27/10/2017

L'arrestation de Mlle Billot sur le Pont vieux le 11 juillet 1944 par le police allemande

L'histoire que nous allons vous raconter n'est pas issue d'un épisode de la série télévisée "Un village français". Et pourtant... Il s'agit d'un fait réel qui s'est produit durant l'été 1944 à Carcassonne et qui démontre, s'il le fallait, les énormes risques que prirent certaines personnes pour la libération de la France. Mademoiselle Madeleine Billot née à Gaillac (Tarn), étudiante en pharmacie, venait juste de fêter le 5 juillet 1944 ses trente ans, lorsqu'elle fut arrêtée par la police allemande, interrogée, incarcérée et envoyée en déportation. 

billot.jpg

© Un village français / France 3 (Droits réservés)

Photo d'illustration

Ce mardi 11 juillet 1944 à 14 heures, Madeleine Billot a rendez-vous sur le Pont vieux avec le délégué de l'O.M.A de Montpellier qui possède son signalement. Depuis quelques temps déjà, cette jeune femme est membre du secrétariat régional des Mouvements Unis de Résistance. Ses parents sont pharmaciens au numéro 20 de la rue de Verdun.

"Les hommes étaient plus souvent fouillés dans les gares. J'adjoignis au secrétariat régional, une jeune femme de Montpellier qui prit le nom de "Joseph" et à mon secrétaire Radon, une étudiante de Carcassonne, Madeleine Billot dite "Arsène".

145953761.jpg

Arsène, vêtue d'une veste rouge avec un livre à la main descend le Pont vieux en direction de la Trivalle, à la rencontre de son contact. Elle doit l'amener à une réunion des responsables de la Résistance régionale chez M. Mouton, conseiller d'état honoraire. Elle détient également un bon du trésor de 500 000 francs provenant d'Alger qu'elle doit remettre à M. Arnal, agent d'assurances, afin que celui-ci lui remette la somme en liquide payable après la Libération. Ce qu'elle ignore c'est que l'homme avec lequel elle a rendez-vous, a été arrêté le samedi précédent. Sur lui, on trouva un carnet portant les indications suivantes : "A la date du 11 juillet - 2 h - 6 h Carcassonne - Pont vieux - jeune fille blonde veste rouge, livre à la main". Madeleine ne se méfia pas lorsqu'à l'extrémité du pont, elle crut voir la personne qui devait l'attendre ; celle-ci lui prit la bicyclette et l'accompagna. Un peu plus loin, surgit alors un autre individu aux cheveux roux, de forte corpulence, âgé d'une quarantaine d'années, qui l'intercepte : "Police Allemande. Amenez-vous à la réunion". A cet instant, afin de faire diversion, elle donne le bon du trésor à l'individu ayant servi d'appât. Comme si là était la vraie raison du rendez-vous, alors qu'en fait il n'existe pas de lien. 

le-batiment-du-67-avenue-franklin-roosevelt_453080_800x600.jpg

© L'Indépendant

Villa de la Gestapo, 67 rte de Toulouse

Quelle réunion, répond-elle ? J'amenais cet ami prendre une tasse de thé chez moi." Madeleine Billot est alors amenée sans ménagement dans les locaux de la Gestapo, situés au N° 67 de la route de Toulouse. Précisément, à la villa qui fut rasée en 2016 malgré mes protestations. 

Où cette réunion devait-elle se tenir ?

Nous avons dû chercher qui était ce monsieur Mouton, avec pour seul indice sa qualité de Conseiller d'état honoraire. Où résidait-il dans Carcassonne ? Paul "Henry" Mouton (1873-1962) était né à Carcassonne et le père de Simone, épouse Cahen-Salvador, qui occupera plus tard la présidence de l'Association des Amis de la Ville et de la Cité. Quant à son domicile, la famille Mouton possédait depuis 1850 le domaine de La Jasso sur la plaine Mayrevielle. Stéphane Rives, l'actuel propriétaire nous le confirma. Voilà donc un endroit bien à l'abri des regards, dans lequel cette réunion devait se tenir. Gilbert de Chambrun dans ses mémoires "Journal d'un militaire d'occasion", raconte l'issue de cette réunion avortée par l'arrestation de Madeleine Billot alias Arsène.

domaine Jasso.jpg

Le domaine de la Jasso, lieu probable de la réunion clandestine

"Des cartes étaient dépliées sur la table, lorsque nous apprîmes que Madeleine Billot dite "Arsène", membre du secrétariat régional et organisatrice de la réunion, venait d'être arrêtée à quelques centaines de mètres de là... Une femme de chambre de la maison, qui fut témoin de son arrestation, nous alerta. Le fait que la Gestapo devait se douter qu'il s'agissait d'une réunion importante rendit la dispersion difficile. Je contournai la ville avec deux camarades. L'arrivée d'un convoi militaire sur la route, nous fit nous dissimuler derrière un talus. Les camions se suivaient à intervalles rapprochés, escortés par des motocyclistes. Un petit canon tracté fermait la marche. A vue de nez, les effectifs dépassaient ceux d'une compagnie. Les officiers et les hommes portaient l'uniforme bleu. C'était la Milice de Carcassonne qui allait attaquer dans la montagne, un maquis d'une cinquantaine d'hommes, armés de quelques armes individuelles, que nous n'avions aucun moyen d'avertir. Pendant ce temps, la Gestapo nous recherchait dans le quartier du vieux pont. Bringer, chef départemental FFI de l'Aude fut arrêté au mois de juillet. Il devait mourir à la veille de la Libération : les Allemands en retraite l'attachèrent ainsi que Ramond et plusieurs autres résistants sur les caissons de munitions, qu'ils firent exploser. Georges Morguleff le remplaça comme chef départemental FFI, assisté de Meyer dit "Jean Louis", chef départemental adjoint au titre des FTP. Raynaud, Bousquet, chef de bataillon d'active. Maury dit "Frank", chef du maquis de Picaussel."

Un-village-francais_width1024.jpg

© Laurent Denis / FTV - téléstar.fr - Un village français

La Milice française avec son insigne Gamma et l'uniforme bleu

 Qu'est devenue ensuite Mlle Billot ?

Madeleine Billot fut interrogée dans la villa de la Gestapo par les agents de la police allemande : Qui est Philippe ? Où devait se tenir la réunion ? Comme elle ne répondait pas, on l'amena à la salle de bains où elle fut frappée. Quand René Bach entra vers 15 heures, il se mit dans une colère folle contre ses collègues qui s'étaient précipités, plutôt que de la suivre pour savoir où elle allait. Mlle Billot raconte :

"J'ai été amenée à lui faire remarquer s'il n'avait pas honte de laisser maltraiter une femme. Il m'a répondu que si j'avais parlé, cela ne me serait pas arrivé. Quant à lui, je ne crois pas qu'il m'ait frappée. S'il l'a fait, il a pu me donner quelques coups parce que les horions et les gifles pleuvaient sur moi."

pinterest.jpg

© Pinterest - Un village français

Interrogatoire du SD (Gestapo)

Conduite ensuite à la Maison d'arrêt de Carcassonne entre 19 heures et 20 heures, elle fut à nouveau interrogée par Bach le lendemain. Ceci, dans le but de tenter de la faire parler. Malgré son habileté, l'interprète de la Gestapo n'y arriva pas. Toutes les enquêtes et interrogatoires n'ayant rien donnés, Madeleine Billot fut transférée à Montpellier le 20 juillet 1944, puis dirigée sur Romainville le 31 juillet. Le 15 août 1944, elle était déportée vers le camp de Ravensbrüch en Allemagne.

"Dès que je suis arrivée au cap de Ravensbrüch, toutes les femmes ont été déshabillées et dépouillées de tous leurs bijoux et des valeurs qu'elles pouvaient porter. Tout ce que nous avions a été confisqué et nous n'avons jamais pu retrouver trace de quoi que ce soit. Nous avons été habillées d'une culotte, d'une chemise et d'une robe légère. Ces vêtements appartenaient à l'administration allemande. Dans le camp, nous nous levions à trois heures et l'appel durait une heure ou deux. Nous faisions des corvées de sable, de pommes de terre et de bois. Nous logions dans des baraques et nous couchions à trois par lit. Une ou deux fois par semaine, il était procédé à des appels qui duraient de 18 heures à l'heure très avancée de la nuit. Comme nourriture, on nous donnait une boisson chaude dès le réveil, une soupe à midi et le soir. Nous étions gardées soit par des soldats SS, soit par des femmes SS, soit encore par la police intérieure du camp qui était faite par des prisonnières polonaises. Cette vie était douce en comparaison de celle de Rönigsberg où nous étions employées à la construction les unes d'une route, les autres d'un camp d'aviation. Nous étions obligées de travailler également 12 heures par jour, par tous les temps : pluie, neige et froid. Nous étions aussi battues pour les motifs les plus futiles et nous vivions dans des conditions d'hygiène déplorables."

Madeleine Billot passera par plusieurs camps : Torgau, Ravensbruch et Roenigsberg. C'est dans ce dernier camp qu'elle fut libérée par les Russes le 5 février 1945. D'après les archives de la Résistance conservées à Paris, Mlle Billot se mariera avec M. Saint-Saëns. Qu'est devenue ensuite cette personne ? Contrairement à ce qu'affirme la délibération du Conseil municipal de Carcassonne du 28 juin 2012, afin de lui attribuer un nom de rue, Mlle Billot n'est pas morte dans un camp. Rendons grâce à la ville de lui avoir donné le nom d'une artère, à côté de celle de Paul Henri Mouton, à la zone de la Ferrandière. Il est cependant regrettable qu'aucun panneau n'indique à cet endroit ce qu'elle fut.

Sources

Service historique de la défense / GR 16 P

Procès de René Bach / ADA 11

Journal d'un militaire d'occasion / G. de Chambrun / 1982

Notes, synthèses et recherches / Martial Andrieu

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

encore un excellent article ! bravo . particulièrement concerné ..madeleine billot a exploité une pharmacie dans l'immediat apres- guerre située "angle rue barbacane et rue du moulin ".. dans les années 48 ou 49 elle a cedé cette pharmacie a pierre bouyssou venant de vendre sa pharmacie a beziers . elle se situait alors au 89 rue barbacane face a l'epicerie actuelle ... cette pharmacie fut transferée en mai 1954 a son emplacement actuel au 110 rue de la barbacane actuellement place du chanoine leopold verguet qui n'existait pas alors . j'en fit l'acquisition en novembre 1984 et l'exploite toujours sous le nom de "pharmacie de la barbacane". j' ai encore en ma possession quelques boite de préparations gravées au nom de madeleine billot ...l'ancien propriétaire m'avait raconté a l'epoque que madeleine billot avait frequenté jean Lurçat peintre ceramiste reconnu..

Écrit par : perich | 27/10/2017

Répondre à ce commentaire

Un grand merci pour ces recherches, c'est toujours avec grand plaisir que je découvre ce passé historique sur ma ville natale.

Écrit par : raga | 27/10/2017

Répondre à ce commentaire

Superbe article qui nous en apprends un peu plus sur cette sombre page de l'Histoire... merci à vous !

Écrit par : NOE Armelle | 27/10/2017

Répondre à ce commentaire

j' ai certainement rencontré mlle Billot à la barbacane mais j'étais trop jeune pour me souvenir de son visage - quel courage ! on ne saluera jamais assez la bravoure de ces résistants

Écrit par : marcelle | 27/10/2017

Répondre à ce commentaire

excellent travail de recherche

Écrit par : SAWAS | 27/10/2017

Répondre à ce commentaire

UN GRAND BRAVO POUR TOUTES CES PERSONNES QUI ONT AIDE A LA LIBERATION DE NOTRE PAYS DANS L OMBRE OU PAS !

Écrit par : Riviere brunel | 27/10/2017

Répondre à ce commentaire

Des articles comme je les aime... Merci à vous de nous les faire connaître.

Écrit par : Turchetto | 27/10/2017

Répondre à ce commentaire

Il est bon d'écrire l'histoire , comme le fait si bien MONSIEUR Martial Andrieu . Les commentaires de nos anciens nous faisaient froid dans le dos , est-ce la transmissions des gènes de nos défunts qui nous font encore frémir ? J'ose espérer que cela ne se reproduira un jour.L'époque n'est plus la même , mais est-ce que les soit disant " humain " ont bien changé ...

Écrit par : grange | 27/10/2017

Répondre à ce commentaire

merci Martial Andrieu pour ce bel article. L histoire de notre ville me passionne. Merci aussi pour les photos.

Écrit par : rousset | 28/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire