20/11/2017

La malédiction des entrepreneurs du Grand Hôtel Terminus

Le 17 juin 2015 nous rédigions un article sur Raoul Motte, banquier de son état, à l'origine de la construction en 1914 du Grand Hôtel Terminus sur l'emplacement du vieil Hôtel Saint Jean Baptiste. Cent ans après sa mort, nous révélions que cet homme avait été fusillé lors de la Grand guerre pour abandon de poste en présence de l'ennemi. Il est l'un de nombreux soldats français jugés en conseil guerre et que la France n'a jamais réhabilités. Le lieutenant Motte, contre l'avis du gouvernement, sera exécuté par la seule obsession du général Berthelot. 

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive...

Grand Café du Terminus.jpg .jpg

Nous pensions que ce pauvre homme avait été le seul à subir un tel coup du destin, sans préjuger que ce qu'était devenu Auguste Beauquier, son associé. Par chance, lors de nos recherches nous sommes tombés sur un vieil article de presse rédigé en 1951 par Jean Amiel. Cet érudit publiait des articles sur l'histoire locale dans le Courrier de la Cité.

Le Courrier de la Cité - 1951

S’il est des morts qu’il faut qu’on tue, dit-on parfois quelque peu brutalement, il en est d’autres, et beaucoup d’autres, si l’on veut se bien tenir dans la doctrine du Christ, qu’il faut que l’on salue.
De ce nombre est Auguste Beauquier, qui vient de mourir à Toulouse, à l’âge de 66 ans, il y quelques jours à peine. Ce nom ne vous dit rien, Carcassonnais de son âge et du nôtre ? Il est cependant lié très étroitement à celui de cet édifice magnifique qui orne aujourd’hui votre ville, près de la gare du midi, devant le Jardin des plantes et qui engage, pour sa large part le voyageur et le touriste à entrer chez vous et à y séjourner : le Terminus Hôtel.

AD11_0115Dv020_046.jpg

Hôtel Saint Jean-Baptiste

Nous nous rappelons, nous, vieux Carcassonnais, le vieil hôtel Saint-Jean Baptiste, avec son affenage, qui se trouvait là, sur cet emplacement, et qui avait reçu et hébergé des hôtes illustres, notamment le pape Pie VII et le roi Ferdinand VII d’Espagne, alors que l’un et l’autre, en 1814, rentraient d’exil et regagnaient leur patrie. Devant la vieille porte du vieil hôtel, quand les choses avaient véritablement leur prix et les gens leur dignité, l’on voyait périodiquement, quatre fois par an, en février, mai, août et novembre, un dragon, un beau dragon, armé de pied en cap, monter diligemment la faction : un conseiller à la Cour d’appel de Montpellier, qui venait présider la session de la Cour d’assise, y séjournait durant toute une semaine, ou un général y descendait, qui venait inspecter les troupes de la garnison. Vous pouvez revoir la silhouette de cette demeure ancienne aujourd’hui disparue à tout jamais, dans le Guide de Carcassonne que publia Gaston Jourdanne en 1900.

1453841181.jpg

C’était en 1912, quelque temps avant la Première guerre mondiale. Deux jeunes hommes de notre bonne ville de Carcassonne s’avisèrent qu’à la place du vieil hôtel Saint-Jean Baptiste, il en fallait décidément un autre ayant toute l’ampleur et l’installation modernes. Et, sans plus d’égards ni de retard, l’on jeta bas le bâtiment vétuste qui était pour nous et pour nos pères tout un coffre de souvenirs. Ah ! c’est qu’on ne prit pas cela à la légère à Carcassonne. Les murs que l’on abattait ainsi et ceux qu’on élevait à leur place en ont entendu de sévères et de cruelles à l’adresse de ces imprudents ou téméraires qui provoquaient ainsi cet évènement sensationnel.

Terminus 3.jpg

On allait en promenade au Jardin des plantes, et là, les groupes protestataires et même les autres - la contamination jouant son jeu - s’agitaient et discutaient à qui mieux mieux. Si le vénérable Mgr de Beauséjour, alors évêque de Carcassonne, y venait avec son jeune vicaire général, l’abbé Saglio, imposant par sa taille autant que par sa prestance, régulièrement et tout simplement pour y voir fonctionner la… grue, au dire de l’érudit abbé Sabarthès, tout fraîchement nommé chanoine, ses diocésains y venaient aussi pour cela sans doute et pour se divertir et s’égayer, mais aussi pour donner libre cours à leur colère et à leur indignation dans lesquelles les sept pêchés capitaux entraient en grande partie : « Où veulent-ils aller ? » (Ils, c’étaient les deux jeunes hommes qui avaient lancé l’entreprise : Auguste Beauquier et Raoul Motte). "Que pensent-ils faire ? » « Ça ne se passera pas comme ça, renchérissaient-ils. Ils s’arrêteront et ils monteront les escaliers ! »
« Monter les escaliers ! » Nous ignorons si cette expression est commune à d’autres régions, mais à Carcassonne, chez nous, cela veut dire tout bonnement qu’on ira devant le juge et en prison.
Le Palais de justice, en effet, dans le chef-lieu de l’Aude, a au pied de sa porte principale, un escalier monumental qui compte de nombreuses marches, et l’on comprendra aussitôt ce que veut dire chez nous cette si charitable locution.

Terminus 2.jpg
Et ils les ont montés, les escaliers, ces deux pauvres bougres : Auguste Beauquier et Raoul Motte, celui-ci, hélas ! beaucoup plus tragiquement que celui-là, qui vient de mourir paisiblement dans son lit. Accueilli à Toulouse, en effet quelque temps après le désastre, par Maurice Sarraut qui en fit un inspecteur de son journal, Beauquier vivait maintenant et depuis quelques années comme nous tous, sans trop de mal. Et de même qu’ils ont monté les escaliers, l’édifice n’a pas été réalisé comme ils l’avaient conçu : nous avons-là, sous les yeux, son plan primitif qui comportait quatre étages, notamment et il n’en compte que trois…

Un jour Beauquier nous raconta son histoire : "J’ai eu dans les mains, nous dit-il, huit millions et je n’ai rien gardé pour moi. Je n’ai pas le sou et l’on m’en demande toujours. Je ne puis pas payer mes amendes, et l’on ne cesse pas de m’inquiéter, de me harceler et de me menacer…"

Terminus 1.jpg

Tout cela est passé, et bien passé. Mais il reste à Carcassonne un splendide hôtel que d’autres grandes villes lui envient. Nous avons eu l’occasion de nous y trouver, une fois, avec M. Emmanuel Brousse, député de Perpignan et ancien Sous-secrétaire d’Etat aux finances, qui nous honorait de son amitié, et qui nous dit que cet établissement manquait à sa ville, et Dieu sait si Perpignan en a de superbes. Carcassonne doit le sien à deux de ses enfants intrépides et confiants qui ont, sans doute, commis quelques erreurs qu’ils ont d’ailleurs, rudement payées, mais ils n’en ont pas moins fait œuvre utile et nécessaire à travers d’inextricables difficultés et d’insurmontables obstacles auxquels nous n’avons fait que de très superficielles allusions.

28587176.jpg

© Booking

Le Grand Hôtel Terminus en 2017

______________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Écrire un commentaire