03/09/2017

Victor Gastilleur (1884-1925), le Tartarin de Carcassonne.

Que l'on n'arrive pas à mettre la main sur la biographie de Victor Gastilleur, n'est pas peut-être pas si extraordinaire que cela. Oh ! certes, Daniel Fabre dans le dictionnaire Les Audois nous a transmis une dizaine de lignes, mais c'est bien insuffisant pour nourrir notre dent creuse. Nous nous sommes donc mis en quête de réparer une injustice concernant cet homme, totalement oublié des Carcassonnais. Et pour cause... Son aspect bohème et excentrique en fit un personnage de roman, croqué avec une délectation toute spirituelle par Louis Codet en 1908. Ce César Capéran là, confirma par ses contours finement ciselés, la rondeur et les pensées tonitruantes de notre Gastilleur. Laissons là, la caricature ! On ne devient pas l'ami d'Eugène Rouart, d'André Gide, de François-Paul Alibert, de Moréas, de Picasso, d'Alfred Jarry ou encore de Déodat de Séverac, si l'on n'est pas doté d'une vive intelligence et d'un instinct de poète. C'est peut-être cela que les Carcassonnais n'ont pas su regarder.

Tartarin_Tarascon-05.jpg~original.jpg

Raimu dans Tartarin de Tarascon

Charles, Pierre, Joseph, Victor Gastilleur naît le 2 septembre 1884 dans une famille de riches commerçants. Son père Jean Augustin tient un magasin de chaussures au n° 9 rue de la Gare. Dans la grange jute à côté, il y installe un projecteur et diffuse sur un drap les premiers films muets. L'entrée est payante mais à demi-tarif pour les cavaliers du régiment de dragons. Elizabeth Bonnet, sa mère, tient la boutique avec son mari. L'enseigne s'appelle d'ailleurs, Gastilleur-Bonnet. Dans la Grand rue (rue de Verdun), les deux cousins Jean Auguste et Jacques Eloi possèdent le magasin de nouveautés "A la vierge", situé à l'angle de la rue Chartrand.

Capture d’écran 2017-09-02 à 14.34.27.png

A l'issue de ses études secondaires, Victor Gastilleur obtient son baccalauréat. Ceci nous est confirmé par  le degré d'instruction, notifié lors de son passage au Conseil de révision. Pas de "Bon pour les filles" ! Son passage sous les drapeaux est ajourné en 1905 pour cause d'obésité. L'année suivante, il est renvoyé dans le service auxiliaire. Victor Gastilleur exerce le métier de publiciste. Depuis qu'il s'est établi à Paris  comme étudiant dans le quartier Latin (17, rue du Val de Grâce), il mène une vie de bohème où seul le classicisme littéraire obtient de grâce à ses yeux. On le rencontre souvent dans le cercle de la revue "Vers et prose" fondée par Paul Fort en 1905.

"C'était Victor Gastilleur, invraisemblable mythomane. Dans sa chambre meublée du quartier latin, il avait introduit un fauteuil en visible provenance du Marché aux puces et qu'il affirmait être le fauteuil de Bossuet. Il le croyait." (André Salmon / Souvenirs sans fin)

Sylvain Bonmariage (1887-1966), gardait un "souvenir bizarre et charmant de Gastilleur". On vadrouillait dans le quartier des halles avec Moréas. C'était le bon temps ! Imaginez-vous que, comme femmes, Gastilleur n'aimait que les grosses mégères qui débitaient leurs salades sur le carré Rambuteau. Il se les envoyait toutes. Chacun ses goûts. Il avait la foi..." 

Alfred_Jarry.jpg

Alfred Jarry

(1873-1907)

Gastilleur s'était lié d'amitié avec l'écrivain Alfred Jarry depuis 1902. Au mois d'avril 1906, il vint même à son secours et le sortit d'affaire, après que l'auteur d'Ubu roi lui ai adressé cet appel au secours

Mon cher Gastilleur,

Je suis bien malade, sans qu'il y ait de danger. Vous êtes un vrai ami. Venez, s'il vous plaît, aujourd'hui ; j'ai reçu des bons de poste de Laval et n'ai pas eu la force d'aller les toucher, il faut partir ou mourir : je suis depuis cinq jours au lit, sans avoir pu aller faire mes provisions. Venez et vous me sauverez la vie. Votre ami. Le permis est le salut.  A. Jarry

Gide_1893.jpg

André Gide en 1893

En février 1907, Eugène Rouart propose les services de son ami Gastilleur, à André Gide. Sur la foi de ces recommandations, ce dernier lui obtient un poste de chroniqueur dans la revue littéraire Antée. Ses débuts ne seront guère appréciés ; une note assez acerbe dans le numéro d'avril au sujet du pâtissier Huymans, lui vaudra une mise à l'index.

Monsieur J.K Huysmans, le pâtissier bien connu de la rue Saint-Sulpice, dont les friandises sont célèbres dans le monde ecclésiastique, sentant venir la mort et voulant gagner le ciel, vient de faire à Dieu, un double sacrifice : il n'écrira plus que des romans de 150 pages, et cela sans le secours du dictionnaire des synonymes. En outre, et pour expier ses fautes passées, il fera arracher les quelques dents qui lui demeurent de ses lointaines débauches, par le révérend père Léon Bloy, de l'ordre des frères-raseurs - Cette touchante cérémonie aura lieu ces jours-ci. Au préalable, et afin d'éviter au patient des douleurs inutiles, il sera endormi par Adolphe Resté qui récitera ses derniers poèmes.

Sans incidence néanmoins, puisqu'au mois août, Victor Gastilleur publie dans la revue son "discours sur l'esprit critique" dédié à François-Paul Alibert. Le poète Carcassonnais l'avait présenté à Rouart en 1906. 

Capture d’écran 2017-09-02 à 12.09.46.png

On peut considérer qu'Eugène Rouart favorisa la carrière de Victor Gastilleur. Lorsqu'il était directeur de cabinet de Jean Cruppi (Ministre du commerce) entre 1908 et 1909, c'est lui qui le mit en relation avec Albert Sarraut. Gastilleur obtint le poste de chef de son secrétariat, jusqu'en 1916 ; année où il sera mobilisé pour la Grande guerre. Gastilleur essaya de tirer partie de la protection que lui offrait Sarraut, pour embêter tous les ministres afin de réaliser un musée historique occitan dans une des tours de la Cité médiévale. Toujours par l'entremise de Rouart, il réussit à placer son neveu Lucien Lamouroux (1900-1984)- fils de sa sœur Victorine - comme secrétaire d'un ministre. En contrepartie, est-ce lui qui a fait placer Eugène Rouart à l'arrière des combats à Carcassonne en 1915 ?

Déodat_de_Séverac.jpg

Déodat de Séverac

Tout ce petit monde des arts se côtoie et forme un noyau d'amis. En juin 1905, Victor Gastilleur écrit à Pablo Picasso pour l'inviter à Carcassonne avec Rouart : "Nous vous attendons ici cet été". Très lié au compositeur Déodat de Séverac, il participe aux salons musicaux à St-Félix Lauragais où l'on retrouve Ricardo Vinès. En 1907, il effectue un voyage à Barcelone pour rencontrer Adria Gual, dramaturge catalan et fondateur de l'école d'art dramatique. L'année suivante, Victor Gastilleur se joint à André Gide, Eugène Rouart et François-Paul Alibert pour un périple mémorable dans la Haute-vallée de l'Aude.

Que reste t-il de V. Gastilleur ?

Le 24 mai 1906, le théâtre de Carcassonne met au programme Hanibal, opéra de Joseph Baichère sur un poème de Gastilleur. Il s'agit d'un drame lyrique en deux parties et quatre tableaux. Nous n'avons pas encore retrouvé la partition. Le 24 juillet 1909, l'Ode à la Cité est exécutée au théâtre de la Cité sous la direction de Charles Bordes. Il s'agit d'une cantate pour chœur d'hommes composée en six jours par Déodat de Séverac ; le texte est de Victor Gastilleur. Seul la partie de chœur publiée à Vienne en 1910 aurait été conservée.

1946635927.jpg

Parmi les écrits de Victor Gastilleur

Sur le tombeau de Charles Bordes (1909 / NRF)

Achille Laugé, peintre languedocien (Ed. Servière et Patau / 1906)

Omer Sarraut. L'homme, la vie, l'œuvre. Préface de C. Pelletan (Ed. Servière / 1905)

En 2004, une rue de Carcassonne dans le quartier des Serres fut donnée à Victor Gastilleur. Là-bas, éloigné de ses pairs qu'il avait largement contribué à se rencontrer, aucune mention sur la plaque ne qualifie ce qu'il fut, ni ses dates de naissance et de décès. C'est bien dommage, car Victor Gastilleur mérite mieux que l'anonymat. Peut-être que ceux qui décidèrent d'honorer le poète, comme d'autres les fleurs pour une rue n'auront pas pris la peine d'effectuer ces recherches. Victor Gastilleur est mort le 1er décembre 1925 à Marseille.

Je pris posément la parole et lui prouvait qu'il avait tort : Que d'abord (comme je le pense) le favoritisme était la meilleure méthode de gouvernement, la seule qui fût digne d'un, peuple éclairé ; que nul autre moyen d'apprécier un homme et de le mettre en place ne saurait être comparé au choix et à la faveur d'un chef intelligent ; que les diplômes ont toujours constitué la parure des sots ; qu'il fallait être une sorte d'instituteur et un fétichiste pour en juger différemment. " (César Capéran / Louis Codet)

Sources

H. Bordillon /Gestes et opinions d'Alfred Jarry / Ed. Siloë / 1986

André Gide / Correspondances avec Alibert / PUL /1990

André Gide / Correspondance avec A. Ruyters /PUL 1990

André Salmon / Souvenirs sans fin / Gallimard

Louis Codet / César Capéran / Gallimard / 1927

Etat-civil et recensement / ADA 11

Notes, synthèses et recherches / Martial Andrieu

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Belle figure carcassonnaise, merci pour ce travail .

Écrit par : Marie | 03/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire