31/05/2017

Charles de Gaulle en visite à Carcassonne chez son ami le colonel Soulet

Le colonel Fulcran Soulet, qui après la débâcle de 1940 aurait aimé rejoindre de Gaulle à Londres, en fut empêché par sa période captivité à Soest puis par le décès de son épouse ; elle le laissa avec cinq enfants. En 1943, il prend sa retraite à Carcassonne et y demeure jusqu'à son décès. Ce n'est qu'en 1947, au moment où le général de Gaulle fonde le R.P.F (Rassemblement du Peuple Français) que Fulcran Soulet reprend contact avec celui qui fut son grand ami de promotion à Saint-Cyr. Le Major de celle-ci fut Alphonse Juin, futur maréchal de France dont on connaît les exploits en Italie. Le général de Gaulle qui ne manquait pas d'humour parfois un peu caustique disait lorsqu'on l'interrogeait sur son ancien camarade : "Juin. Mais de quelle année ?" En effet, tous ces hauts gradés de 1940 n'avaient pas de suite suivis les pas du grand Charles. Qu'importe ! 

Gaulle.jpg

Le général à Carcassonne en 1952

Le colonel Soulet qui habitait dans la rue Aimé Ramond (N°15) reçut son légendaire ami chez lui, au moment où celui-ci lançait le mouvement RPF ; Fulcran Soulet en était le délégué départemental. 

Capture d’écran 2017-05-31 à 19.57.04.png

La maison de F. Soulet où fut reçut Charles de Gaulle

De Gaulle m'avait donné rendez-vous à trois kilomètres de Perpignan, sur la route venant de Narbonne. J'y étais à l'heure prévue (9 h) avec ma voiture dans laquelle avait pris place mon compagnon Romersa. L'auto de De Gaulle était là, lui-même près du chauffeur et Mme de Gaulle à l'intérieur avec le colonelde Bonneval. Après les salutations d'usage, nous rejoignons un groupe de compagnons que le chef très dynamique M. Fa, a rassemblés dans un cinéma. Après la séance, sans contact avec la population catalane, nous prenons la route de Quillan par Saint-Paul-de-Fenouillet où j'ai fait préparer un repas de midi pour cinq personnes : Mme de Gaulle, son mari, de Bonneval, le chauffeur et moi-même. À l'entrée du village, quelques gendarmes et une trentaine de curieux sont sur la route. Je m'arrête au pied de l'escalier qui conduit à la salle de restaurant, mais de Gaulle, qui a mis pied à terre, m'interpelle : « Comment ? ? mais tu m'as « foutu » une tournée électorale ? ? — Pas du tout ! lui dis-je, j'ai prévu une halte-repas, les couverts sont mis là-haut!» et je lui montre l'escalier. « Jamais de la vie ! grogne-t-il : on ne s'arrête pas ! achète-nous un peu de pain, quelques tranches de jambon, un litre d'eau minérale, et nous déjeunerons sous un sapin, un peu plus loin sur le bord de la route ! » — « Soit ! ».


Me voilà parti au village voisin (Caudiès) où j'achète le nécessaire plus un couteau, car de Gaulle n'en a sûrement pas ! Au retour, le Général, qui n'a pas quitté sa voiture, me remercie. Je lui souhaite bon appétit en ajoutant: « je te retrouverai sur la route, car, avec mon compagnon, nous allons déjeuner au bistrot de Pradelles ».


Vers midi, nos deux voitures sont de nouveau réunies sur la route de Quiltan où une surprise nous attend. Le commandant de gendarmerie de l'Aude m'aborde à l'entrée du gros bourg. « Une foule vous attend sur la place, me dit-il et la salle toute proche du cinéma « Le Familia » est pleine à craquer ». « Qu'est-ce que je vais prendre ! dis-je à Romersa. De Gaulle a mis la tête à la portière et paraît furieux ! « C'est bien la réunion électorale que je redoutais », me dit-il. « Pas du tout ! » ai-je répondu, c'est tout simplement la population de la haute vallée de l'Aude qui veut voir de Gaulle ! et le cinéma d'en face est bondé ! Il faut t'y faire ! ». À ce moment précis, l'attitude du Général change subitement et son visage devient souriant. Il descend de voiture et je le conduis à travers la foule (un vrai bain !) jusqu'au cinéma où j'ai fait réserver une loge pour Madame de Gaulle. Tout à fait détendu, il traverse la salle sous les applaudissements des assistants debout et décoiffés. Il refuse de monter sur la scène : « Je suis assez grand... et la scène est vide!» — Au premier rang, le conseiller général de Belvis qui m'avait demandé d'être présenté à de Gaulle. Dès que mon ami lui tend la main, voilà mon élu local qui fond en larmes, sanglote et ne peut prononcer un seul mot ! « Mais qu'est-ce qui vous arrive, lui dit le général, il n'y a pas de quoi pleurer ! au contraire ! » — Mais le conseiller ne peut maîtriser ses larmes et de Gaulle l'abandonne pour une courte allocution frénétiquement applaudie.


La tournée se poursuit jusqu'à Carcassonne où une foule moins dense (car les élus sont moins chauds) nous attend dans mon jardin privé. Nouvelle allocution sous une pluie battante qui nous oblige à nous abriter au salon pendant que Madame de Gaulle bavarde dans la pièce voisine avec quelques amies. Après un frugal casse-croûte, j'accompagne le Général et sa suite jusqu'à Saint-Ferréot d'où ils partiront demain pour Paris.


Est-ce dans la vallée de l'Aude que le général de Gaulle affronta son premier grand « bain de foule » ?

(Deux camarades de promotion : quelques souvenirs sur Charles de Gaulle, Espoir N°18, 1977)

charles de gaulle

Fulcran Soulet

Les autorités Carcassonnaises ne seraient-elles pas bien inspirées de signaler par une plaque sur la façade de ce n°15, la présence en ce lieu du général de Gaulle ? La Fondation Charles de Gaulle où j'ai puisé ces renseignements y serait sans doute sensible.

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Je me souviens très bien du Colonel Soulet. L'accès au jardin de sa demeure s'effectuait par la rue Coste Reboulh. C'est cette entrée que Charles de Gaulle avait emprunté lors de sa dernière visite.

Écrit par : Celine | 31/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire