15/08/2017

Le parcours tortueux d'une croix de mission à travers Carcassonne

Si l'on peut encore admirer derrière le chevet de la cathédrale Saint-Michel et en toute discrétion, cette croix de mission de 1815, ce n'est pas grâce à l'opération du Saint-Esprit mais à plusieurs Carcassonnais très dévoués. Sans leur concours, cet objet d'art sacré serait allé rejoindre la longue liste des couvents, églises et autres témoins du passé chrétien de notre ville, à avoir subi la foudre des anticléricaux. De ce point de vue, on peut affirmer sans crainte que Carcassonne est une cité martyre. Il va de soi qu'ici nous ne faisons ni l'apologie du cléricalisme, ni de ses opposants. Nous essayons de regarder l'histoire en face en appelant un chat un chat.

croix.jpg

© Martial Andrieu

La croix de mission dans le jardin de la Cathédrale

C'est le 24 mars 1815 que cette croix fut érigée sur la place Davilla à la suite d'une mission organisée par Mgr Arnaud-Ferdinand de la Porte, évêque de Carcassonne, pour le rachat des horreurs commises pendant la Révolution. Elle délimitait, si l'on peut dire, les deux paroisses de St-Michel et de St-Vincent, à l'extrémité ouest de la porte de Toulouse (rue de Verdun). Réalisée par le serrurier Serre, à qui l'on doit également le portail du jardin du Calvaire situé en haut de la rue Voltaire, elle porte les attributs de la passion du Christ.

"La branche supérieure est surmontée d'un coq pour rappel les paroles de Jésus à Pierre : "Avant que le coq ne chante tu m'auras renié trois fois." Au-dessous, l'inscription I.N.R.I (Iesvs Nazarenvs, Rex Ivdæorvm) qui signifie "Jésus de Nazareth, roi des juifs", qui Pilate fit fixer dessus. Au centre, un cœur entouré d'une couronne d'épines. A gauche, la lanterne qui éclaira les soldats au jardin des oliviers. A droite, le calice remémorant les paroles de Jésus : "Si ce calice ne peut s'éloigner de moi..." Les deux extrémités sont occupées, l'une par le soleil, l'autre par la lune, qui s'obscurcirent au moment du trépas. On voit au-dessous le marteau, les tenailles et clous de la crucifixion ; le voile dont Véronique se servit pour essuyer la face de Jésus ; l'aiguière et la cuvette que Pilate utilisa pour se laver les mains ; le sabre de Pierre auquel est restée accrochée l'oreille du serviteur du Grand-Prêtre ; la verge de la flagellation et le roseau sceptre de railleries. Plus bas, fixée à un bâton, l'éponge qui humecta les lèvres de l'agonisant ; la bourse de Judas ; lance qui perça le côté et l'échelle de la descente de croix. (Louis Cros, ancien archiviste de l'évêché)

Capture d’écran 2017-08-15 à 12.22.49.png

La croix de Villegly dite "Croix de Louis XVI"

On trouvait une croix identique au chevet de l'église de Fanjeaux. A Villegly, on peut encore admirer un calvaire contemporain de la croix de Carcassonne et presque semblable. 

Sous la Monarchie de Juillet, la croix fut déposée. En 1830, on la transporta dans la chapelle du Rosaire de la Cathédrale Saint-Michel qui trouvait sur l'emplacement de l'actuel parvis. Après la fin de l'épidémie de Choléra, les Carcassonnais voulurent manifester leur reconnaissance et ériger une croix à l'entrée de la ville. Quatre ans plus tard en 1858, l'évêque souhaitant perpétuer le souvenir de la Mission des Révérends Père Augustins, obtint de M. Roques Salvaza - maire de Carcassonne - que la croix soit réinstallée sur la place Davilla.  Le 11 décembre 1858, 3000 personnes assistèrent à son érection sur son piédestal.

Croix de Mission  1.jpg

En 1881, l'atmosphère politique était à la lutte contre les courants monarchistes et bonapartistes soutenus par l'église catholique. Considérant cette dernière comme un adversaire de la République, les élus radicaux de l'Aude cherchèrent à amoindrir son influence sur la population. Prétextant que la croix effrayait les chevaux, le maire Joseph Teisseire somma Mgr Leuilleux de l'enlever de la place Davilla. Devant le refus de l'évêque, la mairie déboulonna la croix le 9 mars 1881, aux frais de l'évêché. Elle fut laissée telle quelle sur le trottoir. Ceci provoqua de vives protestations parmi une partie des Carcassonnais qui entonnèrent le Parce Domine, face à d'autres chantant la Marseillaise. Mademoiselle Gaubert qui habitait à l'angle du boulevard Marcou et de la place Davilla, proposa que l'on installe la croix dans son jardin. Ce fut chose faite, après que des séminaristes l'ont transportée à bout de bras. On la fit restaurer par François Ourtal et on y fixa un Christ en fonte. Le 14 mars 1881, l'évêque procéda à la bénédiction de la croix profanée. Par la suite, la demeure de Mlle Gaubert fut vendue aux sœurs de Saint-Aignan qui la cédèrent aux Sœurs Marie-Auxilliatrices. Ces religieuses y créèrent l'école Sainte-Marie que les Carcassonnais appelèrent "Le couvent de la Croix".

couvent.jpg

L'ancienne maison de Mlle Gaubert

Après que les sœurs ont coupé les arbres qui protégeaient la croix du vent et des intempéries, celle-ci commença à rouiller et le coq à se tordre. Ce dernier fut confié à Antoine Clavel, ferronnier à Revel en 1958 ; la croix, quand à elle, passa entre les mains de la maison E. Laucat de Mieux-en-val. Les dorures furent refaites par l'abbé Esquirol, curé de Montolieu. En 1970, les sœurs vendirent leur couvent à un promoteur immobilier qui ne prit aucun soin de la croix ; elle fut tordue par la grue du chantier et mise à l'extérieur du bâtiment. Sans le secours de Gustave Mot, elle aurait rejoint la ferraille. Son piédestal, œuvre du sculpteur Léon Nelli ne put être sauvé car trop abimé par l'épreuve de démolition. Il portait les dates des missions de 1858 et de 1933.

Ancienne Ecole St Marie.jpg

Démolition de l'Ecole Sainte-Marie en juillet 1970

 C'est l'entreprise Lauze qui redressa la croix et permit sa restauration. Après quoi, elle fut déposée sur un nouveau piédestal, réalisé par Gleizes, dans le jardin du Chapitre attenant au chevet de la cathédrale Saint-Michel. Elle s'y trouve depuis le mois d'août 1975.

Croix de Mission  2.jpg

Le Christ qui avait été ajouté en 1858 fut enlevé et mis dans le jardin de la maison de retraite Béthanie, rue Pasteur, où il se trouve encore aujourd'hui. Si la Croix de Mission de 1815 n'est pas classée à l'inventaire des monuments historiques, ce serait une bonne chose qu'elle le soit.

croix de mission

L'ancien couvent depuis 1971

croix de mission

Seul vestige de l'école Sainte-Marie, la plaque sauvée par J. Blanco

Sources

Louis Cros / Académie des Arts et des Sciences / 1985

Midi-Libre / 1957

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Merci Martial pour cet article, la croix dont tu parles ne se trouve pas en evidence, seuls les carcassonnais savent la voir, actuellement on restaure le jardin devant la cathedrale st Michel, esperons que la statue de Jeanne d-Arc ne sera pas oubliee, comme cette croix dans le fond du jardin, a Carcassonne, on a tendance a oublier le passé, l'architecture et les grands hommes.....

Écrit par : Ourliac | 15/08/2017

Répondre à ce commentaire

À Fanjeaux, la Croix de la Passion est toujours au chevet de l'église, en relatif bon état, mais la vue en est un peu étouffée par les deux ifs majestueux qui sont à ses côtés. Les attribus de la Passion mériteraient d'être redorés, espérons que ça se fasse l'an prochain à l'occasion de travaux d'embellissement du quartier. À noter que dans ce village, une statue de la Vierge et un Calvaire ont été récemment restaurés avec beaucoup d'attention.

Écrit par : France | 15/08/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Martial, mais vous oubliez de dire que le coq a été volé il y a 30 ou 40 ans, je ne sais plus. Le coq actuel est le pâle reflet du coq originel qui était très finement travaillé.

Écrit par : plessis marthe | 15/08/2017

Répondre à ce commentaire

Marthe
Le coq n'a pas été volé mais refait parce q'il était en mauvais état Il est toujours conservé.

Écrit par : Marie | 17/08/2017

Répondre à ce commentaire

Je me souviens très bien de cette croix devant l'école Sainte Marie place
Davilla. Nous passions tous les jours devant pour aller à l'école André Chénier.
Quand ils ont détruit cet édifice, un grand vide s'est installé dans l'attente de la nouvelle construction.
C'était curieux de ne plus retrouver l'endroit habituel, pour nous qui étions enfants, et surtout celui de l'absence de cette majestueuse croix si familière.

Écrit par : Antonia Reynes | 17/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire