20/10/2017

La destruction du maquis de Villebazy et la mort de Pierre Rocalve, le 17 juillet 1944

Le 17 juillet 1944, des troupes allemandes procédèrent à une opération à Ladern-sur-Lauquet, ainsi qu’au village de Villebazy. A la suite de l’attentat commis à la gare de Madame (Villalbe), sur le chauffeur d’un train de marchandises, la police allemande soupçonnait la présence d’un maquis dans les environs. Ces soupçons avaient été confirmés par un rapport de Pedro Niubo-Solsona. Cet espagnol était entré comme agent à la Gestapo parce que souhaitant se marier bientôt, il avait besoin d'argent pour célébrer son union. D'après René Bach, il donna en échange plusieurs maquis dont celui proche de la Bastide-en-val et de Montjardin. Sur ce dernier, à défaut de mettre la main sur les maquisards, les allemands saisirent des armes et des explosifs. Il dénonça également des compatriotes républicains espagnols comme Maric-Font, demeurant rue Longue à Carcassonne. Repéré par la Résistance à Lastours, il vint se réfugier à la gendarmerie de Saint-Hilaire avant de partir en Allemagne. Niubo ayant quitté Carcassonne, à la suite d’une tentative d’enlèvement, l’affaire est restée en suspens, jusqu’au jour où Joseph Robert (agent Gestapo MO 203, demeurant rue Racine à Carcassonne)  a déclaré à la police allemande que le fils du boulanger de Ladern-sur-Lauquet ou de Saint-Hilaire, ravitaillait le maquis en pain. Par l’intermédiaire de la préfecture, cet homme fut convoqué. Le père s’étant présenté, il fut arrêté et relâché. Fernand Fau (Agent Gestapo MO 229) a alors été envoyé en mission dans cette région, et trois ou quatre jours après, l’opération a été organisée. Ce Fau était spécialisé dans la reconnaissance des maquis et livra celui de Jacques à Villebazy ; comme d'ailleurs il sera le responsable de l'arrestation de Jean Bringer à Carcassonne. Sa vie se terminera au bord d'une route, exécuté probablement par la Résistance.

Capture d’écran 2017-10-20 à 11.40.52.png

© cheminsdememoire.gouv.fr

Photo d'illustration d'une attaque contre un maquis

L’opération contre Villebazy a été commandée par Schiffner, Wendsel, Schlutter du côté de la police allemande et par le lieutenant Mathaus du 71e régiment de l'air. Les troupes ont été envoyées avec des canons anti-chars. René Bach, interprète de la Gestapo, indique :

"J’ignore quel était l’officier qui commandait ce renfort. j’ai su par la suite qu’un nommé Rocalve avait été arrêté et incarcéré à la maison d’arrêt de Carcassonne. J’ai su ce fait car j’ai été chargé de faire connaître à la préfecture de l’Aude, que le dit Rocalve était mort, qu’il avait été abattu parce qu’il avait essayé de s’enfuir. J’ignore si cette version était exacte, c’est toujours celle que les soldats ont donné à la police allemande lors de l’enquête ; je n’ai pour ma part jamais interrogé Rocalve. Je ne puis vous dire si le nommé Ménard que vous l’indiquez a été interrogé ou arrêté. J’ai su simplement qu’il avait été arrêté. Après son arrestation, lorsque la liste de la préfecture m’a été présentée, pour que je puisse dire quels avaient été les motifs de ces arrestations."

Capture d’écran 2017-10-20 à 11.11.38.png

Entrée du village de Ladern-sur-Lauquet vers 1945

En amont de cette opération, Pierre Rocalve demeurant à Ladern-sur-Lauquet et boulanger de son état, fut arrêté car accusé de ravitailler le maquis de Villebazy en pain. D'après le rapport de la gendarmerie de Saint-Hilaire dressé par le Maréchal-des-Logis chef Roucayrol nous avons la déposition d'Alice, l'épouse de Pierre Rocalve en date du 4 mars 1945.

Mon mari a été arrêté par les Allemands à son domicile le 17 juillet 1944 à 8 heures. Il était accusé d'avoir ravitaillé le maquis en pain. Après l'avoir sauvagement frappé dans la localité, ils l'ont conduit à Carcassonne et déposé à la maison d'arrêt. Le 19 juillet, j'ai été informée par la préfecture que mon mari avait été tué dans sa cellule ce jour même, à 14 heures. Je me suis rendue immédiatement à Carcassonne, à la morgue de l'hôpital où le corps de mon mari avait été déposé. J'ai constaté que mon mari avait été torturé pendant son internement à la Maison d'arrêt. Il avait le côté gauche abimé par les coups qu'il avait reçus. J'ignore les moyens employés par les bourreaux. En plus de cela, il avait les poignets brisés ; son corps avait été traversé par des balles dont deux sur la poitrine et une troisième qui était sortie par la nuque. Des ecchymoses étaient visibles à la face et à la tête. Le corps de mon mari a été ramené à Ladern le 21 juillet où il a été enterré. Lors de ma visite à la morgue de Carcassonne, j'ai été accompagnée par Mesdames Peyra, Jean et Ferrateau.

Alice Rocalve s'est ainsi retrouvée veuve à l'âge de 29 ans avec deux enfants de 9 ans et 6 jours. Jean Amouroux, âgé de 57 ans et transporteur à Ladern-sur-Lauquet, déclare que le 17 juillet 1944 il a été arrêté par les Allemands à l'entrée du village.

Après avoir été fouillé, il m'ont fait mettre tout déshabillé dans le fossé. A ce moment là, j'ai aperçu un autre groupe d'Allemands qui sortait du village et amenaient Fernand Rocalve en le brutalisant à coups de crosse de fusil. Ils l'ont fait monter sur le terrain de sport et là, un Allemand parlant correctement le français, l'a interrogé en continuant à le frapper. Comme Rocalve ne disait jamais rien ; ils l'ont laissé sur place entouré de quatre soldats avec mitraillettes. A ce moment là, un autre groupe d'Allemands amenait le jeune Prosper Maynard qui a été aussi roué de coups. Quelques instants après, le chef des Allemands a donné l'ordre du départ. Fernand Rocalve a été traîné au pied d'un camion où il ne pouvait monter. Voyant cela, quatre Allemands l'ont saisi et jeté à l'intérieur du véhicule. J'ai regagné mon domicile après en avoir reçu l'ordre, puis les camions sont partis tout de suite en direction de Carcassonne. 

Raymond Peyra, âge de 57 ans et secrétaire de mairie, donne ce témoignage 

Le 17 juillet, vers 8 heures, je me trouvais au jardin où je travaillais. A un moment donné j'ai entendu du bruit et j'ai aperçu avec stupéfaction le nommé Fernand Rocalve, qui était entouré d'un groupe d'Allemands armés, constitué par six ou sept hommes. Rocalve, en m'apercevant, s'est arrêté et m'a appelé en me faisant signe de la main. Voyant cela un Allemand lui a donné un brusque coup de pied dans les jambes et ils se sont dirigés vers la sortie du village. J'ignore ce qu'il s'est passé ensuite.

Fernand Rocalve ne fut pas le seul à avoir brutalisé, le jeune Prosper Maynard, âgé de 19 ans, né le 31 mars 1925 à Ladern-sur-Lauquet (Aude) le fut aussi.

Le 17 juillet 1944 vers 7 heures 30, un groupe d’allemands armés de mitraillettes et de fusils se composant d’une quinzaine d’hommes, s’est présenté au domicile de Maynard et ont demandé à parler à son père qui était maire de la commune. Ils ont demandé à ce magistrat s’il n’avait pas un fils de 20 ans. Sur sa réponse affirmative, deux des soldats, parlant correctement le français, ont dévisagé le fils Maynard en disant : « C’est bien lui ». Encadrant ce dernier, ils l’ont invité à les suivre.
Parmi ces militaires allemands, Maynard a reconnu le nommé Fau, milicien notoire et agent de la Gestapo. Le jeune Maynard fut alors conduit à proximité de la cave de la localité et ensuite au terrain de sport où un interrogatoire serré a eu lieu. Il a été demandé à ce dernier, s’il savait où se trouvait le maquis, l’effectif et l’armement dont il était doté. Maynard a dit ignorer tout et ne connaître personne. Voyant que le jeune Maynard ne voulait pas causer, il a été placé face au mur et une rafale de mitraillette a été tirée à ses côtés en vue de l’effrayer.
Au terrain de sport, le jeune a été frappé avec un piquet de bois. Cette opération terminée, les Allemands et les Miliciens ont montré à Maynard, le plan du maquis de Coumemazières et l’ont invité à monter en voiture avec eux. Ils l’ont conduit en direction du dit maquis. Arrivés à Villebazy, ils ont frappé à nouveau Maynard à coup de poing. Au préalable, ils avaient demandé à l’approche de cette localité, le chemin du maquis. Sur ces entrefaites, une moto montée par deux hommes et appartenant au maquis est arrivée. Interrogés, ces hommes ont été contraints par la violence, d’avouer la présence du maquis, le nombre d’hommes le composant ainsi que la matériel qu’il détenait. Aussitôt, les allemands ont déchargé des armes automatiques et les ont faites transporter à dos par Maynard qui au cours de cette opération a été frappé à coups de crosse de fusil. A la suite de diverses opérations effectuées en vue d’attaquer le maquis, les allemands ont conduit Maynard à Carcassonne et l’ont jeté en prison.

Le 18 juillet dans la matinée, Maynard a été interrogé par les gardiens de la prison. Comme le détenu ne comprenait pas très bien les questions posées, il a été giflé et frappé avec violence à coups de poing. Dans la soirée du 18 juillet, la Gestapo fit subir un nouvel interrogatoire à Maynard, lequel a été à nouveau rossé de coups de poing et a eu les poignets tordus. Il a été ensuite relâché. La Gestapo tenta en menaçant régulièrement ce jeune garçon de le retourner en sa faveur ; il ne lui donnera jamais satisfaction.

L'opération contre Villebazy

Le 17 juillet 1944 à 17 heures, les troupes d’occupation, accompagnée de miliciens d’un nombre inconnu, firent une opération de nettoyage contre le maquis de Coumemazières. Cette ferme est située à 2 kilomètres de l’Est du village de Villebazy.

034_villebazy.jpg
Le domaine attaqué par l’artillerie allemande subit de graves dommages et fut en partie détruit. Le contingent des maquisards au nombre de 27 réussit à s’échapper et à gagner les bois environnants. Seul un Nord-Africain, âge de 30 ans environ, trouva la mort, abattu par les troupes d’occupation.
Sous les effets du bombardement, le feu fut communiqué à la forêt ; 300 ha de bois sis dans la série domaniale de la commune de Saint-Hilaire, ont été la proie des flammes. A 17 heures 20, les troupes de nettoyage allemandes prirent possession du village de Villebazy. La presque totalité de la population avait quitté son domicile pour se réfugier dans la campagne, laissant leurs domiciles ouverts.
Toutes les maisons ont été pillées sans exceptions et le butin du vol s’établit ainsi :

Marius Desarnaud

(Maire de Villebazy)

4800 francs en liquide. Deux réveils. Une grand quantité de linge. Les tickets d'alimentation du mois en cours. Le préjudice s'élève à 40 000 francs environ

Marie Désarnaud

4800 francs en liquide. Linge de corps. Préjudice : 30 000 francs environ.

Louise Romieu

Une paire de bœufs de travail âgés de six ans. Un couple d'oies. Préjudice : 100 000 francs environ.

François Arnaud

Deux jambons. Préjudice : 5000 francs

Joséphine Martinolles

Un jambon. Un cochon vivant de 70 kg. Un pot de graisse et une montre bracelet. Préjudice : 10 000 francs.

Henri Roger

10 cuillères en argent massif. 5 fourchettes et 7 couteaux. Une montre en or. Préjudice : 30 000 francs.

Capture d’écran 2017-10-20 à 11.14.49.png

Caisse aux armes du maquis de Villebazy

Quant à l'incendie, son estimation par M. Callabat (Garde forestier) s'élève à deux millions de francs. Jusqu'au 21 juillet à 15 heures, le feu fut combattu par les populations de Saint-Hilaire, Villebazy et Gardie. Cette opération militaire contre le maquis de Villebazy fut menée conjointement par des militaires Allemands et des membres de la Milice française.

P1040279.jpg

© ADA 11

Membres de la Milice française à Carcassonne

Sources

Rapports de Gendarmerie sur les crimes de guerre / Mars 1945

Liste des agents de la Gestapo / Procès Bach / 1945

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

19/10/2017

L'arrestation de Belcaire et Camurac par la Gestapo, d'après le procès de René Bach

Dans le courant de l’été 1943, Reine Bayle et d’autres habitants avaient remarqué la venue à Belcaire et Camurac des inspecteurs de police des renseignements généraux : Coulon et Poilane. En conversant avec ceux-ci, ils apprirent qu’ils faisaient une enquête sur M. Vacquié, maire de Camurac, à la requête de M. le préfet Freund-Valade. En effet, M. Vacquié avait révélé à ses amis que M. Freund-Valade l’avait avisé à plusieurs reprises en lui recommandant de se méfier, car il y avait de nombreuses dénonciations le concernant. Cette déclaration est confirmée par le préfet de l’Aude - alors en résidence surveillée chez lui - interrogé le 15 juin 1945 par la brigade de La Roche-Chalais. Doit-on pour autant y accorder tant de crédit, sachant que ce haut fonctionnaire de Vichy fit arrêter de nombreux résistants (le procureur Morelli, mort en déportation) et d’Israélites ? Sa déclaration est pour le moins étrange pour quelqu’un d’aussi zélé.

belcaire

Belcaire, place de la mairie

« M. Jacques Vacquié, maire de Camurac, dont j’apprends avec tristesse le décès en Allemagne, avait mon estime et ma confiance. Ses sentiments foncièrement anti-allemands s’accordaient parfaitement avec les miens ; aussi, malgré sa réputation de « Gaulliste », je le fis nommer fin décembre 1942, Conseiller départemental. Cette désignation ne fut pas agréable à tout le monde et peu de temps après, il me revint de-ci-de-là , que certains propos étaient colportés, désignant l’intéressé comme un propagandiste actif du Comité de Londres. C’est pourquoi, à deux ou trois reprises, je l’ai averti d’être sur ses gardes et de prendre toutes précautions utiles. »

Le préfet esquive les réponses aux questions sur les auteurs de la lettre de dénonciations, en disant qu’il n’était plus en poste au moment où elles sont arrivées à la préfecture. Il était indiqué dans cette lettre anonyme qu’il y avait encore des armes à Belcaire, et qu’on veuille bien avertir les trois personnes qui avaient fait l’arrestation précédente. L’ex-inspecteur Marcel Galy, a déclaré que cette enquête s’était montrée infructueuse, la lettre anonyme avait dû été détruite. Cette lettre n’avait pas été postée de Comus ou de Camurac mais de Carcassonne, car le timbre en portait le tampon. Il se peut que se soit un habitant de ces villages qui l’avait posté depuis Carcassonne à l’attention de la Kommandantur. Elle indiquait qu’on veuille bien avertir les personnes qui avaient participé aux arrestations de Belcaire et de Camurac qu’elles seraient tuées.

belcaire

Marc Freund-Valade

Voici le rapport de l’enquête adressé par les Renseignements généraux à Marc Freund-Valade le 27 septembre 1943, alors que celui-ci n’est normalement plus à Carcassonne depuis le 16 du même mois, puisque nommé à Limoges.

« Vacquié Jacques, né le 17 novembre 1898 à Camurac, marié, trois enfants, industriel à Camurac a été élu maire aux élections de 1935. A cette date, il affectait l’étiquette radical-socialiste et ses amis lui reprochaient la tiédeur de ses opinions, tendant vers les partis de droite. Bien que nommé conseiller départemental en 1942, il n’a pas abandonné ses anciennes opinions, c’est du reste le cas de toute la population de la commune. Bien qu’il semble ne pas approuver toujours la politique du gouvernement actuel, il ne peut être accusé d’avoir tenu des propos antinationaux parce qu’aucun fait précis n’a pu être recueilli contre lui. Ancien combattant de 14-18, il ne se cache pas d’être anti-allemand, et par conséquent anti-collaborationniste. Cependant, il a toujours soutenu le gouvernement actuel dans tous ses actes concernant le ravitaillement, pour lequel il se dépense sans compter, et applique strictement les ordres des circulaires de toutes sortes venant de Vichy. Il semble que l’accusation portée contre l’intéressé, ne soit pas fondée et provienne d’une personne désireuse de lui nuire par tous les moyens. »

Il semblerait que ce rapport n’est pas suffi à satisfaire la préfecture, puisque selon la déposition de Reine Bayle : Courant octobre 1943, l’inspecteur des RG, Poilane, est venu à Belcaire et m'a indiqué qu’il venait chercher des renseignements sur Vacquié, maire de Camurac. J’ai fait appeler personnellement le Dr Martre de Belcaire, qui a donné les renseignements demandés. M. Vacquié venant à passer lui-même devant l’hôtel, je l’ai mis en relation avec Poilane. Celui-ci à la fin de l’entretien a déclaré au Dr Martre : "Tant que nous viendrons ça ira, mais si la Milice ou la Gestapo s’en mêle, cela pourrait aller mal."
A l’évidence, la Milice était également sur la trace de Vacquié durant l’été 1943. Nous ne pouvons toutefois pas dire si la préfecture lui avait également transmis les lettres de dénonciation. Léon S, âgé de 24 ans, bûcheron-charbonnier à Comus (Aude), né le 3 septembre 1920, arrêté comme milicien en 1944 et réhabilité par jugement du 3 janvier 1945 pour action en faveur de la Résistance, confirme cette information :

"Sans pouvoir préciser la date, courant août 1943, en qualité de milicien, j’avais pour mission d’effectuer une enquête concernant le sieur Vacquié, de Camurac. Cet ordre m’avait été donné verbalement par le milicien C. Julien, qui fréquentait Mazuby (village proche de Belcaire, NDLR) et en particulier, la famille Louis C. Cette enquête avait pour but de démontrer les agissements et les relations qu’avait Vacquié, vis à vis de la Résistance. En possession de ce renseignement, j’ai cru faire mon devoir de prévenir Vacquié, et me rappelle très bien lui avoir dit que pour mon compte, il ne serait pas inquiété. C’est en qualité de milicien, que le nommé C s’était confié à moi, puisque la veille, j’avais adhéré à la milice, sur les conseils du sus-nommé. Il s’agissait de savoir s’il était de notoriété publique, que Monsieur Vacquié, ravitaillait et hébergeait des réfractaires, et s’il était l’agent de renseignements pour livrer passage aux résistants qui voulaient se rendre en Espagne. En ce qui concerne les recherches du nommé C., je ne puis vous donner de précisions.

belcaire

L'hôtel Bayle au début du XXe siècle

Les débuts de l’enquête

Vers la fin d’octobre ou début novembre 1943, un individu parlant bien le français est venu à l’hôtel Bayle et a demandé un monsieur à Reine Bayle.

"A ce moment-là, je lui ai dit que je ne connaissais pas la personne demandée. L’inconnu est sorti dans le village et est revenu vers 18 heures. Il a demandé mon frère René et le monsieur que je ne connaissais pas. De Marchi est alors intervenu dans la conversation pour dire qu’il avait mangé avec cette personne à midi et qu’ils étaient repartis. Il s’engagea à lui fournir l’adresse."

L’homme s’est ensuite adressé à René Bayle pour lui demander un service. Faire passer plusieurs hommes et officiers en Espagne. Se doutant de quelque chose de louche, Reine Bayle toucha son frère du coude. Celui-ci répondit alors qu’il y avait sans doute erreur car nous ne nous occupions pas de genre d’affaire. Reine fit aviser le jeune De Marchi qui logeait dans sa famille, évadé d’Allemagne et originaire de Langon. Ce dernier prit l’avertissement par dessus la jambe, s’exclamant qu’elle se méfiait trop et qu’elle voyait la Gestapo partout. A partir de ce moment-là, l’inconnu s’est lié avec De Marchi. Ils ont pris après le souper, le café ensemble et ont conversé à plusieurs reprises. D’après la déposition de Reine Bayle, De Marchi a dû trop parler, même s’il ne savait pas toute la vérité ; seulement que des gens étaient passés. L’inconnu est reparti à bicyclette sans que l’on ne le revit plus à Belcaire.
Vers le 16 ou le 17 novembre 1943, Reine Bayle reçut un coup de téléphone d’une personne demandant deux chambres pour le soir. De la part de qui ? L’interlocuteur répondit : "M. Kromer de Carcassonne".
Toutes les chambres étaient occupées, mais il indiqua qu’il viendrait quand même. Sa façon de s’imposer intrigua Mlle Bayle.

belcaire

L'hôtel Bayle vers 1935

Vers 16 heures, deux individus arrivèrent à l’hôtel depuis Chalabre et demandèrent une chambre. Reine Bayle leur demanda si c’était eux qui avaient appelé auparavant. Ils répondirent par la négative mais elle se méfia, car l’un d’eux mit le nom Kromer sur la fiche. Elle ne comprenait pas comment ayant déjà réservé par téléphone, il ne voulait pas reconnaître qu’il l’avait fait.

Kromer demanda aucun renseignement. Il s’adressa à De Marchi après le repas, coucha à l’hôtel et s’en alla le lendemain à Camurac. Il en redescendit le soir même, puis resta à Belcaire, jusqu’au surlendemain à six heures du matin. Kromer fit parler les gens de Belcaire et accompagné par De Marchi dont il avait gagné la confiance alla chez Julien Toustou, chez qui ce jeune travaillait.

belcaire

© Collection David Mallen 

L’opération de la Gestapo à Belcaire, a été montée à la suite d’un télégramme qui venait soit de la police à la demande de Montpellier, soit d’un autre service allemand ; ce télégramme signalait que dix individus armés devaient passer prochainement par l’hôtel Bayle à Chalabre pour regagner l’Espagne, ou un maquis. A la suite de ce télégramme, l’agent français du SD Kromer, ainsi que l’inspecteur auxiliaire du SD Hofmann, ont été envoyés à Chalabre. Là, il leur fut dit qu’il n’y avait aucun hôtel du nom de Bayle, mais qu’il y en avait un à Belcaire. En s’y rendant, ils ont obtenu des renseignements d’un certain Raymond (De Marchi). Il y avait également parait-il le nommé Dieuzère et d’autres personnes qui ont conversé avec eux.

"Il est exact que le jour où Kromer est venu à Belcaire en compagnie d’un agent de la Gestapo, j’ai vu Kromer au café Bayle dans la soirée. Il était en compagnie de De Marchi et nous avons parlé avec Kromer. Personnellement, je connaissais Kromer comme marchand de jouets et nous avons discuté ensemble de jouets, étant moi-même menuisier. Durant cette soirée, Kromer nous a offert à boire une bouteille de Blanquette. Il y avait outre Kromer et son acolyte, De Marchi, moi-même et deux ou trois consommateurs dont je ne me souviens pas. Au cours de la conversation, Kromer m’a dit à propos de son acolyte dont j’ignorais alors la qualité d’agent de la Gestapo : "Il fait passer la frontière. Est-ce que tu ne pourrais pas le cacher chez toi ?" "Etant moi-même artisan, lui ai-je répondu, je ne prends pas d’ouvrier."

C’est au cours de ces conversations que Kromer a eu les renseignements qui ont fait l’objet de son rapport. Dans ce rapport il y avait également que le sieur Vacquié avait fait passer en Espagne des réfractaires sur des sacs à charbon. Kromer et Hofmann avait reçu comme ordre lorsqu’ils furent envoyés à Chalabre de rester à l’hôtel et d’aviser la police allemande dès qu’ils verraient arriver les personnes signalées. Ayant appris que l’hôtel Bayle se trouvait à Belcaire, ils y sont allés de leur propre initiative. Ils n’ont pas découvert les personnes signalées, mais en faisant parler les gens, ils ont appris les éléments qui leur ont permis de faire le rapport, signalant la présence dans les environs d’un maquis.

belcaire

© ADA 11

René Bach à son procès en 1945 à Carcassonne

L’opération

Le 29 novembre 1943, les services de la police allemande se sont rendus à Belcaire et à Camurac. Pendant qu’un groupe de 30 hommes placés sous le commandant de l’adjudant-chef du 71e régiment de l’air cernait la localité de Belcaire, un autre groupe sous le commandement d’un adjudant de la même unité cernait Camurac. René Bach, agent interprète du SD de Carcassonne se trouvait pendant l’opération à Belcaire avec Oskar Schiffner, chef de la Gestapo. Janeke, lui, était à Camurac. Si Bach n’était pas d’abord à Camurac, il y est venu ensuite avec l’agent Kromer au début de l’après-midi.

Les arrestations à Belcaire

Vers 8 heures du matin, les militaires allemands accompagnés par René Bach investissent le village et commencent à procéder aux arrestations. Les personnes suspectées sont interpellées chez elles ou sur leur lien de travail puis conduites à l’hôtel Bayle, afin d’y être interrogées - Kromer écrivait des notes dans la salle d’interrogatoire de l’Hôtel Bayle. Les allemands avaient été informés de l’endroit où elles se trouvaient. On citera Jean Martre, Henri Tournier, Julien Toustou, Joseph Dieuzère, Roger Malet, Jacques Vacquié. Chacune d’entre elles reçurent des coups avant d’être transportées en camion à la caserne Laperrine de Carcassonne, où elles furent incarcérées. Leur interrogatoire brutal se fit dans la villa de la Gestapo, 67 route de Toulouse. Cette maison a été rasée en février 2015 malgré mes protestations. Les victimes furent amenées à témoigner lors du procès de René Bach devant la Haute cour de justice en 1945. Enfin, celles qui revinrent des camps de la mort où elles furent envoyées à l’issue de leurs interrogatoires musclés, ainsi que les personnes relâchées par la Gestapo. C’est grâce à ses témoignages et dépositions figurant dans ce procès conservé aux archives de l’Aude, que nous avons peu faire la synthèse de ce terrible récit. Chaque victime donne la même version des faits mais apporte des détails différents qui enrichissent cette histoire. Surtout, elle révèle le sort qui lui fut réservé avec ses camarades d’infortune.

Le docteur Jean Martre

(déposition du 19 mai 1945)

Le 29 novembre 1943, j’ai été arrêté à Belcaire en même temps que M. Vacquié. J’ai été arrêté alors que me trouvait à l’hôtel Bayle, par Bach qui se trouvait avec un allemand. C’est Bach qui m’a dit : "Je vous arrête." J’ai été gardé à l’hôtel et interrogé par Bach. Il me fut reproché d’avoir apporté une aide au maquis. Je n’ai pas été maltraité au cours de l’interrogatoire. J’ai été amené à Carcassonne, et gardé à la caserne Laperrine pendant huit jours. J’ai subi de nouveaux interrogatoires aux cours de ma détention à la Gestapo, route de Toulouse (villa rasée en 2015, NDLR). Je n’ai pas été maltraité et j’ai été relâché au bout de huit jours. J’ai eu l’occasion de parler avec Raymond De Marchi, Joseph Dieuzère et René Bayle. Ce dernier a eu la possibilité de nous montrer les coups qu’il portait à la figure. Il avait la pommette gauche tuméfiée, et il m’a expliqué qu’il avait été frappé à Belcaire par les allemands.
Bayle a été interrogé à la Gestapo, route de Toulouse, le premier. Je me trouvais seul en cellule à ce moment-là.

belcaire

© Belcaire-pyrénées.com

Plaque en hommage à René Bayle

Jean Martre Indique qu’au cours de sa détention à la caserne Laperine à Carcassonne, René Bayle ayant été interrogé, René Bach est venu lui faire signer sa déposition. Bayle constatant que ce qu’il avait dit ne coïncidait pas avec ce qu’on voulait lui faire signer, refusa. L’interprète lui a administré deux gifles pour l’obliger à s’y soumettre. Dans sa cellule avec Martre, René Bayle s’indigna : « Ce salaud de Bach m’a donné deux gifles pour me faire signer ».
De son côté, Mlle Reine Bayle, sœur de la victime, a constaté que son frère avait été maltraité au cours de son interrogatoire à Belcaire. Il aurait confié au docteur Jean Martre au cours de la détention commune, que les Allemands lui avaient fait le coup de « la chaise ». Celui-ci consistait à faire appuyer le patient sur une chaise, et une fois le dos courbé, à lui administrer des coups de matraques dans les reins.

Raymond De Marchi

Le Dr Martre signale que Raymond De Marchi lui avait dit que Bach en lui mettant son révolver sur la tempe, lui avait indiqué qu’il avait 5 minutes pour parler, sinon, il serait tué. De Marchi répondit : "Je ne dirai rien. Vous pouvez y aller tout de suite." Bach l’aurait a nouveau menacé, mais sans résultats. Il n’a pas mis sa menace à exécution.

Roger Malet

Le nommé Bach a commencé à m’ouvrir toutes les poches, pour voir ce qu’il y avait dedans, puis il m’a donné quelques coups de poings, et les militaires qui sont venus m’ont pris à moi, et à mon frère et nous passant de l’un à l’autre, en nous donnant des coups de poings, c’est ce que les inspecteurs de police m’ont dit être un passage à tabac.
Ils nous ont amené chez Dieuzère, mais Bach était parti. Nous avons été gardés à vue devant le mur, amenés à l’hôtel Bayle. Là, j’ai été interrogé, puis relâché. Je n’ai pas été brutalisé durant l’interrogatoire, mais j’ai entendu des camarades crier de douleur.

Joseph Dieuzère, 37 ans, menuisier.

Gisèle Dieuzère

(déposition du 16 juillet 1945)

Les allemands sont venus chez eux à 8 heures du matin, alors que sa sœur était couchée. Gisèle Dieuzère s’est levée en entendant les allemands demander son frère et est allée dans sa chambre. Elle a vu Bach et quatre militaires allemands demander à son frère s’il s’appelait bien Joseph. Ce dernier après lui avoir dit qu’il n’avait rien fait, Bach répliqua : "Vous saviez bien ce qui se passe à Belcaire"

Bach a obligé mon frère à se lever rapidement, et tout en le tenant en respect avec ses armes, il l’a bousculé, puis il fut donné ordre à mes frères de s’aligner contre le mur, les mains derrière le dos. Comme ils n’obéissaient pas rapidement, les militaires les ont bousculés, et les ont fait mettre contre le mur. Un soldat allemands a même donné à mon frère Jean des coups de baïonnette. Bach est parti et a laissé mes deux frères et moi-même sur la surveillance des deux soldats. Il est revenu à 11 heures 30 et a dit à mes deux frères d’aller avec lui à l’hôtel Bayle. Bach est resté au rez-de-chaussée. J’étais au premier étage mais j’ai entendu sa voix.
Mon jeune frère Jean âgé de 27 ans a été libéré à 14 heures. Quant à mon autre frère Joseph, il est revenu vers 15 heures sous la garde de trois allemands ; il nous a dit qu’il n’avait que 5 minutes pour faire sa valise et qu’il était obligé de partir avec les allemands.
Mon frère Joseph nous a dit qu’il avait été brutalisé et nous a montré ses reins, un militaire allemands lui ayant fait tomber le pantalon, nous avons vu que la région des reins était noire des coups qu’il avait reçus.

Joseph Dieuzère raconte son arrestation

ll est exact que le jour où Kromer est venu à Belcaire en compagnie d’un agent de la Gestapo, j’ai vu Kromer au café Bayle dans la soirée. Il était en compagnie de De Marchi et nous avons parlé avec Kromer. Personnellement, je connaissais Kromer comme marchand de jouets et nous avons discuté ensemble de jouets, étant moi-même menuisier. Durant cette soirée, Kromer nous a offert à boire une bouteille de Blanquette. Il y avait outre Kromer et son acolyte, De marchi, moi-même et deux ou trois consommateurs dont je ne me souviens pas.
Au cours de la conversation, Kromer m’a dit à propos de son acolyte dont j’ignorais alors la qualité d’agent de la Gestapo : « Il fait passer la frontière. Est-ce que tu ne pourrais pas le cacher chez toi ? » « Etant moi-même artisan, lui ai-je répondu, je ne prends pas d’ouvrier. »
Le 29 novembre 1943, lors de la venue des allemands à Belcaire, j’ai été arrêté et conduit à l’hôtel Bayle. A mon arrivée, il y avait des personnes de Belcaire arrêtées. J’ai été interrogé un des premiers après De Marchi. C’est Bach qui est venu m’arrêter en compagnie d’un agent de la Gestapo qui a procédé à mon interrogatoire dans une pièce du rez-de-chaussée. Dans cette pièce il y avait l’agent de la Gestapo avec qui Bach m’avait arrêté, Kromer et un feldgendarme. Il me fut reproché tout d’abord d’avoir employé à ma menuiserie des réfractaires, ensuite d’avoir fait passer la frontière à des réfractaires, et il me fut demandé si je connaissais Vacquié de Camurac et si je savais qu’il avait fait passer des réfractaires. Ayant répondu négativement, je fus obligé de m’appuyer sur une chaise et Bach le premier et l’agent de la Gestapo ensuite, m’ont donné sur le dos et sur les reins des coups de matraque en caoutchouc.
Bach m’ayant demandé quels étaient les deux jeunes gens qui se trouvaient chez le Dr Martre, je lui ai répondu que je savais qu’il y avait deux jeunes gens chez le Dr Martre, mais que j’ignorais qui ils étaient et d’où ils venaient.
J’ai été également frappé sur les épaules par le feldgendarme allemand.
Je n’ai été confronté avec personne et j’ai été amené à Carcassonne et ensuite déporte, bien que n’ayant rien fait et bien que n’ayant été confronté à personne.
Je n’ai subi aucune violence au cours de ma détention à Carcassonne. J’ai été déporté à Compiègne, puis de là, à Buchenwald jusqu’au 17 janvier 1944. A cette date, j’ai été envoyé au commando au camp de Dora où j’ai été employé à des travaux de terrassement jusqu’au mois de juillet 1944, moment où j’ai été envoyé au camp de Viéda, au mois de janvier 1945 étant tombé malade, j’ai été envoyé au camp d’Erich où je suis resté en traitement jusqu’au 4 avril 1945. A cette date, j’ai été évacué au camp de Sachsenhausen où j’ai été libéré par les troupes russes.

Julien Toustou, 43 ans.

(déposition du 19 mai 1945)

Le 29 novembre 1943, j’ai été arrêté à Belcaire, alors que je me trouvais dans mon atelier, et amené à l’hôtel Bayle. Là, j’ai été interrogé par un allemand en tenu militaire, et Bach qui me posait des questions en français. Pendant que j’ai été arrêté et transféré à l’hôtel Bayle, Kromer est venu perquisitionner avec les soldats allemands, et un officier de forte corpulence, et m’ont volé 47 000 francs que j’avais dans un tiroir de mon bureau. Durant mon interrogatoire à Belcaire, je n’ai subi aucune violence, c’est Bach qui me posait les questions, mais il donnait l’impression de diriger lui-même l’interrogatoire.
Transféré à Carcassonne, j’ai été à nouveau interrogé au siège de la police allemande, route de Toulouse. Nous étions détenus à la caserne Lapérine. Les transfèrement de la caserne Lapérine à la Gestapo étaient effectués en automobile. C’est Bach qui venait nous prendre, et qui se mettait dans la même automobile que nous. Il avait constamment le révolver au poing.

belcaire

© L'indépendant

Ancienne villa de la Gestapo, 67 rue F. Roosevelt

Au cours de cet interrogatoire que j’ai subi à Carcassonne, je n’ai reçu aucune violence. Il me fut reproché d’employer chez moi dans ma menuiserie des réfractaires. J’employais en effet le nommé Tournier Raymond d’Olonzac. Je n’ai pu nier ce fait. Il m’a été également reproché de faire le passage des réfractaires à la frontière. J’ai nié cela, bien que ce fut vrai.
Durant mon séjour dans les divers camps en Allemagne, j’ai pu grâce à mon emploi de menuisier, éviter de subir les traitements qui ont été infligés à certains de mes camarades de Belcaire ou de Camurac et qui ont laissé la mort en Allemagne. J’ai néanmoins été maltraité. Nous recevions des coups pour le moindre motif : notre ration quotidienne comprenait le matin, à 4 heures et demi une ration de pain, un morceau de cervelas d’un centimètre d’épaisseur environ et un bout de margarine. Le soir, nous percevions un litre de soupe préparée aux rutabagas. Il fallait fournir en échange un travail de 12 heures par jour. Pendant 21 jours nous n’avons pas eu de pain. Il nous a été distribué à la place , un litre de soupe. C’est d’ailleurs ce qui nous a complètement affaiblis.
Parmi mes camarades de Belcaire et de Camurac, je puis vous dire que le nommé Vacquié de Camurac est certainement décédé le premier à la suite de mauvais traitements qu’il a subis, et d’une bronco-pulmonie. C’est Dieuzère qui m’a confirmé ce fait. Il était en effet dans le même camp que Vacquié à Dora. Je puis vous certifier également que René Fournier, chauffeur de M. Vacquié est décédé d’un érysipèle, et a été placé encore vivant dans le wagon de la mort.
Le 3e qui est décédé est le nommé Arnaud Baptiste. Il est décédé alors qu’il se trouvait au camp de Dora, et il est mort dans les bras de Dieuzère. René Bayle est également décédé au camp d’Elrich. Il est mort poitrinaire, à la suite de mauvais traitements et de l’insuffisance d’alimentation.
C’est moi qui l’a porté à l’infirmerie, alors qu’il ne pesait plus que 25 kg.
Je ne puis vous dire ce que sont devenus les autres déportés ; ils sont vraisemblablement décédés à la suite des voyages qu’on nous fit faire lorsqu’on nous fit quitter le camp d’Erich à Bergen. On nous a en effet transportés durant cinq jours, avec comme nourriture un pain allemand, et pour ma part, je suis resté trois jours sans manger.

Henri Tournier, 25 ans.

(Hospitalisé au moment de sa déposition)

J’ai été arrêté le 29 novembre 1943 à Belcaire vers 8 heures chez M. Houstau qui m’employait comme manutentionnaire. Comme j’étais réfractaire du STO, je logeais chez M. Bayle, hôtelier à Belcaire. Bach accompagné d’un feldgendarme identifia toutes les personnes travaillant chez M. Houstau. Il demanda par la suite quels étaient les réfractaires au STO. Ils ont enfin appris qui j’étais, mais je ne puis vous fournir la moindre indication sur la personne qui a pu fournir ce renseignement.
J’ai été conduit et interrogé dans une chambre de l’hôtel Bayle par Bach assisté de plusieurs allemands. Il voulait savoir où se trouvait le maquis et s’il y avait des armes dans le village. J’ai toujours répondu négativement et c’est alors que Bach m’a asséné de violents coups de matraque sur les fesses et sur les reins. Bach semblait être le chef de ce groupe de personnes.
Bach m’a demandé également si l’hôtelier Bayle faisait passer des personnes en Espagne. J’ai toujours dit que je ne savais rien et j’ai prétendu que je me cachais à Belcaire pour ne me soustraire au STO sans avoir recours à une aide quelconque. Bach m’a alors encore asséné des coups de matraque sur les reins. Voyant qu’il ne pouvait rien obtenir, il m’a fait conduire dans une autre pièce en m’indiquant qu’il allait me faire fusiller.
Le jour même j’ai été conduit en camion à la caserne Lapérine où je suis resté jusqu’au 7 décembre 1943 avant d’être dirigé ensuite sur Compiègne vers l’Allemagne. J’ai été immédiatement interné aux camps de Buchenwald, Elrich et Sachsenhausen. J’ai été libéré dans ce dernier camp le 22 avril 1945 par les Russes. La vie au camp était très pénible. Nous étions très mal nourris et souvent frappés pour des motifs les plus futiles. Je mesure 1,80 mètre et quand j’ai été arrêté je pesais 70 kilos. Quand j’ai été libéré par les Russes, je ne pesais plus que 40 kilos.

Les arrestations à Camurac

Les habitants de Camurac se trouvaient rassemblés dans l’usine et sur la place du village, lorsque Bach est arrivé. En présence des Allemands, l’agent du SD demanda son identité à Pierre Vacquier et notamment s’il était le fils de Jacques. Sur sa réponse affirmative, Bach se frotta les mains et s’exclama : « Nous avons le fils, nous allons savoir ce qu’il s’est passé. » Comme Pierre Vacquié ne voulait pas répondre, Bach le prit à la gorge, le secoua en lui disant que ce n’était pas le moment de se taire car son père était fait, car il avait tout avoué.

belcaire

© Belcaire-pyrénées.com

Plaque en hommage en Jacques Vacquié

Pierre Vacquié

L’opération de Camurac a débuté vers 9 heures du matin et a été effectué par des militaires allemands. Le nommé Bach est arrivé vers les quinze heures de l’après-midi avec d’autres allemands, ainsi que Kromer. Les habitants de Camurac qui ont été arrêtés, se trouvaient déjà arrêtés et rassemblés à l’usine et sur la place du village, lorsque Bach et Kromer sont arrivés.
En ce qui me concerne, j’ai été interrogé par Bach, alors que je me trouvais dans le bureau de l’usine. Il y avait également dans le même bureau, des officiers allemands assis, et Bach se promenait dans le bureau. Dès que je suis entré, il m’a demandé mon identité. Il m’a demandé si j’étais parent avec Vacquier Jacques. J’ai déclaré que j’étais son fils ; à ce moment là Bach s’est adressé aux officiers qui étaient assis. Bach s’est frotté les mains, en disant : « Nous avons le fils, nous allons savoir ce qui s’est passé. » A ce moment-là, s’adressant à moi, Bacg m’a dit qu’il fallait que j’indique ce qui s’était passé l’été à l’usine, et si je savais qu’il y avait des réfractaires travaillant à l’usine. Je n’ai rien répondu… Il m’a alors pris à la gorge et m’a secoué, en me disant : « Ce n’est pas le moment de te taire, ton père est fait, il nous a tout avoué. » La seule chance de t’en sortir, c’est de parler. » Je lui ai répondu que je n’étais pas à la maison durant l’été, que j’étais étudiant à Toulouse.
Par la suite, j’ai été relâché après avoir reçu un coup de pied dans le derrière, donné par un militaire.

Baptiste Clergue, 35 ans

(déposition du 19 mai 1945)

Le 29 novembre 1943 et non le 30 mai 1943, la police allemande assistée des nommés Bach (agent du SD) et Kromer (Chef départemental de la Milice), se sont présentés à Camurac, accompagnés de soldats allemands. Après avoir cerné le village, ils se sont rendus à la scierie Vacquié, ou après avoir terrorisé les ouvriers, ils ont amené le patron de la scierie Vacquié Jacques, ainsi que les ouvriers René Fournet, Rolland Vanmuysen, Marcel Sutra, Baptiste Arnaud et François Toustou. Ces personnes, après avoir été brutalisées, ont chargées sur un camion à destination de Carcassonne. Huit jours après l’arrestation, les nommés Vanmuysen, Toustou et Sutra ont été relâchés.
Messieurs Vacquié, Fournet et Arnaud ont déportés en Allemagne et nous venons d’apprendre par leurs camarades d’infortune qu’ils étaient morts à la suite de la faim et des tortures endurées au camp de Dora. J’ajoute qu’à l’issue de la visite des troupes allemands à Camurac, la commune a eu à déplorer la mort de Castella Pierre, abattu par un soldat allemand.

belcaire

La scierie de Jacques Vacquié vers 1935

Marcel Sutra.

(déposition du 18 mai 1945)

Je me trouvais avec M. Vacquié, maire, lorsque nous fûmes arrêtés tous les deux par le chef de la Gestapo de Carcassonne. Il est arrivé seul, révolver au poing dans la scierie de M. Vacquié. J’ai été tenu en surveillance dans la scierie par des militaires allemands.
Ont été arrêtés avec moi à Camurac : MM. Vacquié, René Fournet (son chauffeur), Toustou François (contre-maître de la scierie), Vanmuysen Roland (Comptable de l’usine) et Arnaud Baptiste.

Comme les autres, Sutra a été détenu à la caserne Lapérine et interrogé sous la menace à la villa de la route de Toulouse. Il a entendu Bayle parler avec Bach à la caserne qui insistait pour lui faire signer sa déposition. « Je ne puis signer cela ». Bach lui disait violemment « Signez ». Il a entendu des bruits de coups faits sur les mains, sur la personne de Bayle.

belcaire

L'Hôtel Bayle en 2017 à Belcaire, lieu des interrogatoires

Nous avons effectué des recherches concernant les personnes déportées. Elles sont toutes parties de Compiègne le 14 décembre 1943 vers les camps de concentration ; soit quinze jours à peine après leur arrestation. Sur les huit hommes déportés, seuls trois sont revenus.

René Bayle, né le 28 décembre 1908. † 3 janvier 1945 à Dora

Arnaud Baptiste, né le 22 novembre 1919. † 23 mars 1944 à Dora

Jacques Vacquié, né le 10 novembre 1898. † 10 mars 1944 à Dora

Raymond De Marchi, né le 24 juillet 1919 à Leiden (P-B). † 5 avril 1955 à Buchenwald

René Fournet, né le 10 avril 1903 à Bordeaux. † 7 février 1944 à Lublin

Julien Toustou, né le 7 février 1902. Rentré

Joseph Dieuzère, né le 10 mai 1903. Rentré

Henri Tournier, né le 24 février 1920 à Olonzac. Rentré le 22 avril 1945 de Sachsenhausen

Léon Maugard, Etienne Auriol, Jean Martre, Roger Malet, Raymond Tournier, Roland Vanmuysen, Baptiste Clergue, Pierre Vacquié et Marcel Sutra avaient été relâchés non sans avoir reçus des coups.

Conformément aux règles que nous nous sommes fixées, nous avons gardé seulement les initiales des noms compromettants. Il y a encore de la famille dans ces petites communes et elles ne doivent pas payer aujourd'hui pour les agissements de leurs aînés. Nous ne nous mettrons pas au niveau des délateurs. Cet article a nécessité trois jours de travail. Ces dossiers sont consultables aux archives de l'Aude ; ceux qui souhaitent savoir leur identité peuvent s'y rendre. 

Sources

Procès de René Bach devant la Haute cour de justice à Carcassonne en 1945

Fondation pour la mémoire de la déportation

Notes, synthèses et recherches / Martial Andrieu

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

16/10/2017

L'Almanach Boher : la belle histoire d'un berger catalan devenu éditeur

Fondé en 1875 par un berger des Pyrénées-Orientales, cet almanach était l'oracle des semailles, des travaux du jardinet des prévisions météorologiques. Nos anciens ne partaient pas en voyage sans avoir consulté le Boher. On ne plantait pas un légume où semé une graine sans l'avis de l'almanach. C'était en quelque sorte le Nostradamus des viticulteurs et des jardiniers de sept départements. Le père Boher posait avec un air de penseur sur la couverture rose de ce bréviaire du paysan. Il ajoutait à ses prévisions, maintes histoires en patois, maints contes dits à la veillée.

Almanach Boher 1914.jpg

Sébastien Boher, berger de son état, gardait ses troupeaux tant dans les pâturages catalans que dans les prairies audoises de haute montagne. Tout au long des gardes de ses troupeaux, ce berger inspiré, qui se doublait d'un sage et d'un philosophe sans le savoir, observait le mouvement et les réactions de ses bêtes face au soleil, au nuits de lune et aux caprice des vents. Il pensait que les astres avaient un influence sur le comportement de son troupeau. Ainsi, devint-il capable de prédire le temps et ses caprices. Si l'on en juge par les témoignages, il ne trompait pas. Une idée vint alors à son esprit : pourquoi donc ne pas faire profiter à ses semblables de ses observations ? Il nota d'abord tout au fil des jours sur des modestes carnets. L'almanach Boher, naquit ainsi.

Si les débuts de la publication furent modestes, au fil des ans Boher devint une institution. Les premiers numéros de cet almanach furent tirés à Sorède (P-O) puis, à l'imprimerie Pierre Polère rue du Port (Aujourd'hui, rue Armagnac) à Carcassonne. Le chiffre atteint les 150 000 exemplaires sur sept ou huit départements ! L'imprimeur composait ses textes à la main, c'est-à-dire caractère par caractère. Un travail de bénédictin ! Ce n'est qu'au moment où cette imprimerie artisanale fut rachetée par Gabelle, que le travail fut simplifié. Dès 1930, Gabelle s'équipa d'une linotype. 

Dantoine.jpg

"Lé bossut" caricaturé par Dantoine

 Le créateur de l'almanach ne pouvait le diffuser via les diffuseurs de presse. Sa publicité ses faisait par le bouche à oreille, grâce à des colporteurs. 

"Le génial Boher en rencontra deux à Carcassonne. L'un qui était l'une des figures les plus pittoresques de Carcassonne dans les années 30, avait pour nom "Lé Boussut". En effet, homme de petite taille, il était porteur d'une gibbosité importante qui déformait sa silhouette. Pour accentuer le pittoresque de son personnage, il s'affublait d'une étrange blouse grise, plus longue que lui, et d'un chéchia à long gland. Outre le Boher, ce colporteur baratinait le public de la place Carnot en proposant des lacets, des savonnettes et des pastilles de menthe. Ce petit homme, visitait tous les villages de la région et cela jusqu'à Foix. Il accomplissait ses déplacements à pied, par étape de 20 km par jour. Il était connu de tous les fermiers du coin, était reçu à leur table et couchait dans la paille des granges. L'autre colporteur qui diffusait "Le Boher" était Soigné, pittoresque, brave homme qui, précédé de sa boite en bois blanc emplie d'almanachs et de lacets se mettait, en tous les instants, sous la protection de Saint-Antoine de Ligouri." (Marcel-Yves Toulzet)

La parution de l'almanach Boher s'arrêta en 1958. Vous n'en trouverez plus que quelques rares exemplaires chez les bouquinistes.

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

19:16 Publié dans Livres | Tags : almanach boher | Lien permanent | Commentaires (2)

L'ouverture de la route touristique Luchon-Carcassonne par les Pyrénées en 1939

Depuis 1935, la SNCF avait rétabli la liaison touristique par autocars entre Biarritz et Luchon. Réalisant un vœu émis par les municipalités et les sociétés d’exploitation des stations thermales de l’Ariège et de l’Aude, la nouvelle ligne Luchon-Carcassonne était inaugurée le 24 juillet 1939. Cette liaison, qui fit de Carcassonne la plate-forme d’accès aux Pyrénées fut assurée en deux étapes par un service bihebdomadaire. Un mois après, la Seconde guerre mondiale éclatait... Ces excursions furent d'ailleurs interrompues à partir du 6 septembre 1939.

Capture d’écran 2017-10-15 à 20.51.35.png

Réunis samedi 22 juillet au matin à Luchon, les journalistes, après un petit déjeuner à l’hôtel d’Angleterre, commencèrent leur périple en direction de Carcassonne. Ce sont les cars Sors-Redonnet de Luchon qui embarquèrent tout ce beau monde.

luchon-carcassonne

"De Luchon, coquette ville d’eau à 630 mètres d’altitude - la Reine des Pyrénées, comme l’appellent les guides - un funiculaire conduit à Superbagnères. L’excursion en vaut la peine : à 1800 mètres, une solitude grandiose, le silence majestueux des grandes altitudes…

luchon-carcassonne

Au sortir de Luchon, on descend la grande vallée de la Pique, puis on traverse la Garonne, dont on suit quelque temps la rive droite. Mais, dès Fronsac, on quitte la vallée pour s’élever graduellement par une impressionnante montée en lacets, jusqu’au col des Ares, d’où l’on aperçoit au sud, les cimes neigeuses qui marquent la frontière espagnole.

On se laisse ensuite mollement descendre vers la vallée du Job pour remonter cette fois à travers bois, vers le col d’Aspet, qui atteint 1074 mètres d’altitude. Et voici Saint-Girons, capitale du Conserans, au triple confluent du Salas, du Les et du Baup. Calme Conserans aux frais paysages de pelouses vertes et d’eaux vives, véritable oasis de sérénité dans le chaos tourmenté des Pyrénées… Son ancienne capitale, Saint-Lizier, offre d’authentiques joyaux d’architecture romane, avec son cloître, son palais épiscopal et sa cathédrale où abonde le marbre, car la région en est riche.

luchon-carcassonne

Audinac-les-bains, où les voyageurs de l’autocar font halte pour déjeuner, est une calme et reposante station dont les eaux chargées en sel font merveille dans certaines caves.

La seconde étape comporte une curiosité : les grottes de Labouiche et ses merveilles souterraines. A quelques kilomètres de là, voici Foix, dont le château célèbre, qui abrita les fastes de la Cour de Gaston Phœbus, évoque sur son socle de rocher, dans son décor sauvage, l’art d’un Gustave Doré…
Plus loin, la traversée de l’Ariège, à Tarascon, nous transporte soudain dans un paysage nouveau et curieusement méditerranéen, bien qu’il nous faille rouler longtemps encore avant de découvrir, comme nous le ferons au-delà des Gorges de l’Aude, le panorama méditerranéen type, à quelques nuances près. Mais déjà l’on perçoit une influence maritime, dans ce bourg coloré, aux tons rudes, aux rocs pelés, aux vieilles portes d’enceintes admirablement conservées…

luchon-carcassonne

Mais c’est la journée du lendemain qui offre sans doute la large variété de panoramas et de sites, puisqu’elle conduit de près de 2000 mètres, pour le ramener au niveau de la mer ou presque, en traversant tour à tour les défilés vertigineux des gorges de l’Aude et les vallées verdoyantes que coupe la frontière espagnole à Bourg-Madame. La matinée se passe en ascensions et en descentes, aussi raides les unes que les autres. A la splendeur désolée du panorama qu’on embrasse du haut du col de Puymorens, à 1918 mètres, succède la promenade en lacets à travers la brûlante Cerdagne, puis la descente sur la vallée du Carol, avec sa fameuse tour dont le nom évoque les heures dramatiques de la guerre d’Espagne…

luchon-carcassonne

Une courte halte à Bourg-Madame pour contempler, à l’autre bout du pont international, les carabiniers espagnols, et l’on recommence une nouvelle ascension, celle de Font-Romeu, brillante station de sports d’hiver qui mérite mieux qu’un court passage. Et l’on redescend, à travers bois, vers Mont-Louis aux remparts inexpugnables qui rappellent le souvenir de Vauban.

luchon-carcassonne

Un nouveau col, celui de la Quillane, et c’est la descente, fertile en émotions, sur l’Aude et ses défilés sinueux qu’il fallut bien souvent gagner sur la montagne elle-même, à coups de mine.

luchon-carcassonne

Enfin, la vallée d’élargit, la campagne prend soudain - transformation d’autant plus saisissante après la sauvagerie du décor que l’on vient de traverser - l’aspect débonnaire des vignobles et des vergers méridionaux. Bientôt, à un détour de la route, la Cité de Carcassonne dressera ses remparts intacts au-dessus de la plaine, comme sur une enluminure des « très riches heures du duc de Berry… » (Le petit journal)

luchon-carcassonne

 Ce périple inaugural se termina par une réception à la mairie de Carcassonne, avant une dernière visite de la Cité médiévale. Dans la salle des fêtes, M. Sigé (adjoint au maire) représentant le Dr Tomey reçut les nombreuses personnalités : MM. Hyvert (Président de la Société d'Etudes Scientifiques) ; Embry (Conservateur du musée) représentant le Syndicat d'Initiative en l'absence du Dr Girou; Sorel (Délégué du Touring-Club de France), Colonel Cros-Mayrevieille (Président du folklore Audois) ; Génie (Chambre de Commerce) ; Lasserre (Syndicat des hôteliers) ; Brun (Chef de gare) ; Sablayrolles (Inspecteur de la SNCF) ; Doubrère (Chef de publicité SNCF), etc.

luchon-carcassonne

Stand du Syndicat d'initiative 

Cette manifestation avait amené à Carcassonne un très grand nombre de journaliste régionaux et nationaux qui ne tarit pas d'éloges sur la Cité médiévale. Surtout après le somptueux dîner donné à l'Hôtel de la Cité par son patron, M. Jordy. Parmi eux on put apercevoir : MM. Toulet (La dépêche) ; A. Praviel (La Garonne), Cep (La petite Gironde) ; Paul-Emile Cadilhac (L'illustration) ; Bruni (Le jour) ; Codur (Le petit Marseillais) ; Delhi-Cluzaux (Paris-Midi) ; Forestier (Paris Soir) ; Gardet (Agence Havas) ; Gouin (La France) ; Herpin (Journal des débats) ; Kuyper (Maasbode de Rotterdam) ; Lavedan (La journée industrielle) ; Mommarche (Les guides bleus) ; Perrin (La populaire) ; Pichon (L'époque) ; Georges Pernot (Le petit journal) ; Ranc (L'œuvre) ; Sangle-Ferrière (L'émancipation nationale) ; Mme Claude Sézanne (La République) ; Mme Gude (La presse américaine) ; Mme Léon (New-York Hérald) ; Mme Pernoud (L'intransigeant) ; Mme Vincent (Les pages de la femme) ; Guiter (Rummelspacher), etc.

luchon-carcassonne

La salle à manger de l'Hôtel de la Cité vers 1930

Menu

Filets de sole à la sauce méditerranéenne

Poulardes du Languedoc aux Rousillous

Foies gras du pays

Sorbets

Corbières, Picpoul et Blanquette de Limoux

Tous ces convives repartirent en direction de Paris en fin de soirée avec le rapide Port-Bou-Paris. Ils emportèrent le meilleur souvenir des richesses touristiques de notre région. Leurs échos résonnèrent chez les lecteurs du monde entier, contribuant ainsi à la renommée de notre ville.

luchon-carcassonne

Hôtel de la Cité vers 1930

Sources

La dépêche / 24 juillet 1939

Le petit journal

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

15/10/2017

Les anciennes guérites des édifices publics de Carcassonne

Si vous passez par la rue Jean Bringer, devant la préfecture, vous remarquerez à droite du portail donnant accès à la cour d’honneur, une guérite en pierre de taille incorporée à la maçonnerie de même appareil. Avant 1941, date à partir de laquelle se tint un gardien de la paix à cet endroit, personne ne gardait l’entrée de la préfecture. Antérieurement, le ministre de l’Intérieur ne possédait pas de fonctionnaires de police en uniforme. Cette fonction était de la prérogative des municipalités qui avaient à recruter leurs agents rémunérés par la commune. De cet fait, la surveillance requise était confiée aux soins de l’armée qui devait assurer le service de garde à la Préfecture, au Palais de justice, à la Banque de France, à l’Évêché situé à l’Hôtel Murat (actuelle Chambre de Commerce) et au cercle des officiers. Ce dernier avait son siège à l’hôtel Saint-Jean Baptiste, démoli en 1911 et remplacé par le Grand Hôtel Terminus.

Capture d’écran 2017-10-15 à 09.26.38.png

De ces guérites, seuls deux subsistent : celle dont nous venons de parler et celle de l’ancien évêché, rue Aimé Ramond. Celle-ci est située à gauche du portail d’entrée de la Chambre de Commerce. Elle est aussi en pierre de taille ouvragée et murée pour éviter qu’elle ne serve d’abri pour une mauvais action.

Capture d’écran 2017-10-15 à 09.27.44.png

Dans un journal local, une anecdote nous est rapportée à propos de cette guérite… Un habitant de Carcassonne s’étant attardé pour rentrer chez lui, allait passer devant la guérite, c’était là son chemin pour rentrer en ville. La Ville basse était encore ceinte de remparts et notre homme, peut-être ayant fait la fête, déambulait trainant ses pas sur les pavés inégaux de la chaussée de la rue de la mairie, après avoir passé la porte des Cordeliers. Il arrivait à hauteur du factionnaire, lorsqu’il s’entendit interpeller par un : « Halte là ! qui vive » impératif. Il répondit aussitôt : Rouvenac ! Ce devait être son nom. La sentinelle répondit par : « Passez au large ! ». Notre homme, un paysan habitué au langage occitan, se fit comprendre en répondant : « Je rasée la muraille », voulant ainsi rassurer le militaire qu’il n’avait rien contre lui.

Banque de France en 1906.jpg

© Collection Martial Andrieu

La Banque de France en 1906

La troisième guérite, celle de la Banque de France, a été démolie en 1964, au cours de réparations effectuées à cet établissement. Moins ouvragée que les précédentes, elle était en pierre et comportait une petite ouverture dans le fond pour communiquer avec l’intérieur de l’immeuble. Elle était située à huit mètres à droite de l’entrée de la banque.

Capture d’écran 2017-10-15 à 10.10.46.png

La garde du Palais de Justice était faite par une escouade de six à sept hommes, lequel étaient logés dans le bâtiment de Thémis. Ils occupaient les locaux à gauche des escaliers du palais ; on y voyait encore en 1964, les rateliers d’armes, les bas-flancs où s’allongeaient aux heures de repos les hommes du corps de garde et sur les murs de nombreux graffitis tels que « C’est du peu, c’est 15 au jus. »
Au centre des officiers, l’entrée était située côté boulevard Omer Sarraut de l’hôtel Saint-Jean Baptiste ; c’était une simple guérite de bois adossée au mur de l’hôtel, lequel fit place en 1914 à l’hôtel Terminus. La guerre de 1914 ayant éclatée, le Cercle des officiers ne fut pas réinstallé en ce lieu.

3064632141.jpg

Avec l’état d’urgence en vigueur depuis 2015, nous voyons que nos édifices publics sont à nouveau l’objet d’une surveillance active. Ce ne sont plus les Sergent de ville qui veille, mais les soldats de l’armée d’active. De là à réinstaller des guérites ?…

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

14/10/2017

L'arrivée du chemin de fer à Carcassonne sur la ligne de Toulouse à Cette.

La loi de 1842 détermina les lignes principales des chemins de fer français, mais le réseau n’était tracé que sur le papier. En 1845, on discuta sur l’importante question de savoir sir le chemin de fer de Bordeaux à Sète suivrait la vallée de l’Aude ou bien traverserait le Tarn. A cette époque, le département de l’Aude jouissait d’une bonne sphère d’influence au sein du gouvernement. Une commission fut instituée à Carcassonne, dont les membres durent faire ressortir les avantages d’un tracé suivant la vallée de l’Aude. Au mois d’août, M. Mandoul-Detroyat rendit un rapport au nom de la commission qui ne fut pas sans conséquences sur la décision finale. La loi du 21 juin 1846 concédait à la Compagnie Ezpeleta le réseau reliant la Méditerranée à l’Atlantique, passant par le département de l’Aude ; l’ordonnance du 1er juillet lui concédait l’embranchement de Castres. Hélas, le concessionnaire ne tint pas ses engagements et en 1849, la déchéance de la concession fut encourue. 

matabiau.jpg

© Archives de Toulouse

Inauguration de la gare Matabiau

Fort heureusement, l’avènement de Napoléon III devait imprimer aux grands travaux publics un essor jusqu’alors jamais observé. Le Midi encore oublié fit valoir ses droits, et sa juste réclamation trouva un écho auprès de l’Empereur. La compagnie Pereire recueillit la succession en déshérence de la compagnie Ezpeleta et les travaux de la ligne Bordeaux-Cette débutèrent au début de l’année 1853. Le tracé entre Bram et Carcassonne ne sera prouvé qu'en 1854 par une administration locale qui n'acceptait pas que le chemin de fer traverse la Bastide, située entre le Canal du midi et l'Aude ; la station est donc établie au-delà du canal, éloignée aussi de plus d'un kilomètre de la Cité médiévale. Nous avions déjà vu cela lorsque les Consuls de la ville avaient refusé le passage du Canal du midi dans la ville au XVIIe siècle.

loco.jpg

Locomotive de la Cie du Midi

"Le dimanche 21 décembre 1856, une locomotive apparaissait pour la première fois à Carcassonne, et son arrivée était accueillir avec joie par la population. On venait saluer, comme un symbole de la civilisation moderne pénétrant dans la contrée, cette puissante machine où l'eau et le feu, ces redoutables ennemis de l'homme, vaincus et humiliés, célèbrent le triomphe de l'intelligence sur la force, de l'esprit sur la matière. La curiosité était aussi un attrait, beaucoup de personnes ne connaissant que de nom ce monstre de fer et d'airain, qui secoue un panache de fumée, pousse des sifflements aigus et franchit rapidement les distances, entraînant à sa suite des centaines de voyageurs étonnés. Beaucoup ignorent encore les détails du mécanisme qui produit ces merveilles et il ne sera pas hors de propos d'en donner quelques idées." (M. Dupain, professeur de mathématiques au lycée / 3 janvier 1857)

Capture d’écran 2017-10-14 à 14.31.08.png

La ligne fut inaugurée le 2 avril 1857 sur 476 kilomètres. La traversée du département de l’Aude fut triomphale pour le convoi d’honneur. En traînés par deux locomotives, les wagons circulaient au milieu d’une foule en liesse ayant mis ses habits de fête. Les Audois avaient tant redouté que le chemin de fer ne passe pas chez eux, qu’ils lui firent une véritable ovation. Les maires, les conseillers municipaux saluaient au passage la vapeur qui s’échappait des locomotives. Les drapeaux et les banderoles fouettés par le vent se mêlaient aux musiques et aux salves tirées depuis les gares. De toutes les gares entre Toulouse et Cette, celle de Carcassonne est la plus avantageusement située.

"Le 2 et le 3 avril, elle avait provisoirement revêtu la plus coquette parure. Des panneaux peints en détrempe simulait les parties de la construction non encore terminées. Des mâts vénitiens aux brillants gonfanons et des faisceaux de drapeaux tricolores formaient les avenues ou décoraient les quatre faces de l’édifice que festonnaient d’immenses guirlandes de feulillage. La grande salle d’attente des voyageurs était intérieurement ornée avec le meilleur goût. De brillantes tentures, des massifs de feuillage et de fleurs lui donnaient un aspect d’un charme indescriptible. M. Endrès, ingénieur ordinaire de la section, et les ingénieurs sous ses ordres, à qui était due cette gracieuse décoration, ont droit aux éloges les plus justement mérités."

gal34_anonyme_002f.jpg

© histoire-image.org

Le train d'honneur parti de Cette, entra à midi et demi dans la gare de Carcassonne, au milieu des salves de l'artillerie municipale, des sons de la musique et des acclamations de la foule jusque sur les hauteurs de Gougens. Imaginez que Gougens se trouve au-delà du plateau de Grazailles, près de l'actuel Conseil général de l'Aude. Des dames élégamment habillées s'étaient placées en avant de la gare des voyageurs. Douze minutes plus tard, le convoi se lançant dans la tranchée à l'ouest de la gare, disparut avec à son bord M. le préfet, Mgr l'Evêque et le général de la caserne. Le parcours de Carcassonne à Toulouse mit 1h40 et arriva à l'heure...

"Les villageois émerveillés voyaient passer les voitures glissant sur le rail et le reporter Séguevesse, penché à la portière distinguait dans la plaine de Castelnaudary des groupes de femmes à genoux et en prières, dont les sifflements de la locomotive accéléraient les nombreux signes de croix. Nous avons vu un paysan naïf prendre ses sabots à la main et se livrer, en concurrence avec la vapeur, à un steeple-chase effréné, mais qui ne fut pas long. Au retour à Carcassonne dans la soirée, on servir un repas froid."

gare.jpg

La gare de Carcassonne

En 1875, la gare sera agrandie et l'on effectuera des travaux de raccordement pour la ligne de Carcassonne à Quillan.

Sources

Le Courrier de l'Aude / 3 et 8 avril 1857

Le rail en France / François et Maguy Palau / Tome 1

Recherches et synthèse / Martial Andrieu

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

15:03 Publié dans Evènements | Tags : chemin de fer | Lien permanent | Commentaires (4)