31/08/2017

Ce Carcassonnais, chef d'orchestre du Grand théâtre du Capitole de Toulouse

Bien qu'une rue porte son nom dans le quartier des Quatre chemins avec pour simple mention "Armand Raynaud, musicien", les Carcassonnais ont oublié depuis fort longtemps quel a été cet homme exceptionnel. Son parcours fut presque en tout point semblable à son ami Paul Lacombe, à qui il faut bien reconnaître une plus grande notoriété dans notre ville. Enfin, sur les bâtiments publics... 

Armand Raynaud.jpg

© Coll. Martial Andrieu

Raynaud Paul, Antoine, Emile, Armand naît le 8 décembre 1847 au N° 16 de la rue de la Comédie - aujourd'hui, n°20 de la rue Courtejaire. Il vit là avec son père Adolphe (commis fabriquant de draps), sa mère Victorine Gros, lingère, et ses beaux parents, Jacques Gros (Négociant) et Marie Polycarpe. Son prénom lui viendrait de son parrain et ami de la famille, le républicain Armand Barbès. Dans son domaine de Fourtou près de Villalier, ce dernier lui aurait permis de souffler dans son cor de chasse. Ainsi, Raynaud se serait-il pris de passion pour cet instrument, dont il jouera plus tard avec excellence. Destiné comme son ami Paul Lacombe à l'industrie drapière, Raynaud lui préféra la musique. Les Carcassonnais de cette époque se souviennent avoir vu ce célibataire à la barbe doublement pointue, se balader sur le boulevard de la préfecture coiffé d'un chapeau melon et sa canne à la main.

Société ste-Cécile. fondée en 1867.jpg

© Coll. Martial Andrieu

Société lyrique Ste-Cécile de Carcassonne

Armand Raynaud apprendra la musique grâce au cours dispensés par François Teisseire, fondateur de la première école de musique de la ville. A l'Exposition universelle de Paris en 1867, sa société chorale obtint des récompenses et souleva l'enthousiasme du public. Teisseire, que Carcassonne a définitivement enterré, s'évertua à dispenser des cours aux enfants d'ouvriers. Grâce à lui, on fit interpréter au théâtre municipal "Le chalet" de Adam et "La dame blanche" de Boieldieu. Une première dans cette ville de garnison, habituée à entendre surtout de la musique militaire. En 1875, Armand Raynaud prend la tête de la Société lyrique Sainte-Cécile fondée par Teisseire ; sous le kiosque à musique du square Gambetta construit par l'architecte Léopold Petit, il dirige cette phalange composée de talentueux musiciens tels que Gustave Barbot (1er prix du conservatoire de Paris), Colson (Violoniste, élève de Vieuxtemps), Jean Escaffre, etc.

Il était de coutume à Carcassonne la veille du 14 juillet de donner un concert au kiosque. Les spectateurs qui avaient pris place avec leurs chaises sous les platanes, attendaient l'exécution de la Marseillaise orchestrée par Armand Raynaud et Le chant des Girondins. Ce dernier avait été hymne national sous la Seconde république, entre 1848 et 1852.

4070494187.png

Armand Raynaud se révéla comme le compositeur de plusieurs œuvres dont La rapsodie espagnole, la Marche Chinoise, The nightingale, etc. Contrairement à Paul Lacombe, il quitta Carcassonne en 1885 et consacra le reste de son existence à la direction d'orchestre. D'abord en Belgique, au Grand théâtre royal de Gand d'où il revint à cause d'un climat qui ne s'accordait pas avec sa santé fragile. Par un heureux concours de circonstance, Raynaud fut nommé en 1886 à la tête de l'orchestre du théâtre du Capitole de Toulouse. A cette époque, le conservatoire et le Capitole de Toulouse, au public si exigeant, égalaient en qualité l'opéra de Paris. 

Dans les années 1890 et les premières suivirent le début du XXe siècle, les chefs d'orchestre n'occupaient pas encore au théâtre, comme aujourd'hui, la place en retrait qui leur permet d'avoir sous les yeux l'ensemble instrumental. Au contraire, il étaient assis sur un siège élevé en bordure de la scène, tournant le dos à la plupart des exécutants. Ceux qui ont vu Raynaud au pupitre rapportent qu'il portait toujours le poing gauche sur la hanche, le coude saillant, le bras droit au geste large tenant la baguette. Celui-c! conformément au vœu de Berlioz "avait la partition dans la tête et non pas, la tête dans la partition". Cette parfaite connaissance du répertoire lyrique, lui fit gagner la confiance des directeurs successifs : Debrat, Tournié, Frédéric Boyer... Le compositeur Paul Vidal, né à Toulouse mais originaire d'Issel (Aude), venait très souvent louer ses qualités.

Capture d’écran 2017-08-31 à 15.17.03.png

Les dernières années du XIXe siècle furent pour le théâtre du Capitole une période brillante. Son orchestre et le maître Armand Raynaud, inspiraient une telle confiance que la scène toulousaine était devenue comme un lieu d'élection pour Camille Saint-Saëns. On joua en 1885 Proserpine, puis Phryné qui évoquait l'antiquité grecque avec beaucoup de charme ; Mme Vaillant-Couturier de l'OPéra-Comique tenait le rôle titre. En 1896, Saint-Saëns vint lui-même interpréter au piano un de ces concertos. La même année, Raynaud dirigea la création de Jocelyn de Benjamin Godard avec Sentenac (Ténor), Desmet (Basse) et Mme Ribes-Tournié. Ce jour-là, l'inspecteur des Beaux-arts Armand Sylvestre, qui avait adapté le livret de Lamartine, s'avançant vers la scène dit au public :

"Notre admiration pour l'aigle de Victor-Hugo ne saurait exclure celle que nous inspire ce cygne blanc qu'est Lamartine".

En 1900, Frédéric et Justin Boyer administraient le Capitole. Dans les premiers jours du mois de mars, un désaccord les opposa à Raynaud au sujet d'une interprétation orchestrale. Fort de son bon droit et d'un conflit qui ne s'apaisait pas, Raynaud décidait de présenter sa démission après treize années à la tête de l'orchestre. De mémoire, ce fut un beau tapage parmi les abonnés. Lorsque à sa place, le second chef d'orchestre Montagné, Carcassonnais comme Raynaud parut au pupitre, l'assistance protesta violemment. 

"L'orchestre se tait. La représentation semble compromise. La toile se lève. Un régisseur paraît, assez penaud dans son habit noir. "Que désirez-vous ?" demande t-il. Une clameur lui répond : "Raynaud ! Raynaud ! Raynaud !" Cela dura quelques instants. Le rideau tombe pour se relever bientôt après. Nouvelle apparition du régisseur, qui déclare : "On est allé prier Monsieur Raynaud de retirer sa démission. S'il y consent, il reprendra sa place dès demain. Cette fois la salle applaudit et l'on pur jouer la Favorite de Donizetti. Le lendemain Raynaud réapparaît à l'orchestre, salué, dès son entrée, par une magnifique ovation à laquelle s'associaient les musiciens eux-mêmes, debout, battant des mains pour accueillir leur chef. Ainsi, fit cet incident qui montra toute la place de Raynaud à Toulouse."

Capture d’écran 2017-08-31 à 15.23.10.png

Photo d'illustration

Peu de temps après et incident, il fut atteint par une congestion pulmonaire. Le 3 avril 1900 à une heure du soir, Armand Raynaud décédait à Toulouse dans une famille originaire de Carcassonne (les Dussaud). La cérémonie funèbre se tint à l'église Saint-Sernin où se trouvait l'orchestre du Capitole. Son ami, le chef Montagné, dirigea la Marche funèbre de Haring. Le ténor Soubeyran chanta "Le crucifix" de Jean-Baptiste Fauré et Mme Baréty, un émouvant "Pie Jesu". Le cercueil rejoignit la gare Matabiau pour Carcassonne, où il arriva le 5 avril dans l'après-midi. La Société Ste-Cécile traversa la ville sur la Marche funèbre accompagnant Armand Raynaud, au cimetière Saint-Michel.

https://www.youtube.com/watch?v=DlaazgGtXNk

Quelques années après la mort du grand chef d'orchestre, un comité fit ériger son buste, œuvre du sculpteur Villeneuve, sous le kiosque du square Gambetta. Bientôt après, il fut déposé dans une dépendance du musée municipal. Qu'est devenu le buste d'Armand Raynaud ? 

Capture d’écran 2017-08-31 à 15.27.40.png

A cet endroit, s'élevait la maison d'Armand Raynaud à Carcassonne

Principales compositions

Tolosa (Suite d'orchestre)

Nouredda (Ballet)

Le roi Lear (Opéra)

Sources

Jean Depaule / Contribution à l'histoire de la vie musicale toulousaine 

L'artiste toulousain / 5 février 1888

Etat Civil et recensement / Archives de l'Aude

Notes, recherches et synthèse / Martial Andrieu

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

30/08/2017

30 squelettes médiévaux jetés dans la fosse commune du cimetière La Conte.

A l'emplacement de l'actuel Hôtel des postes, place de Lattre de Tassigny, se trouvait il y a environ deux siècles, le couvent des Cordeliers. Il fut rasé au tout début du XXe siècle.couvent1.jpg

Façade du couvent, rue Barbès

Le mur donnant sur l'actuelle rue Barbès, fut refait au XVIIe siècle. L'abside était rectiligne, mais avait été dégradée par la destruction des décorations. Seuls les arceaux avaient encore belle allure. Dans la cour (actuelle, place de Lattre), se trouvaient des chapelles latérales ; on y entrait par des ouvertures en plein cintre datant de la restauration du XVIIe siècle.

couvent2.jpg

Le portail, qui s'ouvrait sur la rue Barbès était en pierre et portait un écusson fruste. Le clocher ne manquait pas d'élégance.

grassalio.jpg

A l'ouest (face à la rue J. Bringer), le fond de l'église était limité par la maison Grassialo dont la façade s'ornait d'une série d'arcades. Sur l'une d'entre elles fut pratiqué au XVIIe siècle, une porte rectangulaire sur laquelle en lisait en creux : "l'observance".

138.jpg

Faisant suite à cette façade, s'élevait une curieuse tour octogonale de style Renaissance pourvue d'un escalier à vis. On voulut d'abord la conserver pour y installer une antenne de télécommunication ; ce projet étant abandonné, elle fut rasée sans autre forme de procès. Le Directoire du département occupa le couvent ; il était tenu de payer un loyer à l'état qui l'avait déclaré Bien national. Le 14 avril, l'ingénieur Chevalier et Jean Embry, plâtrier de la ville, estimèrent l'église à 4000 livres et le reste à 6950 livres. D'après le procès verbal de la circonscription des paroisse du district de Carcassonne, l'église des "ci-devants Cordeliers" est alors conservée comme oratoire. L'un des vicaires de la paroisse Saint-Vincent a obligation d'aller y dire la messe les dimanches et jours de fêtes, pour la commodité des vieillards et des femmes enceintes qui habitent le fond de la ville. Le procès verbal imprimé du Conseil du département de l'Aude constate qu'à l'ouverture de chacun des sermons de 1791, 1792 et 1793, le Conseil en corps assista à la messe du Saint-Esprit, célébrée en l'église des Cordeliers. En 1871, l'église est affectée comme magasin à fourrages pour le régiment de dragons et les annexes servent de magasin à l'intendance.

139.jpg

Vue de la destruction de la maison Grassialo, sur l'emprise de l'actuel magasin de l'entreprise Duarte. Au fond, on aperçoit l'ancien clocher de la chapelle des Domicains, rue de Verdun.

L’église des Cordeliers sur l’emplacement de laquelle fut construit l’hôtel des postes par l’architecte de la ville, Gordien, élève de mon père, servait de salle d’exposition, de salle de banquets ou de réunions. Chaque année de belles peintures ou dessins y étaient exposés avec les sculptures de jeunes statuaires qui se sont fait un nom plus tard dans le domaine des arts. Tous ont laissé de leurs œuvres pour le musée.
Il y avait une salle spéciale où étaient recueillies les œuvres des Carcassonnais, quelques-unes, de haute valeur. Comme les autres, ces chefs-d’œuvre ont disparu dans la réserve où ils s’abiment en laissant croire qu’à Carcassonne il n’y a pas de peinture possible en dehors du XVIIe ou XVIIIe siècle et maintenant de l’art moderne et cubique.
Actuellement, faute de salle, les réunions sont impossibles et pourtant, il s’y en est produit de bien célèbres. On y donnait aussi des fêtes et de grands concerts.
La place de la poste était occupée par la manutention des régiments où nous allions chercher le pain chaque jour. Il y avait en bordure de la rue de la préfecture, la maison de Grassialo, par laquelle on y pénétrait. C’était la maison d’un jurisconsulte renommé, construite sur l’emplacement du couvent des Carmélites qui fut déserté au moment de la peste de 1347. Elle possédait deux fenêtres géminées au 1er étage et sept arcades en plein cintre pour boutiques au rez-de-chaussée. J’ai sauvé bien par hasard, après sa destruction, les belles fenêtres du XVIe siècle que j’ai fait transporter au musée de sculpture comparée de la Cité. (Raymond Esparseil / 1960)

BILCOMTAL.jpg

© Sudfrance

Fenêtres de la maison Grassialo sauvées par Raymond Esparseil

Capture d’écran 2017-08-30 à 11.12.10.png

En lieu et place, s'élève depuis 1907 l'hôtel des postes.

Il était en usage jusqu'à la Révolution d'inhumer les personnes notables de la ville dans les églises. Ces personnes finançaient et entretenaient les chapelles où ils désiraient être enterrés. Il en était de même pour les religieux qui avaient leur sépulture dans le chœur de la nef. Dans le courant du mois de juillet 1974, l'administration des PTT a fait effectuer des travaux dans l'hôtel des Postes. 

Pierres tombales. Hôtel des postes.jpg

Des travaux de terrassement dans le centre de tri ont permis la découvertes à trois mètres de profondeur et l'exhumation d'une trentaine de squelettes. Nous voyons sur la photo ci-dessus avec quelles précautions et quel intérêt pour la recherche scientifique, les ouvriers du bâtiment ont retiré les restes des moines. Tant et si bien qu'on les a jetés dans une fosse commune au cimetière de la Conte. La même opération fut entreprise lors de la destruction du cimetière médiéval de Villalbe au début des années 1970, par la mairie d'Antoine Gayraud. 

Dalle Funéraire Ex Eglise des Cordeliers 2.jpg

© Antoine Labarre

Dalle funéraire trouvée en 1974 (Couvent des Cordeliers)

Dalles Funéraires Ex Eglise des Cordeliers 1.jpg

© Antoine Labarre

Dalles trouvées en 1974 (Couvent des Cordeliers)

A droite : "Sépulture de Pierre Jalat, 1763" mesurant 0,70 m de long sur 0,45 de large et 0,08 m d'épaisseur. 

A gauche : Une dalle portant ce signe énigmatique (1m x 0,55 x à,10)

Ces dalles ont été découvertes dans la seconde partie de la salle de tri, près du mur des anciens guichets. Reste à savoir ce qu'elles sont devenues...

Dalles. Musée.JPG

© Martial Andrieu

Elles furent entreposées, à même le sol, jusqu'en 2012 dans la cour du musée des beaux-arts, avec d'autres vestiges. Ceci sans indications de la provenance... Ci-dessus, il s'agit bien de la dalle au destin énigmatique. Voyez déjà comme le temps depuis 40 ans a fait son œuvre.

Dalles. Musée 2.JPG

© Martial Andrieu

Voici celle de Pierre Jalat, au même endroit. Il manque la partie supérieure... Depuis que l'on a refait la cour du musée des beaux-arts en 2013, les vestiges ont été enlevés. Où sont-ils ?

Sources

L'Indépendant / 16 septembre 1974

Souvenirs R. Esparseil / 1960

Notes, recherches et synthèse / Martial Andrieu

Photos

Couvent des cordeliers / ADA 11

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

29/08/2017

Le trésor du Temple de Salomon serait-il enfoui dans la Cité ?

Quoique relativement récente sur l'échelle de l'humanité, l'histoire du trésor du Temple de Salomon nous montre à quel point les peuples ont intensément coexisté tout autour de la Méditerranée. Lorsque les légions romaines eurent pillé le Temple le plus riche et le plus prestigieux de l'Orient, ils rapportèrent leur butin à Rome, au Capitole. Dans leur invasion de l'Empire romain, les Goths pillèrent Rome et, à leur tour, s'approprièrent entre autres trésors, celui de Salomon. On l'estime à près de vingt millions de pièces d'or, sans parler des nombreux objets, tel le chandelier d'or du temple de Salomon. 

Carcassonne(France)4.JL.jpg

Le château comtal

 L'empereur Flavius Honorius pour se débarrasser des Goths leur fit don de toutes les terres conquises sur les Vandales. Après avoir chassé ces derniers, le roi Alaric s'installa dans l'ancienne fortification romaine de Carsac, dont il éleva les murailles flanquées de tours et y déposa ses trésors. Ils devaient faire des envieux... Toutes ces fortifications n'empêchèrent pas Clovis et ses Francs de venir l'assiéger, pendant six mois. Devant le danger, le trésor fut caché. Clovis repartit se battre en Provence et laissa les Goths à leurs luttes intérieures.

Jerusalem_temple4.jpg

© John Reve

Que devint le trésor ? Les avis des historiens sont partagés. Selon les uns, il fut transporté à Ravenne par le général Hiba, venu d'Italie au secours de ses frères de race ou en Espagne, par les partisans d'Amalric, héritier légitime du trône mais victime d'un coup d'état. Selon d'autres, il serait resté soigneusement caché à l'intérieur de la Cité, dont l'invincibilité était alors proverbiale. Mais, cinquante ans après, une effroyable peste et la guerre civile ruinèrent le royaume. Comme cela arrivait fréquemment pour les trésors trop bien cachés, les quelques dépositaires du secret durent disparaître subitement sans le révéler.

Carcassonne - Grand puits.jpg

Vers 1840, la municipalité de Carcassonne décida d'entreprendre des recherches. Dans la Cité, les gens, par tradition, affirmaient que le trésor était au fond du Grand puits, réputé insondable. A l'époque, les spéléologues n'existaient pas. Tout ce qui était caverne, gouffre ou profondeur, était entouré de frayeur superstitieuse. Il est donc normal que les Carcassonnais du Moyen âge au XIXe siècle, aient vu le trésor dans ce puits. Avec un matériel d'époque, des volontaires descendirent dans le puits, profitant d'une intense sécheresse qui le faisait à sec. Ils n'y trouvèrent que de vieilles armes et quelques pièces de monnaie, vestiges des anciennes coutumes des offrandes aux sources et aux puits. Reste à savoir quel autre lieu dans la Cité peut encore renfermer le trésor du Temple de Salomon... La légende ou le mystère restent entiers.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

17:56 Publié dans La Cité | Lien permanent | Commentaires (1)

28/08/2017

Le monument à Achille Mir (1822-1901) est à jamais perdu

Achille Mir... Quelle fut l'importance de cet homme pour qu'une avenue de Carcassonne porte son nom depuis 1922, année du centenaire de sa naissance ? Je vous parle d'une époque où notre ville, loin d'organiser des férias, célébrait le patrimoine culturel et la langue du Languedoc. En ce temps-là, à l'instar des Bretons, des Basques ou encore des Corses aujourd'hui, notre pays se montrait fier de son identité. Les Frédéric Mistral, Armand Praviel et autre Prosper Estieu doivent sérieusement se retourner dans leurs tombes, tant leur héritage culturel n'intéresse plus nos édiles locaux.

achille.jpg

Achille Mir

(1822-1901)

Achille Mir fut un félibre (poète occitan), et pas autre chose. Il ne joua ni de rôle politique, ni de rôle social ; c'est à peine s'il reçut les Palmes académiques. Venu du village d'Escales où il était né le 30 novembre 1822, à l'Ecole normale de Carcassonne, il fut ensuite instituteur public à Aigues-Vives de 1842 à 1847. L'année suivante, il est nommé Maître-adjoint de l'Ecole normale où il inventa une méthode d'écriture usuelle avec laquelle il ne voulut pas faire fortune. Sans que l'on sache pourquoi, il démissionna en 1854 et resta à Carcassonne comme professeur de calligraphie. 

En octobre 1869, il s'occupa d'industrie en devenant Directeur de la Manufacture de la Trivalle, mais il ne quitta guère les horizons languedociens. Ses vers, ses poésies, ses galéjades ne lui donnèrent point la fortune et ce que ses succès de diseur et de félibre lui rapportaient, il le versait dans la main des pauvres. Achille Mir habita l'immeuble de la Manufacture avec le jardin qui allait jusqu'à la route de Narbonne qu'il nommait "Moun Paradis". En 1884, la fabrication des draps ayant été abandonnée à Carcassonne, la manufacture ferma et les intérêts du directeur s'en firent sentir. Il perdit la grande partie de la sa bibliothèque dans l'inondation du 25 octobre 1891, ce qui l'affecta beaucoup. Lors des fêtes des Cadets de Gascogne le 14 août 1897, Mir reçoit les Palmes académiques. 

Lauseto.jpg

Achille Mir fut de la première génération qui rêva d'une renaissance méridionale. Il s'inspira d'abord de Jasmin (Jacques Boé) et surtout de Pierre Goudelin, dont il rappelle l'inspiration. Plus tard, l'influence de Mistral acheva de l'éclairer et de le former, au moins que celui s'occupa activement de le diriger. Mistral lui écrivit ceci :

"Il faut expulser hardivement  tous les gallicismes et appliquer à nos dialectes modernes le système orthographique des troubadours du XIIIe siècle."

Mariage.jpg

Ainsi, peu à peu, du rimeur spirituel mais patoisant se dégagea le Majoral - espèce d'autorité suprême de la culture languedocienne. Il travailla courageusement et c'est à l'âge de 54 ans que parut son premier recueil "La cansou de la Lauseto". Le Languedoc s'émouvait après la Provence. Mais tandis que Auguste Fourès et Xavier de Ricard, mêlaient leurs ambitions libertaires et anticléricales, si déplorables et si funestes, Achille Mir représentait la vraie tradition félibréene ; il poursuivait dans le Bas-Languedoc, l'œuvre de Font-Ségugne, lui qui n'avais rien de révolutionnaire.

Lutrin.jpg

Toute sa vie, jusqu'au mois d'août 1901, où elle se termina, Achille Mir garda cette attitude. Aussi, tout naturellement était-il désigné pour entrer à l'Académie des Jeux floraux, lorsque, en 1895, elle reprit le cours de ses plus anciennes traditions en couronnant des poèmes occitans. Hélas, Mir était déjà âgé de 73 ans et des revers de fortune et la maladie étaient venus l'accabler. Contrairement à Mistral et à Estieu, Toulouse n'a pu jamais l'applaudir dans ses compositions du Lutrin de Ladern, du Maridatge per escrit ou du Sermon dal curat de Cucugnan, initié par Roumanille et Alphonse Daudet. Gaston Jourdanne avait dit de lui qu'il était le Maître du rire ; son humour lui avait une place importante parmi les félibres. 

"Le rire du Midi est sans amertume : il n'est ni desséchant, ni décourageant, ni pervers ; il soutient dans le travail et dans la lutte ; il encourage comme une chanson de bataille ; il console et il réconforte. Sachons rire ainsi que nos aînés... Bons Français de France, n'avons-nous pas pour consigne, avant tout, la bonne humeur ? (Armand Praviel)

maison.jpg

La dernière demeure d'Achille Mir

Ce n'est qu'en 1899 que le poète quitta la Manufacture de la Trivalle ; il vient s'installer dans la maison Messal, boulevard Barbès. C'est là qu'il mourut le 10 août 1901, entouré de sa femme Joséphine Négre, de sa fille Amélie et l'abbé Gasc, curé de la Cité. La ville de Carcassonne lui fit de magnifique funérailles et vota l'année suivante, une concession gratuite à perpétuité au cimetière Saint-Michel.

Le monument à Achille Mir

Le 21 décembre 1901, l'Ecolo Audenco décide de lancer une souscription afin d'élever un monument en hommage à Achille Mir dans Carcassonne. Au mois de mars 1906, le Comité dispose de la somme de 1696,70 francs, mais malgré le désintéressent du sculpteur toulousain Ducuing, il n'a pas assez d'argent pour le monument. Courant juin, la souscription domiciliée chez Achille Rouquet 3, rue Victor Hugo, compte 2625,50 Francs à la banque Saurel.

