25/04/2017

Un vestige du XVIIe siècle provenant de l'ancien domaine de Salvaza

Monsieur Antoine Labarre fut un membre éminent de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude. Nous lui devons énormément car grâce à son opiniâtreté et sa passion, un nombre conséquent d'objets de notre patrimoine a été sauvé de la destruction. Nous avons retrouvé une partie d'une dalle funéraire provenant de l'ancien domaine de Salvaza - aujourd'hui, entièrement rasé - qu'il avait conservé chez lui. Malgré ses propositions, aucune administration n'a finalement voulu de cette pierre.

pierre.jpg

Memoriae illustri viri

(À la mémoire de l'illustre homme)

Nous avons retrouvé le courrier qu'il adressa à l'époque, au conservateur des monuments historiques. 

J'ai dans mes collections de vieilles pierres ; une de celles-ci est très intéressante car elle fait partie de notre histoire locale Carcassonnaise. Il s'agit d'une partie d'une dalle funéraire de dimension suivante : longueur 0,65 cm, largeur 0,63 et épaisseur 0,20 cm.

Pour vous expliquer l'intérêt de cette dalle, il est bon de remonter à l'Antiquité romaine du lieu de Salvaza, aujourd'hui propriété départementale et aérodrome de Carcassonne. Mahul dans son Cartulaire de l'ancien diocèse de Carcassonne, nous apprend qu'aux premiers siècles, Salvaza s'écrivait Sulminis ; nom romano latin du terroir, tout comme son voisin s'appelait Herminis. Vers le XIe siècle est signalé en ce lieu, un prieuré (Dictionnaire topographique de l'abbé Sabarthès). Les religieux qui occupèrent le lieu, le firent grâce au point d'eau. Une noria d'origine romaine, unique en son temps, creusée dans le sol rocheux de cette plaine, où le roc affleure de peu la surface en cet endroit.

Ces mêmes religieux élevèrent une chapelle dédiée à Saint Jean-Baptiste. Sur ce même site, ils élevèrent une petite maison forte, un manoir qui fut le début d'un prieuré. Mais le temps passant et le manque d'entretien, la Révolution fit de ces masures un bien national.

Au XVIIe siècle, selon la dalle dont je vais parler, un certain M. François du Cup, dont la famille de riches tisserands comme les Pelletier, les De Saix, avaient acquis une certaine notoriété. François du Cup était à cette époque, seigneur de Salvaza et jouissait de la considération des Carcassonnais. Il était Juge Mage ; c'est là l'essentiel et l'intérêt de la dalle qui nous occupe.

A sa mort, dont j'ignore la date, un magnifique mausolée en pierre locale fut élevé par la famille dans la chapelle du domaine ou à ses abords pour abriter et préserver ses restes. La Révolution confisqua les biens de cette noble famille et vendit les ruines à des roturiers, lequel utilisèrent les pierres pour construire des celliers et une maison d'habitation dans les restes du manoir antique qu'on appela la ferme Jacquot.

Les pierres du mausolée démoli traînèrent près de deux siècles dans le parc du domaine. Il y avait un entablement de plus de deux mètres de long, sculpté et représentant les attributs du temps avec la faux, le sablier et divers autres symboles et personnages dans cette pierre de Pezens réputée dans le Carcassès. Toutes ces pierres sculptées abandonnées jusqu'à nos jours et en partie mutilées traînaient dans les dépendances du parc de la propriété domaniale de Salvaza. La Chambre de commerce de Carcassonne, maître de la propriété dans son ensemble, décida d'agrandir où de nettoyer le domaine pour plus tard, y construire un hôtel pour les passagers des avions.

La ferme Jacquot (ancien prieuré) avec ses caves à vin fut détruite entièrement. Cette ferme avait dû être aménagée dans le temps en utilisant les restes du manoir. Car, à l'angle sud-ouest de la bâtisse, on remarquait une sorte de construction ronde qui avait dû être une tour avec l'escalier du manoir comportant quatre tourelles.

Dans les pierres de récupération jetées à la décharge de la sablière de La Conte à Carcassonne, il a été relevé plusieurs de celles-ci refendues pour faire des montants de fenêtres. Elles portaient des inscriptions latines qui avaient été tournées vers l'intérieur de la maçonnerie. Avant que la sablière ne soit recouverte de terre arable, les gens intéressés par ces pierres de démolition allaient récupérer les matériaux. C'est un de mes amis entrepreneur qui a construit notre maison qui sachant mes goûts pour l'archéologie me dit :

" Tu devrais aller faire un tour à la sablière de La Conte, où sont portées les pierres de Salvaza par l'entreprise Depaule".

Sur les conseils de mon ami, j'allais faire un tour à la décharge et je vis là une pierre de calcaire blanc, très dur, en bascule sur les gravats et retournée. J'eus l'idée, voyant sa forme, de passer ma main au-dessous. C'est ainsi que je constatais la présence d'une inscription occupant toute la surface du bloc. Nous chargeâmes cette pierre fort lourde de 150 kg environ et nous l'apportâmes chez nous.

Je relevais alors le texte écrit en latin. Je pris une photo et fis traduire l'inscription par Mgr Georges Boyer, pensionnaire à Béthanie. Il me montra combien était précieuse cette pierre pour l'histoire de notre ville.

Six à sept ans après cette trouvaille, comme je désirais qu'elle fut mise au musée lapidaire de la Cité, j'écrivais à l'abbé Paul - conservateur des Antiquités - pour qu'il vienne chez moi. Ceci, afin de vérifier si cette pierre méritait de figurer au Château comtal. Par lettre, l'abbé Paul me répondit qu'il serait défiicile de la mettre au musée. Sur cette réponse, elle resta dans ma famille.

Qui était François du Cup ?

Selon mes recherches, la famille du Cup (alias Ducup) était originaire de Caudiès-de-Fenouillèdes dans les Pyrénées-Orientales. Elle y possédait depuis 1400 une co-seigneurie. Son nom serait espagnol car avant le traité des Pyrénées, la catalogne appartenait à l'Espagne. Cette famille a formé plusieurs branches dans la province du Languedoc. Celle des seigneurs et marquis d'Issel s'est éteinte à la fin du XVIIIe siècle, vainque celle de Saint-Ferréol ; les branches des barons de Ricaud et Puybusque, des seigneurs de Salvaza et Homps, des barons de Moussoulens, se sont éteintes dans la courant du XIXe siècle.

Capture d’écran 2017-04-25 à 14.01.35.png

D'Azur à une bande d'or accompagné de deux étoiles d'argent

François du Cup, seigneur de Pédréga, Salvaza et Issel fut successivement avocat du roi au siège présidial de Carcassonne, premier président et lieutenant général en la sénéchaussée de Carcassonne, au siège particulier de Béziers. Dépouillé de cette charge en 1590 à cause de son attachement à la ligue, il fut commis la même année par le Parlement de Toulouse, qui soutenait la ligue, aux fonctions de Président Juge-Mage en la sénéchaussée de Carcassonne par arrêt du 5 mars 1590. François du Cup joua un rôle considérable dans les événements politiques du Languedoc durant les guerres de la Ligue. Il fut un des plus ardents soutiens et le conseiller habituel du Maréchal duc de Joyeuse, chef des ligueurs du Languedoc et du cardinal de Joyeuse, son frère.

La reine Marguerite de Valois, comtesse de Lauragais, le pourvut de la charge de Président Juge-Mage et lieutenant-général de la sénéchaussée de Lauragais au siège présidial de Castelnaudary par lettres du 8 octobre 1599. En récompense de ses bons et loyaux services, le roi Henri III lui fit don, en 1385, de la somme de 1000 écus. Il avait acquis, après 1565, de Gabriel Lhuillier, seigneur de Salvaza et de Rouvenac, trésorier du domaine royal, la seigneurie de Salvaza dans la banlieue de Carcassonne, avec moyenne et basse justice. Il fit, en 1595, l'achat au domaine royal du droit de lods et ventes dans ladite seigneurie. En février 1588, il acheta à Guillaume de Ménétral, la terre noble de Serres dans la banlieue de Carcassonne. Il acquit également la seigneurie d'Issel, près de Castelnaudary, dont le château devint sa résidence habituelle. Dans son testament, François du Cup demanda que son corps fut transporté dans l'église de Caudiès-de-Fenouillèdes, au tombeau de ses pères et mères.

Cette dalle funéraire sauvée par Antoine Labarre peut très bien être également celle de Jean-François du Cup, décédé le 10 avril 1639. Son corps fut porté le lendemain dans l'église Saint-Michel de Carcassonne, où le service funèbre eut lieu en présence du Chapitre et de Mgr de Lestang, évêque de Carcassonne. Après quoi, son corps fut inhumé dans l'église de Salvaza. Si tel est le cas, il est probable que la destruction du domaine de Salvaza par les services départementaux dans les années 60-70, ait également profané la tombe de François du Cup, seigneur de Salvaza. Aucun respect historique du lieu, comme ce fut très souvent le cas à Carcassonne...

Sources

La France moderne / J. Villain / Tome III / 1906-1913

Armorial d'Hozier du Languedoc / 1701-1800

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

voilà encore une bien triste ignorance des vestiges de notre histoire locale ! merci encore de nous informer de toutes ces anecdotes , mème si nous ne sommes pas des historiens ,ce passé nous intéresse en dévoilant des noms dont on ne connaissait pas les origines , ainsi que des lieux -

Écrit par : marcelle | 25/04/2017

Répondre à ce commentaire

Si seulement à Carcassonne on pouvait tirer les leçons des erreurs commises dans le passé, il y aurait des raisons d'espérer. J'espère que ceux qui ont pouvoir de décision lisent assidûment votre blog.

Écrit par : Sophie | 26/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire