27/05/2017

Dans les cachots de Carcassonne du XVIIIe au XXe siècle...

Au cours du XVIIIe siècle et jusqu'à la Révolution, les condamnés n'étaient plus emprisonnés dans la Cité. La prison, appelée également la geôle, avait été déplacée au début de la rue Mage (actuelle, rue de Verdun) et occupait un petit bastion à gauche débordant sur le boulevard.

Capture d’écran 2017-05-27 à 07.52.20.png

© Google maps

De l'entrée de cette prison, il subsiste la porte dans l'immeuble du n°2 de la rue de Verdun, occupé par un caviste. Selon plusieurs études rédigées dans les années 1920 dans le bulletin de la SESA, ce bâtiment devait avoir un aspect fortifié puisqu'au cours de travaux pour ouvrir un couloir, on dut percer un mur qui comportait une meurtrière.

Cellule de Prison sous la Rue Mage.jpg

Une cellule de la prison

L'immeuble comportait une douzaine de cellules à l'étage et d'autres dans le sous-sol, qui sert aujourd'hui de cave au marchand de vin. Les bas-flancs de pierre (photo ci-dessus) servaient de couchette aux prisonniers.

"Si on descend pour la visite des lieux, on remarque le soubassement du couloir en pierre taillée et au bas de l'escalier, le départ rond d'un autre escalier hélicoïdal comblé. Probablement, il desservait une souricière pour conduire les détenus peu communs au Palais de justice (Présidial), situé en face du côté droit de la rue (aujourd'hui, Musée des beaux-arts)." Antoine Labarre.

Capture d’écran 2017-05-27 à 08.21.58.png

L'ancien Présidial, rue de Verdun

Élevé en 1657 lors du transfert de la justice qui siégeait à la Cité dans les dépendances de l'Évêché - peut-être au logis de l'inquisition - le Présidial vint s'établir dans la rue Mage. Malgré la transformation de la façade durant le Premier Empire, le tribunal garde encore la disposition des salles du XVIIe siècle. En entrant à gauche le prétoire ; en face, le concierge et une écurie ; à l'étage, la bibliothèque et les archives. Le Présidial rendit la justice à cet endroit jusqu'en 1861, date à laquelle l'actuel Palais de Justice fut construit en face de l'actuelle préfecture de l'Aude.

construction du Palais de Justice en  1870.jpg

© ADA 11

Construction du Palais de justice

Vers 1830, le Conseil général fit construire une gendarmerie et une nouvelle prison, afin de remplacer les anciennes geôles de la rue de Verdun. 

Ancienne Prison Départementale  Remplacée par Ecole J Jaurès.jpg

La prison et la gendarmerie face au square Gambetta vers 1910

Ces bâtiments se trouvaient sur l'emplacement actuel du groupe scolaire Jean Jaurès, inauguré en 1928 par le Président de la République M. Gaston Doumergue. Ils ont été rasés à cette occasion.

Ancienne Prison sous Préau JJaures  Les cellules et un cellule de réclusion.jpg

Il reste quelques grandes cellules dépourvues de grilles dans le sous-sol de l'école Jean Jaurès, au niveau du préau. Gageons que dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, un conférencier obtiendra l'autorisation de les faire visiter au public.

Ancienne Prison J Jaurès portes de prison réutilisées.jpg

Portes des cellules en réemploi dans le jardin d'un particulier

Au temps où les coupables étaient emprisonnés et jugés en la Cité, les exécutions avaient lieu sur le Prado. Là, y fut pendu à un arbre pour cause de duel le 21 décembre 1591, l'avocat général Gibron. AU XVIe siècle, celles-ci se faisaient au-lieu dit "Les justices", en bordure de la voie romaine (avenue H. Gout) dans le parc du chirurgien Héran. On y dressait les touches patibulaires. Il a été trouvé en ce lieu des pièces de monnaies d'époque romaine.

jeanne2.jpg

A la Révolution, Jeanne Establet - dite Jeanne la noire en raison de son teint basané - accompagnée de Chanard et de Boyer, assassins du Procureur général syndic Verdier, furent guillotinés en décembre 1792 sur la place Carnot. Les petits délinquants étaient exposés au pilori sur la place des halles, actuelle place Eggenfelden. Un rond de pavés marque encore aujourd'hui l'emplacement de ce pilori.

Sources

La prison de Carcassonne / C. Boyer / Bull. SESA 1923

Le présidial de Carcassonne / J. Sablayrolles / Bull. SESA 1929

Antoine Labarre et remerciements à son fils Louis

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

09:14 Publié dans Patrimoine disparu | Tags : cachots | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

J'ai pu visiter les cachots de Jean Jaurès il y a une dizaine d'années, patrimoine méconnu de Carcassonne, mais des plus intéressants. Merci pour cet article (et pour tous les autres), une page de l'Histoire carcassonnaise à (re)découvrir !

Écrit par : lobabel | 27/05/2017

Bonjour, merci pour cet article très intéressant. Si toutefois on peut visiter les sous de l'école Jean Jaurès, comment pourrait on être au courant ? merci

Écrit par : SINTES | 28/05/2017

Encore un excellent article sur la ville de Carcassonne. En tant qu'ancien élève de Jean-Jaurès je serais heureux de visiter les sous-sol de l'école dont je n'avais aucune connaissance. Avec la cité et la Bastide Saint-Louis il reste un travail considérable de mise en valeur des lieux et sites. Ce devrait être une priorité de nos dirigeants pour revaloriser la ville et accueillir dignement les nombreux touristes.

Écrit par : Authier | 28/05/2017

je serais curieuse de connaitre les "dessous" des classes ou j'ai fait mes premiers pas scolaires --
merci pour toutes ces révélations ,en partie méconnues !

Écrit par : marcelle | 28/05/2017

Les commentaires sont fermés.