22/06/2017

Une œuvre originale de Camberoque vandalisée à l'école Jules Ferry

Dans ce quartier populaire de Carcassonne, la presse se fait très souvent l'écho des faits divers de vandalisme perpétré par certains individus désœuvrés. Or, le vandalisme ne saurait-être assimilé particulièrement à une population, une communauté voire une jeunesse. Il existe bel et bien un autre type de saccage inodore mais loin d'être indolore. Nous voulons parler de celui des cols blancs ; ceux qui a longueur d'année se chargent de diffuser la morale et le civisme, à travers l'école et la police. 

Ecole Jules Ferry Céramique J C 2017.jpg

Il y a quelques jours, je suis tombé sur un documentaire de 1969 réalisé sur le peintre Carcassonnais Jean Camberoque. Il est sans doute inutile de le présenter, car nous avons déjà fait un article et nombreux sont parmi vous, ceux qui le connaissent. Dans ce film diffusé pour la télévision régionale, Camberoque évoque son travail de céramiste et comment il en avait fait l'apprentissage. En 1949, alors qu'il passait dans la région de Castelnaudary, il s'arrêta chez un potier céramiste. Il s'intéressa à la matière de l'émail, particulièrement à la couleur des pots et des assiettes. Elle pouvait se prêter à des réalisations murales et leur donner un peu de gaité. Ainsi, il fit un séjour dans une poterie en se familiarisant à la technique - les couleurs qui sont crues ne rendent leur éclat qu'après la cuisson. Ce n'est qu'après cette période d'initiation, que Camberoque réalisera une œuvre en céramique sur la façade du collège du Dr Lacroix à Narbonne en 1960. Signalons au passage, que la sous-préfecture de l'Aude a prix soin de faire restaurer l'ensemble des œuvres du peintre, se trouvant dans sa juridiction. C'est très certainement peu de temps après, qu'une céramique décorera l'entrée de l'école Jules Ferry dans le quartier du Viguier à Carcassonne.

cambe.jpg

Voici l'œuvre dans son intégralité en 1969

"Cette œuvre en céramique réalisée pour l'école Jules Ferry est au fond symbolisée par ce mouvement un peu joyeux des enfants. Le tout, dominé par ce poème d'Eluard qui s'appelait "Liberté", dont j'ai écrit quelques phrases en haut de la céramique. J'ai essayé de traduire une espèce de gaité, de joie de vivre. J'espère y être arrivé." (Jean Camberoque / 1969)

Cambe 2.jpg

Piqué par ma curiosité coutumière, j'ai envoyé un ami prendre des photographies sur place. A dire vrai, j'étais loin de m'attendre à pareil vandalisme sur une œuvre d'art. Un peu comme si le Conservateur du Musée des Beaux-arts de Carcassonne avait cisaillé en deux un tableau de Gamelin pour faire de la place, la céramique subit un sort identique. Au fond, n'est-ce pas un musée à ciel ouvert avec une valeur pédagogique, puisque situé dans une enceinte scolaire ?

Entrée ecole Jules Ferry Céramique J C 2017.jpg

A une date que nous ne saurions déterminer, une partie de la céramique a été supprimée afin de réaliser une porte d'accès. On peut estimer qu'un bon mètre et cinquante centimètres ont été détruits. Déjà, une grille en fer du plus bel effet est venu s'appuyer sur les carreaux avec une saignée dans le mur. Plus loin, la pose d'un interphone a supprimé une dizaine de carreaux. Si cette œuvre gênait les nouveaux aménagement indispensables à la vie quotidienne de l'école, on aurait pu chercher à avertir les héritiers du peintre. Tout simplement, rechercher une autre solution qu'une basse manoeuvre de maçonnerie exécutée avec l'assentiment de la mairie et de la direction de l'école.

Ceramique J Camberoque Ecole Jules Ferry Carcassonne.jpg

Le poème de Paul Éluard sur la liberté, a été amputée de ses deux premiers vers. N'est-ce pas là, un beau symbole ? Les responsables ne pourront pas affirmer qu'ils ne connaissaient pas l'auteur de cette céramique. Elle est signée en bas et à droite... Hier, j'ai informé le cabinet du maire de Carcassonne. Au-delà de cas, cela pose la question de l'avenir des ouvres d'art sur l'espace public de notre ville. Depuis longtemps, je réclame la constitution d'une commission afin de les inventorier. Le désert n'est pas assez grand à Carcassonne pour ceux qui veulent y prêcher...

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

09:43 Publié dans Carton rouge | Tags : céramique | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

On n'est plus à une "profanation" d’œuvre d'art près à Carcassonne, vu le niveau d'inculture qui règne au sein des dirigeants de cette ville !!!!!
La différence qui existe entre les désœuvrés et les cols blancs, c'est l’impunité !!!!!!!!

Écrit par : 35-70 | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

C'est à pleurer !!!!

Écrit par : ourliac colette | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

Au Chapeau Rouge aussi quelques morceaux de fresque en blanc sur fond rouge ont été "cachés" par des panneaux pour l'acoustique, mais d'autres sont toujours visibles. Et on continue dans le sens de "nul n'est prophète en son pays" !

Écrit par : Mirelha | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

Abomination, on oublie la culture, on detruit tout ce qui est beau, qui se souvient de la fresque de Philippe Noiret a la gare de Carcassonne, detruite aussi !
Honte d'etre de cette ville.....

Écrit par : Ourliac francoise | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

Abomination, on oublie la culture, on detruit tout ce qui est beau, qui se souvient de la fresque de Philippe Noiret a la gare de Carcassonne, detruite aussi !
Honte d'etre de cette ville.....

Écrit par : Ourliac francoise | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

je suis vraiment attristée par toutes ces disparitions du patrimoine historique et artistique de cette ville de Carcassonne qui fut le berceau de ma famille et où j'ai vécu une partie de ma jeunesse .
Je remercie Martial de me permettre même de loin de garder le lien avec ma ville ,même si les témoignages en sont,malheureusement, quelquefois douloureux

Écrit par : bénédicte Lauer | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

Je me souviens des bières Fritz Lauer et je partage votre tristesse quant au devenir de cette ville où Madame MIR a accouché ma mère au 13, rue de la Gare. C'était une ville vivante et agréable. Il y avait une âme. En parodiant Boris VIAN nous pouvons dire que se promener actuellement dans le centre ville est d'une "tristesse pas croyable". Bien entendu cette tristesse n'est pas partagée par les "décideurs" en place qui sont tous sous influence et non au service des citoyens. De pauvres types en somme.

Écrit par : JOSEPH | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

faut pas avoir trop d'imagination pour "planter" une grille sur une oeuvre d'art --- mais qui a eu cette idée lumineuse ?? pas moyen de faire autrement ?? à qui veut-on le faire croire -- incapables !!!

Écrit par : marcelle | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

ils auraient peut être pu la déplacer, cette œuvre! toute notre enfance, l'entrée de notre école, de notre piscine! je viens d'aller voir! minable... triste triste triste de voir ça! mettre une grille a l'entrée de la piscine.... pourquoi au milieu de l’œuvre d'art??? a quoi sert la deuxième grille??? NUL

Écrit par : rebelle | 23/06/2017

Répondre à ce commentaire

c est désolant notre ville débordes de richesses je suis désolé mais ont dirais qu un groupe de djihadistes nous gouvernes au fils du temps et a décider de détruire toutes nos richesses c est navrant un jours il vont ns faires raser la moitié de notre cite

Écrit par : marchello | 26/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire