07/09/2017

Carcassonne, 24 août 1944. Cher François, mon chéri...

 Voici les premières lignes d'une lettre qui serait restée inconnue, si la curiosité de Monsieur William Perry  ne l'avait pas poussée à ouvrir le livre de Lucien Maury "La résistance audoise". La scène se passe tout récemment au Centre culturel de la mémoire combattante, où le vice-président prend régulièrement ses quartiers. A l'intérieur de cet ouvrage publié en 1980, une lettre manuscrite utilisée comme marque page attendait qu'une âme charitable voulût bien que l'on s'occupât d'elle. Le colonel Latournerie prit alors soin de la déchiffrer, de la dactylographier et de la confier à David Scagliola, le responsable de ce musée situé rue Trivalle. La seule recommandation que lui fit l'officier fut celle-ci : "Il faut retrouver Françoise !" Spielberg avait bien retrouvé au cinéma, le soldat Ryan au milieu des combats de Normandie. Comment diable mettre la main sur l'identité de Françoise, lorsque l'on a seulement son prénom sur une missive écrite voilà 73 ans ? Ne souhaitant pas que l'ami Scagliola se voit infliger une série de pompes, de corvée de chiottes ou encore de faire le tour de la Trivalle au pas de gymnastique, j'ai décidé de l'aider dans sa tâche. Plaisanterie mise à part, ce texte inédit apporte une orientation nouvelle à la connaissance de la Libération de Carcassonne. Ici, point de romance, ni d'héroïsme exagéré. Juste la vérité de l'instant...

andre-zucca-Paris-sous-occupation-1940-1944-18.jpg

© André Zucca

Photo d'illustration d'une parisienne sous l'Occupation

Enfin nous voici libérés et Français. Carcassonne est à nouveau une ville Française. Mais hélas pas sans mal, ni sans deuils. Dimanche nous avons connu véritablement la barbarie allemande. De nombreux incidents se sont produits en ville, par les troupes de passage. Celles qui occupaient la ville sont parties samedi et dès l’aube ils ont commencé à faire sauter les munitions et l’essence. Partout où il y en avait c’était un brasier : Salvasa, la Justice (1), Lamourelle, l’école normale des garçons etc. Un peu partout ; vers midi ça a été l’école normale des filles, mais dans le parc c’était affreux à entendre et dans le fond on se réjouissait en pensant c’est la fin pour eux et pour nous et dans la nuit presque tous ont filé. Mais il arrivait des troupes venues de Toulouse et Bordeaux.

3367988752.jpg

© ADA 11

La croix gammée flotte à l'Ecole normale des filles, route de Narbonne

Le dimanche ils prenaient toutes les bicyclettes, rentraient même dans les maisons où ils ont commis des actes de banditisme, violé les jeunes filles. Colette a été sauvagement prise chez elle et amenée à la cave de Carayol, déshabillée et neuf énergumènes l’ont violée l’un après l’autre, puis l’ont assommée presque sous les yeux de sa mère et de son frère tenus en respect avec des révolvers. A la gendarmerie, une bagarre a eu lieu devant la porte entre le gendarme Raynal et deux boches, le gendarme à moitié assommé criait au secours lorsque Daubercies voyant le mousqueton du boche à terre le prit et frappa le boche sur la tête. Sur le moment tout s’était bien calmé et le commandant avait renvoyé Daubercies à sa maison afin que ce soit tranquille. Mais vers une heure et demie une auto s’arrête devant notre porte et le capitaine de gendarmerie ainsi que six boches armés de grenades, révolvers, mitraillettes et mousquetons sont venus le chercher, l’ont emmené et depuis nous sommes sans nouvelles (2). On croit qu’il est prisonnier d’une colonne qui est passée dans le Minervois et se dirige vers Saint Pons. Tout le monde dans la maison est atterré.

daubercies.jpg

© Bulletin de l'Académie des Arts et des Sciences / Tome LV

André Daubercies

(1901-1944)

Après que Lucien ait été libéré samedi voici de nouveau une situation plus triste encore. Ce n’est pas tout : vers une heure de l’après-midi une colonne qui était arrivée à pied et en vélo, et avait cassé la croûte sur les bords du canal face à ton ancienne maison (3), a eu la fâcheuse idée (en entendant de la mitraille sur la route de Toulouse, car ils se battaient entre eux) de tirer sur l’olivette. Ils ont braqué un canon au pont et d’autres ont passé la passerelle, et sur tous les gens qu’ils voyaient tiraient à bout portant. Il y a eu dimanche quarante tués, des maisons complètement brûlées, et des blessés sans compter. Parmi les morts il y avait Baratcia de la banque Le Crédit Lyonnais ainsi qu’un ancien employé de la gare Jean Rey de l’Olivette.

1829144724.jpg

© G. Sarraute / ADA 11

Sous le pont du chemin de fer, quai Riquet

En ville des isolés tiraient dans les principales rues à bout portant ; sur la route de Narbonne c’était la même chose : ils tiraient à travers les volets des maisons. A un moment deux étaient postés à la route au coin de Batz et tiraient dans toutes les directions. Ils ont aperçu madame Despagnet qui sortait la tête et ont tiré, la balle est venue sur le mur de Cavailly, tu verras quel trou ! En face chez Sempere, Georges Mas (4) employé à la ville au service des eaux allait en mission lorsqu’il a été grièvement blessé par des balles explosives qui lui ont déchiqueté le pied et la cheville, le sang giclait partout et chez Sempere où on l’avait rentré on aurait dit un abattoir. Sous le feu de la mitraille, le docteur Piétréra, Lucien Denat et d’autres sont allé le chercher pour le conduire chez le docteur (5) car les ponts étaient infranchissables, les boches tiraient partout. Hélas le pauvre Mas est décédé de ses blessures car son sang a été empoisonné. Vers la Conte, Cassan, une femme qui ramassait dans les vignes de l’herbe, a été blessée et est morte aussi.

Mas.jpg

© Christian Mas

Charles Mas et son épouse

Moi pendant ce temps, ainsi que la famille Daubercies inconsolable et la famille Rivière nous étions réunis chez les Denat, une échelle posée contre le mur pour pouvoir passer dans les jardins, et une autre chez les Despagnet pour aller au parc. Vers sept heures le haut-parleur est passé disant que, si la population ripostait, on mettrait le feu à la ville et on prendrait quinze otages pour chaque Allemand tué. Songe la nuit que nous avons passé tous ! Le lendemain, plus rien, plus d’Allemands, rien que des isolés çà et là, mais on avait interdit la veille de sortir jusqu’à nouvel ordre. Vers deux heures un agent en vélo, lisant un papier, passait dans les rues disant de faire les courses au plus vite et de rentrer chez soi. J’essaie donc d’aller voir le patron car je savais par Fabrou qu’il était là. J’avais déjà préparé un mot pour donner à Caumes pour le lui porter car il n’y avait que la police dehors, les gendarmes même étaient en civil depuis la veille. Je vais donc à la viande pour moi et les Daubercies en compagnie de monsieur Despagnet.

1641402235.jpg

Le Corps franc de la Montagne noire défile dans Carcassonne

Arrivés chez Labarre l’horloger (6), le maquis faisait son entrée à la mairie. Immédiatement les agents ont débarrassé et la sirène a sonné afin que les gens rentrent. J’ai donné la lettre à Madame Labarre qui l’a passée au patron. Une heure après nous avons essayé de descendre avec les Denat Emilienne et Lucien, mais au pont (7) on nous en a empêché. Enfin mardi j’ai pu voir madame Mille qui m’a donné un bon potage. Dans la journée de mardi et depuis on fait la chasse à l’homme, car dans la campagne il y en a de cachés. Mardi et mercredi on a enterré les quarante morts de dimanche. Je suis allée mercredi soir à la sépulture de Baratcia. Mais hélas nous ne sommes pas tranquilles car des colonnes perdues errent aux alentours de Carcassonne et lorsqu’ils viennent trop près les sirènes sonnent l’alarme. Les hommes vont les pourchasser mais y laissent leur peau.

Aujourd’hui vendredi il y a eu les funérailles de six jeunes gens de la ville volontaires qui ont été tués à Pennautier. Parmi eux je connaissais le fils Poujade du Plateau (8) qui est le frère de madame Coste, le café Coste rue Chatran, puis le petit-fils de Marius Guiraud, celui de l’âne, qui est ami avec mémé Vito et le marin qui habitait au coin de Sabatier face à Georges. Il y avait aussi l’officier de paix Ramon que les Allemands ont pendu au château de Baudrigues.

3708363664.jpg

Devant la Milice, place Carnot. Les restes de Jean Bringer

Carcassonne était rassemblé place Carnot car on avait exposé les corps à la Milice, cette fois tout était bien organisé car pour les quarante premiers ce n’était pas tout à fait ça. On voit que le comité de libération nommé par Alger est en place depuis jeudi, et les drapeaux alliés flottent sur la mairie. Malheureusement il y a onze morts de plus des suites de blessures car ces balles explosives ne pardonnent pas. Maurice Chataigné le menuisier à côté d’Eugène est bien mal, ainsi que le petit Boyer qui est le fils de la femme de François Gouze, ainsi que le petit Combette du plateau. Les camps de F.F.I. arrivent pour repartir. Aujourd’hui Mazamet (9) est arrivé, ils ont mangé au square à midi et sont repartis sur Conques pour chasser les boches qui ravagent les villages.

2172348596.jpg

© Coll. Martial Andrieu

Femmes tondues à la Libération de Carcassonne


En ville, ils ramassent les miliciens et collaborateurs ainsi que les collaboratrices et les femmes qui ont été avec les Allemands. Ces dernières ont les cheveux rasés, on leur fait une croix, un U ou le tour de la tête et on leur laisse quelques mèches. Une que tu connais la Tavaillot est du nombre, elle n’ose plus sortir. Tandis que les collaboratrices et de la Gestapo comme la grande de Montlegun et sa copine, en plus d’avoir les cheveux rasés sont en prison. Il y a aussi l’Italienne et son père de chez madame Pia à côté d’Anduze. Les prisons de Carcassonne et Limoux regorgent. Les boches ont laissé du ravitaillement. Mardi on a touché presque une demi-livre de viande par personne, aujourd’hui vendredi une demi-livre de beurre et demain un peu plus de pain. Ces jours-ci quelques boulangers ont fait du pain blanc. On va toucher un demi-litre d’huile d’olives et des boîtes de sardines pour les J.

Miliciens.jpg

Groupe de Miliciens au Square Gambetta


Vive la Libération, Vive de Gaulle, Vive la France. Cet après-midi, à l’École normale nous avons assisté au lever des couleurs par les enfants garçons et filles. Le drapeau a été amené à l’école en procession, tenu par quatre enfants de prisonniers, deux garçons et deux filles. Puis on l’a hissé, observé une minute de silence et tout le monde a chanté la Marseillaise. Aujourd’hui samedi, on vient d’apprendre la nouvelle que Mestre , le beau-frère de Mimi Bourdil, en allant braconner les lapins vers Baudrigues, a passé sur une mine et a sauté. On l’enterre demain à quatre heures et Ramon l’officier de paix à deux heures. A midi, comme je descendais voir madame Mille, on rentrait onze collaborateurs et miliciens. Il y avait Fages coiffeur, Poret docteur. La foule était déchainée, criait et applaudissait. Pas grand-chose de plus à te dire, demain huit jours qu’on a pris madame Daubercies et encore pas de nouvelles. Moi, pour ma part, j’ai eu tellement peur avec tous ces évènements que tous les jours depuis dimanche j’ai des pointes au cœur qui me font bien souffrir. Si ça continue j’irai au docteur pour qu’il me donne quelque chose.

J’espère que vous autres avez été tranquilles à la campagne et ne vous êtes pas trop fait de soucis pour nous. Enfin nous sommes en bonne santé et j’espère que ça continuera. Pour le moment je ne vais pas à l’herbe car il y a des francs-tireurs et puis des mines, alors je tiens à la vie et reste dedans. A bientôt de te revoir et de vous revoir tous. J’espère qu’une vie normale commencera bientôt pour nous. Mille gros baisers.
                                                               Françoise.

Notes du blog

1. Caserne de la Justice, route de Montréal. 2. Le gendarme Daubercies sera torturé et retrouvé mort avec le visage tuméfié, en bordure de la route de Villegly. Une stèle rappelle son souvenir. La gendarmerie de Limoux porte son nom (Source : J-L Bonnet / Bull. Académie des arts et des sciences / 2015) 3. Route minervoise, puis en face au Quai Riquet. 4. Il s'agit de Charles Mas, le père de Christian décédé en 2015. 5. Clinique du Dr Delteil, Bd Camille Pelletan. 6. En haut de la rue de la mairie (A. Ramond). 7. Pont neuf. 8. Plateau Paul Lacombe. 9. Corps Franc de la Montagne noire.

Si quelqu'un pense avoir des renseignements nous permettant d'identifier Paulette ou le destinataire de ce courrier, merci de le signaler en commentaires sur le blog. Au-delà de l'importance de votre témoignage, pensez aux conséquences pour M. Scagliola...

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Merci de cet article qui me permet - pour la première fois, je pense - de voir cité le nom du père de Christian Mas. Je connaissais son histoire mais je ne l'avais jamais vu cité (la plaque sur la maison où il a été tué, route de Narbonne, est-elle encore en place ? Il me semble qu'elle avait disparu).

Écrit par : Mirelha | 08/09/2017

Répondre à ce commentaire

Merci ! Devoir de mémoire, certains en ont bien besoin ! Jicédé !

Écrit par : DELSOL | 08/09/2017

Répondre à ce commentaire

La plaque de marbre évoquant la mort de Charles Mas est toujours en place avenue du Général Leclerc: "ici, le 24 Août 1944, Charles Mas fut fusillé par les nazis"

Écrit par : Gilles Morlock | 08/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire