22/04/2017

Quand Antoine de Saint-Exupéry atterrit à l'aérodrome de Salvaza

Cela faisait un bon moment que nous cherchions une preuve du passage d'Antoine de Saint-Exupéry à Carcassonne. Si une partie de sa famille est encore propriétaire du château de Pech Redon à Pezens, elle n'a jamais été en mesure de nous confirmer la présence du célèbre aviateur en ses murs. Où sommes-nous donc allés chercher cette preuve ? Tout simplement grâce à un article paru dans la presse locale en 1975, sur lequel nous sommes tombés par hasard.

saint ex.jpg

© Droits réservés

Antoine de Saint-Exupéry

Au mois de février 1975, Madame Marie-Louise Pujol âgée de 87 ans accorde une interview à l'Indépendant dans sa maison de retraite de la rue "Saint-Exupéry" à Carcassonne. Elle raconte sa jeunesse passée à Salvaza, où elle s'installe le 1er juillet 1920 avec son mari pour garder l'aérodrome. 

P1070374.jpg

Marie-Louise Pujol

 On ne pouvait réellement parler d'aérodrome : "C'était rien du tout. On avait arraché les souches d'une vigne. Nous sommes restés un an à la campagne." C'était le temps de la célèbre société Latécoère et de l'aéropostale. "Je me souviens très bien du premier avion qui a atterri à Salvaza. Il venait d'Alicante. Le pilote, un certain Revel, était malade. Je lui ai cédé mon lit. Le pauvre, il s'est tué un an après. Je n'ai pas compté les fois où je suis montée sur le phare pour l'allumer. Ça faisait quand même dans les huit mètres de haut."

Marie-Louise s'occupait aussi du ravitaillement en essence : "Il m'est arrivé de donner jusqu'à 3000 litres d'essence à des escadrilles militaires. Si j'ai des douleurs dans les bras, je sais pourquoi ! A l'époque, c'était un sou le litre, ça a bien changé." Concernant la météo : "Je me souviens que la météorologie de Toulouse avait envoyé un technicien pour me mettre au courant. C'était un Grec. Il m'avait laissé des instruments, m'avait appris à évaluer les distances. Je me basais sur la Montagne Noire. Tous les jours, je me levais à 5 heures. A Toulouse, ils se sont toujours fiés à ce que je leur ai dit."

Quelques anecdotes

Un jour un avion voulut atterrir avec le vent dans le dos : "Pardi, il s'est retourné comme une crêpe. Qu'est-ce que j'ai fait ? Je n'ai pas couru à l'avion qui s'était immobilisé dans un champ. Non. J'ai aussitôt téléphoné aux docteurs Tomey et Delteil et au commissaire de police. Quand ils sont arrivés, tous les trois nous nous sommes dirigés vers l'avion. Et là, qu'est-ce qu'on a vu venir vers nous ? Le pilote qui s'en était sorti sans une égratignure. J'avais apporté avec moi une bouteille au cas où il aurait fallu un petit remontant. Et vous savez ce qu'il m'a dit quand je lui ai tendu le verre ? Prenez-le, madame, vous êtes encore plus pâle que moi..."

Une autre fois, un amiral (le commandant Laborde) et un jeune lieutenant font escale à Carcassonne. Le temps d'une balade dans laquelle ils prennent Mme Pujol pour survoler la Cité, ils laissent leurs képis à Salvaza. "Au retour, j'ai fait exprès de donner le képi de l'amoral au lieutenant. Vous savez ce qu'il m'a dit ? Non, madame, il y en a trop sur celui-là."

Une énorme panne avait bloqué un avion à Salvaza : "C'était en plein hiver. A ce moment-là, il y avait toujours un mécanicien de Toulouse qui venait passer les mois de mauvais temps à Carcassonne. Et voilà qu'une panne immobilise un appareil. Impossible de trouver d'où elle pouvait venir. Tant et si bien qu'il fallait que M. Daurat qui était le patron de Toulouse se déplace. Il a démonté le gicleur, posé un bout de papier blanc sur la table, et soufflé ; le moustique qui obstruait le gicleur est veni se coller sur la feuille. Pensez, un moustique qui arrêtait un avion !"

didier.jpg

Didier Daurat

Didier Daurat alias "Rivière", dans le livre de Saint-Exupéry "Vol de nuit".

Le dernier repas de Saint-Exupéry

Saint-Exupéry rejoignant en 1926 les pilotes de Latécoère, allait faire plusieurs escales à Salvaza. "Il était très, très gentil. D'ailleurs, c'étaient tous des amis. Lui, Mermoz et tous les autres. Vous savez, j'en ai gardé un très bon souvenir. C'étaient des enfants. Les pauvres. Ils étaient jeunes. Ils n'avaient peur de rien. Et puis, pour moi, c'était ma vie. Nous étions en famille. Chez nous, c'était la maison du bon Dieu. Quand ils s'arrêtaient ils étaient toujours en train d'ouvrir les buffets. Pour nous, il était Antoine. Je lui ai fait le dernier repas avant qu'il se perde en mer. C'était en 1944..."

Jean Mermoz

Capture d’écran 2017-04-22 à 10.35.50.png

© Droits réservés

Mermoz aussi s'arrêta à Salvaza. Il assurait le courrier Toulouse-Barcelone-Alicante sur Bréguet 14.

Adrienne_Bolland.jpg

Adrienne Bolland, à l'occasion de meetings aériens est passée chez Mme Pujol. "Nous avons couché sur les brancards des blessés pour lui céder la chambre." Monsieur Raynaud, un limouxin, pilote du général Astruc, en passant par tous les anonymes. Combien de fois, en revenant du Cap-Juby (Maroc) n'ont-ils pas largué des paquets remplis d'oranges pour Mme Pujol et sa famille.

Merci à tous de votre fidélité à ce blog. Si vous devez vous servir de mes articles, n'oubliez pas d'en citer la source. Un petit mot sympathique dans les commentaires, ne fait jamais de mal.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Excellent article comme à l'accoutumée ! Je partage.
Amitiés
Mario

Écrit par : Ferrisi Mario | 22/04/2017

Répondre à ce commentaire

Dans mon livre Le circuit oublié, qui est un roman historique sur les courses de moto autour de Salvaza (et pas uniquement une histoire de motards et de cambouis) j'évoque Mermoz et Saint Exupéry à l'aérodrome; entre autre choses qui donnent une idée de la vie à Carcassonne dans les années 30.

Toujours aussi intéressants tes articles Martial !
Et en plus ils nous font rêver de ces époques que nous n'avons pas connues.

Écrit par : Camberoque | 22/04/2017

Répondre à ce commentaire

très émouvant ce témoignage de Mme Pujol -merci de nous le faire découvrir - émotion de savoir que l'auteur du petit prince a posé les pieds sur le sol carcassonnais-"on ne voit bien qu'avec le coeur ---"

Écrit par : marcelle | 22/04/2017

Répondre à ce commentaire

bonjour, j'ai beaucoup aimé l'article d'autant plus que j'ai moi même un documentaire sur Antoine Saint Exupéry où il montre sur une carte du monde les étapes où il s'est posé. Il y a mentionné Toulouse , Marseille , Alicante etc mais à aucun moment on ne parle de Carcassonne , dommage !

Écrit par : Angeles Isabel | 23/04/2017

Répondre à ce commentaire

c'est avec beaucoup d'intérêt et de plaisir que je lis cette note, étant moi-même féru d'aviation, ce virus volant. l'histoire s'écrit toujours par ces petites anecdotes qui l'air de rien, ont leur importance. Il est probable que les aviateurs de l'aéropostale soit tous passés par Carcassonne. certains aviateurs de l'apa 11 pourraient vous donner quelques informations utiles à ce sujet.

Écrit par : fatdarzens | 26/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire