19/01/2018

La naissance du premier réseau de transports urbains de Carcassonne

Au mois de décembre 1979, la municipalité de Carcassonne envisage la création d'un réseau de transports urbains afin de faciliter les déplacements des habitants de la commune. Un groupe de travail se réunit le 14 décembre pour une première approche. Quel nombre de lignes et de bus ? Quel mode de gestion ? Au mois de janvier 1980, les organismes et associations de commerçants, de personnes âgées sont consultés pour affiner les besoins des Carcassonnais et les moyens à mettre en œuvre. C'est au mois de septembre 1980 que la ville de Carcassonne inaugure son premier réseau d'autobus. L'objectif est d'atteindre les 800 000 voyageurs la première année et le million la seconde. En effet, en 1981 se sont 1 097 000 usagers qui prendront ce moyen de transport.

Bus.jpg

Les bus PU 70 livrés par Renault Véhicules Industries

Du personnel compétent est alors recruté aussi bien pour assurer la conduite des bus, que pour vendre les tickets à la halte centrale. Cette dernière se trouve au square Gambetta, devant le musée. Un système de feu prioritaire automatique permet aux autobus de sortir du boulevard.

halte.jpg

La halte centrale

Petit à petit, le réseau se met en place avec en octobre 1980, la création d'une ligne spéciale les dimanches et jours fériés, effectuant le tour de ville et desservant notamment l'hôpital. Avant la fin de l'année, les lignes 1 à 6 sont modifiées pour une meilleure desserte des établissements scolaires. Une carte spéciale pour les anciens combattants de 14-18 et veuves de guerre est créée. Pendant ce temps, les services municipaux terminent les aires d'arrêts aux abri-bus. 

Capture d’écran 2018-01-19 à 16.53.24.png

En janvier 1981, on inaugure les nouveaux bus PU 70 ; les premiers en service en France. Les billets collectifs sont mis à disposition des scolaires, jeunes, groupes, associations et personnes du 3e âge. Au mois de mars, les lignes s'agrandissent avec de nouveaux arrêts : Leclerc, Ecole normale, RN 113, Viguier et Maquens. Le service du C.A.R.T régit lui-même la publicité sur ses véhicules, réservés en priorité aux commerçants de la ville. Au mois de mai, le futur garage des autobus sera construit derrière la caserne des pompiers ; les premières fondations débuteront au mois de juillet. C'est d'ailleurs en ce début d'année que sont mises en place des lignes pour se rendre au Festival de la Cité. Des négociations avec des transporteurs privés sont engagées pour satisfaire les hameaux de Villalbe et de Grèzes-Herminus, jusque-là délaissés.

Capture d’écran 2018-01-19 à 17.18.19.png

A la rentrée de septembre 1981, les scolaires et les jeunes de moins de 18 ans bénéficieront d'une semaine gratuite du 24 au 30 septembre. La première tranche du système "Onde verte" permet grâce à un système électronique par ondes de déclencher le passe au vert pour les autobus. 

Capture d’écran 2018-01-19 à 17.33.45.png

Avec les correspondances gratuites et la carte d'abonnement à 80 francs (12 €), on peut circuler malin dans Carcassonne en 1981.

26906978_10214460811621754_3816910587356378999_n.jpg

Le réseau en 1982

En 1985, 1 423 000 passagers auront emprunté les bus de la ville. Toutefois, l'embellie marque un peu le pas. Cinq autobus tournent à plein régime mais deux sont sous-exploités. La municipalité envisage de desservir les quartiers de Grazailles et de La Prade. 

carte.jpg

La carte des transports en 1985

Depuis, l'ancien C.A.R.T est passé dans le giron de la Communauté d'Agglomération du Carcassonnais. Carcassonne Agglo a ensuite confié en 2015 l’exploitation des transports urbains et interurbains à la Régie des Transports Carcassonne Agglo (RTCA), Etablissement Public Industriel et Commercial. Les grands perdants sont les Carcassonnais excentrés dans les hameaux tels que Villalbe. Pensez-donc ! Pour faire seulement 4 kilomètres, le bus met 1/4 d'heure pour rejoindre le centre-ville. Les personnes âgées qui bénéficiaient de la gratuité ont perdu cet avantage, excepté pour les personnes non imposables. A Villalbe ont paie les mêmes impôts à l'agglomération que les Carcassonnais, mais sans en retirer les avantages, dit-on. 

Sources

Bulletins municipaux

____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

18:01 | Tags : cart | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

une toute petite remarque...
votre citation "Au cours des trois jours de tournage, Kevin Costner logea à l'hôtel de la Vicomté. Aujourd'hui, Hôtel Mercure dans la rue Camille Saint-Saëns. L'établissement était tenu à cette époque par Eddie Aguilar."
l'info est fausse certainement donné par le fameux Eddie de son vrai nom Pepito Aguilar il n'a jamais tenu l'hotel de la viconté et il aurait du, juste par décence et reconnaissance du ventre rendre justice a son mentor , l'hôtel de la Vicomté. appartenait a Monsieur Maurice Boyé et Eddie Aguilar n'était que son petit copain qui s'est fait appeler Eddie quand il était employé du magasin BOYE Photo Ciné Son Rue Courtejaire a Carcassonne, ils se sont séparés justement a l'ouverture de la Viconté et il a tenu un petit resto / boite a l'entrée de la cité quelques temps et ensuite il a tenu l'écurie au 43 boulevard Barbès

Écrit par : Jacques CAPMAS | 19/01/2018

Voilà qui est dit

Écrit par : Marie | 20/01/2018

Les commentaires sont fermés.