04/02/2018

Le grand magasin de vêtements Alexandre Dony à Carcassonne

Le premier magasin Dony est crée à Limoges en 1894, 4 rue des Halles, par Alexandre Dony (1860-1936) alors associé à Paul de Laval et Joly de Bénac. L'aventure carcassonnaise débute en 1925, quand M. Bauville laisse sa boutique de tailleur. Dony magasin.jpg

© A. Dony

Le magasin A. Dony de Carcassonne

Après plusieurs décennies, le vieux tailleur Bauville passé maître en vêtements sur mesure, gabardines, chemises et bonneterie prend sa retraite. 

Bauville.jpg

Nous avons retrouvé dans le travail d'Alfred Raucoules sur la rue de Verdun, une vue de la boutique Bauville avant l'arrivée du magasin Dony.

img028.jpg

On s'aperçoit que le rez-de-chaussée faisait apparaître des fenêtres de forme ogivales donnant sur la rue.  Lorsqu'en 1925, le magasin Dony vint s'installer en lieu en place de Bauville, il effectua des travaux. 

img027.jpg

Le magasin Dony après les travaux de 1925

Construite dans le style Art-Déco de cette époque, la façade révélait des motifs floraux et le noms des boutiques de l'enseigne en France : La Rochelle, Caen, Lyon, Calais, Limoges, etc. Ces inscriptions sculptées ont été effacées par une couche de peinture. Il suffirait de rien pour qu'elles ne réapparaissent. L'enseigne Dony ne possède plus à l'heure actuelle que sept magasins en France avec celui de Carcassonne.

Dony.jpg

En 1925 le directeur Carcassonnais était Paul Rodange, puis ce fut Théophile Richard à partir de 1931. L'atelier comportait un coupeur, deux apiéceurs et trois retoucheuses, plus des vendeurs.  

img029.jpg

L'intérieur de la boutique en 1931

Sources

 Notes, synthèse et recherche / Martial Andrieu

Alfred Raucoules

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

 

Commentaires

Mon costume de communiant y à été acheté en 1958 ,pour l'achat du costume on avait droit à une montre où un stylo plume.

Écrit par : Hierholtzer | 04/02/2018

Répondre à ce commentaire

Etonnant, non ? que résidant à Limoges vous retrouviez les traces du créateur qui est originaire de la ville où vous vivez aujourd'hui !
Mais que la façade des années 1925 était belle, comparée à celle que nous avons aujourd'hui !
Faut-il croire que dans ce monde destiné à la vitesse, la beauté est pour toujours perdue ?

Écrit par : Christian Viguié | 04/02/2018

Répondre à ce commentaire

Je crois me souvenir que la famille Richard était, aussi, propriétaire de la marque Banyuls-Bartissol. Apparentés aux Gélis les Pharmaciens de la rue de Verdun, sous l'horloge. Ils étaient nos voisins dans l'immeuble Durand-Roger, square Gambetta.

Écrit par : Charles | 04/02/2018

Répondre à ce commentaire

Je sais qu’alfred Raucoules a fait beaucoup de recherches sur la ville de Carcassonne, où il a exercé avec ses parents dans la rue de Verdun, un Monsieur formidable.
Mes parents ont habité dans les années 40 chez eux.
J’ai bien connu ce magasin Dony.
Dommage que les travaux effectués aient effacé les inscriptions sculptées.
Merci pour cet historique toujours passionnant.

Écrit par : Raynaud épouse Raga | 04/02/2018

Répondre à ce commentaire

j'ai le souvenir des soirées cinéma, où la publicité ventait les vêtements Dony, je crois que c'était Edmond, sur l'air du "beau Danube bleu" et tout cela à Chalabre dans les années 60.

Écrit par : Fournié | 04/02/2018

Répondre à ce commentaire

la publicité était aussi très présente au stade de Domec "A.Dony, Dony..." durant la mi-temps, sur un air qui ressemblait effectivement au "beau Danube bleu" N'oublions pas son concurrent plus modeste, la maison Romy
Pourriez vous, cher Martial, nous faire une petite chronique sur l'épicerie Labécède
Merci pour votre engagement en faveur de notre ville

Écrit par : bonneric | 06/02/2018

Répondre à ce commentaire

Bonneric,
J'aurais bien voulu faire un article sur Labécède. Hélas, malgré mes demandes répétées à cette famille, jamais elle n'a répondu à mes sollicitations.
Comment l'employé de l'épicerie Canavy a t-il après la guerre, monté une telle affaire aurait été intéressant. Tant pis !

Écrit par : Martial Andrieu | 07/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire