05/02/2018

Y avait-il une villa romaine dans le quartier de la Trivalle ?

Au mois de mars 1968, Antoine Labarre fait une découverte peu ordinaire dans un terrain situé en bordure de la montée Combéléran, de la rue Gustave Nadaud et de la rue Trivalle. C'est précisément à cet endroit que se trouve actuellement un des parkings goudronnés de la Cité, construit au début des années 1970. Monsieur Labarre, archéologue amateur et membre de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, passa sa retraite à signaler des lieux de fouilles et à tenter de sauver ce qui pouvait l'être. Ces faits d'armes furent relatés dans la presse locale, dans laquelle il tenait régulièrement une chronique. Qu'avait t-il découvert en ce mois de mars 1968, après que que les pelles mécaniques ont sorti des excavations, du terrain de Mme Bousquet ?

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.15.39.png

Ci-dessus le terrain de Mme Bousquet, rue Trivalle

A cet endroit, Antoine Labarre trouva un nombre considérable de tegulae avec imbrices. Il s'agit de tuiles creuses servant dans l'Antiquité romaine à couvrir les toits. Avec ses tegulae se trouvaient également des  fragments d'amphores et de la poterie. Celle-ci provenait du site de Graufesenque près de Millau (Aveyron) qui fut au 1er siècle le site le plus important de production de céramique.

villa.jpg

Évocation depuis le sud-est de la villa des Alleux à son apogée.
© G. Le Cloirec – Inrap

Ces tegulae désignent l'emplacement d'une ancienne villa romaine, et la Graufesenque, permet de dater cette agglomération. Elles montrent également que le passage de l'antique "Via Aquitania", devenue beaucoup plus tard "Voie royale", était route de Berriac (avenue Jean Moulin). Elle traversait l'actuelle avenue du général Leclerc (qui n'existait pas), suivait la Trivalle et franchissait la rivière Aude.

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.39.38.png

L'ancienne route de Berriac à Carcassonne

Il est rapporté qu'un Carcassonnais vit dans son enfance d'immenses dalles pavant certains passages de la route de Berriac et qui sont aujourd'hui recouvertes de goudron. La logique veut qu'un antique Villa n'ait pu être située qu'au bout d'une voie de communication. Or, une Villa romaine était une agglomération autarcique. Habitée généralement par plus de 500 personnes, elle était l'unité cellulaire de l'empire romaine en Gaule. 

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.32.16.png

A pied de ce terrain, désormais en bordure de la rue Trivalle, se trouve cette espèce de borne. Pour beaucoup de Carcassonnais, elle reste une énigme de l'histoire.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

Écrire un commentaire