02/10/2017

Vieille coutume disparue : La fête du roitelet à Carcassonne

Autrefois, la fête du roitelet se célébrait chaque année à Carcassonne. Jusqu'à la Révolution ce 1793, les habitats des campagnes voisines accoururent à la ville pour accéder à ces réjouissances. Le premier dimanche du mois de décembre, les jeunes gens de la rue Saint-Jean organisaient une chasse à l'oiseau dit roitelet. Armés d'une gaule, ils battaient les buissons à coups redoublés et s'efforçaient de trouver et d'abattre un de ces oiseaux. Celui qui était assez heureux pour y réussir était acclamé par ses camarades qui le proclamaient leur chef ; il devenait roitelet. On rentrait en ville en procession et le nouveau monarque marchait la tête haute, portant au bout de sa gaule l'oiseau qu'il avait abattu. La comédie durait jusqu'à la fin du mois de décembre. Le dernier jour et sur le soir, les fifres et  les tambours se faisaient entendre de toutes parts. Les jeunes gens qui avaient assisté à la chasse au roitelet, allaient prendre Sa Majesté chez elle et l'accompagnaient dans une promenade qu'elle faisait dans toutes les ruesde la ville. Des hommes, portant des torches et des flambeaux, précédaient le monarque qui s'arrêtait à la porte de chaque maison. Les tambours, les fifres et les trompettes retentissaient alors et un des chambellans du roitelet écrivait sur la porte, avec de la craie rouge ou blanche : Vive le roi ! puis il ajoutait le millésime de l'année qui allait commencer. 

roitelet 01.jpg

© soutien67.free.fr

Le jour de l'Épiphanie, ou jour des rois, le roitelet sortait en grand pompe dès 9 heures du matin, le diadème au front, le sceptre à la main, il se drapait dans un manteau de couleur bleue. Ses officiers qu'il avait nommés lui-même l'entouraient et lui donnaient publiquement des marques de leur respect. Une garde d'honneur formée de ses compagnons de chasse l'escortait au son des fifres et des hautbois. L'oiseau qu'il avait tué était porté par un de ses premiers officiers, au bout d'un long bâton, et les jeunes filles de Carcassonne se dépouillaient ce jour-là de leurs plus beaux rubans que les gardes du roitelet suspendaient au rameau d'olivier qui surmontait la royale bannière. 

st vincent.jpg

Suivi de ce cortège le roitelet se rendait à l'église Saint-Vincent. Assis sur un petit trône au milieu du chœur, entouré de ses ministres et de sa garde, il assistait à la grand messe. Aussitôt que la cérémonie était terminée, le monarque, dont le règne allait finir, se dirigeait vers le palais épiscopal et rendait visite au premier pasteur de Carcassonne. Les magistrats, le maire et autres fonctionnaires publics recevaient le même honneur du roitelet, qui ne manquait pas de leur présenter un petit bassin où ils déposaient leurs offrandes. Le cortège royal recevait ainsi une assez forte somme d'argent, le roi n'exigeant aucun tribut de ses sujets. Tout était employé aux frais d'un festin somptueux à la suite duquel on dansait à la lueur des flambeaux. Ainsi se terminait le règne heureux et paisible du roitelet qui abdiquait sans regret sa couronne de fleurs et son innocente et joyeuse royauté.

Source

Auguste Ditandy (1826-1902), inspecteur d'Académie.

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

je n'avais jamais entendu parler de cette coutume... Et les roitelets doivent se féliciter qu'elle soit tombée en désuétude !

Écrit par : Dany | 02/10/2017

Répondre à ce commentaire

Entre le 1er dimanche de décembre et le jour de l'Epiphanie, le pauvre oiseau avait bien dû avoir le temps de faisander !!!

Écrit par : Christian Viguié | 03/10/2017

Répondre à ce commentaire

Coutume bête et méchante qui représente le mépris de l'homme pour les autres animaux.
J'espère que la corrida fera aussi un jour l'objet d'un article dans la rubrique des coutumes disparues...

Écrit par : Vinc | 04/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire