26/05/2017

Les Pandores et les Bigophones Carcassonnais

Fondés au début du XXe siècle, les Pandores et les Bigophones étaient deux groupes carnavalesques Carcassonnais qui ont totalement disparu du paysage, à la fin des années 1950. 

Les Pandores

pandore.jpg

Les Pandores dans l'hôtel de ville de Carcassonne

Le mot pandore est communément employé en argot afin de désigner un policier ou un gendarme. Il serait une francisation de "pandour" ; soldat d'un milice qui faisait partie de l'armée hongroise appelé ainsi, car venant de la ville de Pandur au XVIIe siècle. À Carcassonne, on a voulu brocarder le gendarme en le singeant et en reprenant sa tenue vestimentaire. Le Pandore se présentait sous la forme d'une carcasse en bois recouverte de toile, munie d'une tête de cheval et d'un balai en guise de queue, dans laquelle s'installait un homme. Lors du carnaval, il leur arrivait de s'élancer vers la foule en flagellant leurs victimes de leur queue enduite de poussière, toiles d'araignées, urine ou d'excréments.

Capture d’écran 2017-05-26 à 10.27.13.png

Pandores à Narbonne en 1912

Le groupe des Pandores Carcassonnais mettra fin à ses activités en 1958

 

Les Bigophones

Capture d’écran 2017-05-26 à 10.28.03.png

Les bigophones dans l'Hôtel de ville de Carcassonne

Le Bigophone est une espèce de musicien burlesque, qui fait du bruit avec des instruments en carton ayant la forme d'un cornet. Comme leurs concurrents "Les Pandores", ils se manifestaient durant le carnaval en défilant sur les boulevards en ordre serré.

Bigophones.jpg

© ADA 11

La bannière des Bigophones devant l'école Jean Jaurès

Lors d'une réunion au Grand Café Glacier chez Mialhe, boulevard Roumens, ils se reconstituent en 1951 et participent aux fêtes de quartier. Sept ans plus tard, ils disparaissent définitivement. Les fécos Carcassonnais, inspirés par ceux de Limoux remplaceront nos traditionnels Pandores et Bigophones.

Bigophones 2.jpg

© ADA 11

Adiù paure carnaval...

Source

Folklore / 1987 / J. Marrot

Dictionnaire encyclopédique

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

ça mettait un peu de gaité sur les boulevards -- il y avait foule pour les voir passer et puis --- tristesse carcassonnaise , " oubli "des traditions populaires ?? --- disparus ---

Écrit par : marcelle | 27/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire