12/06/2017

Le 5 avril 1988, le Centre de séjour du pont vieux est inauguré par Michèle Barzach

Le Centre de séjour du pont vieux qui permettait aux personnes âgées, ayant de modestes revenus, d'y finir leurs jours, est fermé depuis trois ans. Cet endroit avec sa vue magnifique sur la Cité était devenu paraît-il obsolète et en-dehors des normes de salubrité actuelles. Ne pouvait-on pas engager des travaux de modernisation ? On a préféré construire une structure d'accueil appelée "Rives d'odes" près de l'auberge des chênes, route de Limoux, où pour près de 2000 euros mensuels on héberge les personnes dépendantes. Notons, qu'une grève l'an passé a mis en évidence les carences en matière de personnel pouvant altérer la qualité du service... Une dizaine de postes de soignants seraient supprimés.

201601151635-full.jpg

© Roger Garcia / DDM

La réfection et l'humanisation de l'hospice, futur Centre de séjour du Pont-vieux sera réalisée en trois tranches successives mises en chantier en juin 1982, mars 1983 et juillet 1986. Ce programme avait été arrêté par le préfet de l'Aude, le 8 novembre 1978. Il faudra donc attendre sept ans et une subvention de 7 500 000 francs du Ministère des Affaires sociales pour financer la 3e tranche à hauteur de 40% des travaux estimés à 18.750.000 francs. Par délibération du Conseil municipal en date du 10 juillet 1986, la ville de Carcassonne se porte garant de l'emprunt de 1.680.000 contracté par le Centre hospitalier Antoine Gayraud.

La capacité totale des lits était fixée à 288 : 90 en 1982, 105 en 1983 et 90 en 1986. Toutefois, lors de la dernière tranche le nombre passa de 90 à 66. En effet, le directeur de la DDASS fit savoir qu'il convenait de faire passer les lits de long séjour en lits de Maison de retraite. La mesure fut ainsi enterrinée par le maire avec l'édification de services médico-techniques (balnéothérapie, cabinet dentaire, salle de radiologie, kinésithérapie).

Barzach.jpg

L'inauguration en 1988

Le Centre de séjour du pont vieux fut entièrement rénové en 1988 grâce à deux architectes : Mlle Cailhau et Monsieur Tran Huy Loc. On peut largement s'interroger sur l'étude menée par ce cabinet en matière d'harmonisation architecturale dans un périmètre historique avec vue sur la Cité médiévale. La ministre de la santé et de la famille du gouvernement de Jacques Chirac, a annoncé lors de sa venue l'attribution de plusieurs enveloppes supplémentaires pour financer l'opération en cours : 1 118 000 francs pour l'équipement du nouvel hospice ; 1 million pour la mise en place de 105 lits long séjour, 113 lits de section de cure médicale et 43 lits de maison de retraite à l'hospice. En complément, 1 182 000 francs afin de permettre l'ouverture des 35 lits supplémentaires de cure médicale avec la création de 12 emplois nécessaires à leur fonctionnement.

"En l'an 2000, les plus de 60 ans représenteront plus de 20 % de la population. Il y aura 1 million de personnes de plus de 85 ans. Le gouvernement de Jacques Chirac a choisi trois priorités : préserver notre système de retraite, favoriser le maintien des personnes âgées à leur domicile et dans leur environnement familier et enfin créer des structures d'accueil et de soins diversifiées et graduées. La France soit être plus fraternelle et plus solidaire. Il faut redonner toute sa place à la solidarité de la famille." (Michèle Barzach)

Chésa.jpg

Remise de la médaille de la ville par R. Chésa

Dans son discours, le maire a rendu hommage au personnel de l'hospice :

"C'est quotidiennement que le personnel accompagne de sa chaleur et de sa compétence nos personnes âgées les plus démunies. La rénovation de l'hospice répond à la nécessité d'améliorer et d'humaniser le cadre de vie de nos personnes âgées."

Madame Barzach a rencontré les infirmières et élèves infirmières de la ville, les directeurs de l'hôpital M. Rauly et de l'hôpital psychiatrique de Limoux. Elle a ensuite signé le livre d'or et reçu la médaille de la ville. Elle est également reparti à Paris avec en cadeau, une magnifique lithographie de la Cité signée par Cantier et un coffret prestige de la blanquette de Limoux.

Unicef.jpg

© UNICEF / W. Daniels

Michèle Barzach a été jusqu'en 2015 la présidente d'UNICEF France.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Cher Martial,
Je ne suis pas entièrement d'accord avec les regrets que vous semblez exprimer au sujet du centre de séjour du Pont Vieux. Une partie du centre était totalement obsolète, inadaptée aux conditions actuelles de soins. En sus, les places de parking étaient rares dans ce quartier. Les rives d'Ode effectivement, connaissent des difficultés de personnels, mais les soins et l'accompagnement de nos anciens sont bien assurés. Ce centre n'est pas réservé qu'aux personnes dépendantes.
Le bâtiment n'est pas un modèle architectural mais il est fonctionnel, adapté aux soins comme aux visites des parents et amis. Le stationnement est sans problème. Il est vrai que le prix mensuel du séjour (pension hors soins) est élevé bien que plus raisonnable que les autres centres pour personnes âgées du Carcassonnais. Toutefois, tout n'est pas parfait. Le jardin hélas, est représenté par un parking et rien ne semble avoir été étudié pour faire autre chose que ce parking. Le choix du nom " Rives d'ode " demeure un mystère.
Bien cordialement

Écrit par : bonneric | 13/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire