31/05/2017

Charles de Gaulle en visite à Carcassonne chez son ami le colonel Soulet

Le colonel Fulcran Soulet, qui après la débâcle de 1940 aurait aimé rejoindre de Gaulle à Londres, en fut empêché par sa période captivité à Soest puis par le décès de son épouse ; elle le laissa avec cinq enfants. En 1943, il prend sa retraite à Carcassonne et y demeure jusqu'à son décès. Ce n'est qu'en 1947, au moment où le général de Gaulle fonde le R.P.F (Rassemblement du Peuple Français) que Fulcran Soulet reprend contact avec celui qui fut son grand ami de promotion à Saint-Cyr. Le Major de celle-ci fut Alphonse Juin, futur maréchal de France dont on connaît les exploits en Italie. Le général de Gaulle qui ne manquait pas d'humour parfois un peu caustique disait lorsqu'on l'interrogeait sur son ancien camarade : "Juin. Mais de quelle année ?" En effet, tous ces hauts gradés de 1940 n'avaient pas de suite suivis les pas du grand Charles. Qu'importe ! 

Gaulle.jpg

Le général à Carcassonne en 1952

Le colonel Soulet qui habitait dans la rue Aimé Ramond (N°15) reçut son légendaire ami chez lui, au moment où celui-ci lançait le mouvement RPF ; Fulcran Soulet en était le délégué départemental. 

Capture d’écran 2017-05-31 à 19.57.04.png

La maison de F. Soulet où fut reçut Charles de Gaulle

De Gaulle m'avait donné rendez-vous à trois kilomètres de Perpignan, sur la route venant de Narbonne. J'y étais à l'heure prévue (9 h) avec ma voiture dans laquelle avait pris place mon compagnon Romersa. L'auto de De Gaulle était là, lui-même près du chauffeur et Mme de Gaulle à l'intérieur avec le colonelde Bonneval. Après les salutations d'usage, nous rejoignons un groupe de compagnons que le chef très dynamique M. Fa, a rassemblés dans un cinéma. Après la séance, sans contact avec la population catalane, nous prenons la route de Quillan par Saint-Paul-de-Fenouillet où j'ai fait préparer un repas de midi pour cinq personnes : Mme de Gaulle, son mari, de Bonneval, le chauffeur et moi-même. À l'entrée du village, quelques gendarmes et une trentaine de curieux sont sur la route. Je m'arrête au pied de l'escalier qui conduit à la salle de restaurant, mais de Gaulle, qui a mis pied à terre, m'interpelle : « Comment ? ? mais tu m'as « foutu » une tournée électorale ? ? — Pas du tout ! lui dis-je, j'ai prévu une halte-repas, les couverts sont mis là-haut!» et je lui montre l'escalier. « Jamais de la vie ! grogne-t-il : on ne s'arrête pas ! achète-nous un peu de pain, quelques tranches de jambon, un litre d'eau minérale, et nous déjeunerons sous un sapin, un peu plus loin sur le bord de la route ! » — « Soit ! ».


Me voilà parti au village voisin (Caudiès) où j'achète le nécessaire plus un couteau, car de Gaulle n'en a sûrement pas ! Au retour, le Général, qui n'a pas quitté sa voiture, me remercie. Je lui souhaite bon appétit en ajoutant: « je te retrouverai sur la route, car, avec mon compagnon, nous allons déjeuner au bistrot de Pradelles ».


Vers midi, nos deux voitures sont de nouveau réunies sur la route de Quiltan où une surprise nous attend. Le commandant de gendarmerie de l'Aude m'aborde à l'entrée du gros bourg. « Une foule vous attend sur la place, me dit-il et la salle toute proche du cinéma « Le Familia » est pleine à craquer ». « Qu'est-ce que je vais prendre ! dis-je à Romersa. De Gaulle a mis la tête à la portière et paraît furieux ! « C'est bien la réunion électorale que je redoutais », me dit-il. « Pas du tout ! » ai-je répondu, c'est tout simplement la population de la haute vallée de l'Aude qui veut voir de Gaulle ! et le cinéma d'en face est bondé ! Il faut t'y faire ! ». À ce moment précis, l'attitude du Général change subitement et son visage devient souriant. Il descend de voiture et je le conduis à travers la foule (un vrai bain !) jusqu'au cinéma où j'ai fait réserver une loge pour Madame de Gaulle. Tout à fait détendu, il traverse la salle sous les applaudissements des assistants debout et décoiffés. Il refuse de monter sur la scène : « Je suis assez grand... et la scène est vide!» — Au premier rang, le conseiller général de Belvis qui m'avait demandé d'être présenté à de Gaulle. Dès que mon ami lui tend la main, voilà mon élu local qui fond en larmes, sanglote et ne peut prononcer un seul mot ! « Mais qu'est-ce qui vous arrive, lui dit le général, il n'y a pas de quoi pleurer ! au contraire ! » — Mais le conseiller ne peut maîtriser ses larmes et de Gaulle l'abandonne pour une courte allocution frénétiquement applaudie.


La tournée se poursuit jusqu'à Carcassonne où une foule moins dense (car les élus sont moins chauds) nous attend dans mon jardin privé. Nouvelle allocution sous une pluie battante qui nous oblige à nous abriter au salon pendant que Madame de Gaulle bavarde dans la pièce voisine avec quelques amies. Après un frugal casse-croûte, j'accompagne le Général et sa suite jusqu'à Saint-Ferréot d'où ils partiront demain pour Paris.


Est-ce dans la vallée de l'Aude que le général de Gaulle affronta son premier grand « bain de foule » ?

(Deux camarades de promotion : quelques souvenirs sur Charles de Gaulle, Espoir N°18, 1977)

charles de gaulle

Fulcran Soulet

Les autorités Carcassonnaises ne seraient-elles pas bien inspirées de signaler par une plaque sur la façade de ce n°15, la présence en ce lieu du général de Gaulle ? La Fondation Charles de Gaulle où j'ai puisé ces renseignements y serait sans doute sensible.

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

30/05/2017

Un criminel de guerre nazi au château du parc de Capendu

Au début de l'année 1944, les Allemands craignent qu'un débarquement des alliés ne s'effectue par la côte Languedocienne. Le 12 janvier, à la Milice de Carcassonne on apprend par le chef de cabinet du préfet de l'Aude que la côte est en cours d'évacuation. Les villes de Sigean, La Palme, La Nouvelle, Leucate sont frappées par cet ordre qui sera effectif le 15 février 1944. Les généraux Allemands Blaskowitz (commandant la Première armée), Wiese (commandant la 19e armée), Rommel (commandant le groupe d'armée B) et Von Rundstedt (commandant en chef du front Ouest), inspectent cette côte. 

karl_gerd_von_rundstedt-1.jpg

© dday-overlord.com

Generalfeldmarschall Gerd von Rundstedt

La Résistance est au courant grâces aux informateurs du réseau Gallia, dirigés dans l'Aude par Maurice Jean. Le commandant des gardes-voies, Froly, fournit des fiches techniques sur les ouvrages d'art ; 400 points sensibles sont ainsi répertoriés. Maurand, un entrepreneur du sous-secteur de Leucate, se fait embaucher pour la construction de blockhaus et relève les plans des fortifications. On compte également de nombreux employés de la SNCF qui surveillent les mouvements de troupes. Emmanuel Gabarros, monteur de lignes aux PTT de Narbonne, se distingue en s'approchant assez près du logement du général commandant une division allemande récemment arrivée pour distinguer sur les chemises de l'officier ses initiales. Ceci permit l'identifier ainsi que son état-major et sa division : le général Richter.

2966.jpg

Le château du parc à Capendu

A Capendu se trouve le Quartier Général du 4e corps d'armée allemand commandé par le général Erich Petersen (1889-1963). Il est réparti entre quatre châteaux du lieu. C'est dans l'un de ceux-là que vit la comtesse Van Wyhe, dite Camille, ancien agent de l'Intelligence Service en Hollande pendant la Grande guerre. Pour la bonne cause, la comtesse se lie avec un officier supérieur allemand auprès duquel elle soutire des informations pour le réseau Gallia.

"Chaque jour, le courrier circule entrer les quatre châteaux par les soins d'un soldat allemand. Ce soldat, un Autrichien anti-nazi, travaille pour le réseau Gallia pour qui il est Frédéric. Seuls la comtesse et Maurice Jean sont au courant de ce double-jeu. Les documents passent d'abord chez la comtesse qui les photographie avant qu'ils n'atteignent leurs destinataires. Frédéric n'accepta jamais de récompense. Il voulait seulement rentrer chez lui. Le réseau dispose également de deux informateurs allemands dans ce sous-secteur.

En 1944, un Oberleutnant, commandant un groupement de panzers de la division Das Reich, est recruté. Il est fatigué de la guerre, songe à déserter et livre ses informations sur les effectifs et les mouvements de sa division contre rétribution en dollars. En juin 1944, la "Das Reich" fait mouvement vers la Normandie, s'illustrant en chemin par les pendaisons de Tulle et le massacre d'Oradour-sur-Glane, et nul n'entend plus parler de cet officier.

Un feldwebel de la Luftwaffe surnommé Franck, qui a été en poste dans la région de Peenemüde, informe le réseau des essais de V1 peu avant que n'aient lieu les premiers tirs sur l'Angleterre. Il livre également des renseignements sur les mouvements de son unité quand elle part en opération contre les maquis, et sur une nouvelle arme antichar, le Panzerfaust. 

Gerd_von_Rundstedt.jpg

Von Rundstedt au procès de Nuremberg

Le Géneralfeldmarschall von Rundstedt séjourne trois jours au château du parc de Capendu. La comtesse alias Camille, imagine un plan pour faire enlever le général et l'envoyer en Angleterre. Un commando de résistants viendrait, capturerait l'officier et le conduirait vers un terrain d'atterrissage. Ce projet jugé trop risqué sera refusé par le chef de région du réseau Gallia. Gerd von Rundstedt sera arrêté le 1er mai 1945 par les troupes américaines et fait prisonnier. Accusé de crimes de guerre en raison de sa participation aux assassinats de masse dans les régions soviétiques occupées, il assiste au procès de Nuremberg. En raison de sa santé chancelante et de son âge, les britanniques le libèreront en mai 1949. Il meurt le 24 février 1953 à Hanovre à l'âge de 73 ans.

Sources

Mémoire DEA Histoire du XXe siècle/ J-P Meyssonnier / IEP de Paris /1994

Antimaçonnisme, Francs-maçons et Résistance dans le midi Toulousain

Wikipédia

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

29/05/2017

L'église des Carmes, de sa fondation à aujourd'hui

Les Carmes s'établirent pour la première fois à Carcassonne par autorisation du roi Saint-Louis en 1267, sur l'emplacement voisin de l'entrée de la ville (Jardin André Chénier). Ils se transportèrent dans l'intérieur de la Bastide, là où subsiste encore l'église fondée en 1297.

Eglise_des_Carmes_Carcassonne_54_0.jpg

© aude.catholique.fr

L'église possède une seule nef avec une abside et douze chapelles. Les deux du fond furent masquées par la construction de la tribune qui reçut un orgue en 1853. Trente ans plus tard, celui-ci était déposé et installé dans l'église de Lagrasse. Les chapelles sont ogivales et uniformément orientées, surmontées de fenêtres ogivales à meneaux. Certaines furent remplacées postérieurement par des baies orbiculaires sans ornements. Si la voûte de la nef n'est probablement pas d'origine, contrairement à celle des chapelles.

Eglise des Carmes.jpg

L'entrée par la rue Courtejaire

On doit à Engalhière, peintre décorateur de Toulouse, la décoration intérieure réalisée en 1851. Ce travail fort bien exécuté a masqué ou empâté diverses inscriptions ou écussons assez bien conservés. Le sol actuel, formé d'un parquet en planches, se trouve surhaussé de cinquante centimètres environ au-dessus du sol de la construction. Il suffit d'observer l'enfouissement des bases des piliers qui supportent les arcs des travées. Ce rehaussement fut opéré quand à la Révolution, l'église devint une remise de roulage ; afin de mettre le sol au niveau de la rue. Cet édifice aliéné par la Nation en 1791, avait été acheté par Sarand et servit jusqu'en 1850 de remise.

indépendant.jpg

© Claude Boyer / L'indépendant

Le sol primitif est presque entièrement occupé par des caveaux ; au XVe et XVIe siècles, les familles des notables de la paroisse de St-Vincent avaient leur sépulture dans l'église des Carmes. Le mausolée de la famille de Saint-André, qui était un des précieux ornements de l'église des Carmes, a été transporté au musée des Augustins de Toulouse en 1848. Il s'y trouve toujours...

carmes.jpg

© Musée des Augustins

Bas-relief funéraire de la famille de Saint-André

Le 26 novembre 1848, un club démocratique qui s'était s'installé dans l'église et tient un banquet sous la présidence de Théophile Marcou. Deux ans plus tard, l'ordre des Carmes rachète le couvent et fait restaurer la chapelle. Elle sera consacrée par Mgr de Bonnechose le 14 octobre 1851. Les Carmes furent chassés le 16 octobre 1880. La congrégation est dissoute par la loi du 1er juillet 1901 et l'église occupée l'année suivante par un asile dirigé par M. Chosset. La chapelle ne sera réouverte au culte qu'à partir du 27 juin 1909. En 1925, le couvent et la chapelle seront rachetés par la paroisse St-Vincent.

eglise_carmes_2.jpg

© France 3

 Aujourd'hui, l'église des Carmes se trouve dans une situation de péril. Sans de profondes et coûteuses restaurations, cet édifice religieux du XIIIe siècle sera fermé au public. Une souscription a été lancée afin de réunir les fonds nécessaires (2 millions d'euros) à cette remise en état. On peut se rapprocher de l'Evêché de Carcassonne, 89 rue Jean Bringer.

Quelques dates à retenir

1698 : Inhumation de J-J Mélair, sculpteur, dans l'église

1855 : Érection de la statue St-Jean-de-la-croix (L. Nelli)

1860 : Érection de la statue de la Vierge en marbre blanc (Perrin)

1871 : Inauguration de la chapelle de la Vierge

1872 : Inauguration des chapelles du Sacré-cœur, N-D de la Salette, St-Albert, St-Jean Baptiste

1876 : Réfection de la porte d'entrée, rue Clémenceau.

Source

L'église des Carmes / Louis Cros

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

27/05/2017

Dans les cachots de Carcassonne du XVIIIe au XXe siècle...

Au cours du XVIIIe siècle et jusqu'à la Révolution, les condamnés n'étaient plus emprisonnés dans la Cité. La prison, appelée également la geôle, avait été déplacée au début de la rue Mage (actuelle, rue de Verdun) et occupait un petit bastion à gauche débordant sur le boulevard.

Capture d’écran 2017-05-27 à 07.52.20.png

© Google maps

De l'entrée de cette prison, il subsiste la porte dans l'immeuble du n°2 de la rue de Verdun, occupé par un caviste. Selon plusieurs études rédigées dans les années 1920 dans le bulletin de la SESA, ce bâtiment devait avoir un aspect fortifié puisqu'au cours de travaux pour ouvrir un couloir, on dut percer un mur qui comportait une meurtrière.

Cellule de Prison sous la Rue Mage.jpg

Une cellule de la prison

L'immeuble comportait une douzaine de cellules à l'étage et d'autres dans le sous-sol, qui sert aujourd'hui de cave au marchand de vin. Les bas-flancs de pierre (photo ci-dessus) servaient de couchette aux prisonniers.

"Si on descend pour la visite des lieux, on remarque le soubassement du couloir en pierre taillée et au bas de l'escalier, le départ rond d'un autre escalier hélicoïdal comblé. Probablement, il desservait une souricière pour conduire les détenus peu communs au Palais de justice (Présidial), situé en face du côté droit de la rue (aujourd'hui, Musée des beaux-arts)." Antoine Labarre.

Capture d’écran 2017-05-27 à 08.21.58.png

L'ancien Présidial, rue de Verdun

Élevé en 1657 lors du transfert de la justice qui siégeait à la Cité dans les dépendances de l'Évêché - peut-être au logis de l'inquisition - le Présidial vint s'établir dans la rue Mage. Malgré la transformation de la façade durant le Premier Empire, le tribunal garde encore la disposition des salles du XVIIe siècle. En entrant à gauche le prétoire ; en face, le concierge et une écurie ; à l'étage, la bibliothèque et les archives. Le Présidial rendit la justice à cet endroit jusqu'en 1861, date à laquelle l'actuel Palais de Justice fut construit en face de l'actuelle préfecture de l'Aude.

construction du Palais de Justice en  1870.jpg

© ADA 11

Construction du Palais de justice

Vers 1830, le Conseil général fit construire une gendarmerie et une nouvelle prison, afin de remplacer les anciennes geôles de la rue de Verdun. 

Ancienne Prison Départementale  Remplacée par Ecole J Jaurès.jpg

La prison et la gendarmerie face au square Gambetta vers 1910

Ces bâtiments se trouvaient sur l'emplacement actuel du groupe scolaire Jean Jaurès, inauguré en 1928 par le Président de la République M. Gaston Doumergue. Ils ont été rasés à cette occasion.

Ancienne Prison sous Préau JJaures  Les cellules et un cellule de réclusion.jpg

Il reste quelques grandes cellules dépourvues de grilles dans le sous-sol de l'école Jean Jaurès, au niveau du préau. Gageons que dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, un conférencier obtiendra l'autorisation de les faire visiter au public.

Ancienne Prison J Jaurès portes de prison réutilisées.jpg

Portes des cellules en réemploi dans le jardin d'un particulier

Au temps où les coupables étaient emprisonnés et jugés en la Cité, les exécutions avaient lieu sur le Prado. Là, y fut pendu à un arbre pour cause de duel le 21 décembre 1591, l'avocat général Gibron. AU XVIe siècle, celles-ci se faisaient au-lieu dit "Les justices", en bordure de la voie romaine (avenue H. Gout) dans le parc du chirurgien Héran. On y dressait les touches patibulaires. Il a été trouvé en ce lieu des pièces de monnaies d'époque romaine.

jeanne2.jpg

A la Révolution, Jeanne Establet - dite Jeanne la noire en raison de son teint basané - accompagnée de Chanard et de Boyer, assassins du Procureur général syndic Verdier, furent guillotinés en décembre 1792 sur la place Carnot. Les petits délinquants étaient exposés au pilori sur la place des halles, actuelle place Eggenfelden. Un rond de pavés marque encore aujourd'hui l'emplacement de ce pilori.

Sources

La prison de Carcassonne / C. Boyer / Bull. SESA 1923

Le présidial de Carcassonne / J. Sablayrolles / Bull. SESA 1929

Antoine Labarre et remerciements à son fils Louis

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

09:14 Publié dans Patrimoine disparu | Tags : cachots | Lien permanent | Commentaires (4)

26/05/2017

Les Pandores et les Bigophones Carcassonnais

Fondés au début du XXe siècle, les Pandores et les Bigophones étaient deux groupes carnavalesques Carcassonnais qui ont totalement disparu du paysage, à la fin des années 1950. 

Les Pandores

pandore.jpg

Les Pandores dans l'hôtel de ville de Carcassonne

Le mot pandore est communément employé en argot afin de désigner un policier ou un gendarme. Il serait une francisation de "pandour" ; soldat d'un milice qui faisait partie de l'armée hongroise appelé ainsi, car venant de la ville de Pandur au XVIIe siècle. À Carcassonne, on a voulu brocarder le gendarme en le singeant et en reprenant sa tenue vestimentaire. Le Pandore se présentait sous la forme d'une carcasse en bois recouverte de toile, munie d'une tête de cheval et d'un balai en guise de queue, dans laquelle s'installait un homme. Lors du carnaval, il leur arrivait de s'élancer vers la foule en flagellant leurs victimes de leur queue enduite de poussière, toiles d'araignées, urine ou d'excréments.

Capture d’écran 2017-05-26 à 10.27.13.png

Pandores à Narbonne en 1912

Le groupe des Pandores Carcassonnais mettra fin à ses activités en 1958

 

Les Bigophones

Capture d’écran 2017-05-26 à 10.28.03.png

Les bigophones dans l'Hôtel de ville de Carcassonne

Le Bigophone est une espèce de musicien burlesque, qui fait du bruit avec des instruments en carton ayant la forme d'un cornet. Comme leurs concurrents "Les Pandores", ils se manifestaient durant le carnaval en défilant sur les boulevards en ordre serré.

Bigophones.jpg

© ADA 11

La bannière des Bigophones devant l'école Jean Jaurès

Lors d'une réunion au Grand Café Glacier chez Mialhe, boulevard Roumens, ils se reconstituent en 1951 et participent aux fêtes de quartier. Sept ans plus tard, ils disparaissent définitivement. Les fécos Carcassonnais, inspirés par ceux de Limoux remplaceront nos traditionnels Pandores et Bigophones.

Bigophones 2.jpg

© ADA 11

Adiù paure carnaval...

Source

Folklore / 1987 / J. Marrot

Dictionnaire encyclopédique

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

25/05/2017

Unique au monde ! La plus vieille statue de St-Louis est à Carcassonne.

La ville de Carcassonne possède en ses murs et plus exactement à l'intérieur de l'église Saint-Vincent, la plus ancienne représentation du roi Louis IX, connue à ce jour. La statue n'est pas contemporaine de Saint-Louis, fondateur de la Bastide qui porte son nom, mais selon le Bulletin archéologique de 1909 (Paris / Imprimerie Nationale), elle aurait été sculptée peu après 1320.

Pendant près de six siècles, elle fut exposée dans une niche du portail ouest de l'église donnant sur l'actuelle rue Albert Tomey, sans que l'on y porte grand intérêt. Après la Révolution française, Alexandre Lenoir chercha en vain une statue de Saint-Louis parmi les monuments détruits. Finalement, il prit pour modèle une statue de Charles V qu'il avait en double et pendant une cinquantaine d'années, les sculpteurs et les peintres se sont appuyés sur les traits de Charles le sage pour donner figure au fils de Blanche de Castille.

St-Louis.jpg

La statue de Saint-Louis en 2017

Dans le courant du XXe siècle, on mit les quatre statues à l'abri à l'intérieur de l'église. Elle s'y trouvent toujours, fort mal exposées et dans un presque total anonymat.

"Le saint roi, canonisé en 1297, porte la couronne dont les fleurs de lys ont disparu ; sur son bras droit dont il manque la main, la couronne d'épines ; enfin il tient le sceptre de la main gauche. On n'aperçoit plus qu'un fragment de la sainte couronne. Il reproduit exactement la forme de la précieuse relique pour laquelle la Sainte-Chapelle fut construite et qui est aujourd'hui dans le trésor de Notre-Dame : un faisceau de joncs marins autour duquel était entrelacé le rameau épineux. Le sceptre est brisé et a perdu la fleur de lys qui le surmontait. La robe est retenue au col par un fermail quadrilobé sur lequel est sculptée une figure qui, à travers l'usure de la pierre, paraît être celle de la Vierge. Le manteau relevé sur l'épaule droite vient ensuite entourer le bas de la robe pour produire un effet de plis contrariés. La tête est fort belle. Elle est empreinte d'une gravité douce qui traduit le caractère du saint roi. Elle reproduit les traits sereins et nobles du buste en or repoussé de la Sainte-Chapelle qui contenait la partie supérieure de son crâne, mais que nous ne connaissons, il est vrai, que par la gravure. On y retrouve même les larges boucles de cheveux qui entouraient ce chef célèbre. L'ensemble de la statue donne bien l'impression que laisse le portrait de Joinville." 

(Extrait du Bulletin archéologique de 1909)

Statues copie.png

Deux des quatre statues dans leur niche au début du XXe siècle.

Pendant longtemps, on vint du monde entier à Carcassonne pour copier ce que l'on considérait comme l'unique représentation fidèle de Saint-Louis. Aujourd'hui, faute de communication et pour ne pas fâcher les quelques mauvais coucheurs sectaires du coin, on tient cette statue dans une quasi obscurité. 

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017