Capture d’écran 2017-08-28 à 17.01.06.png

Le 26 juillet 1908, l'œuvre de Ducuing est inaugurée lors des fêtes du félibrige en présence de : Prosper Estieu (Capiscol de l'Escolo Audenco), le baron Desazans de Montgaillard (Mainteneur des Jeux floraux), J-R de Brousse et Armand Praviel (Maîtres es-jeux floraux), Lannes (secrétaire de préfecture), Achille Rouquet (Revue méridionale), Faucilhon (Maire), Joseph Poux (Achiviste) et la famille d'Achille Mir. Après l'exécution musicale par la Société Sainte-Cécile dirigée par Michel Mir, le voile est levé sur le monument. Après quoi, tous les convives se retrouvent à l'Hôtel Bernard pour un grand déjeuner. On y chantera notamment "La coupo santo". 

https://www.youtube.com/watch?v=Zk2nUMVxb58C

narcisse.jpg

Le dessin ci-dessus de Narcisse Salières illustrant Lo lutrin de Ladern, constitua le bas-relief du monument sur lequel trônait le buste en bronze d'Achille Mir. Malheureusement, les Allemands en 1942 firent disparaître le monument et l'envoyant à la fonte. Au début des années 1950, des amoureux du patrimoine réclamèrent à la mairie de Carcassonne que l'on refasse les statues disparues. Marcel Izard-Longueville, maire de Carcassonne, s'engagea en ce sens mais seul le monument en bronze d'Armand Barbès fut refait sur le boulevard qui porte son nom.

Sources

Lou Lutrin de Ladern

L'express du midi / 1901 et 1908 

Notes et synthèses / Martial Andrieu

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017 

26/08/2017

Essai d'inventaire des tableaux et objets représentant le poète André Chénier

Gabriel de Chénier, dernier descendant du poète, possédait des papiers de famille qui furent légués à la Bibliothèque municipale de Carcassonne, la ville où André Chénier avait passé huit années de sa jeunesse. Nous y reviendrons dans un prochain article. Il s'y trouve notamment les lettres d'André à son père, les seules connues en original à une près, qui est à Zurich, des lettres de divers membres de la famille, des documents officiels concernant André et quelques livres de sa bibliothèque personnelle.

plaque Chénier 2.jpg

Plaque sur la maison de la rue Pinel, à Carcassonne

Le musée de Carcassonne reçut des portraits, notamment ceux d'André Chénier et de sa mère et divers objets. Aujourd'hui, le musée des Beaux-arts expose dans ses collections permanentes une partie de cet héritage, l'autre partie se trouve dans les réserves. Quant à la bibliothèque municipale, depuis son démantèlement en 2010 au profit de la Communauté d'agglomération du Carcassonnais, il n'est plus possible d'accéder d'une façon pratique à l'ensemble du fonds, qu'en prenant rendez-vous auprès des bibliothécaires dans un bâtiment "provisoire" qui dure depuis sept ans, situé à cinq kilomètres. Soumis au droit de réserve, les employés ne peuvent s'exprimer ouvertement sur le lieu de conservation des manuscrits, de feu la bibliothèque municipale. Outre le fonds Chénier et son billet manuscrit de Voltaire, il s'y trouve plus d'une centaine de lettres de grands compositeurs à Paul Lacombe, le fonds du philosophe Alquier, les originaux manuscrits du cartulaire de Mahul, etc. Une personne bien informée me glissait l'autre jour que le président de l'agglomération, ignorait jusqu'à un passé très récent, qu'il y existait ce fonds Chénier. C'est vrai, à sa décharge, qu'il connaît bien mieux l'histoire des trois-quart de l'équipe de rugby à XIII de Carcassonne... Un raison pour que l'agglomération cherche en douce à refiler les collections de l'ancienne bibliothèque, aux archives départementales de l'Aude ? Pour les incunables, c'est déjà fait.

Capture d’écran 2017-08-26 à 09.03.11.png

Pierre gravée sur la tombe de Marie-Joseph Chénier à Paris

Le chanoine Gabriel Sarraute - ancien élève de l'école du Louvre - avait réalisé en son temps un essai iconographique sur les œuvres et objets représentant André Chénier. Son travail, ô combien précieux, ne s'accompagnait pas de photographies mais d'une description détaillée. Notre travail de recherche a consisté dans la recherche de ses tableaux, gravures et sculptures disséminées dans plusieurs collections et dans l'actualisation de la description de Gabriel Sarraute. Le Musée des Beaux-arts de Carcassonne en conserve un grand nombre grâce à la donation effectuée par Adélaïde Frémeaux et Gabriel Chénier en 1880 et 1892. Le chanoine signale que le sculpteur René Iché, mort en 1955, projetait un monument à André Chénier pour Carcassonne, la ville de son enfance. Ce dessein n'a pas été réalisé.Chénier à 11 ans. Cazes fils.png

© Musée des Beaux-arts de Carcassonne

André Chénier à onze ans par Cazes fils

(Huile sur toile, 0,80 x 0,50)

Signé à droite, à hauteur d'épaule : Cazes fils pinxit 1773.

Au dos, une étiquette ancienne porte le nom André. 

A propos de Cazes fils, il s'agit d'un fils de Pierre-Jacques Cazes (1676-1754), mort directeur et chancelier de l'Académie royale, auteur d'un tableau, Saint Pierre ressuscitant Tabithe, dessiné à St-Germain des près, dont l'esquisse est au Louvre. Pierre-Jacques eut deux fils : Jacques-Nicolas et Pierre-Michel. On se sait pas quel est celui qui signait Cazes le fils, qui a fréquenté le salon de Mme Chénier ; qui a peint pour elle des scène de l'Iliade et plusieurs portraits ; qui, s'il faut croire une inscription d'un tableau du Musée de Carcassonne, aurait peint Mme Chénier à Constantinople. Il semble avoir été le "peintre ordinaire" de Mme Chénier et le professeur de dessin et peinture d'André.

Provenance :

Collection de Gabriel de Chénier. Don de Mme G. de Chénier à A. Mazières (1880). Don de Monsieur A. Mazières au Musée de Carcassonne en 1892.

Documents écrits à la Bibliothèque municipale de Carcassonne : 

Lettres de G. de Chénier à Dougados (Paris, 21 février 1854) : "J'ai le portrait (...) de mon oncle" ; Mme G; de Chénier à M. Malric (Paris, 16 avril 1884) : "Les portraits de grandeur naturelle de Mme Louis de Chénier et ceux de ses fils André et Sauveur (...) étaient tous les trois dans la maison de mon beau-père." 

Chénier (Cazes fils).jpg

© Musée des Beaux-arts de Carcassonne

Tableau de famille

Huile sur toile, 1,40 x 1,07

Ce tableau était daté de 1774 à l'envers de la toile. Mais son état ayant exigé un réentoilage, cette date est actuellement cachée sous la nouvelle toile. La famille Chénier est alignée au bord de la Seine, du côté de la Samaritaine. On voit le Pont neuf avec la statue d'Henri IV, le bâtiment de la Monnaie, l'Institut. DE gauche à droite : Trois servantes ; Hélène Chénier en route rouge ; une servante ; Mme Chénier en costume grec, robe blanche, manteau bleu paon, dans une pose théâtrale. Cette dernière est grande, alors qu'elle était en réalité de petite taille. André Chénier, en jaune paille ; Constantin, en rouge ; Louis-Sauveur, en gris ; Louis Chénier, en uniforme de Consul : habit bleu, gilet et culottes rouges ; deux laquais. Le tableau semble être l'œuvre d'un peintre du dimanche : les pavés, les bâtiments à l'arrière sont penchés.

Historique :

Donné par Louis Chénier à André Béraud, bourgeois de Carcassonne, oncle et parrain d'André. Transmis par voie d'héritage à sa nièce Paule Coste, épouse Dolbeau, puis à Mme Sacraste, née Dolbeau, à Mme J-J Mazières, inspecteur des Eaux et forêts qui le prête à Gabriel de Chénier en 1854 pour "quelques mois", afin d'en faire faire une copie par sa femme "qui a cultivé la peinture". Elle devait le garder 25 ans (1856-1881). Au moment de l'essai du Chanoine Sarraute, le tableau était à Jean Azaïs (10, rue Temponnières à Toulouse), unique descendant des Chénier. Il est depuis 1985 au Musée des Beaux-arts de Carcassonne (Don d'Etienne Azaïs en 1985).

D'après les lettres de la Bibliothèque municipale :

Dougados, avocat et secrétaire de la Société des arts et des sciences de Carcassonne, apprend à Gabriel de Chénier le 10 février 1854, l'existence de ce tableau chez Mme Azaïs, qui est une de ses clientes. Le 21 février 1854, G. de Chénier dit sa demande prêt. Le 10 septembre 1856, Auguste Mazières envoie à G. de Chénier, le tableau qu'il "garder tout le temps qui sera nécessaire, le délai d'un an (...) ne semble pas exagéré." Le 18 février 1880, La veuve de G. de Chénier à Mazières : "Je ne voudrais pas, quand je mourrai, qu'il puisse aller dans d'autres mains que les vôtres." Le 18 avril 1880, elle vient de faire photographier le tableau de famille avant de renvoyer l'original. Le 16 août 1881, envoie du tableau à Mazières dans sa propriété de Parazols. 

chénier. Augustin 2.jpg

© Les Bucoliques / J-M de Hérédia / 1907

Portrait d'André Chénier, par Jacques Augustin

Miniature, vers 1790

A gauche du visage : A mon ami André, Augustin.

Historique

Possession de M. Lherbette, ancien député. Acheté à la vent après son décès, par Mortimer-Ternaux (vers 1842). Collection de M. Bourgnon-Delaire (1877). Propriétaire actuel inconnu.

Lettres bibliothèque de Carcassonne

Le 9 janvier 1877, Antoine de Latour à Gabriel de Chénier. Mortimer venait de lui montrer une miniature qu'il venait d'acheter représentant André "en officier", "la tête poudrée", avec l'inscription : "Constantin à son ami André". Antoine de Latour dit que si le tableau de Suvée " nous a heureusement rendu l'André de Saint-Lazare, celui de Constantin serait plutôt l'André des Elégies."

Suvée. André Chénier.png

© Wikipédia / Collection particulière

André Chénier à St-Lazare, par J-B Suvée

Huile sur toile, 0,70 x 0,60

A droite, vers le bas : Peint à Saint-Lazare le 29 messidor l'an 2, par J.B Suvée. 

Historique :

Peint à la demande des frères Trudaine, amis d'enfance d'André Chénier, huit jours avant la mort du poète (25 juillet 1794). Suvée également emprisonné comme suspect à Saint-Lazare, fut sauvé par la chute de Robespierre. Le poète Roucher, guillotiné avec Chénier, lui fit faire son portrait la veille. C'est un simple dessin qu'il put envoyer à sa femme et ses enfants, accompagné des vers suivants :

Ne vous étonnez pas, objets sacrés et doux

Si quelque air de tristesse obscurcit mon visage

Quand un crayon savant dessinait cette image,

J'attendais l'échafaud et je pensais à vous.

M. de Courbeton hérite du portrait de Chénier, les frères Trudaine ayant été guillotinés le lendemain de sa mort. Il le lègue au marquis de Vérac, gouverneur de Versailles sous la Restauration. Vendu, par l'intermédiaire de Frédéric Soulié, à M. de Cailleux, directeur des Musées en 1862. Vendu à l'Hôtel Drouot le 20 janvier 1877 au marquis de Pange. Passe ensuite dans la collection du comte Louis de Pange. Aujourd'hui, dans une collection particulière à Paris.

Documents écrits :

Gabriel de Chénier essaya en vain d'acheter au marquis de Vérac. Assita à la vente chez Drouot en 1877, mais n'eut pas les moyens de l'acquérir. Félicita le marquis de Pange, descendant de François de Pange, ami d'André Chénier. Ce tableau fut reproduit par des gravures, imprimées notamment dans le Larousse.

François Thomise. Chénier. Musée de Béziers.png

© Musée des Beaux-arts de Béziers

André Chénier à vingt ans (?), par François Thomire

Huile sur toile ovale, 0,40 x 0,30

Signé et daté en bas à droite : Thomire 1782. Sur le châssis, il est indiqué que Thomire serait un "auteur reçu à l'Académie de Bordeaux".

Historique :

Acheté à Paris en 1886, dans une vente publique, par M. Adalbert de Faniez. Donné par M. de Faniez au Musée de Béziers (N° 200 du catalogue).

Lettres Bibliothèque de Carcassonne :

Le 27 juin 1887, Mme G. de Chénier fait remarquer à A. Mazières qu'on ne sait ni où, ni de qui M. de Faniez a acheté le portrait, ni comment on sait que c'est André Chénier. "La coupe du visage est la même, mais le nez est plus gros et moins droit et n'a pas la finesse (du portrait de Cazes), ni de celui qui a été fait à Saint-Lazare. Elle remarque que "la mâchoire d'André, dans les portraits authentiques, avance très sensiblement et que cette conformation n'existe pas dans celui que M. de Faniez a acheté."

Chénier. Musée Lambinet.png

© Musée Lambinet, Versailles

Portrait d'André Chénier (?), par L. Brown (?)

Pastel ovale, 0,65 x 0,52

En haut à droite : A. Chénier 1786. 

Historique

Leg de M. Vatel au Musée Lambinet de Versailles, où il se trouve toujours. M. François Boucher, délégué de l'Union française des arts du costume, estimait en 1958 que le costume représenté ne pouvait être de 1786, mais devait dates du début de la Révolution. Il pensait qu'il ne s'agissait pas d'un portrait de Chénier.

Mallet. André Chénier.png

© Musée des Beaux-arts de Carcassonne

Portrait d'André Chénier (?), par J-B Mallet

Huile sur toile, 0,21 x 0,16

Non signé. Achille Rouquet a prétendu sans en apporter la preuve, que le tableau faisait partie des portraits de famille détenus par Constantin Chénier (frère d'André) et qui ont disparu. Il remarqua qu'au dos du châssis est inscrit : "Ce portrait a été gravé", mais signala qu'il s'agissait d'une "Mention erronée" car il n'est pas connu de gravure de ce tableau.

Historique :

Acquis à Paris en 1881 dans une vente publique par M. Adalbert de Faniez, qui le fit passer à M; Cornet-Peyrusse. Celui-ci le fit acheter par le Musée de Carcassonne.

Lettre Bibliothèque de Carcassonne

Le 10 février 1891, Mme G. de Chénier à M. Mazières : "M. de Faniez (...) ne m'a, dans le temps, donné aucun renseignement qui pût me fixer sur la certitude que c'était un portrait d'André. M. Cornet et son parent (M. de Faniez), avaient sans doute des indications précises qui leur permettaient d'être affirmatifs."

Musée Carnavalet.png

© Musée Carnavalet, Paris

Portrait présumé d'André Chénier. Anonyme XVIIIe siècle

Huile sur toile, 0,55 x 0,45

Historique :

Acquis par le Musée Carnavalet en 1883 d'Hortense de Corbeau de Saint Albin (Hortense Jubinal). Le musée dans sa description actuelle, signale qu'il a été autrefois identifié comme étant André Chénier.

Lettres bibliothèque de Carcassonne

Le 10 février 1891, Mme G. de Chénier à Mazières : "A propos des portraits d'André, il y en a des drôles au musée Carnavalet à Paris ! Je me figure que ceux qui ont donné ces mauvaise peintures et dessins, surtout le portrait peint, qui est abominable et qui ne ressemble ni de près, ni de loin à ceux connus d'André, ont voulu relever la valeur de leurs dons en baptisant ces figures du nom d'André Chénier."

Attribué à Suvée..png

© Musée des beaux-arts de Carcassonne

André Chénier (?) dans sa prison (?), attribué à Suvée.

Huile sur toile, 0,68 x 0,62

Non signé. 

Historique

Le catalogue du Musée de Carcassonne porte qu'il a été donné par la Société des Arts et des Sciences de cette ville en 1894. Mais aucune délibération de cette société ne fait allusion à cette toile, qui n'offre aucune garantie et qui n'est accompagnée d'aucune référence.

Buste Chénier. David d'Angers.jpg

© Musée d'Angers

Buste d'André Chénier, par David d'Angers

Terre cuite, hauteur 0,54

Sur le socle : "Au poète André Chénier J-P. David d'Angers 1839"

Historique

 Aurait été commandé d'après Becq de Fouquières par M. Pastoret, chez qui André Chénier fut arrêté.

Lettres bibliothèque de Carcassonne

En 1844, David d'Angers donna à Gabriel de Chénier, un exemplaire en plâtre du buste. David s'était inspiré du portrait de Suvée. Il connut Latouche et Gabriel de Chénier, et possédait deux manuscrits du poète (aujourd'hui, à la bibliothèque d'Angers).

Drouot. David d'Angers.png

© Drouot

Médaillon d'André Chénier, par David d'Angers

Bronze, ø 0,155

A gauche, de bas en haut : André Chénier. Sous le cou : David

Historique

Dans le catalogue du musée du Louvre en 1922. Nous venons de trouver ce médaillon dans une vente chez Drouot, le 24 juin 2011. David d'Angers avait offert une épreuve en plâtre du médaillon teinté de bronze. Elle se trouve au Musée de Carcassonne (don de Mme Chénier).

Lettres de la bibliothèque de Carcassonne

Janvier-mars 1844, correspondance entre David et Mme Chénier. Pour faire un buste en terre cuite de Marie-Joseph Chénier (frère d'André) dont un exemplaire est au Musée de Carcassonne, David a demandé à "consulter le portrait de la mère de nos deux poètes".

Galerie.jpg

© leblogdelili.fr

Buste d'André Chénier, par Antoine Etex

Marbre, hauteur 0,65

Sur le socle, à gauche : "A la mémoire d'André Chénier". A droite : "Offert à la Comédie française par Etex 1839"

Historique

A la Comédie française, foyer des troisièmes galeries

Gravure XIxe  p.323.png

André Chénier, inconnu

Gravure ou lithographie du XIXe siècle

Muller. .png

© Musée des Beaux-arts de Carcassonne

L'appel des dernières victimes de la Terreur, par Muller

 Huile sur toile, 106 x186

André Chénier se trouve au centre de la scène, assis sur une chaise et la main posée sur sa tête.

Historique

Cette toile conservée au Musée de Carcassonne est une réplique de la grande toile exposée au Salon de 1850 puis à l'Exposition Universelle. Envoyée au Musée national du château de Versailles en 1886 avant d'être au Louvre en 1879, elle est en dépôt depuis 1991 au Musée de la Révolution Française à Vizille.

Puech.png

© Musée Denys Puech

La muse d'André Chénier, par Denys Puech

Marbre, grandeur naturelle

La muse assise, nue, les jambes repliées, tient dans sa main gauche, la tête du poète qu'elle baise au front et qu'elle enveloppe avec sa main droite dans ses cheveux.

Historique

Salon de 1850. Au catalogue du Musée du Luxembourg en 1898. Le plâtre est actuellement déposé au musée des Ursulines à Mâcon. Le marbre acheté par l'Etat est conservé au musée d'Orsay. 

Deux œuvres non signalées par Gabriel Sarraute 

Musée Carnavalet. Bourdelle.png

© Musée Carnavalet

Buste d'André Chénier, par Antoine Bourdelle

Ronde-bosse, 65,5 x 16 x 13,5

Mode d'acquisition inconnu. œuvre du XIXe siècle

Capture d’écran 2017-08-26 à 14.47.39.png

André Chénier, par Johannot

Taille-douce

Historique

Gravée en taille-douce par Baudran, 1850

Dans un prochain article, nous reviendrons sur les lettres constituant le fonds Chénier, légué à la bibliothèque de Carcassonne. 

Sources

Essai iconographique / Chanoine G. Sarraute

Poètes Audois dans la tourmente / 1994

Jeux d'ombres et de lumière sur la jeunesse d'André Chénier / G. Venzac

Catalogue de l'exposition nationale / dec 1962 - mars 1963

Recherches, notes et synthèse / Martial Andrieu

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017 

25/08/2017

La destruction par le feu des archives de la Cité de Carcassonne

Quelle richesse inestimable avons-nous perdue à jamais ce 20 novembre 1793 ? Il est presque impossible de le savoir. On parle très souvent de la profanation des tombeaux des rois de France dans la crypte de Saint-Denis, c'est très regrettable. N'est-ce pas toutefois moins important que la perte de documents historiques de premier plan pour l'histoire de la Cité, dans un grand feu de joie allumé par les sans-culottes ?

"Nous ne résistons pas à la satisfaction d'insérer ici cette pièce tristement curieuse et de livrer, en même, par leurs noms, au mépris et à l'indignation de tous ceux qui s'intéressent au passé, les auteurs de cette sotte exécution". (Guide à la cité de Carcassonne / Pierre Foncin / 1866)

couvportenarbonnaisetaylor.jpg

Aspect de la Cité sous la Révolution française

M. Champollion-Fijeac (1813-1894), dans son Annuaire de l'archiviste, publie le document d'archive relatant d'exaction des sans-culottes contre les archives de la Cité.

Ce jourd'hui 30e brumaire l'an II de la République Française, une, indivisible, quatre heures après-midi, nous, Jean-Marie Guilhem, maire ; officiers municipaux ; procureur de la Commune et notables composant le Conseil Général de la Commune de Carcassonne-Cité, accompagnés du citoyen Charles Assumac, secrétaire-greffier de la Commune ; du citoyen Maguelonne Naucadéry, juge de paix du canton de Carcassonne-Cité ; au milieu du bataillon de la Garde Nationale de la dite Cité, commandé par le citoyen Loubet, drapeau flottant, et de la compagnie des Invalides ou Vétérans de la garnison de la dite Cité, commandée par le citoyen Girot, capitaine de la dite compagnie, nous nous sommes rendus sur la place de la Liberté, ci-devant Belle-vue, où nous avons fait apporter tous les titres, privilèges, immunités, accordés à la dite commune de la Cité, par nos ci-devant Rois, ou, pour mieux dire, tyrans qui insultaient l'égalité, ainsi que deux registres de reconnaissances consenties en 1781, par les habitants ou possesseurs de bien-fonds et maisons de la récente Commune, au ci-devant roi le guillotiné ; et, étant parvenus dans cet ordre sur la dite place de la Liberté, et après avoir fait trois fois le tour des papiers et du bois destiné à faire le feu de joie, le citoyen Guilhem, maire, deux officiers municipaux et le secrétaire-greffier y ont mis le feu aux quatre coins, au milieu des cris de : Vive la République, une, indivisible ! Vive la Liberté, L'Egalité ! Périssent les Tyrans !

Capture d’écran 2017-08-25 à 09.28.24.png

La place de la Liberté en 1793

Le feu ayant duré pendant une heure, les citoyens qui s'y étaient rendus en foule, le Conseil Général de la Commune, et tous les assistants, on, pendant ce temps, avec la joie la plus vive, chanté l'hymne des Marseillais, la Carmagnole et autres couplets patriotes. Le feu étant éteint et les papiers, parchemins, registres, etc... entièrement consumés, et après avoir, sur la porte (Porte Narbonnaise, NDLR) donné l'accolade fraternelle aux commandants du bataillon de la Garde Nationale et de la compagnie des Vétérans, sommes entrés dans la salle publique de la dite maison commune, où nous avons dressé le présente procès-verbal, le jour et an susdits.

Signés : A. Baux, officier municipal ; Guilhem, maire ; Mieux, officier municipal ; Jean Girot, officier municipal ; Valens, Assumac, secrétaire-greffier. 

Capture d’écran 2017-08-25 à 09.38.06.png

Ancien hôtel de ville où fut dressé l'acte des sans-culottes

 Pour la petite histoire, le brûlement des archives n'ayant pas été complet, des titres emportés par le vent avaient été sauvés des flammes et des citoyens s'en étaient emparés. Le lendemain, 1er frimaire An II, une décision du Conseil Général de la Commune les prévenait "qu'ils seraient déclarés suspects s'ils ne les rendaient pas aussitôt." Etre déclaré suspect sous la Terreur, c'était passer en jugement devant un tribunal révolutionnaire qui vous envoyait à coup sûr au Rasoir national. Voilà donc un épisode de notre histoire qui n'enorgueillit pas nos révolutionnaires locaux. Si paraît-il à Carcassonne les têtes furent épargnées, les archives n'eurent pas ce privilège.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017