01/11/2017

Une pierre bien mystérieuse dans la rue Cros-Mayrevieille

Les mystères de la Cité médiévale de Carcassonne ne se trouvent pas que dans ses antiques remparts. Au mois de février 1970, des ouvriers de M. François Stacchetti travaillent à la rénovation de la boulangerie de M. Bacharan dans la rue Cros-Mayrevieille.

Capture d’écran 2017-11-01 à 09.39.24.png

L'ancienne boulangerie Bacharan

Cette vieille demeure avait appartenue auparavant à la famille Magnou, puis à celle de M. Vidal. Il est question avec l'accord de M. Bourrely, architecte des Bâtiments de France, de donner à son magasin un aspect médiéval. Ceci répond aux efforts des différents organismes souhaitant rendre à la Cité son lustre d'antan. Au cours de cette opération de rajeunissement, il est découvert une traverse d'époque Renaissance datée de 1549. Elle sera placée au-dessus de la porte d'entrée.

Bacharan 2.jpg

© Los ciutadins

La boulangerie Bancharan avant les travaux 

Par nécessité d'extension et d'unité, M. Bacharan décida d'aménager également un salon de thé. Cette nouvelle transformation permit de découvrir sous un épaisse couche de ciment et de crépi, une inscription portant la date de 1768. Les Bâtiments de France décidèrent d'accorder une subvention à M. Bacharan, ainsi qu'aux commerçants qui animés d'un tel état d'esprit voudront donner à leur magasin et à leur maison, un aspect médiéval.

pierre.jpg

La pierre placée dans le linteau de la porte découverte en 1970

Cet esprit aurait-il disparu ? C'est ce que l'on croit voir depuis une vingtaine d'années, avec les nombreuses transformations de maisons en magasins ou restaurants. Il semble que le tiroir-caisse ait force de loi.

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

09:46 Publié dans La Cité | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Le tiroir-caisse a force de loi dans le monde entier. Je ne développerai pas... Merci, pour ces recherches historiques incontournables.

Écrit par : JOSEPH | 01/11/2017

Répondre à ce commentaire

Il est vrai qu 'a la Cité , les contraintes patrimoniales sont de moins en moins severes , contrairement a la Bastide Saint Louis ou regne un diktat avec des contraintes qui quelquefois sont surprenantes.Exemple : le proprietaire d'un immeuble de 3 etagges decide de le vendre , ne pouvant entreprendre les travaux necessaires.Un acheteur se presente , decide de creer un appartement a chaque niveau en vue de location .Il demande donc 2 compteurs electriques , acceptés par ERDF et refusé par l 'organisme decideur . Conclusion , le vente est annulée ...!Que va faire le proprietaire de l 'immeuble ??? Peut etre le vendre a un acheteur moins scrupuleux qui va le louer en l 'etat , et payé avec de l 'argent issu d'un pays ou il est difficile de blanchir de l 'argent..! Tel ce commercant qui veut renover sa vitrine : coût 50000 euros , refus il doit investir 150000 euros pour etre en accord avec l 'organisme responsable .Et j'en passe ..! A lors qu "a la Cité , on fait presque ce que l 'on veut Il ne faut pas s 'etonner que les gens entrepennent des travaux sans demander d 'autorisation prealable .Le maire veut assouplir les contraintes et certains fonctionnaires font le contraire .Les commerces du centre ville disparaissent et le nombre de grandes surfaces augmente ...Ca c 'est Carcassonne

Écrit par : loupia | 01/11/2017

Répondre à ce commentaire

Dans cette rue dans les années 1970, je crois me rappeler qu'il y avait un restaurant tenu par la famille PECH - à hauteur de la boulangerie dont vous faites mention - est-ce exact ?
Merci Martial,
Pierre-Baptiste

Écrit par : Pierre-Baptiste | 01/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire