28/10/2017

Le timbre en hommage au savant Carcassonnais Paul Sabatier, Prix Nobel de chimie

La constitution d'un comité pour l'érection d'un monument à Paul Sabatier, présidé par M. Sarcos, suscita un regain d'intérêt pour le savant natif de Carcassonne. Un an avant que le buste sculpté par Yvonne Gisclard-Cau et Paul Manau ne soit inauguré au square Gambetta, la Poste allait mettre en circulation un timbre en hommage au Prix Nobel de chimie de l'année 1912.

sabatier.jpg

© Wikitimbres.fr

Tiré à 2,3 millions de séries, ce timbre de 30 francs et couleur verte présente le chimiste avec l'invention qui lui permit d'obtenir le Prix Nobel. Il fut dessiné par Pierre Gandon. Le 7 avril 1956, la recette principale des PTT à Carcassonne ouvrit ses bureaux afin de proposer l'oblitération 1er jour. Ce n'est que deux jours plus tard, que le nouveau timbre sera mis en vente dans les postes et bureaux de tabac.

sabatier 2.jpg

© timbres-sur-ordonnances

L'enveloppe 1er jour oblitérée à Carcassonne le 7 avril 1956

Le groupe philatelliste de Carcassonne, sous la présidence de M. Bru, fournit pour cent francs une carte ou une enveloppe 1er jour.

Sabatier 4.jpg

L'appareil de transformation par catalyse du pétrole brut en essences légères

Né à Carcassonne le 3 novembre 1854, Paul Sabatier était le septième enfant d'une famille de commerçants, domiciliés dans un immeuble de la rue Chartand. Intelligence primesautière et goût très approfondi de l'observation, il fut un brillant élève au lycée de Carcassonne emportant tous les premiers prix. Son oncle maternel, professeur de mathématiques au lycée de la ville, fut nommé à Toulouse et y prit son neveu. Là, Paul Sabatier obtint son baccalauréat sciences et lettres et prépara l'examen d'entrée à Polytechnique au Collège Sainte-Geneviève à Versailles. Reçu premier à l'agrégation des sciences physiques alors qu'il n'avait pas encore 23 ans, il devint préparateur de chimie du physicien Berthelot au Collège de France. Docteur es-sciences en 1880, maître de conférences de la Faculté des Sciences, il avait été élu doyen de la Faculté de Toulouse en 1905. Mis à la retraite en 1930, il continua son activité par l'organisation dans la région toulousaine de l'Institut Electro-Chimique. Ses études sur la catalyse électro-chimique et en chimie organique font encore autorité dans le monde scientifique. Traduits en toutes les langues, elles sont le plus puissant ouvrage du genre. Paul Sabatier mourra le 14 août 1941 et sera inhumé au cimetière Saint-Vincent de Carcassonne.

Sabatier 3.jpg

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Pour une fois... la vile a su honorer l'un des siens en donnant son nom à l'ancien Lycée de la rue de Verdun...

Écrit par : Christian Viguié | 28/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire