19/12/2017

Ce général controversé qui libéra Carcassonne le 21 août 1944...

Le 16 août 1944, Paul Aussaresses (Soual)est parachuté avec le sous-lieutenant Marcel Bigeard (Aube) dans l'Ariège près de Rieucros. Les deux futurs généraux surtout connus pour leurs faits d'armes en Indochine et en Algérie, vont se distinguer sur le sol Audois. Engagés au sein des Jedburgh du S.O.E (Special Organisation Executive), ils appartiennent à l'équipe Chrysler chargée de coordonner les maquis, mener des actions de sabotages et couper la route des troupes allemandes remontant vers la Normandie. Aussaresses avait appris dans les techniques de la guérilla, le maniement des explosifs et le close-combat en Angleterre. Pour maîtriser la peur, il dut se familiariser avec la façon de pétrir un pain de plastic à la main et de placer ensuite un détonateur les yeux bandés. Tous les exercices se déroulèrent à balles réelles. Dans l'ordre de mission de l'Opération "Massingham Bilda" figure également la note suivante : "Assurez-vous que les Résistants respectent la Convention de Genève". 

Capture d’écran 2017-12-19 à 09.23.59.png

Le capitaine Paul Aussaresses en 1944

Bigeard et Aussaresses se retrouvent au milieu des bois de Vira (Ariège) dans le maquis de la F.A.I (Forces Anarchistes Internationales). L’Etat-major d’Alger décida d’homologuer ce groupes de résistants. Comme il était important, l’équipe chargée de cette tâche devait comporter deux officiers supérieurs. Faute de trouver un commandant qui fasse l’affaire, le sous-lieutenant Bigeard avait été choisi à l’Ecole des Pins (Centre d’instruction des élèves agents du Spécial Organisation Executive) sur sa bonne mine et nommé commandant à titre provisoire. Bigeard se distinguera par un coup d'éclat en tentant de faire libérer les détenus de la prison de Foix. Malgré l'échec, il en sortira grandi auprès des guérilleros qui iront jusqu'à lui proposer de continuer la lutte en Espagne. Au moins Bigeard aura essayé, contrairement à la Résistance audoise qui ne tentera aucune action militaire pour faire libérer Bringer, Ramond, Roquefort et les autres. Là, n'est pas le sujet...

image.jpg

Avec les deux agents des Forces spéciales avaient été parachutés Sell et Chatten. Ce dernier transportait des quartz, des pads et un million que l'équipe devait remettre à un major anglais. C'était très souvent le cas pour les troupes aéroportées chargées de financer les maquis. 

image.jpg

"Au cours du saut, la lanière avait cédé et Chatten avait reçu la lourde besace en pleine figure. Il avait eu le nez cassé et des blessures assez sérieuses au visage. Il s’était évanoui et était tombé dans les bois sans avoir repris connaissance. A son réveil, il ne comprenait pas où il était. Il vit un chemin et se mit à marcher. Il entendit des hommes parler en Espagnol. C’étaient des maquisards. Hello ! dit tranquillement Chatten avant de s’écrouler. Son visage était complètement ensanglanté. Les Espagnols se précipitèrent. Ne pouvant le soigner, ils l’avaient confié au chef du maquis français voisin. Celui-ci l’avait fait transporter dans une clinique de Carcassonne dirigée par un médecin favorable à la Résistance (Chez Delteil. Notons qu'il était détenu à la prison avec Bringer à cette époque. NDLR). C’était risqué, puisque Carcassonne était toujours occupée."

Nous sommes le 21 août 1944, les Américains tendent une embuscade sur la route d'Alet-les-Bains mais se heurtent à des blindés Allemands. Le lieutenant Paul Swank qui commandait l'OG est tué avec son radio. Aussaresses laisse Bigeard avec ses Espagnols de la FAI et arrive à Limoux

"Lorsque je suis arrivé à Limoux, laissant Bigeard s’occuper du maquis de la FAI, j’ai vu 2000 hommes qui attendaient pendant que leurs chefs palabraient. Il y avait eu en effet une grande discussion entre le chef du maquis d’infanterie alpine, le commandant Allaux (Maurice Allaux. NDLR), les rescapés de l’OG et un chef FTP. La question était de savoir s’il fallait attaquer Carcassonne ou attendre qu’elle se libère d’elle-même. J’ai dit à Sell que de telles hésitations étaient dangereuses. Les Allemands risquaient de se ressaisir. La 11e division à propos de laquelle nous devions obtenir des renseignements pouvait se retrancher dans la ville. J’ai pressé Allaux de se mettre en route sans attendre les FTP. Il a accepté."

ddeg1430_colonel_maury_comp.jpg

© ADA 11

Lucien Maury (Frank), chef du maquis de Picaussel. Il s'engagea ensuite en Indochine

Dans la Résistance Audoise de Lucien Maury, il est dit que Guy David s'embarqua vers Carcassonne avec l'avant-garde du maquis de Picaussel composée de deux détachements : une petite escorte dotée d'un fusil-mitrailleur et une section amenée par Maurice Allaux. Guy David raconte qu'il avait pour mission d'installer le Comité de Libération à la Préfecture et d'écarter les menaces Allemandes sur la ville. Lucien Maury (Frank) lui aurait alors présenté le capitaine Soual (Aussaresses) : "Un grand garçon, mince, qui porte avec élégance une tenue d'officier anglais." Il lui est sympathique d'emblée. Soual lui propose de les accompagner pour renseigner le commandement allié sur la situation à Carcassonne. Apparement, ils ont des objectifs communs. Toutefois, la détermination du FFI Guy David d'en découdre, se retrouve nuancée par Aussaresses, au sujet des moyens dont dispose la Résistance pour empêcher les Allemands de traverser Carcassonne. Il faut éviter de nouveaux massacres, comme celui du Quai Riquet la veille. Dans les mémoires d'Aussaresses, la version Guy David se trouve contredite :

"Je suis parti en reconnaissance avec Sell, une dizaine d’hommes et un radio que m’avait affecté Bigeard. Allaux m’avait dit que des policiers pourraient nous aider. Nous sommes entrés dans Carcassonne au culot. Je me suis rendu au commissariat. J’ai demandé au commissaire (Fra. NDLR) d’occuper tous les points importants de la ville (la mairie, la préfecture, la poste) et les défendre du mieux qu’il pouvait en attendant l’arrivée du maquis. Bien sûr, nous avons foncé à la clinique où était Chatten. Après 24 heures d’une attente angoissante, l’infanterie alpine est arrivée."

Guy David raconte sa prise la préfecture en mettant Aussaresses au second plan. Difficile de dire qui a raison, mais chacun essaie de s'en attribuer le bénéfice. Qui délivra Carcassonne : Londres ou Picaussel ?

"Nous entrons déjà dans les faubourgs de Carcassonne. Les passants, regardent, surpris, ces soldats bizarrement accoutrés qui foncent vers le cœur de la ville. Le temps de comprendre, d'esquisser un geste, nous sommes déjà passés... La préfecture... Je saute de la voiture et je demande au capitaine Talon de m'attendre là avec son équipe. Soual (Aussaresses) désire m'accompagner. A mon tour d'hésiter... Après tout, il représente les Forces Françaises Libres... Je préfère aussi ne pas me trouver seul devant tous ces gens que je connais pas. Et puis, dans son uniforme anglais tout neuf, il fera bonne impression, meilleure que moi sans doute. Je m'aperçois pour la première fois que ma tenue donne des signes très évidents de fatigue."

Avec subtilité, Guy David expose le ressentiment des maquisards envers Londres. Les uns sont propres et fraîchement parachutés, les autres épuisés par trois années de clandestinité. Les maquis de l'Aude, surtout communistes, se plaignirent du peu d'armes parachutées par Londres. En effet, les alliés craignaient que les communistes ne s'en servent ensuite pour prendre le pouvoir. Faut-il en vouloir aux résistants de terrain d'avoir un peu gonflé leurs récits d'une trop grande gloire ? Notre travail d'historien consiste à tenter de s'approcher de la vérité. Guy David poursuit son récit en mettant en avant les craintes qu'une colonne Allemande ne traverse Carcassonne. Personne ne serait alors en mesure de la stopper ; ces objections avaient été relevées par Aussaresses au départ de Limoux. Fort heureusement, celle que l'on signala aux portes de Carcassonne se dérouta vers le Nord, et ne traversa pas la ville.

Unknown.jpg

La clinique du Dr Delteil en 1944

"Nous avions eu de la chance : les Allemands ne nous avaient pas attaqués, préférant filer vers le nord. Il me fallait maintenant tendre des embuscades pour obtenir les renseignements dont j’avais besoin à propos de la 11e division allemande. Un de mes groupes, disposé à l’Ouest de Carcassonne et constitué de résistants locaux, était commandé par un réserviste de la coloniale. Il accrocha un groupe allemand qui contre-attaqua et les résistants - une trentaine - furent capturés. Ceux qui étaient en uniforme furent désarmés et libérés, mais six combattants en civil furent exécutés."

Aussaresses évoque ici un évènement qui n'est jamais mis en avant pas la Résistance audoise. Selon lui, les officiers de la Wehrmacht respectaient la Convention de Génève. Bien entendu, pas les Waffen-SS ni la Gestapo. Ils fusillaient les combattants en civils considérés comme terroristes, mais respectaient l'uniforme. Attention, ceci n'engage que lui. Venant d'un officier d'active, on peut cependant le croire.

"Je me tenais au nord de Carcassonne où j’avais constitué une section avec des mitrailleuses Hotchkiss. Nous avons ouvert le feu pour couper la route aux convois d’infanterie mécanisée qui montaient au Nord. L’accrochage fut très sérieux. Mon objectif était de les clouer sur place et de bloquer la route, mais ils étaient nombreux et se défendaient désespérément. J’ai dû appeler l’aviation et six chasseurs Spitfire d’Alger sont arrivés in extremis pour nous appuyer. Du coup, les Allemands n’ont pas été en mesure de contre-attaquer mais ont finalement réussi à se dégager en emportant leurs morts et leurs blessés. Nous avons fait des prisonniers."

Il doit s'agir de l'attaque de Pennautier au cours de laquelle l'avion de James Millard Ashton est allé s'écraser sur le domaine de Gougens. Le 24 août 1944, Guy David raconte que l'avant-garde de Picaussel amenée par Allaux et René Brun, renforcée du capitaine Aussaresses et du détachement Gayraud, attaqua une colonne Allemande près du carrefour de Villegailhenc. Le bilan fut de cinq tués et deux blessés dans les rangs des FFI. L'Aude était définitivement libérée.

"Le régiment de l’infanterie alpine du commandant Allaux avait rejoint la première armée et la ville était sous le contrôle des FTP qui avaient déjà exécuté une dizaine de collaborateurs. Il fallait éviter les excès et arbitrer entre résistants authentiques et collaborateurs déguisés. Ce fut un autre aspect de ma mission. Je retrouvai finalement le major auquel nous devions remettre les quartz, les pads et le million. Mais il était en civil et nous parut suspect."

Unknown.jpg

Noël Blanc alias Charpentier

Aussaresses resta deux semaines à Carcassonne et fit la connaissance "d'un garçon sympathique nommé Charpentier, un Vosgien. Le BCRA l’avait envoyé pour préparer les parachutages, notamment en balisant les terrains. Charpentier connaissait bien la clinique où Chatten avait été soigné. Son directeur, le docteur D (Delteil), était un patriote et Charpentier avait remarqué les deux jolies infirmières qui l’assistaient." Il fut ensuite envoyé par le Comité de Libération enquêter sur un maquis installé du côté de la mine d'or de Salsigne. Son existence était suspecte car il se trouvait dans ses rangs d'anciens miliciens passés à la Résistance pour se blanchir de leurs crimes. Finalement, le chef se disculpa en arguant qu'il avait fait des actions contre les Allemands. "J’appris plus tard que son chef (de ce maquis) avait trouvé la mort dans un accident d’automobile. Quant aux miliciens qu’il avait enrôlés, ils eurent sans doute l’astuce, comme bien d’autres, de s’enrôler dans l’armée de libération pour finir de se blanchir. Je suppose qu’ils ont été décorés." Ces miliciens s'enrôlèrent ensuite dans la légion étrangère ; ils constituèrent le bataillon des réprouvés. Il est exact parmi ceux qui revinrent, certains furent décorés. Quand Aussaresses revint à Carcassonne, il chercha Charpentier. On lui apprit qu'il avait été assassiné (le 4 septembre 1944. NDLR). Il alla s'informer auprès du commissaire de police Fra qui "resta évasif, évoquant une rivalité entre Londres et les FTP."

L’équipe Chrysler repartit dans une superbe voiture américaine pilotée par Ronald Chatten, tout à fait remis de son accident. L’automobile avait été mis à disposition par le Comité de Libération de Carcassonne : c’était une Graham-Paige blanche confisquée à un collaborateur. Leur débriefing eut lieu au début du mois d’octobre à la Special Force Unit number 4 installée à Villeneuve-lez-Avignon. Ils rendirent longuement compte de leur mission devant les officiers anglais et américains et rédigèrent leur rapport. Le million destiné au major fut restitué à un officier qui jeta le sac dans un coin de la pièce sans même vérifier son contenu. Ainsi s'acheva l'aventure des Forces Spéciales Jedburgh dans l'Aude.

Générale_Paul_Aussaresses_.jpg

Le général Paul Aussaresses défraya la chronique dans les années 90, lorsqu'il se justifia sur l'usage de la torture pendant de la guerre d'Algérie. Le Président de la République, Jacques Chirac, obtint que l'on lui retirât son légion d'honneur. Cet article n'a pas pour objet de prendre position sur l'attitude de Paul Aussaresses après la Seconde guerre mondiale.

Sources

Mémoires de P. Aussaresses

La Résistance audoise / Lucien Maury

Notes, recherches et synthèses / Martial Andrieu

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

Commentaires

Pour info : formation parachutiste de Bigeard à Alger fin 43 / début 44. Arrivant du Sénégal via le Maroc, le sous-lieutenant Bigeard a été formé au Club des Pins par les commandos britanniques, où étaient également formés des Commandos Jedburgh du SOE. Ceci a d'ailleurs provoqué une confusion que l'on rencontre de temps en temps dans sa biographie. Bigeard a été formé avec des Jedburgh mais n'a pas fait partie des équipes Jedburgh; raison majeure : il ne parlait pas anglais !. La formation britannique comportait 5 sauts en parachute à l'issue desquels on était breveté.

Il a donc reçu le brevet de Parachutiste de la France Libre qui s'appelait déjà l'Armée Française de Libération. Il porte d'ailleurs ce brevet sur une photo prise en 1945 après sa nomination au grade de capitaine (juin 1945).
Revenons à 1944. Sorti du Club des Pins, Bigeard est affecté avec le grade provisoire de commandant, à la Direction Générale des Services Spéciaux. La DGSS a succédé au BCRA, Services Secrets de la France Libre, créés par De Gaulle à Londres, après sa fusion avec des éléments des Services de Renseignement de l'Armée d'armistice qui ont rallié Alger et la France Combattante. La direction de la DGSS est confiée à Jacques Soustelle que Bigeard retrouvera plus tard comme Gouverneur Général de l'Algérie en 1955 et 56.

Le 8 août 1944, au cours d'une opération interalliée, il effectue son premier saut opérationnel avec trois camarades sur l'Ariège (Major Bill Probert alias "Krypte"(anglais), John Deller (canadien - radio) et Casanova (français ariégeois - guide) avec pour mission d'organiser les actions de la Résistance Intérieure. Pour cela, il est investi par Londres du titre de Délégué Militaire Départemental sous le nom de "commandant Aube". Mais il y a une hésitation sur ce nom "Aube". La plupart des auteurs le mentionnent comme son pseudonyme pour la France occupée, d'autre comme le nom de l'opération de largage sur l'Ariège. Il atterrit dans un arbre près de Rieucros sur le terrain "Pamplemousse" et commence à prendre contact avec les dirigeants locaux de la Résistance.

Ceci ne se fait pas tout seul et il doit vaincre les susceptibilités des chefs FFI et FTP en particulier celles de Camille Souyris, lieutenant Colonel et chef départemental FFI qui n'apprécie guère de se retrouver sous l'autorité militaire d'un "commandant" envoyé par Londres. Le même problème s'est d'ailleurs présenté un peu partout en France. Au milieu des allemands il va fédérer plusieurs groupes de Résistants dont certains l'étaient déjà, y compris les "Guerrilleros" Espagnols ayant fuit le franquisme. Exécutant les ordres de Londres, Bigeard et les Résistants vont mener des combats et des sabotages contre les troupes nazies pour les fixer sur place, les réduire autant que possible et les empêcher de rejoindre les fronts ouverts par les débarquements de Normandie et de Provence.

A l'initiative de la Section F (France) du SOE britannique, ils seront rejoints dans la nuit du 16 au 17 août 1944 par deux équipes Jedburgh: "Chrysler" et "John", venues de Blida en Algérie et larguées sur l'Ariège avec la même mission auprès des groupes de Résistance. Les deux équipes Jedburgh "Chrysler" et "John" sont commandées respectivement par les capitaines britanniques Cyril Sell et David Stern, secondés par deux officiers français, capitaine Paul Aussaresses (Chrysler) et lieutenant Maurice de Galbert (John). Avec eux se trouvent deux sergents radios britanniques, Ronald Chatten (Chrysler) et Donald Gibbs (John).

Le 19 août 1944, avec, entre autres, les guerrilleros espagnols il va libérer la ville de Foix et causer de lourdes pertes à l'occupant allemand. Conformément à ses ordres il a exclu les FTP communistes de cette action puisqu'il s'agissait pour de Gaulle, de remettre en place au plus vite l'autorité de l'Etat. Les Résistants communistes ont été envoyés sur d'autres combats à travers le département de l'Ariège. Ce que Bigeard ne savait pas, c'est que la majorité des espagnols étaient aussi communistes. Il ne l'a appris que des années plus tard.

Le 22 août 1944, les allemands capitulent à Castelnau-Durban mais refusent de signer leur reddition devant les maquisards d' Amilcar Calvetti (chef des FFI pour l'Ariège et responsable des FTP), absent ce jour là et de Benito Perez (combattant FTP), présent. On appelle donc le "commandant Aube" (Bigeard) qui se trouve à Foix et porte l'uniforme de l'Armée Française de Libération. C'est donc lui qui recueille la reddition du commandant Théodore Schöpplein, chef du 1er bataillon de la légion du Turkestan. 1542 soldats allemands et turkestanais se rendent dont le personnel de la Gestapo ariégeoise. Pour les opérations de libération de l'Ariège, les pertes chez les franco espagnols sont de 44 tués et blessés et de 230 morts et blessés chez les allemands.

Marcel Bigeard reçoit la Légion d'Honneur et la Distinguished Service Order Medal (DSO), haute décoration britannique pour son comportement dans ces opérations. Il a commencé la guerre au grade de sergent et la finit à celui de capitaine d'active avec une Croix de Guerre 39-45, 7 citations dont 3 à l'ordre de l'Armée et deux des cinq blessures qu'il recevra au cours de sa longue et brillante carrière.

Écrit par : Natachou | 19/12/2017

Répondre à ce commentaire

Pour pennautier , en effet les allemands sont passes au bout de l 'allee de Pennautier , un villageois(Albarel) a ete tué (la stele est dans l 'allee ). Un aviateur americain a ete abattu , et en souvenir il y a quelques annees a eu lieu au village une ceremonie a ce sujet et une plaque apposée sur la facade de la mairie . Mon grand pere invalide s 'etait couché pour se cacher dans un ruisseau au dela de l 'allee semble t il et un allemand lui aurait donné du feu pour allumer sa cigarette .

Écrit par : loupia | 19/12/2017

Répondre à ce commentaire

Vous dites cela:
Nous sommes le 21 août 1944, les Américains tendent une embuscade sur la route d'Alet-les-Bains mais se heurtent à des blindés Allemands. Le lieutenant Paul Swank qui commandait l'OG est tué avec son radio. Aussaresses laisse Bigeard avec ses Espagnols de la FAI et arrive à Limoux
Il y a une erreur sur la date, cela c'est passé le 17 août, ce n'est pas les américains, ils étaient 3, mais le maquis Jean Robert qui voulait empêcher le ravitaillement des boches à Montazel. Il ont été renforcé par Picaussel.
Bigeard est bien dans la libération de l'Ariège, et de la prise des allemands du Turkestan, le 22 août, les mêmes qui la veille attaque Rimont en représailles, de l'attaque de 31 résistants, ils détruiront presque tout le village, 152 maisons sur 169, 11 fusillés.
Les 1200 boches finiront au camp de Rivel.
J'ai des photos de ses prétendus soldats qui se goinfrent, sur la place de Castelnaud, prisent par l'instit.
Vous dites que: Au moins Bigeard aura essayé, contrairement à la Résistance audoise qui ne tentera aucune action militaire pour faire libérer Bringer, Ramond, Roquefort et les autres. Là, n'est pas le sujet... Vous vous trompez, Alcantara, Riffaud ont libéré Le colonel Blucher, il y avait Hernandez dit (Frédo) qui pourait vous raconter l'histoire. Et d'autres histoires que je pourrais vous raconter.

Écrit par : Fournié | 19/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire