeuvre dramatique du compositeur Arthur Honneger sur un texte magnifique de Paul Claudel venait d'être créée à Bâle (Suisse) le 12 mai 1938, lorsqu'une tournée dans 40 villes la fit représenter à Carcassonne le 19 juillet 1941. On entendit l'ensemble Chantier orchestral sous la baguette d'Hubert d'Auriol avec Jacqueline Morane (1915-1972) dans le rôle de Jeanne d'Arc.

Copie.jpg

© Droits réservés

Festival de Carcassonne 1982

"Jeanne d'Arc est sur le bûcher, elle voit sa vie défiler. Onze tableaux pour retracer son histoire, onze pages du livre de sa vie évoquées feuille à feuille avec frère Dominique, alors que le feu se prépare. De l'infâme jugement d'un tribunal dirigé, par des animaux à son enfance insouciante, c’est la France blessée et l’épopée de la Pucelle qui sont évoquées à rebours, au milieu des cris de haine d’une foule hostile, à jamais impénétrable pour l'innocente Jeanne." (Opéra de Lyon)

Capture d’écran 2017-03-26 à 10.20.08.png

Jeanne d’Arc au bûcher a les apparences d’un oratorio avec chœur et orchestre mais les personnages qui font l'histoire sont des rôles parlés : les derniers instants de la sainte se prêtent ainsi aisément à l'action dramatique, mais aussi mystique puisque Jeanne, déjà en dialogue avec le Divin, ne comprend plus la haine des hommes…

Jean Deschamps et MC Barrault festival 1982 ( Jeanne au Bucher) copie.jpg

© Droits réservés

Jean Deschamps et Marie-Christine Barrault en 1982

Le 29 juillet 1982, le directeur du Festival de Carcassonne - Jean Alary - programme une représentation de l'oeuvre d'Honneger et de Claudel. L'orchestre et les choeurs sont dirigés par le chef du Théâtre du Capitole de Toulouse, Michel Plasson. Le succès sera au rendez-vous et un article dans le Figaro mettra en exergue la réussite de cette production, montée de toute pièce pour Carcassonne.

Distribution

Chorale Elisabeth Brasseur de Paris, Ensemble Vocal d’Oratorio de Bordeaux, Choeurs de l’Opéra de Lyon, Chorale d’enfants “Les petits chauriens”. Avec Marie-Christine Barrault (Jeanne), Jean Deschamps (Saint-Dominique), Rémy Corazza (Porcus), Michèle Command (Marguerite), Chantal Bastide (La Vierge), Gisèle Guidicelli (Catherine), Roger Trentin (Le hérault), Jean-Jacques Cubaynes (Le deuxième hérault).
Copie 2.jpg

© Droits réservés

Maquette des décors de 1982 à Carcassonne

La scénographie et les décors sont réalisés spécialement pour le Grand théâtre de la Cité par Georges Wakhevitch (1907-1984). Né à Odessa (Ukraine), Wakhevitch est Illustrateur, peintre, costumier et décorateur pour le cinéma, le théâtre et le ballet. Il est également le père du compositeur Igor Wakhévitch, connu notamment pour ses collaborations avec la chorégraphe Carolyn Carlson à l'Opéra de Paris entre 1973 et 1978, sous la direction de Rolf Liebermann.

Pour le cinéma, on peut citer : « L’homme à l’Hispano », « Baroud », « Prison sans barreaux », « Les visiteurs du soir », « L’éternel retour » ; pour le théâtre ou l’opéra : « Le jeune homme et la mort », « Adventure story » à Londres, « Jeanne la folle », « Donogoo », « Roméo et Juliette », « Le Consul », de Menotti à la Scala de Milan, un des tableaux des « Indes Galantes » à l’Opéra de Paris, « Le libertin », « Thérèse Raquin », à Edimbourg, etc.

Video ci-dessous de Jeanne d'Arc au bûcher

https://www.youtube.com/watch?v=W4T3jO1WMmM

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Cette oeuvre a dernièrement été reprise à l'Opéra de Lyon au mois de janvier de cette année, en Coproduction avec l’Opéra de Perm, la Monnaie de Bruxelles et l’Opéra de Bâle, sous la direction de Kazushi ONO. Une Relecture radicale à haut risque mais au final très réussie pour la Jeanne d’Arc d'Honegger et Claudel en forme de parabole sur la connaissance de soi aux images iconiques à l’Opéra de Lyon. Une exécution musicale sur les sommets également pour cette partition si atypique, défendue avec noirceur et la foi des bâtisseurs de cathédrales.

Écrit par : Christian Viguié | 26/03/2017

Les commentaires sont fermés.