11/10/2017

Histoire de l'alimentation en eau des fontaines publiques de Carcassonne

Dès la fin du XVIIe siècle, la ville de Carcassonne tirait les eaux alimentant la fontaine de la Place aux Herbes (place Carnot), d’un lieu-dit situé à Villalbe appelé « Roquecave ». Cet endroit est compris actuellement entre l'Aude et la route de Limoux au niveau de l'ancienne gare de Madame. Un aqueduc dont les traces existent encore conduisait l’eau non loin du moulin de Maquens jusqu’à l’actuelle place Carnot où se dressait un rocher surmonté d’un Neptune aux proportions héroïques. Du haut de ce rocher, l’eau se déversait dans quatre coquilles. Un peu plus bas, quatre génies assis sur autant de chevaux marins, rejetaient l’eau par la bouche de quatre dauphins. Le tout était entouré d’un bassin en pierre et protégé par une grille de fer. Cette fontaine était insuffisamment alimentée et ses eaux ne pouvaient jaillir qu’à de rares intervalles.

dauphin.jpg

© AAVC / Alain Pignon

Le seul vestige de cette fontaine est ce dauphin restauré et déposé au Musée des Beaux-arts. On doit ce travail aux bénévoles de l'Association des Amis de la Ville et de la Cité qu'il faut féliciter :

Abbé Cazaux, J. Blanco, M-C Ferriol et A. Pignon

Les travaux relatifs à cette construction dataient de 1676 et avaient couté 70 000 livres. La communauté rechercha dès 1740, les moyens de remédier à ces inconvénients. On demanda des études au Révérend Père Pélissier de la Compagnie de Jésus et au sieur Bourrail, ancien trésorier de l’artillerie des provinces du Roussillon et du Languedoc. Les plans et devis du R.P Pélissier, présentés dans la séance du 20 janvier 1741, furent soumis par l’intendant du Languedoc à l’examen de M. Pitot, de l’Académie Royale de Londres, censeur royal et directeur des travaux publics de la Province du Languedoc.

M. Pitot après avoir dressé les procès-verbaux et fait de nouvelles études, soumit le tout à l’approbation du conseil qui, dans sa séance du 30 avril 1743, adopta son projet. Le 20 mai suivant, l’intendant autorisa l’adjudication des travaux ; retardée pour différentes causes, elle n’eut lieu que le 7 novembre 1744, en faveur de Germain Miran fils, entrepreneur des ouvrages publics de la ville de Carcassonne. Le 29 juillet 1751, il fut décidé que la grande fontaine de la place aux Herbes serait construite en marbre conformément au plan. A un détail près, les quatre lions placés aux encoignures seront supprimés.

10005987_723209911057642_253596282_o.jpg

© La dépêche

Actuelle fontaine de la place Carnot

Ce travail fut adjugé en 1752 moyennant 11 800 livres, au sieur Barata, sculpteur italien de Massa-Carrard. Cet artiste fort négligeant, son travail n’avançait pas. Il fut même question de le poursuivre ; en 1766, on pensa traiter avec Rémond de Caunes-Minervois. L’affaire s’arrangea finalement et Barata fils aîné repris les travaux commencés par son père. Il livra la fontaine qui fut placée le 3 juin 1771 sur la place aux Herbes. Ceci n’alla pas sans quelques problèmes…
A commercer par l’entretien des travaux assez dispendieux. Ensuite, l’établissement de filtres capables de fournir une eau claire et pure. Cette question fut traitée par la première fois en 1801, mais revint en 1824 en même temps que l’on s’occupa de la reconstruction des quatre fontaines angulaires de la place. Elle y sont encore aujourd’hui et remises en eau en 2013 par la municipalité Pérez. Le 6 juin 1833, on décida de placer des filtres à l’Origine sur le territoire de Coufoulens.

BASSINS ORIGINE.jpg

Bassins de l'Origine à Coufoulens

En 1824, les hauts quartiers de la ville furent alimentés en eau grâce à une machine hydraulique installée en haut de la rue de Verdun. Là, se trouve en-dessous un bassin et des canalisations souterraines. Cette machine fournit les fontaines du Jardin des plantes, près de la gare.
Dans le principe, les eaux étaient prises directement dans la rivière Aude et conduites aux bassins de décantation par un canal à ciel ouvert. Toutefois, on reconnut bientôt que ce canal était comblé à chaque crue et que le travail de décantation dans les bassins ne donnait pas une eau suffisamment pure.
Le système de filtration, établi en 1833 et 1834, sous l’administration de M. le baron Peyrusse, produisit de meilleurs résultats. On construisit 420 mètres d’aqueducs filtrants, à pierres séchées, de 0,33 x 0,30 mètres. Ces aqueducs formant deux branches, venaient se réunir à 60 mètres en amont des bassins de l’Origine, avec lesquels ils étaient mis en communication au moyen d’un aqueduc en pierre de taille évidée de 0,50 x 0,35 mètres.

Basinn.jpg

Entrée vers le bassin sous la Porte de Toulouse

Devenu maire en 1853, M. Roques-Salvaza fit rechercher ces aqueducs disparus sous la végétation et en fit établir de nouveaux sur une longueur de 400 mètres dans des proportions plus considérables, ce qui permit de les visiter d’un bout à l’autre et d’éviter les inconvénients rencontrés par le passé. Les travaux de défense furent entrepris en même temps que ceux des filtres. Sans chercher à fixer d’une manière définitive le lit de la rivière à l’Origine, on se contenta de protéger la tête par une digue de terre insubmersible reliée au coteau, et par le revêtement en moellons de la berge de la rivière, par laquelle la crue était à craindre. Les eaux ainsi captées et filtrées et défendues furent amenées des bassins de l’Origine à celui de distribution au moyen d’une conduite constamment couverte construite en maçonnerie sur presque toute la longueur et creusée sur quelques points aux abords de la ville dans le rocher.

BASSIN 1676.JPG

© Jacques Blanco

Bassin de 1676 sous la place Davilla

Cette conduite a une longueur de 7757 mètres que l’on peut diviser en trois parties distinctes : la première, en partant des bassins de l’Origine, sur une longueur de 623 mètres, est complètement enfoncée dans le sol. Elle est formée d’une galerie qu’un homme peut parcourir et qui a un mètre de large sur 1,70 mètres de hauteur. On pouvait y pénétrer par deux puisards.

aqueduc_4.jpg

© Thierry Lamouroux

La conduite sur le domaine du Chapitre à Villalbe basse

La partie intermédiaire sur une longueur de 6639 mètres, est établie tantôt à une faible profondeur sous le sol, tantôt au-dessus, supportée par des murs et arcades. Dans cette partie, la largeur de la conduite est généralement de 0,50 x 0,80 mètres. Il a été construit 31 regards pour cette partie.

Capture d’écran 2017-10-11 à 20.29.56.png

Vestiges de l'aqueduc derrière les sapins, route de Limoux

La dernière partie, longue de 496 mètres est comme la première, enfoncée sous le sol. La plus grande fraction a même été ouverte en forme de tunnel. Elle est comme la première, desservie par dix puisards. La pente totale entre le seuil de la conduite à l’Origine et les orifices des tuyaux au bassin de distribution est de 6362 mètres qui, répartis sur la longueur totale, donnent une pente moyenne de 0,000819 par mètre.

alimentation en eau

© Droits réservés

En 1973, des travaux d'agrandissement de la station ESSO au Quatre chemins, mirent au jour une partie de l'aqueduc souterrain.

L’eau amenée par la conduite extérieure que nous venons de décrire, arrive au bassin de la place Davilla où elle se divise en deux parties : l’une, conservant son niveau et désignée sous le nom d’eaux ordinaires, va au bassin de distribution situé dans la rue de Verdun, à l’angle de la rue des Etudes. L’autre, perdant 2,40 mètres de hauteur et désignée sous le nom d’eaux basses, coule dans un canal souterrain établi sous le boulevard Marcou.

Capture d’écran 2017-10-11 à 20.40.55.png

Ancien bassin de distribution, rue de Verdun

On a dru subir cette perte de hauteur pour créer une chute et, par suite, une force motrice qui, put élever l’eau nécessaire aux quartiers supérieurs de la ville. Treize tuyaux, dont six pour les eaux ordinaires et sept pour leurs nombreux embranchements se croisant en tous sens et formant un réseau compliqué distribuaient en ville de grosses quantité d’eau. Les tuyaux étaient généralement en poterie ; ils furent remplacés à la fin du XIXe siècle en métal.
L’alimentation en eau des hauts quartiers était à peu près nulle en 1676. Les moyens imaginés par M. Pitot pour les pourvoir furent imparfaits et insuffisants. A la chaîne à chapelets, établie primitivement sur la chute de la « Porte de Toulouse » (haut de la rue de Verdun), succéda en 1824, la machine Mazeline (roue en fer à godets) qui mise en mouvement par 45 pouces d’eau, devant en élever 12 à 15 - à une hauteur de 14 à 15 pieds. Le système Abadie adopté en 1832 consista en une roue motrice à augets actionnant trois pompes et devant, avec 100 pouces d’eau motrice, élever 10 pouces ou 140 litres d’eau par minute, pour alimenter dix bornes fontaines.

alimentation en eau

Vestiges de l'aqueduc de Pitot chez M. Gélis en 1973

En 1846, la roue fut remplacée par une turbine et un quatrième corps de pompe fut ajouté au trois premiers. Une seconde turbine actionnant une pompe vint plus tard fonctionner à côté de la première, sans améliorer sensiblement la situation. Le problème fut enfin résolu par M. Girard, ingénieur civil à Paris.La turbine qu’il a construite en 1864 actionne directement deux pompes horizontales à pistons plongeurs, et à double corps, devant donner 45 à 50 coups de piston à la minute et élever par 34 heures, l’une 200 m3 d’eau à la hauteur de 9 mètres et l’autre 300 m3 à la hauteur de 7 mètres avec le volume de 4000 m3 d’eau motrice. Depuis cette époque, et grâce à de nouveaux perfectionnements, on a pu créer des fontaines dans des quartiers qui en étaient privés et surtout au faubourg de Laraignon (Les Capucins) et au faubourg de la Paix.

réservoir.jpg

© Collection Martial Andrieu

Ancien réservoir de la place Saint-Sernin (Marcou) à la Cité

Des études pour compléter le service hydraulique de la Cité furent faites en 1865, par M. Simonneau, ingénieur des Ponts et Chaussées et M. Desolas, architecte de la ville. Toutefois, ces études n’aboutiront à un résultat qu’en 1871. Jusqu’à cette époque, la seule eau dont disposait la Cité était celle de la « Porte de fer » qui arrive par un aqueduc de deux kilomètres de longueur. La source qui fournit l’eau à la Cité vient de Pech-Mary et sort de dessous le rocher qui se trouve dans la propriété dite « Porte de fer », actuellement appelée « Sainte-Eugénie ». Il faut suivre actuellement le chemin de Sainte-Croix en direction de Pech Mary.

A cette date, on établit près de l’église Saint-Gimer, dans le faubourg de la Barbacane, une machine élévatoire, mise en mouvement par la vapeur, et qui conduit l’eau d’un puits sur la place Saint-Sernin. Là, un réservoir d’une certaine hauteur distribuait les eaux des deux provenances dans les différents quartiers. Cette machine ne fonctionnait guère que pendant les chaleurs, au moment des basses eaux de la Porte de fer. On ne comptait d’abord à Carcassonne que 16 bornes fontaines et la grande fontaine de la Place aux Herbes.

Capture d’écran 2017-10-11 à 21.01.56.png

L'une des quatre fontaines de la place Carnot

En 1875, il y a 119 bornes fontaines dans la Ville basse et ses faubourgs, cinq fontaines de luxe, en gerbes ou cascades. En 1865, M. des Plas, architecte de la ville, démontre par comparaisons que Carcassonne (Ville basse) est la seconde ville du monde et la première de France pour la quantité d’eau assurée aux habitants et distribuée dans les fontaines publiques. En effet, on relève sur le tableau qu’il a dressé à titre d’exemple, en litres par jour :

Rome (950), Carcassonne (750), New-York (568), Marseille (186), Bordeaux (170), Londres (95), Toulouse (70), Montpellier (60), Edimbourg (50), Le Havre (40), Paris (14).

Sources

Lectures variées sur le département de l'Aude / A. Ditandy / 1875

Notes et synthèses / Martial Andrieu

Conseils de lecture

La conduite des eaux potables à Carcassonne (XVIIe et XVIIIe siècles)

Bull. SESA - Tome CVIII - 2008 / J. Blanco et JL Bonnet

 Claude Marquié / Hommes et métiers au fil du temps

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Plusieurs articles racontaient partiellement l'histoire des fontaines de la ville. C'est super d'en avoir fait la réunion en donnant une cohérence à l'ensemble, photos à l'appui. Merci. Continuez !

Écrit par : J. Ourliac | 12/10/2017

Répondre à ce commentaire

Au début des années 2000 plus d'un kilomètre d'aqueduc a été complètement détruit entre le passage à niveau de Madame et l'ancien passage à niveau de Villalbe. A la place ils y ont enterré une conduite alimentée par le lac de Taure. Cette conduite est un secour pour Carcassonne en cas de souci de pompage dans l'Aude. Mais elle n'a jamais été terminé et jamais reliée à l'usine de traitement des eaux. Il reste quelques belles pierres de cet aqueduc sur le bas côté de la route de Limoux. Cette partie d'aqueduc était enterré sur ce secteur, seul apparaissaient les bassins de décantation.

Écrit par : Gerard | 12/10/2017

Répondre à ce commentaire

Excellente chronique qui fait une synthèse de l'histoire des fontaines de notre ville. Martial comment faites vous pour nous régaler avec tant de précisions? Je suis admiratif devant tant de travail!

Écrit par : bonneric | 12/10/2017

Répondre à ce commentaire

Monsieur Bonneric,
Je vous remercie sincèrement pour vos félicitations qui encouragent mon travail. Se rendre compte de ce travail est une chose, le dire publiquement en est une autre.
Merci de l'avoir fait.

Écrit par : Martial Andrieu | 13/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire